Paul Colin (affichiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Colin et Colin.
Ne doit pas être confondu avec Paul-Émile Colin.
Paul Colin
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Formation
Maîtres

Paul Hubert Colin, né le rue Jeanne-d'Arc à Nancy et mort le à Nogent-sur-Marne, est un artiste peintre, dessinateur, costumier, scénographe et l'un des plus novateurs et influents affichiste lithographe français de la première partie du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'enfance et l'adolescence de Paul Colin baignent dans « l'effervescence créatrice qui anime alors sa ville natale, Nancy, l'un des centres de l'Art nouveau »[1]. Apprenti dans une imprimerie en 1907, élève en 1910 d'Eugène Vallin et de Victor Prouvé à l'École des beaux-arts de Nancy, il s'affirmera après la Première Guerre mondiale — où il est blessé à la bataille de Verdun en 1916 — comme le chef de l'école moderne de l'affiche lithographiée, ou passant par de nouvelles techniques de reproduction faisant appel à l'héliogravure et la sérigraphie. Il sera l'auteur de plus de 1 400 affiches et, selon Gérald Schurr[2], de plus de 700 décors de théâtre et de costumes.

Il semble que ce soit par hasard que Paul Colin, plusieurs années après la Première Guerre mondiale, retrouve à Paris, où il s'est installé après à la suite de sa démobilisation et où il est encore un peintre provincial inconnu donnant des dessins à plusieurs revues comme Fantasio[1], son ancien camarade de front André Daven devenu directeur adjoint du Théâtre des Champs-Élysées et qui l'en nomme affichiste et décorateur[3]. Le théâtre accueille alors les Ballets suédois de Rolf de Maré, amenant Paul Colin en 1925 à créer l'affiche du film Le voyage imaginaire de René Clair dont Jean Börlin, danseur-étoile du groupe, est la vedette.

Paul Colin est cependant révélé en cette même année 1925 par son affiche pour la Revue nègre pour laquelle, avant de livrer la version finale, il suit longuement les répétitions de la troupe venue de Broadway, constituée de quinze musiciens dont Sidney Bechet et de treize danseurs dont une jeune fille d'à peine 18 ans, Joséphine Baker, qui remplace la vedette new-yorkaise ayant refusé de faire le voyage[3]. L'affiche de Paul Colin contribue à lancer la carrière de Joséphine Baker — après leur liaison amoureuse ils demeureront amis[4] — en même temps que la sienne : « elle attire immanquablement l'œil du public qui aspire à se perdre dans ce ballet de survivants fougueux et érotiques, relève Chantal Humbert. Dans une géométrisation marquée par l'influence africaine, Paul Colin met en scène avec brio le long corps de Joséphine Baker et le place en sandwich entre deux têtes de musiciens nègres »[5]. Devenu l'affichiste à la mode, Paul Colin va travailler pendant près de quarante ans pour les arts de la scène et le monde du spectacle, « pensant l'affiche en composition fermée rythmée par un système géométrique simple qui accroche facilement l'œil »[5].

Son style, au début très marqué à la fois par l'Art déco et la Nouvelle Objectivité, devient rapidement très personnel et difficile à faire entrer dans une simple catégorie : l'efficacité dans le dépouillement (« l'affiche doit être un télégramme adressé à l'esprit » résume-t-il lui-même[6]), la justesse synthétique de ses portraits, la force d'évocation de ses affiches pour les grandes causes en font un maître de la communication visuelle dont l'œuvre reste aujourd'hui exemplaire et très actuelle.

Son album Le Tumulte noir (1927), magnifiant lui aussi Joséphine Baker (« Sous ses yeux, pour la première fois, je me sentais belle » écrit-elle[7], ajoutant dans la préface de l'album : « il fait de plus en plus noir à Paris. Bientôt il fera si noir qu'il faudra d'abord une allumette pour y voir clair, puis une autre pour savoir si la première est bien allumée ou non. » et les musiciens de jazz de la Revue nègre, constitue sans doute un chef-d'œuvre[8], « sa création la plus libre, la plus inspirée et débridée, vibrante de couleur et de mouvement »[9] : « si elle n'échappe pas aux stéréotypes dune époque, estime Valérie Marin La Meslée, cette traversée au bout de la nuit noire bruit d'une folle énergie, en captant jusqu'aux rythmes du jazz qui embrasent les silhouettes croquées sur scène et dans le public »[7].

Il est en 1929, en même temps que membre de la nouvelle Union des artistes modernes, le fondateur et directeur d'une école de dessin sur le boulevard Malesherbes à Paris[10]. En 1931, il dessine un portrait de Suzy Solidor à la demande de Jean Mermoz, alors amant de celle-ci[11]. En 1932, il effectue un voyage en Russie.

Paul Colin prend position dans la Guerre d'Espagne en faveur du camp républicain, ainsi que l'énonce son affiche de 1939 Paris ne doit pas être le Madrid de demain, assiégé par la Reichswehr de Hitler - Liberté commerciale pour l'Espagne républicaine dont la silhouette, dramatiquement cubiste et revêtue d'un champ de ruines, est annonciatrice de ses affiches de 1945-1946[12],[13]. L'affiche signée de Paul Colin Silence, l'ennemi… guette vos confidences[14] qu'édite en février 1940 le gouvernement français de la Troisième République restitue l'inquiétude ambiante, dans une époque où règne un climat d'espionnite, quant au danger mythique de la « cinquième colonne » selon lequel des Français pro-hitlériens ou des allemands réfugiés en France travailleraient dans l'ombre à la défaite[15]. Si, après l'armistice de juin 1940, l'artiste crée plusieurs affiches à thèmes humanitaires[16], il se refuse à travailler tant pour l'occupant allemand que pour l'État français et revient ainsi à la peinture de chevalet en brossant des Bouquets de fleurs.

La reprise de son travail d'affichiste est marquée par la Marianne aux stigmates, allégorie de la République en vêtements de ruines et bonnet phrygien, portant aux mains les stigmates de la crucifixion, souffrante mais debout, le regard tourné vers les libérateurs. Peinte dans les seules trois couleurs nationales le , date à laquelle Paris n'est pas encore libérée, Marianne aux stigmates est destinée à être reproduite en grande quantité afin d'être affichée sur les murs des villes de France[17]. L'affiche Hommage aux libérateurs de Paris est créée par Paul Colin pour une soirée organisée à l'initiative du journal Libération le 11 novembre 1944 au Palais de Chaillot[18]. Avec l'affiche Varsovie accuse en 1946, l'artiste saura de même « exporimer le pathétique du sujet avec un dépouillement extrême »[19].

Paul Colin a également été un important collectionneur des arts premiers d'Afrique noire et d'Océanie[20] ainsi que de minéraux et de coquillages exotiques[21].

Au soir de sa vie, Paul Colin modèle des sculptures polychromes d'inspiration cubiste[22]. Il meurt le à la Maison des artistes de Nogent-sur-Marne.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Carlos Gardel (1923), Studio Silva.
Grock (avant 1928), photographie anonyme.
Loïe Fuller (vers 1901), Falk Studio.
Fritz Lang en 1929.

Affiches[modifier | modifier le code]

Affiches lithographiques de portraits[modifier | modifier le code]

Affiches lithographiques pour le cinéma[24][modifier | modifier le code]

Affiches lithographiques pour le théâtre et le music-hall[modifier | modifier le code]

Affiches lithographiques liées à événements ou engagées[modifier | modifier le code]

  • Bal nègre - 11 février 1927 à 23 heures, Théâtre des Champs-Élysées, 1927.
  • Foire exposition, Nancy, du 4 au 22 juillet 1929, 1929.
  • Salon de l'œuvre unique - IVe Salon de l'art français indépendant, 1932[23].
  • Grandes fêtes de Paris, 17 juin - 8 juillet 1934, 1934[23].
  • Fêtes de Paris, 26 mai - 7 juillet 1935, 1935[23].
  • Moulin de la galette - Bal romantique avec le concours de l'École Paul Colin, 3 juin, Imprimerie L. Serre et Cie, vers 1935.
  • Exposition universelle de 1937[26].
  • 16e Salon des arts ménagers, Grand Palais, Paris, janvier-février 1939.
  • Ministère des Colonies - 2e Salon de la France d'Outre-mer, Grand Palais, Paris, mai 1940, 1940.
  • Exposition Ministère des Colonies - France d'Outre-mer dans la guerre, Imprimerie S.A. Courbet, Grand Palais, Paris, 1945.
  • Libération de Paris - 17 août 1944, 1945.
  • Par le socialisme, vers la liberté, élections de l'Assemblée constituante, octobre 1945.
  • Secours populaire français - Souscrivez pour l'Espagne républicaine, pour les guerillos, leurs familles, leurs enfants, pour les blessés et invalides de la guerre d'Espagne, Imprimerie Curial-Archereau, 1946.
  • Varsovie accuse, 1946.
  • Exposition des techniques américaines de l'habitation et de l'urbanisme -Grand Palais du 14 juin au 21 juillet 1946, 1946.
  • Festival international du film, Cannes, 1946[24], 1951.
  • Exposition Foucauld l'Africain, Hôtel des Invalides, Paris, 1947
  • La nuit orientale, spectacle-bal, 1947.
  • Ministère de la reconstruction et de l'urbanisme - Exposition internationale urbanisme habitation, 19 juillet - 10 août, 1947.
  • Bal des arts Douanier Rousseau, 22 juin 1949, Imprimerie Bedos et Cie, 1949.
  • Exposition Paul Colin - Pavillon de Marsan - Musée des arts décoratifs, Paris, 1949.
  • Centenaire de la mort de Frédéric Chopin - Comité national, 1949[23].
  • 18e Salon international de l'aviation, Grand Palais, Paris, 1949[27].
  • Exposition internationale du textile, Lille, 26 avril - 20 mai 1951, 1951.
  • Non aux accords de Bonn et de Paris - Conseil national du mouvement de la paix, 1952.
  • Ðiện Biên Phủ... Ils se sont sacrifiés pour la liberté - Paix et liberté, 1954[28].
  • C.E.D. - Communauté européenne de défense pour la paix, contre les tyrannies totalitaires, 1954[29].
  • Exposition d'art foklorique roumain - Office publicitaire de la France, 1954.
  • 21e Salon international de l'aéronautique, du 10 au 19 juin 1955, aéroport du Bourget, 1955[4].
  • Le pétrole vu par cent peintres, exposition organisée par la Société de pétrole Shell Berre, centenaire du premier forage pétrolier, Musée Galliera, 7-21 octobre 1959, Imprimerie Lafayette, 1959.
  • Floralies internationales de Paris, 24 avril - 3 mai 1959, 1959.
  • 20e anniversaire de la libération des camps de concentration, 1945-1965, 1965.
  • Salon de Paris - Musique, peinture, poésie, chapelle de la Sorbonne, Paris, Lucien Auclair imprimeur, 1980.
  • Exposition Paul Colin - Chapelle de la Sorbonne, Paris, Imprimerie Burlet, Paris, 1981.

Affiches à thèmes humanitaires[modifier | modifier le code]

  • Adhérez à l'Amicale des femmes de prisonniers, 1957.
  • L'année mondiale du réfugié, 1960.
  • Tu aimeras ton prochain - Devenez confrère de Saint-Vincent de Paul - Sauvez une vie, donnez votre sang, Imprimerie Bedos et Cie, 1968.

Affiches publicitaires[modifier | modifier le code]

  • Champagne Ernest Irroy, 1928.
  • Tabarin (cabaret parisien), 1928[30].
  • Musée d'ethnographie du Trocadéro, Paris, 1930[23].
  • Leroy, premier opticien de Paris, Imprimerie H. Chachoin, 1930.
  • Air Orient, 1933[23].
  • Comœdia vous offre le théâtre, Imprimerie H. Chachouin, 1933.
  • Peugeot accélération, 1935[4].
  • L'alcool à brûler - Le meilleur et le moins cher des anti-gel, vers 1935.
  • Loterie nationale, Grand Prix de Paris, 28 juin 1936, 1936.
  • Paris - Société nationale des chemins de fer, 1936[23].
  • Cures à Bagnoles-de-l'Orne - Varices, phlébites, Imprimerie Chaix, 1937.
  • St Raphaël Quinquina, 1938[4].
  • Emprunt de la Défense nationale - Pour sauver la paix, 1938.
  • Emprunt de la Libération - Souscrivez, 1945.
  • Philips, le triomphe de la qualité en T.S.F., Imprimerie S.A. Courbet, Paris, 1945.
  • Est-France, quotidien de la démocratie socialiste - Combat pour la liberté, Imprimerie S.A. Courbet, 1946.
  • Compagnie génétale transatlantique - French line Atlantique-Pacifique-Méditerranée, Imprimerie S.A. Courbet, vers 1949.
  • Pneus Dunlop, vers 1950.
  • La Nouvelle Ève, cabaret dansant, spectacle, vers 1950.
  • La sensationnelle machine à laver Supersonic, Compagnie franco-suisse, années 1950[4].
  • Jeunesses musicales de France, 1955.
  • Haut-de-Cagnes ou la joie de vivre, Imprimerie Bedos et Cie, vers 1962.
  • Réfrigérateur Bosch, affiches Gaillard, 1963.

Décors pour la scène[modifier | modifier le code]

Décors pour le cinéma[modifier | modifier le code]

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Musée des arts décoratifs de Paris, mars-avril 1949.
  • Paul Colin : peintures, dessins, Maison de la pensée française, Paris, 13 avril-25 mai 1951.
  • Paul Colin. Femmes, galerie Drouant-David, Paris, 1953.
  • Galerie La Boétie, Paris, décembre 1957-janvier 1958 (Paul Colin. Au service du pays), avril-mai 1967[32].
  • Claude Robert, commissaire-priseur, et Jean-Claude Bellier, expert, Ventes de l'atelier Paul Colin, hôtel Drouot, Paris, 21 mars 1969[33] et 19 mars 1970[34].
  • Galerie Drouant, Paris, 1972.
  • Chapelle de la Sorbonne, Paris, 1981.
  • Claude Robert, commissaire-priseur, et Jean-Pierre Camard, expert, Vente de l'atelier Paul Colin, Hôtel Drouot, Paris, 26 octobre 1981[21].
  • Les deux cents affiches de Paul Colin dans la collection de la Bibliothèque nationale : Le spectacle, les grandes causes, les affiches commerciales, Bibliothèque nationale de France, Paris, juin 1986[6].
  • Jacques Lenormand et Patrick Dayen (Jean-Pierre et Florence Camard, experts), commissaires-priseurs, Paul Colin, maître affichiste et peintre, vente de l'atelier Paul Colin, hôtel Drouot, 9 et 11 décembre 1989[35].
  • Galerie des ambassades, Paris, mai-juin 1990.
  • Paul Colin et les spectacles, musée des beaux-arts de Nancy, 2 mai-31 juillet 1994.
  • Lithographies. « Le Tumulte noir » de Paul Colin, Le Villare, Villers-sur-Mer, novembre 2016[36].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Soudainement, je voyais les murs s'animer de ses inoubliables affiches, qui toutes marquaient une date de la vie de Paris. Galas, bals de charité, fêtes de nuit, spectacles, qui en une soirée rendaient célèbre une jeune Noire habillée de bananes. On n'imaginait pas un événement artistique ou mondain qui ne fût annoncé par ses allégories aussitôt populaires. Avait-on besoin d'une affiche pour lancer un emprunt ou engager une campagne d'intérêt général, c'était à Colin qu'on s'adressait. » - Roland Dorgelès de l'Académie Goncourt[42]
  • « Paul Colin, pour qui la véritable affiche est "celle qui brutalise et qui viole", excelle dans les genres les plus divers. Il a recours au gag (Grand Prix de Paris, Arts ménagers), brosse des portraits-affiches (Line Viala, Damia), traduit des épisodes tragiques (Sinistrés de Madagascar, Endants d'Espagne), où il souligne avec vigueur le pathétisme des événements qu'il présente (Libération de la France). » - Les Muses, encyclopédie des arts[19]
  • « Un bon affichiste est déjà un bon peintre. Paul Colin l'a prouvé. Il s'est aussi montré fervent de théâtre faisant partie des jeux de la fête. » - Jacques Couelle de l'Académie des beaux-arts[43]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Collections privées référencées[modifier | modifier le code]

  • Jacques Crépineau[39].
  • Jean-Jacques Debout[11].
  • Bellac, maison natale de Jean Giraudoux, 4 avenue Jean-Jaurès : Siegfried et Amphitryon 38, affiches lithographiques.

Élèves[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une rue de Nancy porte le nom de Paul Colin.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Encyclopædia Universalis, Paul Colin.
  2. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, p. 191-192.
  3. a et b Alexandre Sumpf, « Joséphine Baker et la Revue nègre », Histoire par l'image, octobre 2006.
  4. a b c d e f g h et i La lettre Flashbak, Paul Colin.
  5. a et b Chantal Humbert, « L'art nègre et les arts décoratifs - Joséphine Baker, ou l'explosion nègre au quotidien », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°5, 29 janvier 1988, pages 35-37.
  6. a et b Gérald Schurr, « Les expositions à Paris - Bibliothèque nationale : Paul Colin », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°25, 20 juin 1986, page 69.
  7. a et b Valérie Marin La Meslée, « "Le Tumulte noir" de Paul Colin », Le Point, 30 décembre 2011.
  8. a et b Michèle Druon, « Joséphine Baker, Paul Colin et le tumulte noir des années folles », Le mot juste en anglais, janvier 2018
  9. a et b [PDF] Cité du Champagne Collet-Cogevi, De Colin à Matisse, dossier de presse de l'exposition, 2015.
  10. Celle ci fermera ses portes en 1972 après avoir accueilli plus de 2 000 élèves.
  11. a et b Coutau Bégarie et Associés, « Portrait de Suzy Solidor par Paul Colin », catalogue Chanson française et internationale, hôtel Drouot, 25 mars 2017.
  12. (en) Dieselpunks, The art of Paul Colin.
  13. Laurent Gervereau, « L'affiche de propagande pendant la Guerre d'Espagne », Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°7-8 (thème : L'année 1936 dans le monde), 1986, p. 22-24.
  14. a et b Bibliothèque Forney, Silence, l'ennemi… guette vos confidences dans les collections.
  15. Musée départemental de la Résistance, Toulouse, L'affiche "Silence, l'ennemi… guette vos confidences".
  16. Advertising Times, Paul Colin.
  17. François Marcot, Les affiches en France de 1939 à 1945, Éditions du Musée de la Résistance et de la Déportation, 1987.
  18. a et b Musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris - Musée Jean-Moulin, Paul Colin dans les collections.
  19. a et b Article « Affiche », Les Muses, encyclopédie des arts, Grange Batelière, 1969, tome 1, p. 72-79.
  20. Étienne Ader et Charles Ratton, catalogue Collection Paul Colin - Masques et statuettes de l'Afrique noire et de l'Océanie, hôtel Drouot, 15 mai 1956.
  21. a et b Françoise de Perthuis, « Paul Colin : Cinquante ans de Paris sur les murs », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°35, 9 octobre 1981, page 10.
  22. Dictionnaire Bénézit, tome 3, Gründ, 1999, p. 776.
  23. a b c d e f g h i j k l m n et o Stedelijk Museum, Paul Colin dans les collections.
  24. a b et c La cinémathèque française, Paul Colin.
  25. a et b (en) Victoria and Albert Museum, Wiéner et Doucet de Paul Colin dans les collections.
  26. a et b (en) Museum of Modern Art, Paul Colin dans les collections.
  27. a et b Musée des arts décoratifs de Paris, Paul Colin.
  28. a et b Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, Paul Colin dans les collections
  29. C.N.D.P., Les débuts de la construction européenne
  30. a et b (en) Victoria and Albert Museum, Tabarin de Paul Colin dans les collections.
  31. Olivier Barrot, « Paul Colin : Joséphine Baker et la Revue nègre », émission Un livre, in jour, N°1743, ina.fr, 1998 source : YouTube ; durée : 1 min 46 s.
  32. « Paul Colin parle de son exposition à la galerie La Boétie et de sa carrière d'affichiste et de décorateur de théâtre », émission Arts d'aujourd'hui, France Culture, 29 avril 1967.
  33. La Gazette de l'Hôtel Drouot, vendredi 14 mars 1969.
  34. La Gazette de l'Hôtel Drouot, vendredi 13 mars 1970.
  35. « Paul Colin, peintre et affichiste », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°38, 3 novembre 1989, pages 70-71 et n°40, 17 novembre 1989, pages 100-101.
  36. Le Villare, Lithographies. « Le Tumulte noir » de Paul Colin, présentation de l'exposition.
  37. « Une exposition Simenon », Le Monde, 4 décembre 1981.
  38. Musée national centre d'art Reina Sofía, El espectáculo está en la calle. El cartel moderno francés, présentation de l'exposition.
  39. a et b Galerie Catherine Houard, Quand Paris était une fête - La collection Jacques Crépineau, présentation de l'exposition, 2011.
  40. a b et c (en) Cooper-Hewitt, Smithsonian Design Museum, Paul Colin dans la collection Richard H. Driehaus.
  41. Centre de l'affiche de Toulouse, Paquebots, présentation de l'exposition, 2018.
  42. Roland Dorgelès, dans Catalogue de la vente de l'atelier Paul Colin - Maquettes d'affiches, peintures, dessins, hôtel Drouot, 21 mars 1969.
  43. Jacques Couelle, « Paul Colin », Cahiers Jean Giraudoux, Éditions Grasset et Fasquelle, n°10, 1981.
  44. (en) Nevada State Museum, Paul Colin dans les collections.
  45. Musée de la Résistance et de la Déportation, La "Marianne aux stigmates" de Paul Colin dans les collections.
  46. Musée franco-américain, Paul Colin dans les collections
  47. Bibliothèque royale de Suède, La donation Paul Lipschutz.
  48. Musée du design de Zurich, Paul Colin dans les collections.
  49. Le Delarge, André Depouilly
  50. Biographie de Jos Le Corre à la faïencerie Keraluc de Quimper

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Colin, La croûte - Souvenirs, La Table Ronde, 1957.
  • Claude Robert, commissaire-priseur, et Jean-Claude Bellier, expert, deux catalogues de ventes de l'atelier Paul Colin, Hôtel Drouot, Paris, 21 mars 1969 et 19 mars 1970.
  • François Marcot, Les affiches en France de 1939 à 1945, Éditions du Musée de la Résistance et de la Déportation, Besançon, 1987.
  • Alain Weill et Jack Rennert, Paul Colin affichiste, avec la collaboration d'Edgard Derouet, Jean Désaleux et Bernard Villemot, Paris, Denoël, 1989.
  • Jacques Lenormand, Patrick Dayen et Florence Camard, Paul Colin, maître affichiste et peintre, Hôtel Drouot, Paris, 9-11 décembre 1989.
  • Marguerite Erbstein-Thomé, Paul Colin, le magicien des années folles, Laxou, Éditions de l'Est, 1994.
  • André Rossinot, Claude Petry et Alain Weill, Paul Colin et les spectacles, Éditions du Musée des beaux-arts de Nancy, 1994.
  • Jean-Claude Klein, La chanson à l'affiche - Histoire de la chanson française du café-concert à nos jours, Du May, Paris, 1995.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999, vol.3.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (lire en ligne).
  • Élodie Vlamynck, Michèle Barbe (dir.), Paul Colin et Joséphine Baker : l'expression du mouvement en peinture comme synthèse de l'art nègre et de la danse jazz - 1925-1927, [S.l.], [s.n.] , 2001.
  • Denis-Constant Martin et Olivier Roueff, La France du jazz - Musique, modernité et identité dans la première moitié du XXe siècle, Éditions Marseille Parenthèses, 2002.

Radiophonie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]