Baccarat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baccarat (homonymie).
Baccarat
L'hôtel de ville et le pont sur la Meurthe.
L'hôtel de ville et le pont sur la Meurthe.
Blason de Baccarat
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Canton Baccarat
Intercommunalité Communauté de communes du Territoire de Lunéville à Baccarat
Maire
Mandat
Christian Gex
2014-2020
Code postal 54120
Code commune 54039
Démographie
Gentilé Bachâmois
Population
municipale
4 460 hab. (2014)
Densité 330 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 57″ nord, 6° 44′ 20″ est
Altitude Min. 257 m
Max. 365 m
Superficie 13,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Baccarat

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Baccarat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baccarat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baccarat

Baccarat est une ville du nord-est de la France, chef-lieu de canton du département de Meurthe-et-Moselle. En lorrain, la ville s'appelait Bocorrot.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Baccarat, d’une superficie de 14 km2, est située à 50 kilomètres au sud-est de Nancy dans la vallée de la Meurthe, entre le plateau de Deneuvre et les collines boisées du Grammont.

Le territoire de la commune est limitrophe de 7 communes.

Communes limitrophes de Baccarat
Azerailles Gélacourt Merviller
Glonville Baccarat
Deneuvre Bertrichamps

Lachapelle

Ecarts et lieux dits[modifier | modifier le code]

  • Badménil
  • Verreries-Sainte-Anne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bacquarat (1310) ; Bakarroit (1314) ; Beckarrat, Backarrat (1353) ; Baccareat (1407) ; Baccarrat (1427) ; Baccaratum (1433) ; Baccaroy (1442) ; Bacaroy (1444) ; Baccharat (1505) ; Baccara (1513) ; Baccarat (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

Hôpital américain no 2 de Baccarat, spécialisé dans le traitement des « gazés » par arme chimique lors de la Première Guerre mondiale, ici le 8 juin 1918.

Baccarat fut d'abord un faubourg de la ville de Deneuvre qui a des origines romaines.

Le nom de Baccarat provient peut-être de Bacchi-ara (autel de Bacchus), nom du castellum romain dont on peut voir un vestige, appelé tour du Bacha, sur les hauteurs de Deneuvre.

Baccarat, qui avait ses coutumes particulières, était le chef-lieu d'une châtellenie du temporel de l'évêché de Metz (bailliage de Vic).

En 1305, Henri, premier sire de Blâmont de la famille de Salm, est le voué de Deneuvre pour l'évêque de Metz, et pour en assurer la sécurité il fait construire au bas de l'éperon la tour des Voués. Un faubourg se forme à son pied : c’est l’origine de Baccarat (qu’on écrivait Bacquarat, Bakarroit, Beckarrat, puis Backarrat). Le nom de Baccarat apparaît pour la première fois en 1291.

En 1459, en plus de son vin, la cité est surtout renommée pour ses drapiers.

Louis XV autorise la création d'une verrerie[1] en 1764, à l'instigation de l’évêque de Metz soucieux d'écouler l'importante production locale de bois de chauffage. Un verrier du nom d'Antoine Renaut répond alors à ses sollicitations. Devenue cristallerie en 1817, elle est revendue à la Compagnie des Cristalleries en 1881 et a depuis atteint une renommée mondiale sous le simple nom de Baccarat.
Le nombre d'ouvriers croissant va permettre l'essor de la commune avec la construction de logements, écoles, commerces, routes et petites industries mais la guerre marquera un coup d'arrêt à ce développement. À la veille de la grande guerre, la ville héberge des troupes (20e Bataillon de Chasseurs à Pied) à la caserne Haxo dont il reste quelques bâtiments aujourd'hui.

L'entre-deux-guerres est marquée par la construction de l'église, du pont et de l'hôtel de ville (Henry Wilfrid Deville, 1924). Durant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux dégâts seront causés à la ville avec notamment la destruction de l'église en octobre 1944. Libérée par la 2e division blindée le 31 octobre de la même année, la ville reprend son essor industriel dès 1945. Les travaux de reconstruction de l'église Saint-Remy sont entrepris en 1953 et seront terminés en 1957.

Le , Baccarat fut touchée par un séisme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[2] :

  • total des produits de fonctionnement : 5 508 000 , soit 11 180 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 4 944 000 , soit 188 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 878 000 , soit 372 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 1 898 000 , soit 407 par habitant.
  • endettement : 6 977 000 , soit 1 793 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 20,38 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 16,36 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 35,27 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 27,57 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 20,84 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
.... 1961 Georges Béné    
1961 mars 1965 Hubert Ancel    
mars 1965 mars 1971 Jean-Marie Fève (1933-2008) SE Médecin, né à Vicherey
mars 1971 mars 1975 André Violle    
mars 1975 mars 1983 Georges Humbert    
mars 1983 mars 1989 Michel Bacus   Directeur des cristalleries de Baccarat
mars 1989 mars 2001 Jean-Marie Fève (1933-2008) SE Médecin
Conseiller général du canton de Baccarat (1994-2001)
mars 2001 mars 2008 Michel Le Paige PS Proviseur de lycée professionnel
mars 2008 mai 2013[3] Josette Renaux (1941-2013) SE Consule de France retraitée, née à Raon-l'Étape
mai 2013 en cours Christian Gex PS Ingénieur

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Le canton de Baccarat compte 20 communes : Azerailles, Baccarat, Bertrichamps, Brouville, Deneuvre, Flin, Fontenoy-la-Joûte, Gélacourt, Glonville, Hablainville, Lachapelle, Merviller, Mignéville, Montigny, Pettonville, Reherrey, Thiaville-sur-Meurthe, Vacqueville, Vaxainville et Veney.

Depuis le 1er janvier 2004, la communauté de communes du Cristal associe Baccarat et les communes voisines de Lachapelle et Thiaville-sur-Meurthe.

En 2010, la commune de Baccarat a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[4].

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Flag of Germany.svg Gernsbach, arrondissement Rastatt / Bade-Wurtemberg, Allemagne - en 1962. Serment d'amitié signé le 4 octobre 1964 par Hubert Ancel et August Müller. En octobre 2014 à Baccarat de grandes festivités ont marqué le jubilé des 50 années.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 460 habitants, en diminution de -4,13 % par rapport à 2009 (Meurthe-et-Moselle : 0,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
983 1 096 1 246 1 857 2 304 3 057 3 216 3 260 3 520
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
3 565 4 121 5 036 5 764 6 013 5 823 5 723 6 772 7 014
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
6 996 7 277 5 739 5 605 5 598 5 336 5 034 6 024 6 067
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
5 856 5 590 5 433 5 022 4 746 4 654 4 440 4 460 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête du pâté lorrain, le deuxième dimanche de septembre.
  • Grand carnaval en mars tous les deux ans.
  • Les Insolites, parcours découverte d'œuvres contemporaines au parc Michaut, de mi-juin à fin août.
  • FIMA – Festival international des métiers d'art, tous les deux ans.

Vie militaire[modifier | modifier le code]

Cimetière militaire de Baccarat.

Unités militaires ayant tenu garnison à Baccarat :

Économie[modifier | modifier le code]

Artisanat[modifier | modifier le code]

La ville a donné son nom à la cristallerie mondialement célèbre qui y est implantée depuis le XVIIIe siècle. Baccarat travaille le cristal suivant la technique apportée par Aimé-Gabriel d'Artigues. Nombre d'ouvriers ont obtenu le titre de Meilleur ouvrier de France, et ont travaillé sous la direction de M. Roland-Gosselin, directeur artistique de l'usine dans les années 1950. La cristallerie a conservé son savoir-faire typiquement français, et orne les plus grandes tables du monde entier encore aujourd'hui.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Remy (XIXe siècle) détruite en 1944 a été reconstruite dans le style moderne[9]. Érigée entre 1953 et 1957 par l'architecte Nicolas Kazis (né vers 1920[10]), elle est tout entière placée sous le signe du triangle, symbole de la Sainte Trinité. Le clocher de forme triédrique mesure 55 mètres de hauteur, il abrite trois cloches. La décoration lumineuse (vitraux)[11] du "groupe témoignage" est composée de 4000 dalles de 2,5 cm d'épaisseur découpées en 20000 petits morceaux de cristal de Baccarat, ajustés dans le béton. L'ensemble coloré se décline en plus de 150 teintes et en fait un ensemble unique au monde. De chaque côté du chœur, deux ensembles symétriques représentent les douze Apôtres reconnaissables à leurs attributs traditionnels. Un très beau mobilier en fer forgé complète l'église : 2 bénitiers avec vasques en baccarat, le lustre, 2 grilles de séparation dans le transept, l'ambon, le tabernacle et ses dalles de cristal et le baptistère ainsi que le pied de la croix avec un christ en bois. Deux autres statues sont présentes dans les nefs latérales, saint Remy et la Vierge à l'Enfant (N.D. de l'Offrande) de François Brochet. Pour éclairer les allées latérales des sculptures en pierre reconstituée et cristal de Baccarat représentent les 14 stations du chemin de la croix. Un merveilleux plafond (le plus beau du genre en Europe) est composé de 130 éléments de bois collé, il pèse 19 tonnes. À l'entrée du vaisseau, en tribune sont installées les grandes orgues, instrument majestueux de Jacquot Lavergne (1958), il est composé de 3 claviers et d'un pédalier et comporte 40 registres[12]. L'ensemble sonore a 3 660 tuyaux. Cette église est depuis 2013 inscrite au patrimoine de Lorraine et classée au titre national des monuments historiques (MH)[13].
  • Restes du couvent des Carmes XVe siècle
  • Église Saint-Joseph de Badménil restaurée en 2012[14].
  • Chapelles :
    • Chapelle Sainte-Anne[15] construite en 1775, était destinée à l'usage du personnel de la verrerie[16]. Érigée en succursale de la paroisse de Deneuvre en 1802 ; actuellement elle est utilisée pour des expositions estivales organisées par la manufacture Baccarat
    • Chapelle Notre-Dame-de-Humbépaire (1948) cette dernière est éclairée par 20 vitraux en dalles de verre de Gabriel Loire de Chartres, un carillon de 6 cloches Paccard est installé dans le campanile[17].
    • Chapelle sainte-Catherine XVIIe siècle sur le ban de la commune de Gelacourt.
    • Chapelle Saint-Christophe XIIe siècle: statues.
    • Chapelle Notre Dame de la Délivrance XIXe siècle[18].

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Tour des Voués et vitrail de Baccarat[19]
Le monument des Vétérans
  • Mairie[20].
  • Tour des Voués donjon de l'ancien château construite en 1305 par le comte Henri I pour protégér les maisons des serfs, elle mesure 11,70 m au nord, 14,70 m à l'est et sa hauteur atteint environ 30 m. Vendue en 1332 par Henri III, la tour est rachetée par Adhémar de Monteil qui la complète par un château autour duquel sera construit Baccarat. Démoli au milieu du XVIIe siècle par le duc de Lorraine Charles IV de Lorraine
  • Château de la Cristallerie, construit en 1764. Agrandi pour Aimé d'Artigues (1778, 1848), acquéreur de la verrerie en 1816, par l'adjonction de deux corps latéraux en 1817[21]. Utilisé comme logement des administrateurs de la cristallerie depuis le milieu du XIXe siècle. Une partie du rez-de-chaussée a été transformé en musée des cristaux produits à Baccarat. Le parc a été coupé en deux par une rue ouverte dans la 1re moitié du XIXe siècle, une partie (située à l'ouest de l'orangerie) a été lotie, dans les dernières années du XIXe siècle, pour la construction d'une cité ouvrière. Existence d'un fonds d'archives privées[22].
  • Hôtel de ville de style néo-Renaissance : construit en 1924 par l'architecte Deville, elle s'inspire des maisons flamandes. Sur la façade, des quatre macarons sculptés représentent les différents métiers du cristal. Les grands salons sont ornés de quatre grands lustres et six appliques en cristal de Baccarat (inscrits à l'inventaire des MH). L'escalier d'honneur est l'œuvre de Jean Prouvé. L'ensemble du bâtiment a été entièrement rénovée en 2004.
  • Cristallerie Baccarat et musée du cristal Baccarat
  • Arborétum et roseraie (parc Michaut de 7 ha) derrière l'hôtel de ville[23].
  • Fontaine du cristal[24] au rond point entre l'hôtel de ville et l'église Saint-Remy de Baccarat
  • Fables de La Fontaine, réalisées en vitraux colorés dans des encadrements de grès rose sont installés dans différents secteurs dans la ville.
  • Le Pôle Bijou[25].

Monuments et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • Cimetière militaire de Baccarat.
  • Monument aux morts 1914-1918[26].
  • Monument aux morts de 1870-1871[27].
  • Le monument des Vétérans.
  • Le monument de la Rappe[28].
  • Monument Leclerc[29].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Musée Baccarat Musée du cristal, dans le château de la manufacture : 1100 pièces réalisées depuis 1817 ; vidéo des techniques de fabrication ; magasin de vente.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé : au premier de gueules au dextrochère de carnation armé d'argent, tenant une épée du même garnie d'or et accostée de deux besants aussi d'or, au second d'azur au gobelet d'argent.
Commentaires : Ce sont les armes du chapitre de la cathédrale de Metz, possesseur de la châtellenie, avec en pointe un verre à pied symbolisant la cristallerie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « verrerie Sainte-Anne, puis Cristallerie de Baccarat », notice no IA54001015, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Les comptes de la commune
  3. Josette Renaux, maire de Baccarat, s'est éteinte Consulté le 20/05/2013.
  4. « Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 19/12/2009.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Saint Rémy reconstruit
  10. http://www.estrepublicain.fr/actualite/2012/11/30/c-est-une-reincarnation
  11. Les vitraux de l'église Saint Rémy
  12. Orgue de l'église Saint Remy
  13. « Eglise Saint-Rémy », notice no PA54000078, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Saint Joseph de Badménil
  15. « chapelle Sainte-Anne », notice no IA54001020, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Chapelle ouvrière
  17. Notre Dame de Humbépaire
  18. Patronne des sages femmes ?
  19. Vitrail sur socle de pierre
  20. La mairie de Baccarat
  21. « château, actuellement musée », notice no IA54001019, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. À l’occasion du 250e anniversaire de Baccarat, le Petit Palais expose dans ses Grandes Galeries les chefs-d'œuvre de la plus illustre manufacture de cristal au monde, étonnants témoignages de la virtuosité de ses artisans.
  23. La sculpture "Métissage"
  24. La Fontaine de cristal
  25. Le Pôle bijou
  26. Monument aux morts 1914-1918
  27. Monument aux morts de 1870-1871
  28. Monument de la Rappe
  29. Monument à Leclerc