Boulay-Moselle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulay.
Boulay-Moselle
Halling-lès-Boulay
Boulay-Moselle
Église Saint-Étienne.
Blason de Boulay-MoselleHalling-lès-Boulay
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Canton Boulay-Moselle (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Houve-Pays boulageois
Maire
Mandat
André Boucher
2014-2020
Code postal 57220
Code commune 57097
Démographie
Gentilé Boulageois
Population
municipale
5 648 hab. (2014en augmentation de 10,87 % par rapport à 2010)
Densité 289 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 03″ nord, 6° 29′ 39″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 365 m
Superficie 19,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Boulay-Moselle
Halling-lès-Boulay

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Boulay-Moselle
Halling-lès-Boulay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boulay-Moselle
Halling-lès-Boulay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boulay-Moselle
Halling-lès-Boulay

Boulay-Moselle, localement appelée Boulay, est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est.

Historiquement et culturellement située en Lorraine, dans le pays de Nied, la commune est un bureau centralisateur cantonal, ainsi qu’une ancienne sous-préfecture départementale de 1919 à 2014.

D’autre part, le village d’Halling-lès-Boulay est une commune associée à Boulay-Moselle depuis 1973.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin de vie de la Moselle-Est, en Lorraine, la commune est l'une des principales localités de la région naturelle du pays de Nied.

Carte de la commune.
Parc éolien de Boulay.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Burtoncourt

Luttange

Roupeldange / Éblange Ottonville

Velving / Bouzonville

Rose des vents
Hinckange

Charleville-sous-Bois / Metz

N Denting

Coume / Creutzwald

O    Boulay-Moselle    E
S
Volmerange-lès-Boulay

Varize-Vaudoncourt

Helstroff

Bionville-sur-Nied

Camp du Ban-Saint-Jean

Momerstroff / Saint-Avold

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La sous-préfecture.

La ville est souvent désignée, dans le langage parlé, sous le nom de Boulay, mais son nom officiel est Boulay-Moselle depuis une date inconnue, avant la création de l’Insee en 1946[1].

  • Anciens noms[2],[3],[4] : Bollei (1184), Bolche (1187), Bollay (1252), Bollechen (1265), Bollet (1270), Bolke (1293), Boula (1301), Bolleya (1309), Bolchen (1375), Boulla (1429), Bolchen (1487), Bolichen (1575), Boullas (1635), Bollai (1636).
  • En allemand : Bolchen[2]. En francique lorrain : Bolchin[5].
  • Surnoms : la « Rachborn » ou « Ratschborn » = la fontaine aux commérages[6], Bolcher Saaslecker (les lécheurs de sauce de Boulay).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le tribunal.

Boulay, désigné Bollei en 1184, est une ancienne ville fortifiée, siège du comté de Boulay.

La seigneurie de Boulay relevait du duché de Lorraine jusqu’à son annexion à la France en 1766. Le prince de Condé attaqua le bourg pendant la guerre de Trente Ans.

Raphaël Lévy, originaire de Boulay fut accusé à tort en 1669 du meurtre rituel d’un enfant chrétien qu’il aurait enlevé pour célébrer le nouvel an juif. Il fut torturé puis conduit au bûcher après un procès mené à charge par le parlement de Metz : l’« affaire Raphaël-Lévy »[7].

Par édit du 30 juin 1751, Boulay devient le siège d’un nouveau bailliage qui exista jusqu’en 1789. Le ressort du bailliage de Boulay regroupait l’ancienne prévôté de Boulay et celles de Saint-Avold, de Longeville-lès-Saint-Avold et de Faulquemont.

En 1850, il y avait sept brasseries à Boulay, dont trois qui appartenaient à des membres de la famille Mayer.

En 1866, environ deux cents habitants de la commune succombent au choléra[8].

Le 9 août 1870 eu lieu le combat de Boulay durant la guerre franco-allemande de 1870 ou fut engagé le 2e régiment de hussards.
Comme les autres communes de l’actuel département de la Moselle, la ville de Boulay est annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918. En 1871, la commune de Boulay, ou « Bolchen », devient une sous-préfecture du Bezirk Lothringen au sein du Reichsland Elsass-Lothringen. Pendant la Première Guerre mondiale, les conscrits boulageois, comme la plupart des Mosellans, se battent sous les couleurs de l’Empire allemand. Boulay redevient française en 1918. Lors de la seconde annexion, la commune est rebaptisée « Bolchen », et redevient le siège du « Landkreis Bolchen ». Une grande partie de la ville fut détruite par les Américains en novembre 1944, pendant la progression de la IIIe armée de Patton vers la Sarre. Ainsi, l’ancien hôtel de ville de Boulay, construit au XVIIIe siècle, place de la Vendée, fut détruit le par un bombardement anglo-américain. La ville fut finalement libérée le [9].

Un coffret reliquaire de l’époque romane a été acquis en 2000, par le musée de Metz. Il provient de la collection de François Lesecq (1814-1905), maire de Boulay de 1852 à 1872. La provenance de cet objet est sans doute une confiscation par son grand-père Georges Lesecq (1737-1792) qui fut vérificateur de la douane à Sierck. Ce reliquaire est décrit en 1770 comme faisant partie du trésor de la cathédrale de Metz. Or, le 6 novembre 1790 un bibliothécaire de la cathédrale : Dom Jean Baptiste Maugérard fut pris dans le ressort de la douane de Thionville exportant clandestinement plusieurs livres et ornements d’église[10].

La petite commune de Halling-lès-Boulay a été rattachée à Boulay-Moselle en 1973, avec le statut de commune associée ; elle comptait 53 habitants en 1999

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs de Boulay-Moselle
Période Identité Étiquette Qualité
1852 1872 François Lesecq (1814-1905)    
1914   Hippolyte Mayer    
? ? Joseph Martin RPF puis RS Médecin
Conseiller général du canton de Boulay-Moselle (1949 → 1955)
mars 1959 1992 Julien Schvartz UNR puis RPR Médecin
Député de la 5e circonscription de la Moselle (1962 → 1981)
Conseiller général du canton de Boulay-Moselle (1961 → 1992)
Président du conseil général de la Moselle (1982 → 1992)
1992 mars 2008 Maurice Gracia RPR puis UMP Directeur d’un centre de réinsertion
mars 2008 en cours André Boucher UMP-LR Conseiller régional du Grand Est (depuis 2016)
Conseiller général du canton de Boulay-Moselle (1992 → 2015)
Président de la CC du Pays boulageois (2008 → 2016)
Président de la CC Houve - Pays Boulageois (depuis 2017)
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires délégués successifs de Halling-lès-Boulay
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 René Weisse    
mars 2008 en cours Jacqueline Paul    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Boulay-Moselle est jumelée avec Mengen (Allemagne) et de nombreux échanges perdurent.

Au collège Victor-Demange, les élèves de classe européenne allemand ont pour correspondants des écoliers allemands de Mengen. Des voyages sont organisés tous les ans.

Les harmonies de Boulay et de Mengen se rencontrent elles aussi régulièrement au fil des voyages organisés par les municipalités pour le jumelage. C’est à chaque fois l’occasion de jouer ensemble, car la musique est universelle et permet de dépasser les barrières des langues. Ces moments de partage sont appréciés des musiciens, mais aussi du public des deux villes.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2015, la commune comptait 5 621 habitants[Note 1], en augmentation de 10,87 % par rapport à 2010 (Moselle : -0,06 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
2 785 2 069 2 272 2 571 2 684 2 670 2 968 2 870 2 499
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
2 520 2 668 2 372 2 281 2 133 2 737 2 202 2 218 2 009
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
2 150 2 364 2 611 2 216 2 627 2 985 3 314 3 830 4 336
1990 1999 2006 2007 2012 2015 - - -
4 422 4 374 4 670 4 711 5 377 5 621 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La ville comporte de nombreuses grandes surfaces, mais son principal atout est de s’axer sur le centre de la ville.

Les trois centrales éoliennes de Boulay-Moselle sont en service depuis le 1er décembre 2007[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le patron de Boulay est saint Étienne (Stäffä en dialecte de Boulay).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains.
  • Traces d’anciennes fortifications : deux tours « les vieilles dames Dada ».
  • Vestiges du château, XIIe siècle.
  • Maisons XVIIe siècle et XVIIIe siècle ; beaux linteaux décorés.
  • Passage voûté.
  • Ancienne manufacture d’orgues.
  • Ancien collège des récollets irlandais XVIIIe siècle.
  • Bel hôtel de ville XVIIIe siècle, détruit en 1939/1945.
  • « Fontaine aux lions ».
  • Boulay possédait une très célèbre manufacture d’orgues : la manufacture des grandes orgues Dalstein-Haerpfer. L’église de la commune possède un orgue monumental[16].
  • Salle Saint-Étienne.
  • Cimetière Israélite le premier de 1721 dans le jardin du presbytère et remplacé en 1725 par un deuxième rue des Grognards, le troisième de 1930 rue du Général-Newinger.
  • Cimetière protestant rue du Général-Newinger.
  • Nécropole soviétique, rue du Général-Newinger, composé de quatre ossuaires de la Deuxième Guerre mondiale provenant du Camp du Ban-Saint-Jean de Denting qui servait de camp de prisonniers de 1942 à 1944. À l’arrière se trouve un monument commémoratif dédié aux victimes ukrainiennes : « Ici reposent 3 600 Ukrainiens victimes de la guerre 1939-1945 - Les Ukrainiens de France ».

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Étienne 1782 : clocher en bulbe 1863 ; fonts 1518, lutrin en fer forgé XVIIIe siècle, crédence XVIIIe siècle ; buffet et partie instrumentale des grandes orgues 1725. En 1907, le pasteur Albert Schweitzer y donna un concert d’orgue, car il s’était lié d’amitié avec monsieur Haerpfer de la fabrique d’orgues Dalstein-Haerpfer[17].
  • Chapelle Sainte-Croix XVIe siècle.
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Salette néo-gothique 1868.
  • Église de la Bienheureuse-Vierge-Marie à Halling-lès-Boulay.
  • Nombreuses croix de chemin.
  • Temple protestant réformé, rue de Saint-Avold construit entre 1883 et 1884.
  • Synagogue, rue Brûlée construite en 1952 pour remplacer l’ancienne de style néo-roman de 1854.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

  • École de musique et de danse du pays Boulageois, située dans l’ancien tribunal rue de Sarrelouis, elle comprend trois cents élèves venant de l’ensemble des communes du territoire. L’école est tournée vers son territoire en organisant de nombreux spectacles délocalisés. Les pratiques collectives sont mises à l’honneur avec l’orchestre junior, l’orchestre de cordes, la musique de chambre, les chœurs enfants et adultes. Les cours de danse classique et modern jazz se développent depuis quelques années.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Boulay-Moselle Blason D’or à la bande de gueules chargée de trois alérions d’argent, accompagnée de deux croisettes ancrées aussi de gueules.
Détails
Blason adopté par la commune en 1898.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Boulay[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie relative à ce sujet, voir Naissance à Boulay-Moselle.

Personnalités liées à Boulay[modifier | modifier le code]

  • François-Louis Fleck (1824-1881) 100e évêque de Metz, était curé à Boulay ;
  • Robert Schuman (1886-1963), un des pères fondateurs de l’Europe, a vécu à Boulay vers 1910 ;
  • Julien Schvartz (1925-2014), député de la Moselle, président du conseil général de la Moselle, a été maire de Boulay-Moselle de 1959 à 1995.
  • Maurice Gracia (1943-2009), ancien maire de Boulay-Moselle de 1995 à 2008, ancien directeur de moissons nouvelles.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Bajetti, Boulay-Moselle, Serge Domini éditeur, 2000.
  • Pierre-Emile Kiffer, « Le nom de lieu Boulay du département de la Moselle n’est pas tiré du règne végétal. » dans Bulletin de la société d’histoire naturelle de la Moselle, 35e cahier, 1938.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.insee.fr/fr/insee-statistique-publique/default.asp?page=connaitre/loi-1946.htm
  2. a et b Ernest de Bouteiller, Dictionnaire topographique de l’ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. (de) Monika Buchmüller-Pfaff, Siedlungsnamen zwischen Spätantike und frühem Mittelalter.
  4. Maria Besse, Namenpaare an der Sprachgrenze, 1997.
  5. Geoplatt
  6. Passé-Présent : La Moselle dévoilée no 5 (janvier-février 2012)
  7. Pierre Birnbaum, Un récit de « meurtre rituel » au Grand Siècle : l’affaire Raphaël Lévy, Metz, 1669, Paris, Fayard, , 234 p. (ISBN 978-2-213-63831-7, présentation en ligne).
  8. Denis Metzger, Le choléra dans les pays de la Nied au XIXe siècle : le témoignage des croix, 1984.
  9. Recensement préfectoral de 1994 sur les dates de libération.
  10. Isabelle Bardiès-Fronty et Pierre Édouard Wagner, « Le retour à Metz d’un coffret reliquaire de l’abbaye Saint-Arnoul, une importante acquisition pour les musées de Metz » dans La Revue des Musées de France, 4 octobre 2005, p. 36.
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. Les moulins de Boulay
  16. Orgue de Boulay
  17. Cahiers d’Albert Schweitzer no 110-111, janvier-juin 1998, p. 34.
  18. Anne-Marie Meininger, préface de La Maison Nucingen, Flammarion GF, 1989, p. 39 (ISBN 2070380521).