Pierre Pelot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Pelot
Description de cette image, également commentée ci-après

Pierre Pelot (2011)

Nom de naissance Pierre Grosdemange
Alias
Pierre Suragne
Pierre Carbonari
Naissance (69 ans)
Saint-Maurice-sur-Moselle, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Pierre Pelot[1], de son vrai nom Pierre Grosdemange, né le à Saint-Maurice-sur-Moselle dans les Vosges, est un écrivain français. Il est extrêmement prolifique, on lui attribue près de 200 titres. Il écrit également sous les pseudonymes de Pierre Suragne (pseudonyme imposé par le Fleuve Noir de 1972 à 1980) et Pierre Carbonari (seulement pour quelques nouvelles).

Biographie[modifier | modifier le code]

Une œuvre immense, très diverse et construite pas à pas[modifier | modifier le code]

L’œuvre immense de Pierre Pelot, construite jour après jour, depuis cinq décennies, a accédé aujourd'hui à une reconnaissance générale et légitime. Il ne faudrait donc pas la réduire à l’écriture de romans de science-fiction, ou relevant du fantastique, à des romans noirs et plus récemment, à celle de romans de littérature générale et – avec la collaboration scientifique d'Yves Coppens – et à des romans situés dans la Préhistoire (Le Rêve de Lucy, Sous le Vent du monde…).

On lui doit aussi des pièces de théâtre, des contes, des pastiches et des parodies de western ou d’heroic-fantasy, des chroniques, des nouvelles, des feuilletons et des adaptations pour la radio ou la télévision. Le champ de l’écriture s’est encore étendu au scénario de film, de bande dessinée, de téléfilm et à la novélisation.

Sans cesser d’être un « raconteur d’histoires », un écrivain « populaire », il est devenu peu à peu un authentique écrivain. La perception de son œuvre a souvent été schématique et restrictive, chaque décennie imposant une image différente. Les années 1960 sont celles du western et de la série Dylan Stark. Lors de la décennie suivant, Pelot commence à exploiter surtout les trois domaines de la science-fiction, du fantastique et du roman de terroir « vosgien » (sans jamais tomber dans le "régionalisme"). L’écriture de romans noirs, de cycles et séries de science-fiction masque le passage dans la littérature générale au cours des années 1980. La décennie suivante est surtout marquée par la forte série de « paléofiction » écrite avec le concours d’Yves Coppens. Il faut attendre la première décennie du XXIe siècle et la parution du chef-d’œuvre C’est ainsi que les hommes vivent pour que l’image de l’écrivain s’impose à tous. La parution de plusieurs romans littéraires qui vont suivre confirme les qualités du styliste et du créateur d’un monde original peuplé de personnages forts et inoubliables (en particulier certains personnages féminins).

De la bande dessinée aux romans-westerns et à la série "Dylan Stark"[modifier | modifier le code]

Après une brève orientation vers l’électricité et une courte expérience dans un atelier de mécanique générale, Pelot veut échapper au sort commun. De 1960 à 1963, il apprend le dessin par correspondance, peint des toiles et se lance dans la bande dessinée, ce qui lui vaudra son premier article de presse en 1963 dans L'Est républicain à propos de sa BD mettant en scène un héros du Far West : Bob Hart[2]. Parce qu'il a envoyé ses quatre albums de 44 planches réalisées, coloriées (et toujours inédites) à Hergé, il reçoit en décembre 1963 la réponse du père de Tintin qui juge ses textes "excellents, drôles, originaux, percutants, souvent d'une allègre violence". En revanche, les dessins sont jugés plus sévèrement. Cette lettre confirme chez Pelot un désir d'écrire déjà fortement présent.

Fort de cette première expérience, nourri de cinéma et d’illustrés, ayant appris énormément sur l'histoire des États-Unis, il se lance dans une carrière littéraire en adoptant son genre de prédilection : le western. Son premier roman, La Piste du Dakota, paru au début de l'année 1966 sous la signature de Pierre Pelot, se déroule dans les États-Unis du lendemain de la guerre de Sécession. Il paraît dans la collection Marabout Junior qui publie également les aventures de Bob Morane (d'Henri Vernes)). Sept autres westerns suivent, six romans et un recueil de nouvelles.

En 1967, Pierre Pelot crée le personnage de Dylan Stark, un métis franco-indien né dans le sud des États-Unis. Le premier roman de la série, Quatre Hommes pour l'Enfer, se déroule pendant la guerre de Sécession, à laquelle le personnage participe du côté sudiste, à contrecœur. Cet antihéros, inséré dans un cadre géographique et historique plausible, évolue de 1965 à 1867 dans les années de l’après-guerre et d’une paix précaire. Le premier volume de la série paraît en 1967 dans la collection Pocket Marabout qui en publiera treize autres. Pelot reçoit cette même année le Prix des Treize pour La Couleur de Dieu (tome 2 du cycle) et se marie le 22 décembre. Son fils Pierre-Dylan naît en 1969. Il se fera connaître sous le pseudonyme de Dylan Pelot avant de disparaître brutalement à l'âge de 43 ans.

Les années 70 et l'ouverture à de nouveaux genres[modifier | modifier le code]

Après l’arrêt brutal de la parution de la série Dylan Stark, Pelot est sans ressources et doit trouver d’autres sources d’inspiration et d’autres éditeurs. Il publie d’autres romans « américains » dans les collections pour la jeunesse : La Drave (1970), L’Unique rebelle (Prix Jeunesse, 1971). Il cache Dylan Stark sous le pseudonyme de "Dan Starken" dans Sierra brûlante (1971, Prix européen de Littérature jeunesse en 1976) et adapte sa 4e bande dessinée inédite (la plus élaborée), pour le roman homonyme La Guerre du Castor (Spirale, G.P., 1971). L’année 1972 est cruciale puisque Pierre Pelot publie en même temps dans trois domaines littéraires :la science-fiction, le fantastique et le roman social et contemporain ayant les Vosges pour cadre (Les Étoiles ensevelies, Aiglon d'or au Festival de Nice)

À première vue, l'inspiration de Pierre Pelot se démarque de celle d'autres romanciers pour la jeunesse par le fait que ses romans se terminent souvent mal et que ses personnages ne sont pas des surhommes (contrairement à Bob Morane, par exemple). Plus profondément, Pierre Pelot introduit dans ces collections des personnages et des thèmes jusqu’alors rarement traités. Ainsi dans les collections "Grand Angle" (chez G.P.) et "Les Chemins de l'Amitié"" (aux Éditions de l'Amitié-G.T. Rageot), il évoque la fragilité de l'amitié parfois trahie (Le Pantin immobile), la solitude de la vieillesse (Le Cœur sous la cendre, Grand Prix Européen de Littérature jeunesse, Province de Trente, 1977), la difficulté de la réinsertion sociale (Le Pain perdu), l'intolérance envers la différence et la marginalité (Fou comme l’oiseau), l'hospitalité trahie (Le Renard dans la maison, Prix Jean Macé, 1977). Le Ciel fracassé, paru en 1975, met en scène un déserteur, à une époque où le service militaire était encore obligatoire en France. Je suis la mauvaise herbe mettait déjà en scène un marginal, objecteur de conscience.

À partir de 1972 et jusqu'en 1980, Pelot publie des romans fantastiques, de SF et des policiers dans les collections Angoisse, Anticipation et Spécial Police chez Fleuve noir, sous le pseudonyme de Pierre Suragne. Toujours au Fleuve Noir, il récupère le nom de Pierre Pelot pour des séries de science-fiction et d'heroic-fantasy parodique (Konnar le Barbant) et pour quelques romans noirs. Au cours des années 1970, Pierre Pelot s’impose peu à peu comme un :maître français de la science-fiction et du fantastique. Il est présent dans les collections J’ai lu, "Presses-Pocket", Présence du futur mais aussi Ailleurs et Demains et Dimensions S-F. Coup sur coup, il reçoit le Grand prix de la Science-Fiction française pour Delirium circus et le Grand prix du Festival de Metz pour Transit. Les spécialistes du genre saluent son talent, en particulier dans la revue Fiction. Pelot se consacre à ces paraboles caricaturales de la science-fiction et dénonce, par ce biais, une société policière qui contrôle ses citoyens, en particuliers dissidents ou marginaux, tous les exclus du système.

Deux rééditions capitales ont revivifié des ouvrages importants de science-fiction écrits par Pierre Pelot. En 2005, Denoël, sous le titre générique Delirium Circus, réédite le roman éponyme et les trois récits indispensables Transit, Mourir au hasard et La Foudre au ralenti. En 2008, chez Bragelonne, Orages mécaniques réunit Kid Jésus, Le Sourire des crabes et Mais si les papillons trichent, avec une postface éclairante et bien informée de Claude Ecken. Ces deux rééditions majeures ont constitué une invitation à une lecture réactualisée de la science-fiction pelotienne,. Ce que font les jeunes universitaires Simon Bréan ou Pierre-Gilles Pélissier, le premier revisitant aussi bien les romans S-F du Fleuve Noir que les titres majeurs des années 70-80, le second examinant « la décennie des dystopies, utopies et contre-utopies de Pierre Pelot » qui va de L’Enfant qui marchait sur le ciel (1972) à Nos armes sont de miel (1982),

Les années 80 et 90[modifier | modifier le code]

En plus d'ouvrages forts qui mettent en évidence les pièges d'une société manipulée et aliénée, comme La Guerre Olympique, Canyon Street, Les Barreaux de l'Eden ou Les Pieds dans la tête, Pelot livre des récits noirs et vigoureux qui distillent le suspens et le frisson, tels La Nuit sur terre ou La Forêt muette. L'Été en pente douce, en dépit d'un titre génial ensuite copié partout, est d'abord discrètement publié chez Kesselring. Il ne connaîtra qu'un succès mérité qu'après son adaptation cinématographique par Gérard Krawczyk. La décennie des années 80 est surtout consacrée au roman noir et au séries de science-fiction. Pierre Pelot consacre ensuite du temps à des scénarios télévisuels, à la peinture, au théâtre, pour des pièces inédites jouées en 1991 et 1993. Le rythme des publications s'en ressent et se ralentit. Le fit le plus marquant de la dernière décennie du siècle st la longue rédaction très documentée et la publication des cinq tomes du cycle de "paléofiction" Sous le vent du monde, rédigé avec la collaboration scientifique de Yves Coppens. Pelot domine à ce point son sujet qu"il le prolonge dans les deux tomes du cycle Le livre de Ahorn, deux sortes de romans policiers préhistoriques

L'écrivain Pelot au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2002, grâce à son ami Philippe Vandooren, son premier éditeur pour Marabout, devenu directeur éditorial chez Dupuis, Pelot renoue avec la bande dessinée et devient le scénariste de la trilogie de science-fiction H.A.N.D., dessinée par Emmanuel Vegliona et publiée dans la collection "Répérages", chez Dupuis. Pelot n'a pas attendu le nouveau siècle pour écrire des romans de littérature générale. Redécouvrant le plaisir de l'écriture manuelle, il est déjà l'auteur de Elle qui ne sait pas dire je et Si loin de Caïn" mais c'est seulement au début du nouveau siècle qu'on s'aperçoit qu'il est davantage qu'un romancier populaire. En 2003, il a publié un roman historique, C'est ainsi que les hommes vivent Prix Erckmann-Chatrian, "Prix de la feuille d'or-France bleue Sud Lorraine", qui traite de sa région (les Vosges) au XVIIe siècle. Les critiques sont élogieuses. Alors qu'il a quitté les éditions Denoël où il avait publié en 1993 le très beau roman (à redécouvrir) : Ce soir, les souris sont bleues pour les éditions Héloïse d'Ormesson, Pelot publie d'abord en 2005, un roman vosgien où se cachent des éléments autobiographiques : Méchamment dimanche (Prix Marcel Pagnol). La part autobiographique est encore plus forte dans La Montagne des bœufs sauvages, publié par Hoëbeke en 2010.

En 2006, il reçoit le prix Amerigo Vespucci lors du 17e Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges pour son roman L'Ombre des voyageuses. Héloïse d'Ormesson publie encore Les Normales saisonnières en 2007 et Maria en 2011. En 2012, les éditions Omnibus regroupent dans un grand volume collectif de 1247 pages les 5 romans épiques de la saga de l'Homme, (romans déjà réédités séparément chez Folio), sous le titre générique Sous le vent du monde. Deux ans plus tard, en 2014, Bragelonne publie l'intégrale numérique des cinq tomes de l'épopée préhistorique.

Des pièces de théâtre sont devenues des romans dont le style été très travaillé : Les Caïmans sont des gens comme les autres Denoël, 1996, L'Ange étrange et Marie-McDo (Librairie Arthème Fayard, 2009), Givre noir (éd. la branche Vendredi, 2012) et La Ville où les morts dansent toute leur vie (Librairie Arthème Fayard, 2012).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Roman de Pierre Pelot.

Romans de science-fiction[modifier | modifier le code]

Romans fantastiques[modifier | modifier le code]

  • Blues pour Julie Coll. "Espaces Mondes"", éd. Ponte Mirone, 1980.
  • Une jeune fille au sourire fragile Coll. "Science-Fiction n° 6", éd. Patrick Siry, 1988.
  • Une autre saison comme le printemps Coll. "Présences", Denoël, 1994.
  • La Fille de la Hache-Croix Coll. "Les Fantastiques", Magnard Jeunesse, 1998. Ill.

Policiers, romans noirs, thrillers...[modifier | modifier le code]

  • La Forêt muette Coll. "Sanguine", Albin Michel, 1982.
  • Pauvres zhéros Coll "Engrenage", Fleuve noir, 1982. (Adaptation et dessins de Baru pour une bande dessinée parue chez Casterman et Payot/Rivages en 2008)
  • La Nuit sur terre Coll "Sueurs froides", Denoël, 1983.
  • Le Cri du prisonnier Coll "Engrenage", Fleuve noir, 1983.
  • Noires racines Coll "Sueurs froides", Denoël, 1985.
  • Natural killer Vertiges Publications, 1985. (Nouvelle édition revue : "Rivages-noir", Rivages, 2000.)
  • Le Bonheur des sardines Coll "Sueurs froides", Denoël, 1993.
  • Purgatoire Fleuve noir, 1986, coll. Gore n° 34.
  • Aux chiens écrasés Fleuve noir, coll. Gore n° 59. 1986.
  • Le Jour de l'enfant tueur, Coll. Points n° 653, Seuil, 1999. (Le Livre de Ahorn-1) (Préhistoire)
  • L'Ombre de la louve, Coll. Points n° 718, Seuil, 2000. (Le Livre de Ahorn-2) (Préhistoire)
  • Les Chiens qui traversent la nuit "Rivages/Noir", Rivages, 2003.

Romans de littérature générale[modifier | modifier le code]

Romans adaptés à la télévision et au cinéma[modifier | modifier le code]

  • Les Étoiles ensevelies Coll. "Bibliothèque de l'Amitié", Éd. de l'Amitié-G.T. Rageot, 1972. (Téléfilm de Pierre Cardinal et Michèle Tournier diffusé sur la 1ère chaïne française le 26 décembre 1974. Musique de Paco Ibanez)
  • Le Pain perdu Coll. "Grand Angle", Éditions G.P., 1974. (Téléfilm de Pierre Cardinal diffusé sur la 1ère chaîne française le 30 mars 1977. Musique de Jacques Loussier)
  • Le Pantin immobile Coll. "Les Chemins de l'amitié n° 18, Éd. de l'Amitié-G.T. Rageot, 1976. (Téléfilm de Michel Guillet diffusé sur FR3 le 22 mai 1985.)
  • Fou comme l'oiseau Coll. "Les Chemins de l'amitié" n° 32, Éd. de l'Amitié-G.T. Rageot, 1980. (Téléfilm de Fabrice Cazeneuve diffusé sur antenne 2 le 22 juin 1983. Musique de Michel Portal).
  • L'Été en pente douce Yverdon (Suisse) : Kesselring, 1980. (Film de Gérard Krawczyk, 1987).

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Sous le pseudonyme de Pierre Carbonari[modifier | modifier le code]

  • Le Grand suicide, Périodique L'Impossible n° 6, décembre 1971.
  • L'Homme nostalgique, Périodique L'Impossible"n °7, janvier 1972.
  • Le Trait de génie, Périodique L'Impossible n+ 12, juin 1972.

Sous le pseudonyme de Pierre Suragne[modifier | modifier le code]

  • Le Raconteur, revue de S-F Fiction n° 244, Opta, avril 1974.
  • Numéro sans filet, revue de S-F Fiction, n° 245, Opta, mai 1974.
  • Je suis la guerre, revue de S-F Fiction, n° 247, Opta, juillet 1974.
  • L'Assassin de Dieu, revue de S-F Fiction, n° 251, Opta, novembre 1974.
  • Ici, revue belge de S-F Argon, Opta, avril 1975.
  • Danger, ne lisez-pas !, Les soleils d'Arcadie, anthologie de Daniel Walter, Opta, mai 1975.
  • Sables..., sables..., Dédale-1, anthologie de Henry-Luc Planchat, Marabout, 1975.

Sélection de nouvelles signées Pierre Pelot[modifier | modifier le code]

  • Pionniers, Univers 06, anthologie de Yves Frémion, J'ai Lu, Opta, 1976.
  • Razzia de printemps, revue S-F Piranha, n° 2, Pierre de Lune, 1977.
  • Il y eut, ce soir-là, un orage, Planète socialiste, anthologie de Michel Jeury, Kesselring, 1977.
  • Un amour de vacances (avec le clair de lune, les violons, tout le bordel en somme), Retour à la terre n° 3. anthologie de Jean-Pierre Andrevon, Présence du futur, Denoël, 1977.
  • Nouveaux-nés, Alerte ! n° 1, anthologie de Bernard Blanc, Kesselring, 1977.
  • Mauvaise passe, Quatre milliards de soldats Collectif n° 3, anthologie de Bernard Blanc, Kesselring, 1977.
  • Le Test, Alerte ! n° 3, anthologie de Bernard Blanc, Kesselring, 1978.
  • Bulle de savon, Pardonnez-nous vos enfances, Anthologie de Denis Guiot, Présence du futur, Denoël, 1978.
  • L'Amidéal, revue de S-F Fiction n° 292, Opta, juillet-août 1978.

Séries et cycles de science-fiction[modifier | modifier le code]

Les Hommes sans futur[modifier | modifier le code]

  • Les Mangeurs d'argile Coll. "Science-Fiction n° 5123", Ill. Wojtek Siudmak, Presses-Pocket, 1981.
  • Saison de rouille Coll. "Science-Fiction n° 5135", Ill. Wojtek Siudmak, Presses-Pocket, 1982.
  • Soleils hurlants Coll. "Science-Fiction n° 5157", Ill. Wojtek Siudmak, Presses-Pocket, 1983.
  • Le Père de feu Coll. "Science-Fiction n° 5173", Ill. Wojtek Siudmak, Presses-Pocket, 1984.
  • Le chien courait sur l'autoroute en criant son nom Coll. "Science-Fiction n° 5190", Ill. Wojtek Siudmak, Presses-Pocket, 1984.
  • Ce chasseur-là Coll. "Science-Fiction n° 5209", Ill. Wojtek Siudmak, Presses-Pocket, 1985.

Chromagnon Z[modifier | modifier le code]

La Ballade Tony Burden[modifier | modifier le code]

Les Raconteurs de nulle part[modifier | modifier le code]

Konnar et compagnie[modifier | modifier le code]

  • Le Fils du grand Konnar (d'abord publié en feuilleton dans la revue Fiction (1981) sous le titre Konnar le Barbant) Ill. Vatine,Fleuve noir, 1990)
  • Sur la piste des Rollmops Ill. Vatine, Fleuve noir, 1991)
  • Rollmops Dream Ill. Vatine, Fleuve noir, 1991)
  • Gilbert le Barbant - le retour Ill. Vatine, Fleuve noir, 1991)
  • Ultimes aventures en territoires fourbes Ill. Vatine, Fleuve noir, 1991)
  • Konnar le barbant, La Konnerie : Intégrale Ill. Jean Solé, Bragelonne, 2006. (Réédition intégrale et entièrement révisée des 5 épisodes).

Sous le pseudonyme Pierre Suragne[modifier | modifier le code]

Récits d'anticipation[modifier | modifier le code]

  • La Septième Saison Coll. Anticipation, n° 505, Ill. Ste Croix, Fleuve Noir, 1972.
  • Mal Iergo le dernier Coll. Anticipation) n° 519, Ill. Ste Croix, Fleuve Noir, 1972.
  • L'Enfant qui marchait sur le ciel Coll. Anticipation, n° 530, Ill. Ste Croix, Fleuve Noir, 1972.
  • La Nef des dieux Coll. Anticipation, n° 549, Ill. Ste Croix, Fleuve Noir, 1973.
  • Mecanic Jungle Coll. Anticipation, n° 566, Ill. Brantonne, Fleuve Noir, 1973.
  • Et puis les loups viendront Coll. Anticipation, n° 577, Ill. Brantonne, Fleuve Noir, 1973.
  • Mais si les papillons trichent Coll. Anticipation, n° 612, Ill. Brantonne, Fleuve Noir, 1974.
  • Le Dieu truqué Coll. Anticipation, n° 625, Ill. Brantonne, Fleuve Noir, 1974.
  • Ballade pour presque un homme Coll. Anticipation, n° 533, Ill. Brantonne, Fleuve Noir, 1974.
  • Une si profonde nuit Coll. "Lendemains retrouvés" n° 8, Fleuve Noir, 1975.
  • Vendredi, par exemple… Coll. Anticipation, n° 695, Ill. Brantonne, Fleuve Noir, 1975.
  • La Cité au bout de l'espace Coll. Anticipation, n° 797, Fleuve Noir, 1977.
  • Virgules téléguidées Coll. Anticipation, n° 970, Fleuve Noir, 1979.
  • Dérapages Coll. Anticipation, n° 999, Fleuve Noir, 1980.

Récits fantastiques[modifier | modifier le code]

Récits policiers[modifier | modifier le code]

Western[modifier | modifier le code]

Deux westerns humoristiques et parodiques inspirés par deux bandes dessinées inédites de Pelot mettant en scène le personnage de Bob Hart:

  • Le Train ne sifflera pas trois fois Ill. Daniel Dupuy, Collection Spirale, Editions G.P., 1974.
  • La Poussière de la piste Ill. Omer Anamur, Collection Spirale, Editions G.P., 1975.
Cycle de Dylan Stark[modifier | modifier le code]
  1. Quatre hommes pour l'enfer Ill. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1967.
  2. Le Vent de la colère Collection "Bibliothèque de l'Amitié", Editions de l'Amitié-G.T. Rageot, 1973.
  3. La Couleur de Dieu Ill. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1967.
  4. La Horde aux abois Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1967.
  5. Les Loups dans la ville Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1967.
  6. Les Loups sur la piste Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1967.
  7. Les Irréductibles Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1967.
  8. Le Hibou sur la porte Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1967.
  9. La Marche des bannis Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1968.
  10. Deux hommes sont venus Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1968. (Prépublié dans l'hebdomadaire Tintin, février-mai 1968. Illustrations de Hermann).
  11. 7 h 20 pour Opelousas (En complément du volume Deux hommes sont venus, 1968)
  12. La Peau du nègre Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1968.
  13. L'Homme qui marche (En complément du volume La Peau du nègre, 1968)
  14. Quand gronde la rivière Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1968.
  15. Plus loin que les docks In Recueil "Dylan Stark-2", Éditions Claude Lefrancq, 1998.
  16. Un jour, un ouragan... Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1968.
  17. Le Tombeau de Satan Préface de Hergé, Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1969.
  18. La Loi des fauves Ill. de couv. Pierre Joubert, Collection "Pocket Marabout", Ėditions Gérard & C°, 1969.
  19. L'Homme des monts déchirés (Paru en feuilleton dans l'hebdomadaire Tintin, octobre 1969-janvier 1970. Ill. de Hermann).
  20. L'Erreur (Paru en feuilleton dans l'hebdomadaire Tintin, avril-juin 1971, Ill. de Hermann).
  21. Sierra brûlante Ill. de couv. Jean-Olivier Héron, Collection "Plein vent", Robert Laffont, 1971.
  22. Pour un cheval qui savait rire Couv. Nicolas Wintz, Ill. intérieures Claude Auclair, Collection "Les Maîtres de l'aventure", Éditions de l'Amitié, 1982.

14 volumes sont parus dans la collection "Pocket Marabout". 10 volumes seront réédités dans la collection "L'Ami de poche" chez Casterman, de 1980 à 1982 avec des illustrations de Michel Blanc-Dumont. Deux recueils illustrés en couverture par Michel Blanc-Dumont, Dylan Stark-1 et Dylan Stark-2, regroupant chacun 7 récits, sont publiés par l'éditeur belge Claude Lefrancq en 1997 et 1998. Les éditions Le Navire en pleine ville de Saint-Hippolyte-du-Fort rééditent La Couleur de Dieu et Sierra brûlante en 2006 et Quatre hommes pour l'enfer en 2007.

Avec Yves Coppens[modifier | modifier le code]

  • Le Rêve de Lucy Coll. "La Dérivée", Ill. Tanino Liberatore, Seuil, 1990. Postface de Yves Coppens
  • Série "Sous le vent du monde" Grand Prix de l'Imaginaire 2001
    1. Qui regarde la montagne au loin Ill. de couv. Pierre Pelot, Denoël, 1997. Préface de Yves Coppens.
    2. Le nom perdu du soleil Ill. de couv. Pierre Pelot, Denoël, 1998. Préface de Yves Coppens.
    3. Debout dans le ventre blanc du silence Ill. de couv. Pierre Pelot, Denoël, 1999. Préface de Yves Coppens.
    4. Avant la fin du ciel Ill. de couv. Pierre Pelot, Denoël, 2000. Préface de Yves Coppens.
    5. Ceux qui parlent au bord de la pierre Ill. de couv. Pierre Pelot, Denoël, 2001. Préface de Yves Coppens.

Novélisations[modifier | modifier le code]

  • Hanuman : Entrez dans la Légende du Dieu Singe (d'après le scénario de Fred Fougea et Michel Fesser) Denoël, 1998.
  • Le Pacte des loups (d'après le scénario de Stéphane Cabel et le film de Christophe Gans) Rivages, 2001.
  • Brocéliande (d'après le scénario et les dialogues de Doug Headline et Benoït Lestang). Rivages, 2003.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis-Vincent Thomas, Civilisations et divagations : mort, fantasmes, science-fiction Payot, 1979. (En particulier : II, 2e, b : fantasmes, apocalypse, immortalité. c : les villes)
  • Regard sur le Fleuve Noir Angoisse (analyse de Brouillards de Pierre Suragne) par Rémy GALLART, Le Fulmar : dossiers sur la littérature du fantastique et du mystère. (s/dir de François DUCOS), n° 14, janvier 1983. pp. 45-58.
  • Raymond Perrin, Pierre Pelot. L’étrange symbiose de la violence et de la tendresse, Les Cahiers de l’imaginaire, n°15-16, Laillé, 1985, pp. 5-31. Bibliographie des romans, p. 32-47.
  • Maurice Périsset, Panorama du polar français contemporain L’Instant, 1986. Étude : pp. 173-176 ; questionnaire : pp. 330-331.
  • Nic Diament, Dictionnaire des écrivains français pour la jeunesse. (1914-1991) École des loisirs, 1993. 783 p. (Pelot : pp. 520-522)
  • Stan Barets, Le Science-fictionnaire 1 Denoël, 1994. (Présence du Futur n° 548) pp. 314-316
  • Raymond Perrin, Pelot, le chasseur d’histoires, du terroir aux galaxies pp. 3-20. "Les Cahiers vosgiens", n° 108, juin 1995, Remiremont, G. Louis éd.
  • Claude Ecken, Trente ans de carrière : entretien avec Pierre Pelot Préface de la nouvelle édition du roman Le Sourire des crabes. Éditions Encrage Destination Crépuscule, 1996. pp. 173-185.
  • Raymond Perrin : Dylan Stark, le justicier métis, Introduction dans Dylan Stark.2, Pierre Pelot, Lefrancq, 1998; (pp. 5-24)
  • Raymond Perrin : Bibliographie commentée des romans de Pierre Pelot : L’Assassin de Dieu de Pierre Pelot ; (recueil de 10 nouvelles), Encrage Destination Crépuscule, 1998.
  • Paul Bleton, Western France. La Place de l’Ouest dans l’imaginaire français, Editions Encrage, 2002.
  • Marc Guillaumie, Roman Préhistorique Essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe - Limoges : PULIM (Presses Universitaires de Limoges), 2006). (Médiatextes)
  • Claude Mesplède (sous la direction de) : Dictionnaire des littératures policières Tome 2 : J-Z, Éditions Joseph K., 2003, nouvelle édition 2007. (pp. 509-511)
  • Claude Ecken, Postface du recueil Orages mécaniques Bragelonne, 2008. pp. 371-482. (Les Trésors de la SF). Entretien avec Pelot (pp. 173-185), étude de Serge Delsemme (pp. 187-190)
  • Alain Sprauel : Bibliographie des œuvres de Pierre Pelot Alain Sprauel, Gisors, 2009. (44 pages illustres en couleur).
  • Simon Bréan : La Science-fiction en France. Théorie et Histoire d’une littérature, Préface de Gérard Klein, 2012. PULPS (Presse de l’Université Paris-Sorbonne).
  • Pierre-Gilles Pélissier : Pelot dystopies et uchronie Colloque international 23, 14 novembre 2012. Les dieux cachés de la science-fiction française et francophone. Métaphysique, religion et politique 1500-2000. Université Michel de Montaigne à Bordeaux
  • Natacha Vas-Deyres : Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, Avant-propos de Roger Bozzetto et Serge Lehman. - Paris : Honoré Champion, 2012. (Bibliothèque de littérature générale et comparée, n° 103).

Liens externes[modifier | modifier le code]