Pascal Dusapin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascal Dusapin
Naissance (62 ans)
Nancy, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur
Style Musique contemporaine
Activités annexes photographie
Formation Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Maîtres Olivier Messiaen et Iannis Xenakis

Œuvres principales

Pascal Dusapin est un compositeur de musique contemporaine français, né le à Nancy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pascal Dusapin étudie en tant qu'auditeur libre au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris avec Olivier Messiaen puis, entre 1974 et 1978, à l'Université de Paris I avec Iannis Xenakis (dont il aura été l'unique élève[1]) et enfin avec Franco Donatoni au cours de séminaires de composition.

Il est pensionnaire de l'Académie de France à Rome de 1981 à 1983 et reçoit de très nombreuses distinctions dès le début de sa carrière. Il est compositeur en résidence du conservatoire à rayonnement régional de Strasbourg et du Festival Musica en 2000. Il est élu membre de l'Académie des Arts de Munich en juillet 2006 et nommé professeur à la chaire de Création artistique du Collège de France pour l'année 2006-2007. En mars 2008, il fait partie de la Commission présidée par Hugues Gall et chargée par Christine Albanel, ministre de la Culture, de pourvoir le poste de directeur de l'Académie de France à Rome.

Il est l’auteur de nombreuses pièces pour solistes, musique de chambre et grand orchestre. Il inscrit plusieurs opéras à son catalogue : Roméo et Juliette (1984-1988) ; Medeamaterial (1990) ; To Be Sung (1991-1992) ; Perelà uomo di fumo (2003) ; Faustus, the Last Night (2006); Passion (2008).

Pascal Dusapin est aussi un photographe amateur : « La photo a toujours été essentielle. Bien que la musique ait tout balayé après l'adolescence, cette pratique m'est restée en sous-bois, comme un contrepoint salutaire : un besoin d'apaisement par rapport à la violence de mon écriture musicale[2]. ». Il a publié un livre-disque mêlant ses Études pour piano avec ses photographies[3]

Dusapin se dégage des carcans et des contraintes propres à la musique du milieu du XXe siècle, affirmant vouloir bannir la « musique Hiroshima[1] ». Selon le critique Claude Glayman, la musique de Dusapin est « ludique, joyeuse […] Au total, une clarté nouvelle mais bien dans la tradition de la musique française : univers post-tonal, post-atonal, qui a contribué à débloquer la musique de notre temps[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Souvenir du silence, pour treize cordes solistes (1976)
  • Igitur, pour voix de femme et treize instrumentistes (1977)
  • Lumen, pour voix de femme et six instrumentistes (1977)
  • L'Homme aux liens, pour deux sopranos et trois violons (1978)
  • Le Bal, musique pour Line (1978)
  • Timée (1978)
  • La Rivière, pour orchestre (1979)
  • Inside, pour alto (1980)
  • Musique captive, pour huit instruments à vent (1980)
  • Musique fugitive, pour trio à cordes (1980)
  • Trois instantanés, musique de scène pour deux clarinettes et trois violoncelles (1980)
  • L'Aven, pour flûte solo et orchestre (1981)
  • Shin'gyo, soutrâ japonais pour soprano et piccolo (1981)
  • Fist, pour huit instruments (1982)
  • Incisa, pour violoncelle (1982)
  • Niobé, ou le Rocher de Sypile (1982)
  • Tre Scalini, pour grand orchestre (1982)
  • Quatuor à cordes no 1 (1983, révisé en 1996)
  • Hop' , pour quatre groupe de trois instrumentistes (1984)
  • If, pour clarinette (1984)
  • La Conversation, Suite en dix pièces pour huit instrumentistes (1984)
  • Assai, pour orchestre (1985)
  • Item, pour violoncelle (1985)
  • Itou, pour clarinette basse (1985)
  • Semino, chant à six voix pour Louis sur le 28e fragment du poème de Parménide (1985)
  • To God, pour soprano et clarinette, sur un texte de William Blake (1985)
  • Treize Pièces pour Flaubert, musique de scène (1985)
  • Ici, pour flûte (1986)
  • Mimi, pour deux voix de femme et ensemble (1986)
  • Poco a poco, pièce pédagogique pour six instrumentistes (1986)
  • Aks, pour mezzo-soprano et sept instrumentistes (1987)
  • Anacoluthe, pour voix de femme, clarinette contrebasse et contrebasse à cordes (1987)
  • Haro (1987)
  • Il-Li-Ko, pour soprano, sur un texte d'Olivier Cadiot (1987)
  • Indeed, pour trombone (1987)
  • Iti, pour violon (1987)
  • Red Rock, extrait no 6 de Roméo et Juliette (1987)
  • Sly, huit pièces pour quatuor de trombones (1987)
  • For O., pour deux voix de femmes (1988)
  • Laps, pour clarinette et contrebasse (1988)
  • Roméo et Juliette, opéra en neuf numéros sur un livret d'Olivier Cadiot (1988)
  • I Pesci, pour flûte (1989)
  • In & Out, pour contrebasse (1989)
  • Neuf Musiques pour «Le Fusil de chasse», musique de scène pour clarinette, trombone et violoncelle (1989)
  • Time Zones, Quatuor à cordes no 2 (1989)
  • Medeamaterial, opéra sur un texte de Heiner Müller (1990)
  • So Full of Shapes Is Fancy, pour soprano et clarinette basse (1990)
  • Aria, pour clarinette et treize instrumentistes (1991)
  • Attacca, pour 2 trompettes en Ut et timbales (1991)
  • Invece, pour violoncelle (1991)
  • La Melancholia, Opératorio (1991)
  • Stanze, dyade pour quintette de cuivres (1991)
  • Coda, pour treize instrumentistes (1992)
  • Go, solo no 1 pour orchestre (1992)
  • Ohimé, pour violon et alto (1992)
  • Comoedia, pour soprano et six instrumentistes (1993)
  • Khôra, pour orchestre à cordes (1993)
  • Quatuor à cordes no 3 (1993)
  • To Be Sung, opéra de chambre en quarante-trois numéros (1993)
  • Extenso, solo no 2 pour orchestre (1994)
  • Canto, pour soprano, clarinette et violoncelle (1995)
  • Two Walking, cinq pièces pour deux voix de femmes (1995)
  • Watt, pour trombone et orchestre (1995)
  • Leigh Sauerwein et Georg Hallensleben, livre audio, musique de Pascal Dusapin, direction musicale de Philippe Nahon et lecture par André Wilms, Momo et les instruments de musique (Les cordes), 1996, (collection Mes premières découvertes de la musique, Gallimard Jeunesse Musique), (ISBN 2-07-058618-9)
  • Apex, solo no 3 pour orchestre (créé en 1996)
  • Celo, concerto pour violoncelle et orchestre (1996)
  • Immer, pour violoncelle solo (1996)
  • Loop, pour deux quatuors de violoncelles (1996)
  • Quad, “In memoriam Gilles Deleuze , pour violon et quinze musiciens (1996)
  • Granum sinapis, pour chœur seul (1997), créé par le chœur de chambre Accentus
  • Umbrae mortis (In memoriam Francisco Guerrero), pour chœur seul (1997)
  • Cascando, pour 8 instrumentistes (1997)
  • Quatuor à cordes no 4 (1997), créé avec le quatuor Pražák à l'occasion du festival ProQuartet
  • Clam, solo no 4 pour orchestre (1998)
  • Étude pour piano no 1 « Origami » (1998)
  • Étude pour piano no 2 « Igra » (1998)
  • Étude pour piano no 3 « Tangram » (1999)
  • Étude pour piano no 4 « Mikado » (1999)
  • Requiem[s] (2000). Choeur de chambre accentus, ars nova; Laurence Equilbey. 1-8 granum sinapsis (20'18) 9 umbrae mortis (4'13) 10-15 dona eis (19'53). Une co-production Naïve-Auvidis / Région de Lorraine + MFA (Musique Française) + Fondation france telecom.
  • Dona eis, pour chœur et ensemble à vent (1999), créé par le chœur de chambre Accentus
  • In nomine, pour alto (2000)
  • Perelà, “Uomo di fumo”, pour 12 personnages principaux (5 chanteurs), rôles secondaires, chœur mixte (40 choristes mini), orchestre, bande magnétique et 11 musiciens sur scène (2001)
  • A Quia, pour piano et orchestre (2003)
  • Exeo, solo no 5 pour orchestre (2003)
  • Momo, spectacle musical jeune public (5/8 ans) tiré de l'illustration sonore du livre éponyme (2003)
  • Perelà Suite, pour orchestre (2004)
  • Quatuor V, pour quatuor à cordes (2004-2005)
  • Faustus, the Last Night (2006)
  • Reverso, solo no 6 pour orchestre (2007)
  • Passion (2008)
  • Quatuor VI Hinterland, hapax, pour quatuor à cordes et orchestre (2009)
  • Quatuor VII « OpenTime » (2009), créé par le Quatuor Arditti
  • Uncut, Solo no 7 pour orchestre (2009)
  • Morning in Long Island concert no 1 pour grand orchestre (2010)
  • Microgrammes, sept pièces pour trio à cordes (2010)
  • Aufgang, concerto pour violon et orchestre (2011)
  • Jetzt Genau!, concertino pour piano et six instruments (2012)
  • Penthesilea, opéra créé le 31 mars 2015 à La Monnaie
  • Outscape, concerto pour violoncelle et orchestre, créé le 26 mai 2016 par Alisa Weilerstein et le Chicago Symphony Orchestra

Distinctions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Claude Glayman, « Pascal Dusapin », dans Musiciens de notre temps depuis 1945, Paris, éditions Plume et SACEM, , p. 159.
  2. Thierry Hillériteau, « Pascal Dusapin : “Créer, c'est faire acte de résistance” », Le Figaro, 8 novembre 2012.
  3. Pascal Dusapin, Études pour piano, Actes Sud, 2012.
  4. Claude Glayman, « Pascal Dusapin », dans Musiciens de notre temps depuis 1945, Paris, éditions Plume et SACEM, , p. 159 et 162.
  5. Décret du 31 décembre 2014 portant promotion et nomination (lire en ligne)