Victor Prouvé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Victor Prouvé
Victor Prouvé 1897.jpg
Henri Ponton d'Amécourt, Victor Prouvé dans son atelier, photographie, Nancy, Fonds Léopold Poiré.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
SétifVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Enfants
Autres informations
Mouvement
Maîtres
Genre artistique
Distinctions
signature de Victor Prouvé
Signature

Victor Prouvé né le à Nancy et mort le à Sétif (Algérie) est un peintre, sculpteur et graveur français.

Artiste représentatif de l'Art nouveau, il est membre de l'École de Nancy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et vie à Paris[modifier | modifier le code]

Né à Nancy le , Émile-Victor Prouvé est issu d'une famille modeste : son père est dessinateur en broderie et sa mère est lingère[1]. Il intègre l'école de dessin de Nancy de 1873 à 1877 avant de s'installer à Paris où il étudie à l'École des beaux-arts dans l'atelier d'Alexandre Cabanel[2]. Il se consacre d'abord à la peinture et au dessin, puis s'ouvre en autodidacte à d'autres disciplines comme la sculpture et la gravure, mais aussi à d'autres matières comme le bois et le métal. Il termine ses études en 1882 et expose pour la première fois avec son tableau Portrait de Madame Gallé et ses filles au Salon de la Société nationale des beaux-arts[3].

Tout en vivant à Paris, Victor Prouvé continue d'entretenir des liens avec sa ville natale. Il conçoit des décors de verreries et de meubles pour Émile Gallé. Ces objets d'art sont exposés à l'Exposition universelle de 1889 et à celle de 1900. Son amitié avec Émile Gallé, ainsi qu'avec Louis Majorelle, l'amène peu à peu à s'intéresser aux arts décoratifs et à l'Art nouveau. Il travaille pour Eugène Vallin, Fernand Courteix, les frères Daum et Albert Heymann. Il pratique l'art de la reliure en compagnie de Camille Martin et du relieur René Wiener.

En 1888, il découvre la Tunisie, pays qu'il continuera d'affectionner tout au long de sa vie et qui influencera la lumière de ses tableaux[1].

Retour en Lorraine et l'École de Nancy[modifier | modifier le code]

Membre dès sa création en 1901, il devient le second président de l'École de Nancy, à la mort d'Émile Gallé, en 1904[4]. De 1919 à 1940, il prend la direction de l'École des beaux-arts de Nancy[5]. Il côtoie le peintre franc-comtois Jean-Adolphe Chudant, avec qui il devient ami et participe à fondation de l'Union provinciale des arts décoratifs en 1907. Ayant exposé ensemble à plusieurs Salons de la Société des peintres orientalistes français, ainsi qu'à Tunis, il conseille Chudant dans un projet d'amélioration pour l'École des beaux-arts à Besançon.

Famille[modifier | modifier le code]

Victor Prouvé épouse Marie Amélie Charlotte Duhamel le . Ils ont sept enfants :

  • Hélène (née en 1899) ;
  • Jean (, Paris-, Nancy) qui deviendra architecte ;
  • Victor Ernest Marcel (né en 1902, à Sézanne, Marne) ;
  • Marianne (-), épouse de l'alpiniste André Georges ;
  • Thérèse Marie (née en 1910) ;
  • Henri Georges René André (, Nancy-, près de Fribourg), qui deviendra également architecte ;
  • Pierre Louis (né en 1918 à Carnac, Morbihan).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les musées de Nancy conservent de nombreuses œuvres de l'artiste dans leurs collections. On en trouve également quelques-unes à Paris au Petit Palais et au musée d'Orsay.

Peintures[modifier | modifier le code]

Illustrations et affiches[modifier | modifier le code]

Les Jumelles Bellieni (1903), affiche.
  • E. Chaton, Historique du 2e bataillon de chasseurs à pied (1914-1918), préface du général Vuillemot, commandant le IVe corps d'armée, ancien commandant de la 11e division d'infanterie, dessins et illustrations de Jean Droit, Victor Prouvé, Henri Marchal et du lieutenant M. Bessan, Impr.-éditeurs-Berger-Levrault, Paris, 1922[6].
  • L'estampille « École de Nancy », vers 1901, timbre sec[7].
  • André Lichtenberger, Les Centaures, illustrations en gravure sur bois ou sur cuivre, dans la réédition chez Georges Crès en 1924.
  • Affiche de l'Expositions d'art lorrain (5e exposition du au ). Henri Royer, Petitjean, Renaudin, Bussière, Jacques Grüber (galerie d'art de la Maison des Magasins réunis), Royer & Cie (Nancy), 1910[8].

Dessins et estampes[modifier | modifier le code]

Sculptures[modifier | modifier le code]

Arts décoratifs[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • « Charles de Meixmoron de Dombasle », [discours de réception à l'Académie], in : Mémoires de l'académie de Stanislas, 1921-1922, p. LXXXVIII-CXIII lire en ligne sur Gallica.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Victor Prouvé est nommé chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur par décret du , promu officier du même ordre par décret du , puis élevé au grade de commandeur, toujours du même ordre, par décret du [10],[11].

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions monographiques[modifier | modifier le code]

Expositions collectives dont une importante partie des œuvres présentées sont de Prouvé[modifier | modifier le code]

  • « Peinture et Art nouveau », du au , musée des Beaux-Arts de Nancy.
  • « L'École de Nancy, 1889-1909. Art nouveau et industries d'art », du au , Nancy, galeries Poirel.
  • « René Wiener. Relieur et animateur de la vie artistique au temps de l'École de Nancy », du au , Nancy, Musée lorrain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Victor Prouvé », sur limédia galeries (consulté le ).
  2. « Victor Prouvé », sur Musée de l'école de Nancy (consulté le ).
  3. « Tout sur Victor Prouvé », sur du grand art (consulté le ).
  4. [PDF] « Membres de l'École de Nancy » dans le site patrimoines.lorraine.eu.
  5. « Notre École des Beaux-Arts », L'Est Républicain,‎ (lire en ligne).
  6. Capitaine E. Chaton, Historique du 2e bataillon de chasseurs à pied (1914-1918), Berger-Levrault, 1922, lire en ligne sur Gallica.
  7. Louis Schumacher, « L'estampille « École de Nancy » » [PDF], Catalogues Céramiques Rambervillers, .
  8. Expositions d'art lorrain (5e exposition du au ). Henri Royer, Petitjean, Renaudin, Bussière, Jacques Grüber - Prouvé, Victor (1858-1943). Illustrateur, lire en ligne sur Gallica.
  9. photo.rmn.fr.
  10. « Le dossier de Légion d'honneur de Victor Prouvé », sur La base de données Léonore des archives nationales (consulté le ).
  11. « M. René Mercier remet les insignes de Commandeur de la Légion d'honneur au maître Victor Prouvé », L'Est républicain, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roselyne Bouvier et Philippe Thiébaut, « Victor Prouvé et les arts appliqués », [Exposition. Nancy. Galeries Poirel. 1999. L'École de Nancy, 1889-1909], dans Art nouveau et industries d'art, 1999, p. 194-201, ill.
  • Anne-Laure Carré, Victor Prouvé. 1858-1943, catalogue des expositions éponymes présentées à Nancy, du au , Paris/Nancy, Gallimard/Ville de Nancy, 2008, 299 p. (présentation en ligne).
  • Collectif, Victor Prouvé (1858-1943), Gallimard, Paris, 2008, 306 p., 463 ill. (ISBN 9782070120703)
  • Edmonde Charles-Roux et al., Victor Prouvé. Voyages en Tunisie (1888-1890). Dessins, aquarelles, huiles, [catalogue d'exposition], Éditions Serpenoise, Metz, 1999, 95 p. (ISBN 2876924129).
  • Martine Mathias, « Victor Prouvé. L'effort de guerre », Le Pays lorrain, 2002, no 4, p. 265-270, ill.
  • Jean-Paul Midant, L'Art nouveau en France, Les Éditions du Carrousel, Paris, 1999, 174 p. (ISBN 978-2841900855).
  • Émile Nicolas, « L'œuvre éducative de Victor Prouvé », La Revue lorraine illustrée, 1930, no 2, p. 65-83, ill.
  • Émile Nicolas, « Victor Prouvé aquafortiste», La Lorraine Artiste, , no 2, p. 44-49.
  • Blandine Otter, « La réception des reliures de l'École de Nancy au salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de Paris en 1893 », [Colloque international, perception de l'Art nouveau. Art Nouveau et écologie], Bruxelles, 2010, Article intégral en ligne.
  • Blandine Otter, « Victor Prouvé et l'art de l'estampe », Arts Nouveaux, publication annuelle de l'Association des amis du musée de l'École de Nancy, 2016, no 32, p. 38-47.
  • Étienne Martin, Bijoux Art Nouveau, Nancy 1890-1920, éditions du Quotidien, Strasbourg, 2015. Un chapitre est consacré aux bijoux créés par Victor Prouvé (p. 20-29).
  • Concernant des reliures créées et exécutées par Victor Prouvé, voir : Étienne Martin, « Saint-Just Péquart (1881-1944), bibliophile lorrain », Le Pays lorrain, 2010, no 91, p. 251-256.
  • Jérôme Perrin, « La collaboration entre Émile Gallé et Victor Prouvé », Annales de l'Est, numéro spécial, 2005, p. 199-210, texte intégral.
  • Madeleine Prouvé, Victor Prouvé, 1858-1943, préface de Jean Lurçat, illustrations de Paul Colin, Paris, Berger-Levrault, 1958, 204 p.
  • « Victor Prouvé, l'artiste », La Lorraine Artiste, , no 20, p. 306-309, ill.
  • « L'horlogerie et les arts décoratifs à Besançon », L'Horlo, catalogue d'exposition du musée du Temps de Besançon, éditions Snoeck (ISBN 978-94-6161-125-3).
  • Virginie Cadot, Jean-Adolphe Chudant, de la peinture aux arts décoratifs (1880-1929), Éditions universitaires européennes, 2013 (ISBN 978-613-1-58518-0).
  • « Victor Prouvé. Le maître de l'Art nouveau à Issy », [catalogue d'exposition], Issy-les-Moulineaux, musée français de la Carte à jouer, 2022.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]