Saint-Maurice-sur-Moselle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Maurice-sur-Moselle
Saint-Maurice-sur-Moselle
Depuis les premiers lacets du col du Ballon d'Alsace.
Blason de Saint-Maurice-sur-Moselle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté de communes des Ballons des Hautes-Vosges
Maire
Mandat
Thierry Rigollet
2020-2026
Code postal 88560
Code commune 88426
Démographie
Gentilé Fremis, Fremises
Population
municipale
1 404 hab. (2017 en diminution de 4,03 % par rapport à 2012)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 31″ nord, 6° 49′ 29″ est
Altitude 550 m
Min. 530 m
Max. 1 251 m
Superficie 37 km2
Élections
Départementales Canton du Thillot
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saint-Maurice-sur-Moselle
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Saint-Maurice-sur-Moselle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-sur-Moselle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-sur-Moselle

Saint-Maurice-sur-Moselle Écouter est une commune française de montagne située dans le département des Vosges en région Grand Est. Elle fait partie du Massif des Vosges.

Ses habitants sont appelés les Frémis[1] Écouter.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la commune la plus méridionale de l'ancienne région Lorraine. Situé à 550 m et avec plus d'une dizaines de sommets dépassant les 1 000 m, le village et son vaste territoire font partie intégrante des Hautes-Vosges du sud.

Localisation[modifier | modifier le code]

Géologie et Relief[modifier | modifier le code]

Les limites sud et est de la commune sont constituées d'une ligne de crête assez continue et difficilement franchissable, du ballon de Servance à la Tête des Neufs Bois, séparant la Lorraine de la Franche-Comté et de l'Alsace. Le point culminant est la Haute Bers, quatre kilomètres plus à l'est et cinq mètres plus élevée que le célèbre ballon d'Alsace.

On y trouve les domaines skiables du Rouge Gazon, de la Gentiane et du Ballon d'Alsace.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Moselle, le ruisseau Seebach, le ruisseau de Longiligoutte... sont les principaux cours d'eau parcourant la commune.

climat[modifier | modifier le code]

Située dans le Massif des Vosges, le climat y est de type montagnard. [2]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'appellation actuelle de Saint-Maurice-sur-Moselle date du décret du . Comme son nom l'indique, la commune est arrosée par la rivière de la Moselle, mais comprend aussi plusieurs lieux-dits excentrés : les Charbonniers, la Goutte du Rieux, le Rouge Gazon.

Histoire[modifier | modifier le code]

La haute vallée de la Moselle était empruntée par la voie romaine reliant Metz à Bâle. Bussang et Saint-Maurice étaient regroupées sous le nom de Vixenterius, Vicentine ou Vissent jusqu'à la scission de 1420. La paroisse garda le nom de Visentine jusqu'à sa partition en 1767.

Saint-Maurice faisait partie du ban de Ramonchamp qui dépendait du duc de Lorraine.

Vers 1550 débute l'exploitation du cuivre au Thillot avec l'installation d'une fonderie à St-Maurice[3].

En 1751 , la commune dépendait du bailliage de Remiremont et en 1790 du district de Remiremont. Elle était chef-lieu de canton[4].

En , une poignée de Frémis se réunissent et forment le maquis des Roches de Morteville. Le , un détachement de la division S.S. « Das Reich » arrive sur la place du village. Les hommes sont rassemblés pour partir au travail forcé. Il est procédé à l’appel des travailleurs.

Au même moment, un homme sort de sa poche une liste de noms. Après lecture de celle-ci, les personnes désignées durent se mettre à part. Soixante-cinq habitants figuraient sur cette liste, six d'entre eux seront fusillés au Steingraben dans le col de Bussang tandis que les autres seront déportés dans différents camps de concentration ; seuls dix-huit d'entre eux reviendront.

La commune a été décorée, le , de la Croix de guerre 1939-1945[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1977 Christian Spiller   Commerçant en meubles
    Jean-Pierre Daval   Ingénieur Arts & Métiers
    Bernadette Naegelen   Retraitée de l'enseignement
  mars 2001 Denis Kopp   Décède accidentellement durant son mandat
2002 2006 Alain Claudel   Professeur des écoles
Démissionnaire durant son mandat
janvier 2007 mars 2008 Roger Chevrier (1938-2018)   Retraité EDF-GDF, maire intérimaire
mars 2008 mars 2014 Philippe Spillebout    
mars 2014 En cours Thierry Rigollet    

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

La mairie.

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[6] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 509 000 €, soit 1 013 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 295 000 €, soit 869 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 297 000 €, soit 199 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 161 000 €, soit 108 € par habitant ;
  • endettement : 427 000 €, soit 287 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 22,10 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 15,40 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 39,99 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 21,11 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2017, la commune comptait 1 404 habitants[Note 1], en diminution de 4,03 % par rapport à 2012 (Vosges : -2,55 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
1 3951 4941 6671 7532 0282 0542 0332 0951 741
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 9262 1252 1902 4532 4782 6162 7062 7902 916
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 9493 0802 6312 5942 5462 2121 8252 1901 947
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017
1 8781 8451 7681 6151 4491 4961 4861 3891 404
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'épicerie Le verger d'Charline fonctionne sur la commune depuis 2010.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maurice.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La mairie.
  • Église néogothique construite en 1868[11], et son orgue de 1873[12].
  • Le col du Ballon d'Alsace avec le monument en mémoire des démineurs[13] : L'Homme projeté, réalisé en 1952 par Émile Deschler (architecte) et Jacques Rivière (sculpteur). Les trois flèches du monument, hautes de près de 11 mètres, représentent l'allumeur d'une Mine-S (SMi-35) qui fit de nombreuses victimes. Un timbre de 0,70 francs français, émis en 1975 pour le 30e anniversaire de la création du Service du déminage, représente ce monument.
  • Station de ski de Rouge Gazon.
  • Fermes : marcairies royales 4e quart XVIIIe siècle)[14],[15],[16].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Le , la municipalité de Saint-Maurice rend officiel le jumelage avec la commune de Saint-Paterne dans la Sarthe [17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Tranché : au premier de gueules à la tête de cheval contournée de sable, au second d'azur à la tour d'argent ; à la bande d'argent chargée de trois fourmis de sable brochant sur la partition.
Commentaires : Le blason reprend la bande du blason lorrain mais les alérions laissent la place à des fourmis, surnom donné aux habitants de Saint-Maurice. La tête de cheval symbolise la tradition hippique de la commune, datant de 1618 quand le duc de Lorraine implanta un haras à la Jumenterie[22]. Une tour fut construite à la Jumenterie.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ce sont les habitants de Bussang qui ont baptisé les habitants de Saint-Maurice-sur-Moselle « les Frémis ». Les Bussenets (habitants de Bussang) venaient à la messe et aux vêpres à Saint-Maurice et ils emportaient leur repas de midi qu’ils allaient manger en attendant les vêpres, sur l’herbe à mi-côte du Mont, mais ce terrain était infesté de fourmilières. C’est ainsi que les Bussenets prirent l’habitude de dire « On va voir les fourmis » puis les frémis, fourmis en patois.
  2. EPINAL.com, « EPINAL.com », sur EPINAL.com (consulté le 5 octobre 2020)
  3. L'histoire de la Lorraine et des Vosges
  4. Archives départementales.
  5. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  6. Les comptes de la commune de Saint-Maurice-sur-Moselle « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive)
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. Histoire de l'église de Saint-Maurice-sur-Moselle
  12. (fr) Site sur les orgues du Département des Vosges : Page sur l’orgue de Saint-Maurice-sur-Moselle.
  13. Le monument des démineurs à Saint-Maurice-sur-Moselle, inauguré le ,
  14. « enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges) », notice no IA88001177, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « ferme : marcairie des Neufs-Bois », notice no IA88001178, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Marcairies royales : Illustrations dans la base Mémoire.
  17. Site du comité de jumelage.
  18. Dictionnaire des Vosgiens célèbres
  19. Émile Lorraine dans "Le Maitron" Dictionnaire biographique Mouvement ouvrier, Mouvement social
  20. Ascendance de Claude François
  21. Généalogie : Cloclo vosgien
  22. Marcairies royales-Jumenterie : Illustrations dans la base Mémoire