Névache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Névache
Névache
Névache - Ville haute et ville basse.
Blason de Névache
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Briançon
Intercommunalité Communauté de communes du Briançonnais
Maire
Mandat
Claudine Chrétien
2020-2026
Code postal 05100
Code commune 05093
Démographie
Gentilé Névachais
Population
municipale
359 hab. (2019 en diminution de 0,83 % par rapport à 2013)
Densité 1,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 11″ nord, 6° 36′ 19″ est
Altitude 1 596 m
Min. 1 430 m
Max. 3 222 m
Superficie 191,93 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Briançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Briançon-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Névache
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Névache
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes
Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Névache
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Névache
Liens
Site web www.nevache.fr

Névache (en occitan alpin : Nevacha /neˈvaːtsɔ/ en graphie classique, Nevacho en graphie mistralienne) est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Névache est sur la frontière italienne. Elle est traversée par le 45e parallèle nord, et de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

  • Depuis le bas de la vallée de la Clarée et Briançon, par la D994G[1].
  • par la D1T, qui passe le col de l’Échelle depuis l’Italie, accessible en été.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vallées[modifier | modifier le code]

Névache est la plus haute commune de la vallée de la Clarée. Son chef-lieu, le hameau de Ville-Haute, se situe à 1 594 m d'altitude.

Le territoire de la commune de Névache est composée de la Haute Vallée de la Clarée et de la Vallée Étroite. Cette dernière est depuis des temps immémoriaux l'une des montagnes de la communauté, puis commune de Mélezet qui a été fusionnée le avec la commune de « Les Arnauds », puis le avec celle de Bardonnèche[2].

La vallée de la Clarée et la vallée Étroite communiquent par plusieurs cols, mais un seul, le col de l’Échelle, peut être franchi, de manière saisonnière, par les automobiles de tourisme.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Habitats permanents[modifier | modifier le code]

Hameaux d'alpage[modifier | modifier le code]

  • Chalets des Acles
  • Chalets de Biaune
  • Chalets de Buffère
  • Chalets de Fontcouverte
  • Chalets des Gardioles
  • Chalets des Granges
  • Chalets de Lacha
  • Chalets de Larau
  • Chalets de Laval
  • Chalets des Meuilles
  • Chalets du Queyrellin
  • Chalets de Ricou
  • Chalets de Rif Tord
  • Chalets des Thures
  • Chalets du Vallon
  • Chalets du Verney

Hameaux d'alpage disparus[modifier | modifier le code]

  • Chalets de Lacou (Entre-deux-guerres)
  • Chalets de la Sausse (Sauce, Saulce)

Sommets[modifier | modifier le code]

Cols[modifier | modifier le code]

Paysage au col de l’Échelle.
  • Le col des Âcles ou de la Pertusa
  • Le col de l'Aiguille Noire
  • Le col des Béraudes
  • Le col de La Chapelle
  • Le col des Désertes
  • Le col de Dormillouse
  • Le col de l'Échelle
  • Le col de l'Etroit du Vallon
  • Le col des Fontaine Froide
  • Le col de la Gran Bagna
  • Le col des Thures (2 194 m)
  • Le col du Vallon
  • Le col du Vallon Froid
  • Le Col du Lac Blanc
  • Le col de la Madeleine
  • Le col des Méandes
  • Le col des Muandes
  • Le col de Névache
  • Le col du Raisin
  • Le col de Roche Noire
  • le seuil des Rochilles
  • Le col du Chardonnet (2 425 m).
  • Le col de Buffère.
  • Le col de l'Oule
  • Le col des Trois Frères Mineurs
  • Le col de Vallée Étroite
  • Le col de Valmeinier
  • Le Passage Sainte-Marguerite
  • Le Pas de l'Âne
  • Le Pas de l'Ours
  • le Pas des Rousses
  • Le Pas du Lac Blanc
  • Le Pas du Lac Rouge

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[3] :

  • rivière la Clarée[4],
  • torrents de Brune, de Roubion, des Âcles, le Riou Blanc, de la Cula, du Creuzet,
  • ruisseaux du Chardonnet, de la Raoute, de Buffère, de Cristol, des Béraudes, des Sagnes Froides, du Moutet, de Saint-Jacques, de la Recare, du Lac Laramon, de Rif Tord, du Raisin, de Guillet, de Gardiole, de Biaune, de l'Oule, de Vallée Etroite
  • ravins du Longet, du Lau, du Riou Sec, de Saume Longue, des Quartiers, du Châtelard, du Content, de l'Opon.

Lacs[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Annavasca en 739; Nevasca en 1118; Nevachia en 1232; Nevasia en 1334[5],[6].

La première forme connue pour désigner Névache, figure dans le testament du Patrice Abbon qui cède, en 739, avec de nombreuses autres propriétés, Annevasca Valle, à l'abbaye de la Novalaise[7].

Le Nevacha haut-alpin s'est francisé en Névache.

Les toponymistes analysent ce nom sur la base d’un radical Annav- et d'un suffixe -asca[5],[6]. Ils considèrent que le suffixe -asca est d'origine ligure[5] ou plus généralement préceltique[6]. Il a donné des noms de lieux qui se terminent en -acha (-ache) dans les Alpes, en -asque (occitan -asca, -asco) dans le Sud-Est méditerranéen de la France et -asca en Corse, ainsi qu'en Italie. Ils expliquent le premier élément par un anthroponyme, c'est-à-dire un nom de personne gaulois Annavo- (selon la suggestion de Dottin)[5] ou roman Annavus[6], ce qui revient au même.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire, antiquité et haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Présence de plusieurs pierres à cupules (tavola a coppelle en italien) dans le secteur de Lacou.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse de Névache[modifier | modifier le code]

La paroisse de Névache est la structure sociale dont l’existence est la plus anciennement documentée grâce aux documents que conservait la prévôté de Saint Laurent d'Oulx qui prélevait la dîme.

Le dans le testament qu'il dicte à La Perrière, le dauphin Guigues VIII ordonne à ses exécuteurs testamentaires de faire reconstruire l'église de Névache[8],[9].

La co-seigneurie de Névache[modifier | modifier le code]

Névache semble avoir fait partie, dès leur prise de possession du Briançonnais, des fiefs que les dauphins de Viennois tenaient de l'empereur germanique au travers du royaume d'Arles. Ils s'en servent de monnaie d'échange afin de pouvoir participer à la coseigneurie que les descendants de Witbald de Bardonnèche avaient créée, dans cette communauté et dans celles de Beaulard et de Rochemolles, probablement à la faveur des troubles de la succession de Bourgogne, à la fin du Xe siècle, et qui échappait à la suzeraineté des princes de Briançonnais, soit qu'elle était considérée comme un alleu, soit qu'on la tienne vassale immédiate du royaume d'Arles[Note 1].

Certains historiens ou érudits ont conjoncturé que Névache faisait partie, de la seigneurie dela famille de Bardonnèche. Les documents qui énoncent les propriétés que le Dauphin transfère au fils du roi de France, en 1343, distinguent le « fief de Bardonesche » et le « fief de Navasche »[10].

Le , à Bonneville, le dauphin Jean Ier, avec le consentement de sa mère, Béatrice de Faucigny, inféode à Boniface de Bardonnêche, les biens delphinaux de Névache[11].

Le , le dauphin Jean Ier remet à son fidèle et familier Boniface de Bardonnèche, et à ses successeurs, en augmentation du fief de Bardonnèche et sous réserve d'hommage, la juridiction sur les biens et les personnes nobles et non nobles, de la paroisse de Névache[12],[Note 2].

Le , Anne de Bourgogne, comtesse de Vienne et d'Albon, dame de La Tour du Pin, qui a succédé à son frère, le dauphin Jean Ier, confirme à Boniface de Bardonnèche, l'inféodation qui lui avait été concédée de la juridiction sur la paroisse de Névache[12].

Le , à Saint-Bonnet-en-Champsaur, le dauphin Jean II de la Tour du Pin confirme à Hugonnet de Bardonnèche, fils de Boniface, l'inféodation de la juridiction sur Névache que son oncle avait concédé à Boniface de Bardonnèche et à ses descendants[12].

Le , Hugues de Bardonnèche, Aymon Galvain, Boniface et Mathieu de Navaysse, coseigneurs de Névache, cèdent au dauphin Guigues VIII les vassaux, les redevances, les droits de justice et tous les biens qu'ils possèdent à Névache[13].

La communauté de Névache[modifier | modifier le code]

Le , le dauphin Guigues VII de Viennois renonce, en faveur des habitants de la paroisse de Névache, contre 30 Livres viennoises et 30 Sols viennois pour le salaire du mistral[Note 3], payables le jour de la Saint-Michel[Note 4], à son droit de lever sur eux des tailles. Les habitants de la paroisse se voient reconnaître par la même occasion le droit de s'assembler, hors même de la présence du châtelain afin de répartir entre eux cette dette, mais doivent s'adresser au châtelain pour contraindre les réfractaires et les mauvais payeurs. Cette concession qui tend, au fil du temps, à se généraliser en Briançonnais et dans plusieurs régions du Dauphiné, est la plus ancienne connue dans la seigneurie briançonnaise. Elle constitue l'acte fondateur du régime municipal de Névache, encore que les habitants de la paroisse de Plampinet sont exclus de ses bénéfices[14].

En 1328, les habitants de la vallée de Névache, avec ceux de Césane et d'Exilles, encouragés par Obert Auruce, se soulèvent contre le pouvoir du dauphin. Une révolte a lieu la même année à Bardonnèche contre ceux des co-seigneurs.

En 1332, le dauphin Guigues VIII passe un accord avec les habitants de Névache par lequel ceux-ci s'interdisent tout forme d'intelligence avec le comte de Savoie[15].

En 1343, la communauté de Névache rentre, pour la seule paroisse de Plampinet, dans le système d'accords complexes qui régissent les Escartons du Briançonnais. La paroisse de Névache comme celles de Bardonnèche, de Rochemolles et de Beaulard dispose de sa propre charte, et profite de l'ambiguïté de sa situation pour conserver un semblant d'autonomie en certaines matières.

Le , la communauté de Névache achète à Hugonnet de Bardonnèche, pour la somme de 300 florins, un alleu qu'il possède sur son territoire[16].

Le , les communautés de Névache, de Montgenèvre et de Val-des-Prés obtiennent une ordonnance de Jean Daillon, gouverneurs du Dauphiné, qui fixe le nombre de feux taxables en fonction de la fertilité des fonds de chaque communauté et non du nombre de leurs habitants[17],[Note 5].

Les châteaux de Névache[modifier | modifier le code]

Le premier château[modifier | modifier le code]

La tradition orale veut que le sommet du rocher nommé « la Taroche » soit le site où un premier château fut construit. Il n'existe à vrai dire aucune preuve de son existence. L'hypothèse de sa destruction « par les Sarrasins » est tout aussi fantaisiste.

Le second château[modifier | modifier le code]

Le projet d'inféodation du Dauphiné à l'église romaine, transmis par le dauphin Humbert II de Viennois au pape Benoit XII, fait état d'un « castrum de Navaycha »[19],[Note 6], mais aucun document, contrairement aux autres châteaux delfinaux du Briançonnais, n'en mentionne le châtelain ou une quelconque réparation des défenses. il est probable que ce château ou une fortification du hameau de Ville-Haute, n'a jamais existé. La tradition historiographique locale voit néanmoins, dans la base du clocher de l'église actuelle, les vestiges de la tour de ce bâtiment[20],[Note 7].

Le troisième château[modifier | modifier le code]

C'était une construction qui matérialisait le pouvoir de juridiction que détenaient encore certains des seigneurs, qui était située au lieu-dit « Le Château » 45° 01′ 11″ N, 6° 36′ 34″ E. Son emplacement exact est inconnu. En 1773, la Communauté de Névache l'achète à Antoine des Ambrois et le revend, le à Laurent Rochas qui y installera une fabrique de cotonnades.

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Le plus grand événement du XVIe siècle à Névache réside certainement dans la reconstruction et l'embellissement des églises de Névache et de Plampinet.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1708, à cause de l'invasion des troupes du Duc de Savoie, les habitants du village se réfugient dans les montagnes.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Hameau du Cros, Névache, carte postale du début du XXe siècle.
Chapelle de Fontcouverte, en hiver, carte postale du début du XXe siècle.

À la fin des années 1920, la Commission Royale du Grand Paradis décide, avec le concours financier du gouvernement italien, de procéder à une expérimentation de l'acclimatation du renne dans les Alpes et choisit la Vallée Étroite pour accueillir les animaux qu'elle acquiert en Norvège. Deux mâles âgés de quatre ans et cinq femelles, âgées de deux ans, semi-domestiques, arrivent à Bardonnèche le . Ils sont dans un premier temps parqués dans un enclos près de la gare, mais les mâles prennent l'habitude de s'en échapper afin d'aller pâturer où bon leur semble. L'un d'eux finit par vivre en liberté. Ils sont finalement tous mis en liberté aux abords du Lac Vert. Quelques incidents font craindre à leurs propriétaires de la Commission qu'ils ne passent la frontière française, et celle-ci décide de les installer dans le Grand Paradis[21].

Le territoire de la commune s’est agrandi de la Vallée Étroite (auparavant italienne) en 1947, à la suite des rectifications de frontière après la Seconde Guerre mondiale. Cet ajout constitue une exception à la règle faisant passer les frontières aux lignes de partage des eaux.

Pendant les années 1970, la route du Col de l'Échelle, qui n'a fait que peu de travaux de drainage, sur le versant Bardonnèche se révèle instable. Tandis que les autorités italiennes la défendent et provisionnent des budgets pour la stabiliser, les autorités françaises se retranchent derrière des projets comme celui de la société Sovocal qui défend la création d'une autoroute Bardonnèche-Fos-sur-Mer. En 1975, le préfet des Hautes-Alpes interdit la route à tout trafic[22].

Ce projet rencontre l'opposition des défenseurs de l'environnement aussi bien français qu'italiens, aux premiers rangs desquels figurent l'« Association des habitants de Val-des-Prés », présidée par Émilie Carles, et l'« Association Les amis de la Névachie », présidée par Wladimir Rabinovitch[23], du maire de Bardonnèche et de celui de Jean-Louis Tane, maire de Névache, qui lance un concours d'aménagement de la vallée de Névache et de la vallée Étroite dans lequel les propositions d'aménagement ferroviaire à voix étroite sont majoritaires[Note 8]. Le mouvement d’opposition gagne progressivement en popularité.

Le talent d'oratrice, l'énergie, la passion d'Émilie Carles et la publication, en 1978, de son livre de souvenirs Une soupe aux herbes sauvages médiatisent fortement le sujet[Note 9]. Le public de l'extérieur et celui du village de Val-des-Prés font une lecture totalement différente du livre qui entraîne, localement, une réaction de rejet qui finit par s'estomper avec le temps[23],[Note 10],[Note 11].

Le projet autoroutier est vite abandonné. Dès 1978, la municipalité de Bardonnèche renonce à tout aménagement en relation avec un quelconque projet de tunnel et obtient une réouverture du parcours, pendant la saison estivale au seul trafic touristique. La réussite de cette mobilisation est attribuée à la personnalité charismatique d’Émilie Carles, mais elle a été acquise dans un contexte complexe. D'une part, la doctrine de la politique d'aménagement du territoire est en train de changer, dont témoigne le « discours de Vallouise », prononcé par « Valéry Giscard d’Estaing » en 1977, met fin aux « Plans Neige » qui avaient été mis en œuvre depuis 1964 afin de développer le tourisme de masse dans les zones montagneuses[25]. Le succès de la mobilisation aurait été sans doute plus difficile sans l'existence concomitante de transformations économiques et sociales notamment : l'installation, dans le cadre du mouvement de « retour à la terre », de nouveaux ménages porteurs d'une conscience « écologiste » et héritiers de traditions de lutte sociales qui étaient traditionnellement marginales en Briançonnais[26].

En 1987, Pierre Bernard-Reymond, alors député des Hautes-Alpes, remet sur le tapis la question d'une percée autoroutière sous le Col du Montgenèvre dont le principal argument est la nécessité d'une liaison performante entre Marseille et Turin. Un arrêté préfectoral du , crée le Syndicat mixte d'ÉTUde pour le tunnel du MONTgenèvre (SÉTUMONT) dont les membres sont la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, les chambres régionales de commerce et d'industrie, le département des Hautes-Alpes, les Chambres de commerce et d'industrie des Hautes-Alpes et de Marseille-Provence, ainsi que les communes de Gap, Manosque, Marseille, Montgenèvre, Névache et Val des Prés. Trois projets de tunnels routiers sont mis à l'étude : le tunnel du Montgenèvre, le tunnel sous l'Échelle, et une variante de ce dernier : « Plampinet-Beaulard » qui évite la ville de Bardonnèche. En novembre 1991, le rapport Legrand préconise la solution du tunnel routier sous l'Échelle qui serait techniquement et financièrement la plus facile à réaliser » [27],[Note 12].

En juillet 1992, Ségolène Royal, alors ministre de l'Environnement, signe le décret de classement de l'intégralité de la vallée de la Clarée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des consuls[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

liste des maires de Névache
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Claude Pelade Tane *  
  avril 1821 [28] Jean Rolland *  
avril 1821[28] janvier 1827 Benoit Faure[29] *  
février 1827[29]   Jean Antoine Maritan *  
14 mai 1871 1881 Claude Carail *  
1881 17 mai 1884 Lautier *  
18 mai 1884 12 septembre 1885 Carail Antoine *  
13 septembre 1885 19 mai 1888 Claude Eugène Arduin *  
20 mai 1888 14 mai 1892 JosephLautier *  
15 mai 1892 16 mai 1896 Claude Aimé Rostolland *  
17 mai 1896 19 mai 1900 Jean AndréBaille *  
20 mai 1900 1904 Joseph Tane *  
1904 1912 Alfred Pascallon *  
1912 27 juin 1914 Célestin Barnéoud *  
28 juin 1914 11 septembre 1920 François Arduin *  
12 septembre 1920 7 novembre 1925 Ferdinand Baille *  
8 novembre 1925 18 mai 1929 Maximilien Faure *  
19 mai 1929   Zéphirin Salle *  
1953 1966 Philippe Donzel *  
1966 1977 Jean-Louis Tane *  
1977 1983 Jules Sébastianellli *  
1995 2001 Jacques Deyme *  
mars 2001 mars 2008 Jean-Louis Chevalier DVD  
mars 2008 mars 2014 Georges Pouchot-Rouge Blanc SE  
mars 2014 juillet 2020 Jean-Louis Chevalier DVD Retraité Fonction publique
juillet 2020 En cours Claudine Chrétien Sans étiquette SE

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Communauté de communes du Briançonnais.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Névache est une commune rurale[Note 13],[30]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[31],[32].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Briançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 14]. Cette aire, qui regroupe 15 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[33],[34].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[35].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 0,2 % 47
Forêts de conifères 19,4 % 3706
Forêts mélangées 0,6 % 110
Pelouses et pâturages naturels 15,0 % 2873
Landes et broussailles 0,5 % 92
Forêt et végétation arbustive en mutation 2,2 % 425
Roches nues 33,8 % 6450
Végétation clairsemée 28,3 % 5396
Source : Corine Land Cover[36]

Budget et fiscalité 2017[modifier | modifier le code]

La mairie.

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[37] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 255 000 , soit 3 372  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 348 000 , soit 3 624  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 576 000 , soit 1 548  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 196 000 , soit 526  par habitant ;
  • endettement : 279 000 , soit 750  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 7,30 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 16,00 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 55,00 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 17 754 [38].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Névache dispose d'une station d'épuration d'une capacité de 2000 équivalent-habitants[39].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[40]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[41].

En 2019, la commune comptait 359 habitants[Note 15], en diminution de 0,83 % par rapport à 2013 (Hautes-Alpes : +1,39 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
857790790880877939918924867
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
904841818675676690696628671
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
656683662421374369333235190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
182128119191245290321326366
2017 2019 - - - - - - -
356359-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[42] puis Insee à partir de 2006[43].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[44] :

  • Écoles maternelle et primaire,
  • Collèges à Modane, Briançon,
  • Lycées à Briançon.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[45] :

  • Médecins à Le Monêtier-les-Bains, Saint-Chaffrey, Montgenèvre, Briançon,
  • Pharmacies à Le Monêtier-les-Bains, Saint-Chaffrey, Montgenèvre, Briançon,
  • Hôpitaux à Briançon, Modane.

Cultes[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • . Pèlerinage au Mont Thabor.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Camping municipal[47].
  • Domaine nordique et alpin[48].

Commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

Églises et chapelles paroissiales[modifier | modifier le code]
L'église Saint-Marcellin-et-Saint-Pelage au hameau de Ville Haute.
Logo monument historique Classée MH (1914)

Sa construction, pour ses parties principales a lieu pendant la seconde moitié du XVe siècle.

Église Saint-Sébastien à Plampinet.
Logo monument historique Classée MH (1991)
Chapelles paroissiales[modifier | modifier le code]

Chapelles[51] :

Ville-Haute - Chapelle Saint-Antoine
On lie traditionnellement son existence à la présence d'un établissement des antonins au XVe siècle et au XVIe siècle à Névache. Cette structure a pu prendre des formes différentes dans le temps, mais son histoire n'a jamais été étudiée en détail.
En 1541, elle est qualifiée de « commanderie » : le , Romanet Odon, commandeur des antonins de Gap, confère à Jean de la Serve, la commanderie de Névache dont Jean Gottafrey, brassier du monastère vient de résigner la charge[53].
Chapelle paroissiale du hameau de Ville Haute, elle est utilisée comme église d'hiver, car il est possible de la chauffer, contrairement à l'église voisine, trop grande et qui n'a jamais été équipée de dispositifs qui permettraient de le faire.
  • Chapelle Saint-Jean-Baptiste à Ville Basse. Chapelle paroissiale du hameau de Ville-Basse, elle est principalement utilisée à l'occasion de la fête de ce saint.
  • Chapelle Saint-Hippolyte à Roubion[54]. Chapelle paroissiale du hameau de Roubion, elle possédait une statue équestre de saint Hippolyte que la paroisse conduisait « en procession faire boire son cheval à la rivière » lors de la fête de ce saint (13 août).
« Base Mérimée », notice no PA00080593, « Base Mérimée », notice no IA05001063.
Chapelles privées[modifier | modifier le code]
On ne sait pas à quelle époque remonte sa construction initiale. Les archives de la paroisse de Mélezet font état de dons qui lui sont affectés en 1648.
En 1694, elle est en ruine. Girolamo André, le curé de Mélezet dépense alors la somme de 90 livres qu'il tire des aumônes faites en faveur de la chapelle, pour la faire rebâtir. Trente trois mules sont nécessaires pour porter les matériaux et les paroissiens fournissent gratuitement la main d'œuvre pour sa reconstruction. Il s'agit alors d'une construction en bois[58].
Le , on bénit sa cloche offerte par monsieur Buisson et de madame Arnaud de Briançon[59].
En 1860, les paroissiens de Mélezet, pendant une épidémie de fièvre typhoïde, font le vœu solennel de se rendre chaque année, le 16 juillet, en pèlerinage à la chapelle. Le pèlerinage commence par le parcours des quatorze stations du Chemin de Croix construit le long du chemin qui conduit à la chapelle.
En 1894, Don Massimino Vallory, curé de Mélezet, et Delfino Grand, le maire de Melezet deviennent les promoteurs de l'idée de reconstruire la chapelle avec des matériaux plus solides. Une souscription est ouverte qui collecte 440 lires. Les travaux de construction de l'assise et du mur de soutènement de la chapelle débutent en 1896. La construction du bâtiment commence le 26 juillet 1897, et la chapelle est inaugurée le 13 septembre 1897 dans de mauvaises conditions climatiques.
En 1957, Don François Massé, curé de Mélezet, aidé par une vingtaine de volontaires procéde à des travaux de restauration et à la reconstruction de la partie avant de la chapelle. Le propriétaire de cette chapelle est la commune de Bardonnèche.
Elle est construite en 1744 par la famille Faure, dite « de La Place », de Ville-Haute, parce que sa maison, voisine de l'église a été épargnée par l'incendie du . En 1930, elle est la propriété de Marie Faure[60], veuve de Pierre Pons, mère d'Émile Pons et grand-mère de Maurice Pons[61]. Elle est aujourd'hui la propriété des descendants d'Émile Pons.
  • Sainte-Elisabeth à Lacha.
Chapelle disparue. Elle appartenait à la famille Poulin mais a été rasée par une avalanche[62].
Cette chapelle qui fait figure de chapelle paroissiale du hameau de Sallé, est une chapelle privée. Elle a été fondée par Marcellin Rolland, et elle est dotée dès 1673, d'une cloche dont Antoine et Jean Pascal sont les principaux donateurs. Leur contribution a été complétée par une souscription des habitants du hameau[63].
En 1930, elle appartient à la famille Tane[63].
  • Sainte-Marie à Fontcouverte[64]
Chapelle Sainte-Marie à Fontcouverte.
Construite par Ambroise Maritan qui est aussi le créateur de la cuve baptismale de l'église Saint-Marcellin-et-Saint-Pelage et qui possédait un chalet proche de la chapelle, en 1617[65], elle est l'emblème visuel de la haute vallée de la Clarée et appartient aux descendants d'Ambroise Maritan.
Son architecture est plus raffinée et plus somptueuse que celle des autres chapelles de hameaux d'alpage, car elle possède une nef et un chœur. Une grille de bois sépare sa nef de son parvis et une barrière, aussi en bois, sépare son chœur de sa nef.
Son autel était décoré d'un triptyque composé d'une statue dorée de la Vierge à l'Enfant placée dans une niche, surmontée d'une représentation de Dieu le Père et de deux volets peints représentant saint Marcellin et saint Pelage[66]. Sa face extérieure, malheureusement très dégradée représente l'Annonciation[67],[Note 16].
Elle est aussi l'une des rares chapelles de hameaux d'alpage, que son constructeur ou ses propriétaires, ont dotée d'un clocheton. La cloche que celui-ci accueille, a été bénie en 1953 par l'abbé Romagne et le père Magand[68].
« Base Mérimée », notice no PA00080594, « Base Mérimée », notice no IA05001064.
  • Saint-Michel au Vallon[69].
  • Notre-Dame-de-Bon-Rencontre[70].
  • Notre-Dame-de-Bon-Secours à Lacou.
  • Notre-Dame-de-Lourdes à Ville Haute.
  • Notre-Dame-de-la-Vie au Creuzet.
Chapelle disparue dont il ne reste que les marques de l'emplacement au croisement du torrent du Creuzet et de l'ancienne route de Névache à Plampinet au lieudit les Aras. Son nom s'entend différemment en français et en patois dans lequel elle signifie « Notre Dame de la Route » qui est plus logique étant donnée sa localisation.
  • Saint-Roch au Château.
  • Saint-Sauveur à Roubion.
Oratoires[modifier | modifier le code]
  • Notre-Dame des Combes. Voulu par Mlle Thérèse Balcet, construit au lieudit le « Pied des Combes » près du chemin qui conduit à la Montagne des Thures (GR 5) et du torrent de Roubion, il fut bénit par le père Louis Romagne, curé de Névache, le [71].
  • Saint-Roch à Plampinet. Construit en face de l'ancienne caserne du « Poste de Plampinet », aujourd'hui l'auberge « La Cleyda ».

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Forge[72].
  • Moulin du Haut[73].
  • Moulin du Bas[74].
  • Moulin Ville-Haute[75].
  • Fournil lieu-dit Plampinet[76].
  • Fournil lieu-dit Sallé[77].
Cadrans solaires[modifier | modifier le code]
  • Cadran solaire sur la maison « Maritan »[78].
  • Cadran solaire sur la maison « Rochas »[79].
  • Cadran solaire sur la maison « La Bélière »[80].
  • Cadran solaire réalisé par le peintre Hippolyte Laurençon[81].
La maison traditionnelle[modifier | modifier le code]
  • Maisons fermes dites gîtes d'étape, chalets[82].
Les structures communes[modifier | modifier le code]
  • Moulin de Ville-Haute (privé).
  • Moulin banal de Ville-Haute.
  • Four banal de Ville-Haute.
  • Four banal de Ville-Basse[83].
  • Ancienne laiterie.
  • Four banal de Sallé.
  • Ancienne École de Ville-Haute.
  • Ancienne École de Ville-Basse.
  • Ancienne École de Plampinet.
  • École de Roubion.
  • Bureau de poste de Ville-Basse.
  • Presbytère-Mairie[84] et sa cloche de 1677[85].
  • Forge et Ancien garage des pompiers de Plampinet 45° 00′ 10″ N, 6° 39′ 39″ E.
Petite bâtisse allongée, au toit à deux pans, en bordure du village, elle comporte deux pièces de même taille qui abritaient respectivement, à l'est une forge et à l'ouest les pompes à incendie. La forge a été construite après l'incendie du hameau en 1892. Elle était équipée d'un four de forge au soufflet en cuir. Elle ne semble plus avoir servi après 1924. Les pompiers disposaient, à Plampinet, de deux pompes à incendie, l'une datée de 1850, l'autre de 1890[86].

Architecture militaire[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Carail (Névache Ville Basse 1825 -1885) Instituteur à Genestelle (Ardèche) Le 2 Décembre 1851, opposant au Coup d'Etat de Napoléon III, il est arrêté, condamné à la déportation en Algérie. Malade, il est rapatrié et assigné à résidence. Réintégré dans sa fonction en 1873 après la chute de Napoléon III _ Maire de la commune de 1884 à sa mort l'année suivante.
  • Joseph Eugène Tane ( Névache Ville Haute 1849-1916). Études supérieures à Strasbourg et à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, promotion Suez 1870. Il est engagé dans la Guerre franco-allemande de 1870 (Médaille des vétérans), puis dans l'Expédition du Tonkin (Légion d'Honneur, Chevalier dans l'Ordre Impérial du Dragon de l'Annam, Médaille du Tonkin), puis de nouveau au Tonkin de 1890 à 1893, au Sénégal en 1895 (Médaille coloniale) et au Soudan en 1896 et 1897 (Médaille du Soudan). Il prend la retraite en 1897 avec le grade de Chef de bataillon de l'Infanterie de Marine. Il est ensuite exploitant d'une mine, d'une carrière de marbre, d'une scierie mécanique, d'une pisciculture, d'un café épicerie avec un commerce de vin, apiculteur, laitier-fromager. Maire de Névache de 1900 à 1904, et adjoint au maire de 1904 à 1908.
  • Luigi des Ambrois de Névache (1807-1874), premier président du Sénat du Royaume de l'Italie unifiée et dernier descendant direct des seigneurs de Névache.
  • Paul Barril, né en 1946, a passé la plus grande partie de son enfance à Névache[90].
  • Barthélemy Baudrand (1701-1787), jésuite, recteur du Recteur du « Collège Royal de Bourbon » à Aix-en-Provence, écrivain spirituel.
  • Charles Blavette (1902-1967) qui tient le rôle de l'oncle Simon, le berger, dans le film « L'Eau vive » et qui séjourne, pour les besoins du tournage, avec François Villiers, Alain Allioux et Paul Soulignac, à l'hôtel Mouthon, à Névache.
  • Daniel-André Bourcet (1658-1731), capitaine des milices du Briançonnais, dirige en 1708, la défense du col de Buffère contre l'armée du duc de Savoie.
  • André Georges (1902-1963), alpiniste et sauveteur de haute montagne français, enterré à Névache. Il possédait un chalet à Rif Tord.
  • Henri Germain a situé une scène de son roman "Le secret de la duchesse" (1889) à "l'auberge de Plampinet".
  • Jean-Joseph Lannes Botaniste, douanier de profession, il a occupé de nombreux postes dans le Briançonnais et le Queyras, et notamment celui de lieutenant des douanes à Névache.
  • Eric de Kermel, journaliste et éditeur de magazines de nature, a choisi la Vallée de la Clarée comme cadre de son roman « Mon cœur contre la terre [91]».
  • Claude Maritan (1806-1883). Professeur et écrivain. Né à Névache en 1806 et mort à Paris le . Bienfaiteur des pauvres de la paroisse et de l'église de Névache.
  • César Mouthon (1875-1925). Originaire de Villar-sur-Boège. Reçu premier, il étudie à l’École fromagère de Poligny. En 1900, il vient à Névache diriger la coopérative laitière et fromagère « La Fruitière ». Il y rencontre son épouse Catherine Faure et construit le « Grand Hôtel de Névache » ou « Hôtel Mouthon »[92] qui ouvre en 1910 et propose aux touristes 26 chambres sur trois étages, dont 20 conformes aux normes du Touring club de France, et trois W.C. à chasse d'eau[93]. Il est l'auteur de la première monographie exclusivement consacrée à Névache[94].
  • Anne Rabinovitch, romancière et traductrice, fille de Wladimir Rabinovitch.
  • Wladimir Rabinovitch (1906-1981), magistrat, juriste et écrivain.
  • Claude Rostollan, général de la Révolution et de l'Empire (1762-1846) y est né[95],[Note 18].
  • Émile Pons, né le et mort le .
  • Léon Pons, frère cadet d'Émile Pons, né en 1888. Il est à Arvieux en 1909, à Vallouise en 1911, puis à Gap, jusqu'en 1914. Mobilisé en tant que soldat du 159e régiment d'infanterie, il est mort au combat, en juin 1915, à Souchez. Il figure sur la liste des combattants, tués au cours de la première guerre mondiale, du Monument aux morts de Névache[61].
  • Maurice Pons, né à Strasbourg en 1927, romancier et nouvelliste, effectue, pendant son enfance et son adolescence, de fréquents séjours à Névache dont sa famille est originaire.
  • Michel Queysanne, né le à La Rochelle et décédé le à Paris, professeur français de mathématiques, possédait à Névache une résidence de vacances.
  • Robert-Auguste Touchon, né le à Paris et mort le à La Tronche, pionnier de l'alpinisme et du ski militaire, passe l'hiver 1906-1907 au Poste des Acles. Héros de la Première Guerre mondiale, il prend en janvier 1928, le commandement du 159e régiment d'infanterie à Briançon qu'il détient jusqu'en 1930. Durant cette période, il parcourt les montagnes à la tête de son régiment, effectue personnellement des reconnaissances systématiques sur les glaciers et les sommets, rédige des manuels d'instruction. Il est aussi alors commandant du « Centre d'hiver d'études pratiques de montagne » et organise des stages d'instruction destinés à des officiers d'autres régiments qui sont rapidement réputés dans l'ensemble de l'Armée de terre.
  • François Villiers, réalisateur et scénariste, auteur du film L'Eau vive.

Littérature[modifier | modifier le code]

Roman
Icone roman.svg
Mon cœur contre
la terre
« Mon cœur contre la terre » est un roman, écrit par Eric de Kermel, qui raconte le retour au pays d'Ana, une écologue parisienne, qui choisit de quitter Paris pour revenir dans les lieux où elle a grandi[91].
Théâtre religieux
Icone roman.svg
Le Mystère de
Saint Antoine
de Viennois
Le Mystère de Saint Antoine de Viennois ou Historia Sancti Anthonii de Viennès est une pièce de théâtre, écrite en occitan, qui mettait en scène des épisodes de la Bible ou des légendes associées à la vie des saints, dont le manuscrit de mise en scène fut découvert en 1881, par l'abbé Paul Guillaume, dans les archives communales de Névache où elle fut très vraisemblablement représentée jusqu'au XVe siècle.
Roman
Icone roman.svg
La Vierge
aux Cravates
« La Vierge aux Cravates » est un roman de Wladimir Rabi dont l'action se déroule dans un village des Hautes-Alpes à la fin des années 1950, et dont certains personnages ont été inspirés par les amis et les connaissances qu'il fréquentait à Névache.
Roman
Icone roman.svg
La Vallée
et Les Saisons
« La Vallée » et « Les Saisons » sont respectivement une nouvelle et un roman, écrits par Maurice Pons, dont la famille est originaire de Névache, et dont le cadre a été partiellement inspiré par les séjours que l'auteur fait à Névache depuis son enfance.

Cinéma[modifier | modifier le code]

L'Eau Vive[modifier | modifier le code]

Névache fut l'un des lieux du tournage du film l'Eau vive, réalisé par François Villiers et publié en 1958, dans lequel apparait le troupeau de monsieur Ventre, éleveur de moutons à Coudoux, et principal propriétaire, à Névache, des montagnes du Vallon et de Biaune.

Alex Hugo[modifier | modifier le code]

Après le succès de deux premiers épisodes du téléfilm Alex Hugo tournés en partie dans le Briançonnais et diffusés sur France 2 depuis l'automne 2015, la production choisit la Vallée de la Clarée comme l'un des lieux de tournage des épisodes suivants. En , les caméras se sont notamment posées dans la ligne droite de Plampinet pour des cascades de conduite, puis dans la Haute Vallée de la Clarée. Les derniers épisodes en date (saison 5) sont diffusés à partir d'.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Névache

Blasonnement :
D'azur à deux clés d'argent passée en sautoir, les pannetons en forme de lettre N, les anneaux liés d'or, surmontées d'une couronne du même.[96],[97].

Blason de Nevache (05) Ancienne version du dessin du blason de Névache[98]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans, nouvelles et fictions[modifier | modifier le code]


Monographies locales[modifier | modifier le code]

  • César Mouthon, « Monographie de la commune de Névache », Bulletins de la Société dauphinoise d'ethnologie et d'anthropologie, Grenoble, Veuve Rigaudin,‎ , pp. 6 à 44. 6 (lire en ligne)
  • Henri Rostolland, Névache et la vallée de la Haute-Clarée (Briançonnais), préfacé par Émile Roux-Parassac, Gap, éd. Louis-Jean, , 320 p..
  • Serge Bouquier, Guide historique et touristique de la vallée de Névache, Montpellier, Imprimerie Déhan, , 1 83.
  • Serge Bouquier, Guide historique et touristique de la vallée de Névache, Montpellier, Imprimerie Déhan, , 187 p..
  • Gilles Garitte, Les torrents de la vallée de la Clarée : Évolution contemporaine, dynamique actuelle et analyse géographique des risques associés, Lille, Université des Sciences et Technologies, Lille I, (lire en ligne).
  • Louis Romagne, Églises et chapelles de Névache-Plampinet, Lyon, Audin-Tixier, , 63 p.
  • Jacqueline Routier, Briançon à travers l'histoire, Gap, Société d’Études des Hautes-Alpes, , 552 p.
  • Gabrielle Sentis, Névache et sa vallée, Grenoble, Guiramand, , 80 p.
  • (it) Marco Battistoni, Schede storico-territoriali dei comuni del Piemonte, Comune di Bardonecchia, Turin, Regione Piemonte, , 32 p. (lire en ligne).
  • Jean Vallier, Les Vallier de Plampinet, fondeurs de cloches et les autres fondeurs briançonnais Barbe et Gautier, L'Argentière la Bessée, Éditions du Fournel, , 316 p. (ISBN 978-2-915493-95-5).
  • (it) Pietro Massimino Valori, Il Monte Tabor (Melezet presso Bardonecchia) : Memorie della cappella e piccola guida pei forestieri, Torino, Tipografia Salesiana, , 18 p. (lire en ligne).
  • Jean-Louis Tane, Chroniques d'une vallée classée, Grenoble, Éditions Artès, , 282 p. (ISBN 978-2-910459-05-5).
  • Jean-Louis Tane et Pierre Putelat, Névache, Haute vallée de la Clarée : une lecture géologique des paysages à la portée de tous, Saint-Véran, Éditions du Queyras, , 96 p. (ISBN 978-2-914866-27-9, OCLC 762746006)
  • Jean-Louis Tane, Le train de Névache est annoncé, Grenoble, Jean-Louis Tane auto-édition par Bookelis, , 182 p. (ISBN 979-10-227-6169-7).

Autres Monographies[modifier | modifier le code]

  • Service Historique de la Défense, Historique du 12e bataillon de chasseurs alpins depuis sa création, en 1853, jusqu'à 1920, Paris, Charles-Lavauzelle et Cie, , 376 p. (lire en ligne).
  • (it) Charles Maurice (éditeur scientifique), Celebrazioni centenarie (Oulx 21-22 Settembre 1974) in onore del Cav. Luigi Francesco des Ambrois de Névache (Oulx 1807 - Roma 1874)., vol. II, San Valeriano (Borgone di Susa), Tipolito Melli, , 576 p..

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • Ulysse Chevalier, Choix de documents historiques inédits sur le Dauphiné : publ. d'après les originaux conservés à la bibliothèque de Grenoble et aux archives de l'Isère, Lyon, A. Brun, (lire en ligne).
  • Ulysse Chevalier, Regeste dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l'histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l'année 1349., t. 2, Valence, Imprimerie valentinoise, , 490 p. (lire en ligne).
  • Ulysse Chevalier, Regeste dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l'histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l'année 1349., t. 4, Valence, Imprimerie valentinoise, , 959 p. (lire en ligne), Fascicules 10-12.
  • Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français depuis le onzième siècle jusqu'en 1823, vol. 9 (Riv - Z), Paris, L'Auteur, Arthus-Bertrand, Treuttel et Wurtz, , 548 p. (lire en ligne).
  • Luc Maillet-Guy (auteur) et Jean-Martial Besse (directeur de la publication), Revue Mabillon : archives de la France monastique : Les commanderies de l'ordre de Saint Antoine en Dauphiné, Chevetogne, par Leignon (Belgique), Abbaye Saint-Martin de Ligugé, , 531 p. (lire en ligne).
  • Alphonse Médail, Les merveilles du XIXe siècle : histoire du percement des Alpes, théorie de l'air comprimé, historique de tous les essais faits à ce jour, description sommaire de toutes les machines à perforer, et de tous les appareils à comprimer l'air, Turin, J. Candeletti, , 184 p. (lire en ligne).
  • Jean-Pierre Moret de Bourchenu, marquis de Valbonnais, Histoire de Dauphiné et des princes qui ont porté le nom de Dauphins, particulièrement de ceux de la troisième race, descendus des barons de la Tour-du-Pin, sous le dernier desquels a été fait le transport de leurs États à la couronne de France. : Recueil de titres, disposés selon l'ordre des temps, pour servir de preuves à l'histoire de Dauphiné sous les dauphins de la troisième race, t. 2, Genève, Fabri & Barillot, 1721-1722, 627 p. (lire en ligne).
  • Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. premier, Genève, Librairie Droz, , 708 p. (lire en ligne).
  • Joseph Roman, Legs faits par Abbon dans son testament dans les pagi de Briançon, Embrun, Chorges et Gap, Grenoble, Duprès, Descotes et Sévoz, , 26 p. (lire en ligne).
  • Joseph Roman, Chartes de libertés ou de privilèges de la région des Alpes, Paris, Larose et Forcel, (lire en ligne).
  • Joseph Roman, Répertoire archéologique du département des Hautes-Alpes, Paris, Imprimerie nationale, , 231 p. (lire en ligne).
  • Joseph Roman, Tableau historique du département des Hautes-Alpes. Inventaire et analyse des documents du Moyen âge relatifs au Haut-Dauphiné, 561-1500, t. 1, Paris et Grenoble, Alphonse Picard et F. Allier et Fils, , 204 p. (lire en ligne).
  • Joseph Roman, Tableau historique du département des Hautes-Alpes. Inventaire et analyse des documents du Moyen âge relatifs au Haut-Dauphiné, 561-1500, t. 2, Paris et Grenoble, Alphonse Picard et F. Allier et Fils, , 390 p. (lire en ligne).
  • Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 496a.
  • Chiffres clés publiés par l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Dossier complet
  • Inventaire national du patrimoine naturel de la commune
  • Cavités souterraines
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 978-2-86535-070-4 et 2-86535-070-3)
    Névache, p. 843
  • Coordination générale : René Dinkel, Élisabeth Decugnière, Hortensia Gauthier, Marie-Christine Oculi. Rédaction des notices : CRMH : Martine Audibert-Bringer, Odile de Pierrefeu, Sylvie Réol. Direction régionale des antiquités préhistoriques (DRAP) : Gérard Sauzade. Direction régionale des antiquités historiques (DRAH) : Jean-Paul Jacob directeur, Armelle Guilcher, Mireille Pagni, Anne Roth-Congés Institut de recherche sur l'architecture antique (Maison de l'Orient et de la Méditerranée - IRAA)-Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Suivez le guide : Monuments Historiques Provence Alpes Côte d’Azur, Marseille, Direction régionale des affaires culturelles et Conseil régional de Provence – Alpes - Côte d’Azur (Office Régional de la Culture), 1er trimestre 1986, 198 p. (ISBN 978-2-906035-00-3 et 2-906035-00-9)
    Guide présentant l'histoire des monuments historiques ouverts au public en Provence – Alpes – Côte - d'Azur, avec cartes thématiques (traduit en allemand et anglais en septembre 1988). Névache, pp. 44-45

Articles[modifier | modifier le code]

  • André Allix, « Note sur la valeur démographique du « feu » dans l'ancien Dauphiné », Revue de géographie alpine, Association de géographie alpine, vol. 11, no 3,‎ , p. 635-640 (ISSN 1760-7426, lire en ligne).
  • Ettore Mascheroni (auteur) et Charles Valois (traducteur), « L'acclimatation du renne dans les Alpes », Bulletin de la Société nationale d'acclimatation de France : revue des sciences naturelles appliquées, Paris, Société nationale de protection de la nature (France), nos 1/1931,‎ .
  • A. G., « Hôtels », Revue mensuelle du Touring-club de France, Neuilly-sur-Seine, Touring-club de France, no janvier,‎ .
  • Abbé M. Falquet, « Mont-Thabor, petite histoire du pèlerinage », Société d'histoire et d'archéologie de Maurienne, Saint Jean de Maurienne, Société d'histoire et d'archéologie de Maurienne, Imprimerie Roux, vol. XXII,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  • Wladimir Rabinovitch, « Carles (E.), Une soupe aux herbes sauvages, 1978 (compte-rendu) », Le Monde alpin et rhodanien, Grenoble, Musée dauphinois, nos 1-2/1983,‎ , p. 123-128 (ISSN 0758-4431, e-ISSN 2419-8676, lire en ligne).
  • Pierre Chomette, « Montagnes en bataille. Une géopolitique du refuge depuis la vallée de la Clarée », Revue de géographie alpine, Saint-Martin-d'Hères, ADRA et UGA Editions, nos 108-2 / 2020 « Refugié·es et montagne »,‎ (ISSN 1760-7426, lire en ligne).
  • Jean-Marc Barféty, « Hommage à Maurice Pons », sur bibliotheque-dauphinoise, .

Mémoires[modifier | modifier le code]

  • Louis Des Ambrois de Névache, Notes et souvenirs inédits du chevalier Louis Des Ambrois de Nevache, Bologne, Nicolas Zanichelli, , 420 p. (lire en ligne).
  • Paul Barril, Missions très spéciales, Paris, Presses de la cité, , 285 p., 14x20cm[Note 19].

France archives[modifier | modifier le code]

Archives numérisées du département des Hautes-Alpes[modifier | modifier le code]

  • Maires de Névache, Commune de Névache, 2 E 98/5/5 - - Naissance, mariage, décès. (1820-1824)., Gap, Archives des Hautes-Alpes (lire en ligne).
  • Maires de Névache, Commune de Névache, 2 E 98/5/6 - - Naissance, mariage, décès (1825-1827)., Gap, Archives des Hautes-Alpes (lire en ligne).

Patrimoine architectural (base Mérimée)[modifier | modifier le code]


Patrimoine mobilier (base Palissy)[modifier | modifier le code]


Publications administratives en ligne[modifier | modifier le code]


Publications en ligne[modifier | modifier le code]


Rédactionnels[modifier | modifier le code]


Références et notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Accès routiers
  2. Marco Battistoni 2006, p.24
  3. L'eau dans la commune
  4. La Durance
  5. a b c et d Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 496a
  6. a b c et d Ernest Nègre 1990, p. 62- (entrée 1234) (lire en ligne) [1]
  7. Joseph Roman 1901, p. 13
  8. Valbonnais 1721, p. 236  [lire en ligne]
  9. Ulysse Chevalier 1913, p. 175. pièce 25964  [lire en ligne]
  10. Ulysse Chevalier 1874, p. 80  [lire en ligne]
  11. Ulysse chevalier 1913, p 871, entrée 11102  [lire en ligne]
  12. a b et c Charles Maurice 1976
  13. Joseph Roman 1890, p. 196.
  14. Joseph Roman 1886, p. 25  [lire en ligne]
  15. Louis Des Ambrois de Névache 1901, p. 157.
  16. Joseph Roman 1890, p. 278  [lire en ligne]
  17. André Allix 1923, p. 639, note 1
  18. André Allix 1923, p. 636
  19. Ulysse Chevalier 1874, p. 68  [lire en ligne]
  20. Henri Rostolland 1930, p. 126
  21. Ettore Mascheroni 1931, p. 3
  22. La Stampa - 31 mai 1975
  23. a b et c Wladimir Rabinovitch 1983
  24. La Stampa - 4 avril 1957
  25. Pierre Chomette 2020, § 10
  26. Jean-Louis Tane 2018
  27. a et b France Archives 2012
  28. a et b Jean Rolland, Benoit Faure 1821, p. 33  [lire en ligne]
  29. a et b Benoit Faure, Jean Antoine Maritan 1827, p. 21  [lire en ligne]
  30. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  32. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  34. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  35. Plan local d'urbanisme
  36. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  37. Les comptes de la commune
  38. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  39. Description de la station NEVACHE Village
  40. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  41. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  42. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  44. Établissements d'enseignements
  45. Professionnels et établissements de santé
  46. Paroisse de Névache - Gap - Embrun
  47. Camping de la Lame, au hameau de Roubion
  48. Domaine nordique et alpin
  49. La charte Bistrot de Pays Bistrot de Pays
  50. Fédération nationale des bistrots de pays
  51. « les chapelles de Névache », notice no IA05001065, base Mérimée, ministère français de la Culture
  52. « chapelle Saint-Antoine-Saint-Roch, puis Saint-Antoine », notice no IA05001062, base Mérimée, ministère français de la Culture
  53. Luc Maillet-Guy 1927, p.363  [lire en ligne]
  54. La chapelle Saint-Hippolyte de Roubion
  55. « Chapelle Notre-Dame-des-Grâces », notice no PA00080592, base Mérimée, ministère français de la Culture
  56. « chapelle Notre-Dame-des-Grâces », notice no IA05000876, base Mérimée, ministère français de la Culture
  57. Notice no PM05001122, base Palissy, ministère français de la Culture cloche chapelle Notre-Dame-des-Grâces
  58. Pietro Massimino Valori 1908, § III
  59. Pietro Massimino Valori 1908, § X
  60. Henri Rostolland 1930, p. 208
  61. a et b Jean-Marc Barféty 2016
  62. Louis Romagne 1985, p. 55.
  63. a et b Henri Rostolland 1930, p. 207
  64. La chapelle Sainte-Marie de Foncouverte
  65. Louis Romagne 1985, p. 44.
  66. Serge Bouquier 1974, p. 128.
  67. Serge Bouquier 1974, p. 132.
  68. Serge Bouquier 1974, p. 129.
  69. La chapelle Saint-Michel du Vallon
  70. Chapelle Notre-Dame de Bon Rencontre
  71. « Patrimoine religieux vernaculaire du diocèse : la vallée de la Clarée, Francis Libaud, 11 novembre 2012 », sur Diocèse de Gap et d'Embrun (consulté le )
  72. « forge lieu-dit Plampinet », notice no IA05000880, base Mérimée, ministère français de la Culture
  73. « moulin du Haut lieu-dit Plampinet », notice no IA05000879, base Mérimée, ministère français de la Culture
  74. « moulin du Bas lieu-dit Plampinet », notice no IA05000877, base Mérimée, ministère français de la Culture
  75. « moulin Ville-Haute », notice no IA05000859, base Mérimée, ministère français de la Culture
  76. « fournil lieu-dit Plampinet », notice no IA05000878, base Mérimée, ministère français de la Culture
  77. « fournil lieu-dit Sallé », notice no IA05000873, base Mérimée, ministère français de la Culture
  78. Cadran solaire sur la maison « Maritau »
  79. Cadran solaire sur la maison « Rochas »
  80. Cadran solaire sur la maison « La Bélière »
  81. « Immeuble, sis à Plampinet », notice no PA00135604, base Mérimée, ministère français de la Culture
  82. Maisons fermes dites gîtes d'étape, chalets
  83. « Fournil, actuellement remise et bureau de poste », notice no IA05000864, base Mérimée, ministère français de la Culture
  84. « mairie ; presbytère », notice no IA05000851, base Mérimée, ministère français de la Culture
  85. Notice no IM05004363, base Palissy, ministère français de la Culture cloche mairie ; presbytère
  86. Françoise Gattefossé et Florence Marciano 2007
  87. « Fort de l'Olive », notice no IA05000150, base Mérimée, ministère français de la Culture
  88. Notice no IA05000151, base Mérimée, ministère français de la Culture>Jacqueline Routier 1981, p. 3777
  89. Historique du 12e BCA de 1853 à 1920, p. 57
  90. Paul Barril 1994, p. 3-7
  91. a et b Eric de Kermel 2019
  92. Éditions transhumances 2015
  93. Revue mensuelle du Touring-club de France, janvier 1910, p. 114
  94. César Mouthon 1909, p. 6.
  95. Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles 1823, pp. 64-66
  96. Armorial de France
  97. Briançonnais : Névache, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  98. Philapostel 2008

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il n'existe aucun document qui confirmerait l'une ou l'autre de ces hypothèses
  2. Charte conservées aux Archives de la famille Odiard des Ambrois. Cet acte est, avec son testament, le seul acte connu du dauphin Jean Ier. Jusqu'à cette date, sa mère, Béatrice de Faucigny passait les actes au nom de ses enfants. Le dauphin Jean Ier est victime d'une chute de cheval et meurt le au presbytère de Bonneville
  3. Le Mistral est l'officier chargé de recouvrer l'impôt au nom du dauphin
  4. C'est-à-dire le 29 septembre.
  5. ceci rend les décomptes de feux des XVIe siècle et XVIe siècle difficilement utilisables pour estimer la population des communautés : le feu est essentiellement un coefficient de péréquation fiscale. la méthode est généralisée par le pouvoir delphinal et royal en 1706[18]. La supplique que les trois communautés adressent au Parlement du Dauphiné, met en évidence la très relative solidarité des communautés briançonnaises car les suppliantes étaient probablement mieux loties en territoire voué à la chasse, au pâturage et au déboisement que des communautés dont l'altitude permettait des productions agricoles plus abondantes et plus variées.
  6. Le mot castrum est ambigu en Provence et en Dauphiné, car il servait à désigner soit un château, et c'est le cas, dans la documentation de l'époque pour les autres châteaux delfinaux du Briançonnais, soit un bourg fortifié.
  7. Henri Rostolland rapporte l'hypothèse de Joseph Perreau, dans « L'épopée des Alpes » qui penche pour une fortification, mais il se trompe sur la nature du document qu'il cite. Il s'agit du projet delfinal, l'enquête de la Chambre Apostolique, publiée par Claude Faure parle seulement de « condominum ».
  8. L'idée d'un tunnel, ferroviaire ou routier, sous le col de Montgenèvre ou sous le col de l'Échelle est une sorte d'arlésienne qui fait régulièrement surface depuis le lancement du chantier du tunnel ferroviaire du Fréjus au milieu du XIXe siècle. Aucun de ces projets n'a jamais vu le jour pour des raisons diverses et variées dont l'histoire reste complètement à écrire. Les péripéties historiques, les oppositions locales et surtout le poids des intérêts économiques se sont opposés à l'entreprise de leur réalisation. En 1957, un certain nombre d'administrations et de sociétés d'État italiennes considéraient le col de l'Échelle et le col Lacroix comme les candidats de percées ferroviaires ou routières possibles, en complément du tunnel du Mont-Blanc et du tunnel du Grand-Saint-Bernard dont les projets sont alors déjà bien avancés. Mais des rumeurs circulent, jusque dans les milieux parlementaires italiens, de pressions du gouvernement français, relatives à la réalisation de la percée sous le Mont-Blanc, sur le gouvernement italien, afin que celui-ci renonce, pour une durée de trente ans à toute nouvelle percée routière en Piémont. La rentabilisation des ouvrages existants, et notamment du tunnel routier du Fréjus, fragilisaient, dans les années 1970, les possibilités de financement d'autres ouvrages du même type au moins aléatoire[24]. L'histoire des oppositions locales qui ont été le creuset d'autres prises de conscience et qui ont marqué la mémoire locale, dépasse le simple sujet de l'histoire du col lui-même.
  9. Émilie Carles participe alors, dans le cadre de la promotion du livre « Une soupe aux herbes sauvages », notamment aux émissions de Jacques Chancel sur France Inter, de Jean-Michel Desjeunes sur Europe 1, et à Apostrophes de Bernard Pivot sur Antenne 2.
  10. Il est difficile de parler de manière relativement objective de cette réaction qui tenait au fait, que malgré les précautions que Robert Destanque qui l'aide dans sa rédaction et que l'éditeur (changement des noms et prénoms, et des noms de lieux dans certains épisodes) prennent, certains habitants ou les descendants de certains habitants ont reconnu les personnes dont il est question[23]. Mais aussi au fait que cette collection de souvenirs abordait de nombreux sujets, relatifs à des questions complexes relatives à la classe sociale ou au genre, qui étaient sommairement considérés dans l'univers médiatique, et même par des gens cultivés de l'époque.
  11. Au-delà de certaines erreurs que Wladimir Rabinovitch, bon connaisseur de la région et de l'époque a souligné, il convient de dire qu'il est souvent difficile de ne pas généraliser les faits à partir d'anecdotes. Wladimir Rabinovitch, dans sa recension critique de l'ouvrage mentionne « la cuisson du pain, au four banal, le pain pour six mois ». Or, il s'agit plus ou moins d'un mythe que la tradition orale colporte, alors que la solution a certainement varié selon les hameaux et au fil des époques. À Névache, chaque famille cuisait à tour de rôle et distribuait une livraison de pain à chacune des familles du hameau qui lui rendait la pareille lorsque son tour venait. La pratique suppose quantité d'arrangements, tant à propos des quantités de produit fini que l'on distribuait à chacun, que des quantités de matière première que l'on était en mesure d'employer et qui pouvaient le cas échéant se rendre sous d'autres formes. Au Monêtier-les-Bains, un bourg qui était plus peuplé et où un certain nombre d'habitants étaient plus commerçants qu'agriculteurs, la commune employait un « bannier » qui était chargé de gérer l'approvisionnement, de cuire le pain et d'en gérer la distribution.
  12. Le rapport Legrand considère l'hypothèse de l'exclusion du tunnel de l'Échelle pour des raisons environnementales, et retient, dans ce cas, également le projet d'un tunnel routier sous le Montgenèvre [27].
  13. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  14. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  15. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  16. Afin de prévenir les vols et les détériorations, les principaux éléments de mobilier des chapelles de hameaux d'alpage sont aujourd'hui remplacés par des reproductions. Les originaux sont conservés soit au sein des collections de la paroisse de Névache, soit par leurs propriétaires lorsqu'il s'agit de biens privés.
  17. « capitaine adjudant-major » désignait, dans les bataillons de Chasseurs, l'adjoint du commandant du bataillon. Il s'agit d'un militaire qui a le grade de capitaine et qui exerce la fonction d'« adjudant-major ».
  18. L'orthographe du nom de famille du général Rostollan tend à être instable. Lui-même l'écrit « Rostollant » (voir sa fiche dans la base « Léonore » des Archives nationales). Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Aristide Albert et Henri Rostolland l'écrivent « Rostollan ». Tous les souscripteurs de cette famille de Névache à l'ouvrage d'Henri Rostolland, écrivent leur nom de famille « Rostolland ».
  19. Contient de nombreux détails exacts et de nombreux détails invraisemblables « L'hiver, les gens se calfeutraient chez eux. Dans les fermes et les maisons du village, ils vivaient dans des pièces voûtées en compagnie des animaux, pour se tenir chaud. ». Il est difficile de croire que quelqu'un aurait pu observer cette habitude qui avait existé, mais qui avait disparu au cours des années 1930 et 1940, pendant les années 1950. La présence sur le marché de poêles peu coûteux les « fourneaux grenoblois » avait permis aux habitants de changer une habitude qui était depuis longtemps combattue par les hygiénistes.
  20. La référence cadastrale de la forge de Plampinet est erronée dans la base Mérimée. La référence réelle est : E9 1528;

Liens externes[modifier | modifier le code]