Chantonnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chantonnay
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Blason de Chantonnay
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Chantonnay (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Lays
Maire
Mandat
Gérard Villette
2014-2020
Code postal 85110
Code commune 85051
Démographie
Gentilé Chantonnaisien, Chantonnaisienne[1]
Population
municipale
8 255 hab. (2011)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 16″ N 1° 02′ 58″ O / 46.6877777778, -1.04944444444 ()46° 41′ 16″ Nord 1° 02′ 58″ Ouest / 46.6877777778, -1.04944444444 ()  
Altitude Min. 18 m – Max. 112 m
Superficie 82,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Chantonnay

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Chantonnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chantonnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chantonnay
Liens
Site web http://www.ville-chantonnay.fr/

Chantonnay est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire. Ses armoiries sont d'azur à la gerbe de blé d'or.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chef-lieu du canton, la commune est située à périphérie du bocage vendéen.

La ville est située dans une cuvette géologique recelant un sous-sol riche et varié qui permit notamment l'exploitation d'une mine de charbon au lieu-dit de la Tabarière au XIXe siècle et une partie du XXe siècle. Traversée par la rivière Mozée, elle est le centre d'un territoire drainé par le Lay, qui traverse la commune entre le lac de Rochereau et celui de Moulin Neuf.

Chantonnay a fusionné avec deux autres communes, les anciennes communes limitrophes de Puybelliard et Saint-Mars-des-Prés, et s'est associé à la commune de Saint-Philbert-du-Pont-Charrault.

La commune se situe sur la ligne historique dite de Paris aux Sables-d'Olonne, aujourd'hui ligne des Sables-d'Olonne à Tours dédiée aux TER.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

En 2009, Chantonnay possède trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la gerbe de blé d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Le marquis Alexis de Lespinay (1752-1837), maire de Chantonnay de 1811 à 1830.
Le marquis Zénobe Alexis de Lespinay (1854-1906), maire de Chantonnay de 1896 à 1906.
Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1790 Constant Marchegay    
1791 1791 M. Guicheteau    
1794   René Rouillon    
1797 1801 Joseph Arnaud    
1801 1806 Auguste Boutolleau    
1806   Jean Fleurisson    
1811 1830 marquis Alexis de Lespinay[8]   propriétaire, capitaine au Régiment du Roi-Infanterie
chevalier de Saint-Louis
député de la Vendée au Corps législatif (4 mai 1811)
conseiller général (Restauration)
officier de la Légion d'honneur
député de la Vendée à la Chambre
1830 1830 Marie-Charles de Lespinay    
1830 1832 Pierre-Constant Meunier    
1832 1832 Victor Berthe    
1832 1840 Mathieu Sébastien Majou des Grois    
1840 1845 Benjamin Liebert    
1845 1848 Pierre Brothier-Delaveaux    
1848 1859 Benjamin Liebert    
1859 1871 Toussaint Baudin    
1871 1874 Ernest Maignen    
1874 1878 François Perrochain    
1878 1884 Ernest Maignen    
1884 1892 Alexis Robin    
1892 1892 Benjamin Chessé    
1892 1894 Alexandre Nivault    
1894 1896 Charles Pillaud    
1896 1906 marquis Zénobe Alexis de Lespinay Conservateur propriétaire
conseiller général
député de la Vendée
1906 1908 Clément Ouvrard    
1908 1925 Jules Douteau    
1925 1933 Maurice Morand   sénateur de la Vendée
1933 1944 Henri Rochereau Conservateur exploitant agricole, expert agricole et foncier
conseiller d'arrondissement du canton de Chantonnay (1925-1928)
conseiller général du canton de Chantonnay (1928-1940, 1945-1951)
conseiller départemental (1943-1944)
député de la Vendée à la 1re Assemblée constituante (1945-1946)
1944 1945 Charles Bouillon    
1945 1953 Henri Rochereau PRL exploitant agricole, expert agricole et foncier
conseiller d'arrondissement du canton de Chantonnay (1925-1928)
conseiller général du canton de Chantonnay (1928-1940, 1945-1951)
conseiller départemental (1943-1944)
député de la Vendée à la 1re Assemblée constituante (1945-1946)
1953 1995 Michel Crucis CNI puis RI puis UDF gendre d'Henri Rochereau
avocat au barreau de la Roche-sur-Yon, conseiller juridique et fiscal
conseiller général du canton de Chantonnay (1951-1988)
député de la Vendée (1958-1962)
président du conseil général de la Vendée (1970-1988)
conseiller régional des Pays de la Loire (1972-1988)
sénateur de la Vendée (1977-1995)
1995 en cours Gérard Villette[Note 1],[9] Divers droite retraité
conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 8 255 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 196 1 770 1 791 2 532 2 439 2 634 2 925 2 933
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 101 3 253 3 429 3 382 3 508 3 709 4 000 4 307 4 070
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 093 4 137 3 962 3 733 3 667 3 696 3 790 3 953 4 014
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
4 137 5 135 6 991 7 235 7 458 7 541 7 794 7 958 8 248
2011 - - - - - - - -
8 255 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,4 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 22,7 %, plus de 60 ans = 19,8 %) ;
  • 51,5 % de femmes (0 à 14 ans = 18,2 %, 15 à 29 ans = 17,2 %, 30 à 44 ans = 19,7 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 24,9 %).
Pyramide des âges à Chantonnay en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,2 
5,6 
75 à 89 ans
9,5 
14,0 
60 à 74 ans
14,2 
22,7 
45 à 59 ans
19,9 
20,5 
30 à 44 ans
19,7 
18,6 
15 à 29 ans
17,2 
18,4 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Économie[modifier | modifier le code]

La ville est industrielle avec des entreprises importantes comme Fleury Michon, Doux, Pubert et Gautier. Ces entreprises sont réparties en trois grandes zones d'activités : Pierre Brune, Les Trois Pigeons et Polaris I/II/III[14].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le manoir de Ponsay
  • La vallée du Lay
  • Fuies et Porches de Ponsay
  • Fuie de Dinchin
  • Lavoirs de la Marzelle et de Saint Mars
  • Église Saint Pierre (Chantonnay)
  • Église Saint Philbert (Saint Philbert du Pont Charrault)
  • Église Saint Pierre et Saint Paul (Puybelliard)
  • Église Saint Médard (Saint Mars des Prés)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • En 1997, Chantonnay a accueilli le départ d'une étape du Tour de France cycliste.
  • En 2006, ont eu lieu les championnats de France cyclistes.
  • 2007 : L'histoire du film J'aimerais j'aimerais de Jann Halexander se déroule à Chantonnay.
  • En 2010, la ville a une nouvelle fois accueilli les championnats de France de cyclisme.
  • La randonnée « Quatre Jours en Chantonnay Vendée »[16] est un évènement inscrit au calendrier de l'International Marching League, qui a lieu chaque année le week-end de l'Ascension. Grâce à cet événement, la ville a reçu le titre de « capitale mondiale de la randonnée pédestre »[réf. souhaitée].
  • Tous les ans, en novembre, se tient le festival « Éperluette »[17] proposant des chants et contes à travers divers spectacles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2001, 2008 et 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « chantonnais », sur www.habitants.fr (consulté le 4 juillet 2010)
  2. « Site officiel des villes et villages fleuris » (consulté le 25 septembre 2013)
  3. Jean-Clément Martin, « La Révolution a coupé la France en deux », dans L'Histoire, no 311
  4. « Les Plaques Commémoratives - Sources de Mémoire »
  5. « 1957 : le drame ferroviaire de Chantonnay . Info - La Roche sur Yon.maville.com » (consulté le 25 septembre 2013)
  6. [PDF] « Procès verbal de la séance du Conseil Général de la Vendée du 26 novembre 1957 »
  7. (fr) « Les maires de Chantonnay » (consulté le 23 juin 2010)
  8. (fr) Site officiel de la commune : www.ville-chantonnay.fr
  9. (fr)[PDF]« liste des maires », sur Préfecture de la Vendée
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  12. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Insee.
  13. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 11 mai 2011)
  14. « Panorama des entreprises et de leur localisation », sur ville de Chantonnay (consulté le 25 septembre 2013)
  15. « Jumelage » (consulté le 25 septembre 2013)
  16. « Site officiel »
  17. « Site officiel du festival »


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :