Le Boupère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Boupère
Le Boupère
Vue par drone du Boupère.
Blason de Le Boupère
Blason
Le Boupère
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton Pouzauges
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-de-Pouzauges
Maire
Mandat
Dominique Blanchard
2014-2020
Code postal 85510
Code commune 85031
Démographie
Gentilé Boupérien
Population
municipale
3 126 hab. (2016 en augmentation de 3,68 % par rapport à 2011)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 44″ nord, 0° 55′ 31″ ouest
Altitude 115 m
Min. 67 m
Max. 155 m
Superficie 43,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Le Boupère

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Le Boupère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Boupère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Boupère
Liens
Site web Site officiel

Le Boupère est une commune française située dans le département de la Vendée, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal du Boupère s’étend sur 4 366 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 115 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 67 et 155 mètres[1],[2].

La commune est arrosée par le Lay et bordée très brièvement au nord-ouest par son affluent, le Petit Lay.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latine Alba Petra au XIe siècle puis Aubepierre (« pierre blanche »).

En poitevin, la commune est appelée Le Boupére[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, il aurait existé un village portant le nom latin Alba Petra qui signifie « Pierre-Blanche ». Par altérations successives, ce nom s'est francisé pour devenir Aubepierre, Aubepere, Lobepere, Le Bepere, Le Bonpere, puis le nom actuel Le Boupère.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la fasce haussée d'argent fuselée de sept pièces de gueules, accompagnée en pointe d'une chapelle-château de deux tours d'argent couverte, ouverte et ajourée de sable, à la filière d'or[4],[5].

L'écu est sommé d'une couronne murale donjonnée de trois pièces et soutenu d'un listel portant l'inscription : « Alba Petra ».

La couleur blanche et les losanges rouges proviennent du blason de la famille Frotier de Bagneaux (propriétaire du château de la Pelissonnière). La bande horizontale (fasce) et la couleur jaune de la bordure évoquent les armoiries de la famille de Monti de Rezé, propriétaire du château du Fief-Milon. L'église fortifiée est évidemment celle du Boupère, reconnaissable à son oculus excentré traversé par un S en bande. L'inscription Alba Petra (pierre blanche) rappelle l'étymologie de la paroisse du Boupère.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise du Boupère : Alba Petra.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 juin 1995 Jean-Yves Le Lann[6]    
juin 1995 mars 2001 Claude Loiseau    
mars 2001 en cours Dominique Blanchard[Note 1],[7] SE Agriculteur
Président de la CC du Pays-de-Pouzauges (2016 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2016, la commune comptait 3 126 habitants[Note 2], en augmentation de 3,68 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0001 0572 0172 2652 3332 2892 3832 6012 640
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6962 7522 7352 7712 8612 9143 0332 9932 977
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8392 7582 8222 5492 5132 5062 3702 4252 443
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 5372 5232 7622 8922 8322 7642 8243 0153 126
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 17 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 22,3 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 19,5 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 26,7 %).
Pyramide des âges à Le Boupère en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,6 
7,4 
75 à 89 ans
10,5 
11,7 
60 à 74 ans
14,6 
21,9 
45 à 59 ans
21,6 
22,3 
30 à 44 ans
18,5 
19,3 
15 à 29 ans
15,7 
17,0 
0 à 14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La fontaine Place de l'église

Église fortifiée Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre fut construite en trois étapes[14] : à la fin du XIIe siècle, l'église d'origine, de style roman, fut édifiée en forme de croix latine et dotée d'un chœur au chevet plat.

Au début du XIVe siècle, elle dépendait de l'abbaye Saint-Jouin de Marnes (ordre de Saint-Benoît, aujourd'hui dans les Deux-Sèvres). Ses armoiries étaient : d'argent, à une croix pattée d'azur, cantonnée de quatre roses de gueules[4].

À la fin du XIVe et début XVe siècle : en pleine guerre de Cent Ans (1337 à 1458), on dut fortifier l'église (faute d'autres lieux plus sûrs, les villageois trouvaient là un refuge en ces périodes de troubles et une sécurité dans l'attente d'autres renforts). La façade occidentale est encadrée de contreforts percés de meurtrières et de canonnières. Ces contreforts sont surmontés d'échauguettes. Le chemin de ronde, surplombant de 20 mètres la place de l'Église, est protégé par un parapet crénelé ponctué de petites bretèches. Des niches dans le mur sud étaient destinées aux défenseurs ; les trous des meurtrières donnaient à l'intérieur de ces niches. En rajoutant au XVe siècle un bas-côté étroit, au sud, nécessaire à l'édification d'un chemin de ronde, on a élargi la nef et déplacé la porte de la façade sans toucher à l'oculus qui reste centré par rapport à la construction originelle mais décalé par rapport à l'entrée principale.

L'expansion démographique du XIXe siècle obligea l'agrandissement du transept nord et la reconstruction du chœur (1867), puis l'agrandissement du transept sud et construction du clocher actuel (1890).
L'église fortifiée du Boupère a été classée monument historique dès 1862.

L'oculus fut doté d'un vitrail en 1926, représentant saint Pierre dans sa barque et à Rome : pêcheur de poissons et pêcheur d'hommes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Château du Fief-Milon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château du Fief-Milon.

Construit pour une partie au XIVe siècle, le château-fort faisait partie du système de défense de Pouzauges. Sa position élevée lui donnait le rôle d'une tour de guet et offrait un panorama exceptionnel sur les monts Gâtine qui dominent le Haut Bocage vendéen, Saint-Michel-Mont-Mercure et Le Boupère. Cette position élevée s’explique par sa fonction première : défendre Pouzauges contre les Anglais pendant la guerre de Cent Ans.

La charpente des communs, à poinçons sculptés et contrefiches courbes, est datée entre 1585 et 1610.

Au début du XIXe siècle, le château médiéval (un corps central flanqué de deux grosses tours circulaires) subit des changements, à la manière de Viollet-le-Duc : on a donné aux deux tours une allure « fortifiée » en les couronnant par un faux mâchicoulis avec crénelage en briques. En 1861 de nouveaux bâtiments furent édifiés reliant le château à l’ensemble des communs.

En 2005, le château a été inscrit en totalité à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Le château fut acquis par la famille de Monti de Rezé qui le possède encore de nos jours.

Château de la Pelissonnière[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de la Pelissonnière.

Ancien manoir style Renaissance comprenant en 1647 un donjon et un manoir principal, transformé au XIXe siècle pour le vicomte Zénobe Frotier de Bagneux qui fit installer dans le grand salon la grande cheminée du prieuré de Mouzeuil-Saint-Martin.

En 1828, la duchesse de Berry séjourna au château.

Il est aujourd'hui la propriété d'une personne privée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Menanteau (1895 - 1992), poète, homme de lettres, y est né.
  • Pierre Barouh, auteur compositeur interprète, acteur et producteur, y a installé son studio d'enregistrement et le siège de son label Saravah dans le moulin de la Morvient.
  • Eugène Charier, alias Gèn Charé (1884-1960), a publié de nombreux textes en poitevin de la région de Saint-Michel-Mont-Mercure/Le Boupère dans les années 1930 et 1950 en particulier dans le Bulletin de la Société Olona. Il est notamment l'auteur de nombreuses adaptations de Fables de La Fontaine[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008 et 2014.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 19829 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Le Boupère », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 55.
  4. a et b www.leboupere.fr
  5. www.labanquedublason2.com
  6. Avis de décès de Jean-Yves Le Lann, paru le 30 avril 2011.
  7. [PDF] Site officiel de la préfecture de la Vendée - Liste des maires
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  13. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  14. www.boupere-paroisse-sjmv.org
  15. Pierre Rézeau, La Fontaine en patois vendéen et autres œuvres d'Eugène Charier,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :