Tallud-Sainte-Gemme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tallud-Sainte-Gemme
Tallud-Sainte-Gemme
La mairie en .
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Pouzauges
Maire
Mandat
Lionel Gazeau
2020-2026
Code postal 85390
Code commune 85287
Démographie
Gentilé Gemmois
Population
municipale
458 hab. (2019 en diminution de 2,97 % par rapport à 2013)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 14″ nord, 0° 53′ 02″ ouest
Altitude 104 m
Min. 50 m
Max. 142 m
Superficie 18,72 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Chantonnay
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Herbiers
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Tallud-Sainte-Gemme
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Tallud-Sainte-Gemme
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tallud-Sainte-Gemme
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tallud-Sainte-Gemme
Liens
Site web Site officiel

Tallud-Sainte-Gemme, appelée localement « Le Tallud-Sainte-Gemme », est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Tallud-Sainte-Gemme s’étend sur 1 872 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 104 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 50 et 142 mètres[1],[2].

Le Tallud-Sainte-Gemme, commune rurale de 476 habitants (dernier recensement en 2009) d’une superficie de 1857 hectares est née de la fusion de deux communes : Sainte-Gemme-des-Bruyères et Le Tallud (ou Saint-Laurent-du-Tallud) en 1827. La commune connaît une croissance démographique exceptionnelle depuis quelques années.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Tallud-Sainte-Gemme est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chantonnay, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 10 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (96,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (96,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,6 %), zones agricoles hétérogènes (36,1 %), prairies (15 %), forêts (3,1 %), eaux continentales[Note 3] (0,2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les Gaulois appelaient talutum de talo (« le front » ) « un talus herbeux sous lequel se trouve une mine d'or à peu de profondeur » [10].

En 1827, les communes Sainte-Gemme-des-Bruyères et Le Tallud sont fusionnées par ordonnance royale[11]. Le chef-lieu de la nouvelle commune, baptisée Tallud-Sainte-Gemme, est le bourg de Sainte-Gemme. En effet, le village du Tallud se résumait aux ruines de l'église (depuis disparue), au presbytère et au cimetière. L'ancienne commune de Sainte-Gemme-des-Bruyères, peuplée, au recensement de 1821, de 384 habitants[12], avait porté, durant la Révolution, le nom de Les Bruyères[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, l'un des principaux fiefs est celui de La Bruyère (ou Bruère), qui a donné son nom à la paroisse de Sainte-Gemme-des-Bruyères. Les seigneurs de la Bruyère, titulaire de la haute-justice, sont vassaux des seigneurs de Bazoges-en-Pareds, auxquels ils rendent aveu à de nombreuses reprises entre les XIVe et XVIe siècle[13]. En 1603, René de Crumes, seigneur de la Bruyère, a trois vassaux : le chapelain de Velaudin (paroisse de Bazoges-en-Pareds) en raison de quelques terres, les seigneur de Saint-Juire en raison d'une partie de la métairie du Paliron (paroisse du Tallud), et le fief de la Renaudière.

La Renaudière, dont une partie dépend de la Bruyère et une autre relève directement de Bazoges, est un hôtel et hébergement tenu en 1603 par Jean Renard et son épouse Renée Servent.

Un troisième fief, le Fief Goullard, appartient aux seigneurs de la Bruyère, qui en rendent également aveux aux seigneurs de Bazoges.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 ? Dominique Rautureau DVD  
2008 En cours Lionel Gazeau[14]   technicien en agro-environnement
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2019, la commune comptait 458 habitants[Note 4], en diminution de 2,97 % par rapport à 2013 (Vendée : +4,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300142155191575583591614680
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
643649692655649701743764713
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
708725726618603596574551517
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
479417362302351376406415460
2014 2019 - - - - - - -
474458-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,8 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,5 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 229 hommes pour 235 femmes, soit un taux de 50,65 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,4 
6,6 
75-89 ans
5,6 
16,8 
60-74 ans
15,5 
19,9 
45-59 ans
20,7 
19,9 
30-44 ans
19,0 
18,1 
15-29 ans
14,7 
18,6 
0-14 ans
24,1 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2018 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,4 
75-89 ans
11 
19,5 
60-74 ans
20,4 
20 
45-59 ans
19,4 
18 
30-44 ans
17,1 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,5 
0-14 ans
16,8 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Gemme (XIXe siècle).
  • Vieux logis de la Bruyère (XIIIe-XVIe siècles) et demeure bourgeoise (XIXe siècle)
  • Château de la Grignonnière (XIXe siècle)
  • Château du Paligny (XIXe siècle)
  • Il ne reste que des pierres éparses de l'ancienne église Saint-Laurent, remployées dans une grange

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Il y a un club de football : l'A.S. Chavagnes Le Tallud[20].

Il existe une ferme équestre à la Tuilerie.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 8808 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Tallud-Sainte-Gemme », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Chantonnay », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Pline l'Ancien
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Sainte-Gemme-des-Bruyères », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  13. Clément Brusseau, Bazoges-en-Pareds. Une seigneurie poitevine au Moyen Âge, mémoire de Master 1 sous la direction de Martin Aurell, Université de Poitiers, 2019-2020.
  14. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Tallud-Sainte-Gemme (85287) », (consulté le ).
  19. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).
  20. A.S. Chavagnes Le Tallud