Rocheservière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rocheservière
Rocheservière
Pont gallo-romain.
Blason de Rocheservière
Blason
Rocheservière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Intercommunalité Terres de Montaigu, communauté d'agglomération
Maire
Mandat
Bernard Dabreteau
2020-2026
Code postal 85620
Code commune 85190
Démographie
Gentilé Cervièrois
Population
municipale
3 400 hab. (2019 en augmentation de 10,93 % par rapport à 2013)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 56′ 23″ nord, 1° 30′ 29″ ouest
Altitude 47 m
Min. 15 m
Max. 72 m
Superficie 28,26 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Rocheservière
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Aizenay
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Rocheservière
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Rocheservière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rocheservière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rocheservière
Liens
Site web Site officiel

Rocheservière est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Rocheservière s’étend sur 2 826 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 47 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 15 et 72 mètres[1],[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rocheservière est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Rocheservière, une unité urbaine monocommunale[6] de 3 322 habitants en 2017, constituant une ville isolée[7],[8]. La commune est en outre hors attraction des villes[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (92,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (59,7 %), zones agricoles hétérogènes (19,4 %), prairies (10,9 %), zones urbanisées (5,3 %), forêts (3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,7 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité attesté sous la forme Rocham Cerveriam, en 1061, est une « roche ( au sens de « château construit en hauteur ») aux cerfs ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Rocheservière est pillée par une soixantaine de cavaliers bretons[13]. En 1815, le général Travot stoppe une insurrection vendéenne à Rocheservière. Rocheservière s'est un temps appelée "La roche aux cerfs"

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la croix partie d'or et de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rocheservière appartient à l’arrondissement de La Roche-sur-Yon et au canton d'Aizenay depuis le redécoupage cantonal de 2014. Avant cette date, la commune était le chef-lieu du canton de Rocheservière.

Pour l’élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription de la Vendée, représentée par Philippe Latombe (MoDem) depuis 2017.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Rocheservière est rattachée à Terres-de-Montaigu depuis sa création en 2017. Elle succéda à la communauté de communes du Canton-de-Rocheservière.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Alfred Lefeuvre Conservateur Ingénieur des Arts et Manufactures
Conseiller général du canton de Rocheservière (1922 → 1940)
Président du conseil général de la Vendée (1928 → 1936)
1945[14] [15] Pierre Lefeuvre MRP puis CD Conseiller général du canton de Rocheservière (1945 → 1973)
Chevalier de la Légion d'honneur
[15]
(démission)
Ida Grillet[16]   Ancienne institutrice
[17] [18] Gaston Picot    
[18] [19]
(décès)
Gérard Dugast   Artisan coiffeur
[20] Daniel Guibert[21] DVD Exploitant agricole retraité
[22]
(démission)
Alain Lebœuf DVD puis
UMP
Professeur de SVT puis directeur de collège
Député de la 1re circonscription de la Vendée (2012 → 2017)
Conseiller général du canton de Rocheservière (2004 → 2015)
Réélu en 2008[23]
[24] en cours Bernard Dabreteau DVD Directeur commercial
5e vice-président de Terres-de-Montaigu (2017 → )
Réélu en 2014[25]et 2020
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[27].

En 2019, la commune comptait 3 400 habitants[Note 2], en augmentation de 10,93 % par rapport à 2013 (Vendée : +4,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
3334084941 5681 6271 6711 8332 0982 000
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 9951 9831 9011 9542 0332 1292 1602 0301 952
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 8981 8861 6211 6181 5961 5521 6811 5701 638
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2019
1 7741 9482 1822 2452 2412 6913 0453 2993 400
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,8 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,2 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 672 hommes pour 1 678 femmes, soit un taux de 50,09 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,0 
90 ou +
1,7 
6,0 
75-89 ans
8,7 
12,1 
60-74 ans
12,8 
17,3 
45-59 ans
16,5 
24,4 
30-44 ans
24,1 
14,0 
15-29 ans
12,6 
25,4 
0-14 ans
23,6 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,4 
75-89 ans
11 
19,5 
60-74 ans
20,4 
20 
45-59 ans
19,4 
18 
30-44 ans
17,1 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,5 
0-14 ans
16,8 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame
  • Château de la Touche (début XIXe siècle), détruit en grande partie par un incendie en [32].
  • Chapelle St-Sauveur

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 21668 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Rocheservière », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Rocheservière », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. histoire de vendee.com
  14. « Cette année, les élections à Rocheservière ont été marquées par un véritable événement dans l'histoire de la commune : le maire en place depuis 32 ans, M. Lefeuvre (qui avait lui-même succédé à son père) ne s'est pas représenté. », Ouest-France, .
  15. a et b « Rocheservière : Mme Grillet nouveau maire », Ouest-France,‎
    « Mme Grillet succède ainsi à M. Lefeuvre, qui s'était retiré. ».
  16. [PDF] L’électricité en Vendée : des syndicats, une histoire (1923-2010), Service public des énergies vendéennes, p. 27.
  17. « Rocheservière : l'élection du maire et des adjoints », Ouest-France,‎ .
  18. a et b « Rocheservière : Gérard Dugast a été élu maire au premier tour de scrutin. Gérard Dugast a 57 ans, il est coiffeur. Jusqu'à présent, il assumait la charge de premier adjoint de Gaston Picot, l'ancien maire qui ne se représentait pas. », Ouest-France, .
  19. « Nécrologie : Gérard Dugast, maire de Rocheservière », Ouest-France,‎ .
  20. « Rocheservière : un nouveau maire », Ouest-France,‎ .
  21. « 55 ans de mariage pour Gisèle et Daniel Guibert », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
    « Daniel Guibert est une figure connue à Rocheservière ... maire, de 1999 à 2001, après le décès du maire, Gérard Dugast. ».
  22. « Rocheservière. Démission d’Alain Leboeuf et nouvelle élection en vue », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  23. [PDF] Site officiel de la préfecture de la Vendée - Liste des maires
  24. « Bernard Dabreteau, élu maire de Rocheservière », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  25. « Élections municipales à Rocheservière. Bernard Dabreteau est réélu », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  30. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Rocheservière (85190) », (consulté le ).
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).
  32. Jeanne HUTIN, « Vendée. Le corps du propriétaire du château de Rocheservière retrouvé », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  33. Cérémonie à Rocheservière le 16 octobre 2011 en mémoire du Père Tenaud