La Guyonnière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Guyonnière
La Guyonnière
L’église Saint-Pierre.
Blason de La Guyonnière
Blason
Drapeau de La Guyonnière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Montaigu
Intercommunalité Terres-de-Montaigu, communauté de communes Montaigu-Rocheservière
Statut Commune déléguée
Code postal 85600
Code commune 85107
Démographie
Gentilé Guyon
Population 2 736 hab. (2016 en augmentation de 0,37 % par rapport à 2011)
Densité 118 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 57′ 59″ nord, 1° 14′ 55″ ouest
Altitude 66 m
Min. 33 m
Max. 84 m
Superficie 23,18 km2
Historique
Date de fondation
Date de fusion
Date de dissolution
Commune(s) d’intégration Montaigu-Vendée
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 15.svg
La Guyonnière

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 15.svg
La Guyonnière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Guyonnière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Guyonnière

La Guyonnière est une ancienne commune française située au nord-est du département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Localisée dans le Haut-Bocage vendéen, elle est membre de Terres-de-Montaigu. Ses habitants se nomment les Guyons et Guyonnes[a].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

La Guyonnière est une commune rurale dont le territoire municipal s’étend sur 23,18 km2, soit 2 318 hectares, dans le Haut-Bocage vendéen. Ses paysages sont une succession de champs entourés de haies. Elle se situe au sud du Massif armoricain, sur des terrains primaires formés de roches dures imperméables (granit, gneiss, schiste avec un filon de quartz blanc orienté vers la colline de Meslay). Son altitude moyenne est de 66 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 84 m à la Grillère (où une tour hertzienne de 80 m a été élevée[2]) à 33 m[3],[4] à l'ouest, là où quitte son territoire la rivière de l’Asson qui traverse la commune d'est en ouest, avant de se jeter dans la Maine à Montaigu. Le ruisseau de la Cour, un affluent, prend sa source près du bourg à 60 m d'altitude[5]. La commune se situe ainsi dans le bassin versant de la Sèvre Nantaise et donc de la Loire.

La Guyonnière relève du canton de Montaigu. Elle englobe une partie des faubourgs est de cette ville, notamment le nord de la zone industrielle du Planty, le cimetière paysager du Prieuré et le site du lycée Léonard-de-Vinci. Elle est par ailleurs limitrophe des communes de Saint-Hilaire-de-Loulay au nord-ouest, de Treize-Septiers au nord-est, de La Boissière-de-Montaigu à l'est et de Saint-Georges-de-Montaigu au sud.

Le bourg est traversé par la route départementale 86 qui relie Saint-Georges-de-Montaigu à Treize-Septiers. Il est longé par la départementale 23 entre Montaigu et La Boissière-de-Montaigu, qui passe entre le Bois de la Cour au nord et le lac de la Chausselière au sud, site d'un camping. Le nord de la commune est traversé par la départementale 753 entre Montaigu et Treize-Septiers (route reliant Saint-Jean-de-Monts à Cholet), et l'est inclut le tronçon de la départementale 202 (rocade Sud de Montaigu) reliant la départementale 753 à la départementale 137, l'ancienne route nationale entre Nantes et La Rochelle.

Lieux-dits de la Guyonnière.

Les lieux-dits sont (en italique ceux qui figurent sur la carte de Cassini fin XVIIIe siècle) : la Bézochère, la Fradinière, Tournelièvre, la Bléterie, Bois-Chalons, les Pionnières, Sainte-Anne[b], la Papinière, la Gobtière, la Bonninière, la Bretinière, la Ronde, la Grillère, la Fossère, la Clairbaudière, la Cour[c], le Bordage-de-la-Rondardière, la Rondardière[d], la Carrière, la Grande et la Petite-Fontaine, le Fossé-Neuf, la Friborgère, la Chausselière, la Boizetière, la Courtinière, le Rivage, la Saulnerie, le Bordage-Lucas, la Promenade, le Bordage-Caillé, les Fontenelles, la Trounière, la Brosse, la Vigne-Fleurie, la Roche-Moreau, la Tuilerie, l'Étang, la Roche-Thévenin, Bel-Air, le Val, la Rabotière, la Jambaud, la Marin, Meslay, Duchaffault, la Basse et la Haute-Gouraudière, le Peu, Meslay-des-Landes, les Loges, le Petit-Planty, le Prieuré.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques conduites par l’Institut national de recherches archéologiques préventives au début des années 2010 au lieu-dit du Gardou, au nord-est du bourg, ont permis de mettre en évidence un espace funéraire de 650 m2 datant du Haut-Empire romain, utilisé entre la fin du Ier siècle et le courant du IIe siècle de notre ère[7]. En 2016, d’autres fouilles au sud du bourg ont mis en évidence la présence d’une maison gallo-romaine, avec fossés, débris de céramique ainsi que la trace d'un four domestique[8].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les origines de la commune remonteraient au XIVe siècle, différentes familles, dépendant des seigneuries de la Rondardière, de la Roche-Thévenin et du Planty, ayant été les propriétaires successifs des terres de la paroisse. Selon les Chroniques paroissiales du diocèse de Luçon[6], « un castel fortifié occupait l'emplacement actuel de l'église et du presbytère », celle-ci trouvant son origine probable dans la chapelle de ce château[6]. La place longeant le cimetière à l’ombre de l’église porte d’ailleurs actuellement le nom de place des Douves[e]. Le nom latin de Guioneria est attesté en 1306[f]. Il donnera celui de la Guyonnière, le suffixe toponymique « ière » ayant vraisemblablement été ajouté au nom propre « Guyon »[11]. À l'origine, paroisse du diocèse de Poitiers, lorsque en furent séparés l'évêché et le diocèse de Luçon, en 1317, c'est à ce dernier et au doyenné de Montaigu que fut rattachée la paroisse de la Guyonnière.

Située sur la zone frontière entre le duché de Bretagne et le comté du Poitou, la Guyonnière, comme les paroisses voisines (sauf Montaigu), fit partie des marches avantagères au Poitou sur la Bretagne, du Moyen Âge jusqu’à la Révolution française, dépendant ainsi des deux provinces du point de vue de la souveraineté et de la suzeraineté, mais dont seul le seigneur de la province dite « avantagère », en l’occurrence le Poitou, jouissait des droits de justice[12]. Sous l’Ancien Régime, la Guyonnière relevait judiciairement de la sénéchaussée de Poitiers et militairement du gouvernement du Poitou.

Guerres de Vendée[modifier | modifier le code]

Charles-Samuel-Martin Goupilleau, nommé curé de la Guyonnière en 1771, refusa, lors de la Révolution, de prêter serment à la Constitution civile de 1792. Il fut exilé à Fontenay où il mourut en décembre de la même année[13],[g].

En mars 1793, la Guyonnière entra dans l’insurrection vendéenne par la participation de ses habitants, mêlés à ceux des paroisses voisines, à la prise de Montaigu des mains des Républicains[14], jusqu'en septembre de la même année.

Louis-Charles de Besné, comte du Chaffault, seigneur de Meslay, revenu en 1780 s’installer sur ses terres, après une glorieuse carrière dans la marine royale à la fin de laquelle il obtint le titre d’amiral, consacrait ses loisirs à l'agriculture et à la bienfaisance. En 1793, il encouragea l'insurrection vendéenne. Après la reprise de Montaigu par les Républicains, en septembre, il fut arrêté à Meslay et envoyé à Nantes où il mourut en détention l'année suivante.

En octobre 1793, un engagement entre Bleus et Blancs eut lieu sur la butte du moulin de la Grillère. En 1794 vint le temps de la brutale répression avec les colonnes infernales des armées républicaines, qui brûlèrent notamment l’église et les châteaux de la Cour, Meslay et la Roche-Thévenin.

Fin 1799, à l'époque de la reprise d'armes, un engagement eut lieu à Meslay lors de la tentative par l’armée catholique et royale du Bas-Poitou et du Pays de Retz de s'emparer de Montaigu, laquelle fut repoussé par les républicains.

Pendant cette période révolutionnaire, la population de la Guyonnière passa de près de 1 200 habitants avant le conflit à quelques centaines en janvier 1800, lors de la paix de Montfaucon-sur-Moine[15].

Pierre-Charles Jagueneau, le prêtre qui acheta la cure de la paroisse en octobre 1793 était aussi un prêtre réfractaire. Il prit part à la Virée de Galerne à la fin de cette année-là. Après la signature du traité de La Jaunaye en février 1795, il vint s'installer à la Guyonnière. Lors d’un retour de persécution contre les prêtres non assermentés, il fut arrêté en 1797 pour être déporté. Il s’évada sur la route de Rochefort. En 1804, de retour dans sa paroisse, il fut arrêté à nouveau après que l’on eut découvert dans son jardin des barres de plomb et des moules à balles. Il avouera ensuite, devant le ministre de la police Fouché, son implication dans l’« Affaire des Plombs » visant à soulever la Vendée avec l’aide des Anglais. Il sera emprisonné jusqu’à la Restauration où il revint finir ses jours en Vendée[16],[17],[18].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Sylvestre-François, comte Du Chaffault, né à Montaigu, en 1734, fils de Julien-Gabriel Du Chaffault, et filleul et neveu de Louis-Charles du Chaffault, avait émigré et rejoint le prince de Condé, à Worms lors de la Révolution. Il s'engagea dans la cavalerie, et fut récompensée par le titre de chevalier de saint Louis, en 1798. Rentré en France en 1802, sa femme étant décédée en 1793 lors de la Virée de Galerne, il se fit ordonner prêtre en 1803. La paroisse de la Guyonnière lui fut offerte par l’évêque de la Rochelle, diocèse dont elle relevait alors par suite du Concordat. Il y remplit les fonctions de curé de 1809 à 1819 avant de décéder à Nantes en 1822[6].

Le curé de la Guyonnière fut, de 1820 à 1837, Jean-Baptiste Chauveau, né à Saint-Hilaire-de-Loulay vers 1789, puis de 1838 à 1874, Charles Amiot, originaire de Boussay (44). L’église de la paroisse, jadis en forme de croix latine, et composée d'une simple nef, flanquée de deux petites chapelles de chaque côté du chœur, avait été brûlée et en partie ruinée pendant la Révolution. La reconstruction commença par l’érection d’un nouveau clocher en 1848. On éleva de juillet 1853 à mars 1854, trois nefs, de style roman, puis en 1855 les voutes. En 1864, la construction d’une abside, de deux absidioles et de la sacristie compléta l’édifice[6],[19]. Adolphe Verdon né en 1832 à Saint-Hilaire-de-Voust, fut ensuite curé de la paroisse de 1874 jusqu'à son décès en 1897[20].

En 1886 fut ouverte une école privée de filles, tenues par les religieuses de Mormaison, bâtie sous souscription sur un terrain offert par les frères Boiziau, prêtres natifs de la commune[6]. Petits-fils du maire Jacques Boiziau, après avoir officié dans plusieurs paroisses vendéennes, Théophile (1843-1914) fut chanoine à Luçon de 1908 jusqu'à sa mort et Eugène (1851-1927) se retira en 1922 à la Guyonnière.

Chapelle de Meslay.

Arrière-arrière-petit-fils de l'amiral du Chaffault par sa grand-mère maternelle et petit-fils de Charles-Henri de La Roche-Saint-André par son grand-père maternel, l'abbé Paul-Michel de Suyrot (1816 Chambretaud - 1901 Nantes), missionnaire apostolique, chanoine honoraire de Luçon, était propriétaire du domaine de Meslay, à la Guyonnière, où il se retira en 1868. Il y établit en 1876 un orphelinat agricole avec des garçons choisis dans le canton de Montaigu. En 1888, il en confia la direction aux frères de la Sainte-Croix d'Angers. En 1897, il licencia son orphelinat et offrit son domaine aux Passionistes qui y installèrent un noviciat[21].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Réplique de la grotte de Lourdes à Meslay.

Chassés de Meslay au début du XXe siècle par la législation anticléricale d’Émile Combes, les Passionistes n’y reviendront qu’après la Première Guerre mondiale. Ils y demeurèrent jusqu’en 1961, avant d’en transférer la propriété aux pères de Chavagnes-en-Paillers. Ces derniers cédèrent les bâtiments et les communs en 1973 au ministère de l’Agriculture qui y installa un centre de formation, dont le nom actuel est « Institut de Meslay »[22],[23].

En 1993 un trésor de 1742 louis et double louis d'or est découvert à Meslay et son identification au trésor qu'aurait caché l'amiral du Chaffault avant d'être arrêté sous la Révolution est suffisamment étayée par ses descendants pour que ceux-ci gagnent, en 2000, le procès par lequel ils en réclamaient la restitution. Ils perdent néanmoins en appel en 2004[24].

En 1946, fut créée la Saint Pierre Sportive, club portant le nom du saint patron de l'église paroissiale, qui permettait aux jeunes de la commune de pratiquer le sport. En 1951, y vit le jour un club de basket-ball qui adopta le nom de Saint Pierre Sport. Initialement uniquement destiné aux garçons, les filles l’intégrèrent en 1963. Le club se développa notamment par l’action d'Ernest Tesson et de sa femme Thérèse, qui arrivèrent à la Guyonnière comme instituteurs en 1960 : la cour de « l'école des gars » se transforma en terrain d'entrainement systématique. Puis les entrainements eurent lieu dans la première salle de sport de la commune, construite en 1975, et qui reçut ultérieurement le nom d’Ernest Tesson. La deuxième salle de sport, construite en 1995, reçut le nom d’André Chevalier, un entrepreneur de la commune qui fut président du club de basket-ball de 1978 à 1990. Le plus haut niveau atteint a été la Région 1 par les seniors garçons, dans les années 1980, et la Région 2, par les seniors filles en 2011. Les maillots sont jaunes, floqués de noir[25].

Un club de football existe depuis mai 1983. Affilié à la fédération française de football, il porte le nom de Saint Pierre Sport Football[26].

En 1946, suite à la fermeture de l’école publique, une école privée fut construite, sur un terrain donné par Eugène Boiziau (1881-1959), prêtre et professeur au séminaire de Chavagnes-en-Paillers de 1911 à 1956, et ses deux sœurs, neveu et nièces des frères Boiziau. Elle ouvrit dès octobre 1946, avec une centaine d'élèves garçons. Le premier directeur, André Dugast, en attendant la construction de la maison de l’instituteur, laquelle commença seulement en novembre 1952, dut habiter la maison du directeur de l’école publique. De 1953 à 1960, le directeur fut Théophile Pogu, et l'institutrice sa femme Claire, laquelle se remémorait « deux grandes classes avec 35-40 élèves ; une cour sablée et déjà des poteaux de basket ! ». De 1960 à 1992, le directeur fut Ernest Tesson et l'institutrice sa femme Thérèse. En 1974, l’école des garçons et l'école des filles devinrent entièrement mixtes et se répartirent les niveaux[27].

En octobre 1981, fut inauguré le bâtiment de la nouvelle mairie[28].

Tour hertzienne de la Grillère (80 m).

La Guyonnière fut pionnière dans l'expérimentation des rapprochements de communes en étant à l'origine de la création du district de Montaigu en 1969, avec Montaigu et Saint-Georges-de-Montaigu, rejoint par Boufféré en 1970, Saint-Hilaire-de-Loulay en 1971, La Boissière-de-Montaigu et La Bernardière en 1994. Le district de Montaigu est devenu la communauté de communes Terres-de-Montaigu le 2 janvier 2002[29].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En septembre 2005, une école primaire publique a ouvert ses portes rue du 8 mai 1945, sous le nom d'école Amiral du Chaffault, d'abord avec trois classes, puis avec cinq classes (maternelles et élémentaires) à partir de 2008[30],[31].

En septembre 2013 a été inauguré l'espace Agapé, lequel est à la fois la cantine pour le déjeuner des 250 élèves des écoles primaires publique et privée de la commune et une salle polyvalente de 310 m2 modulable d'environ 400 places assises où peuvent avoir lieu mariages, spectacles, conférences, assemblées générales, expositions[32]...

En octobre 2015 un EHPAD, baptisé Résidence la Maisonnée, a vu le jour rue de l'abbé Grelier[33].

Le , la commune fusionne avec Boufféré, Montaigu, Saint-Georges-de-Montaigu et Saint-Hilaire-de-Loulay pour former la commune nouvelle de Montaigu-Vendée dont la création est actée par un arrêté préfectoral du [34].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople au lion couronné d'or, armé et lampassé de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[35]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 François Buteau   Agriculteur
1947 1948 Henri Mignon   Agriculteur
1948 1983 Pierre Durand   Agriculteur
Louis Albert   Agriculteur
Louis Guineveu DVD Entrepreneur en travaux publics
Michaël Orieux[36] DVD Chargé de projets d'action culturelle

Liste des maires délégués[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
       

Jumelage[modifier | modifier le code]

La Guyonnière est jumelée avec Drapeau de l'Espagne Coristanco (Espagne)[37] depuis 1998.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[39].

En 2016, la commune comptait 2 736 habitants[Note 1], en augmentation de 0,37 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
337597781794845863936942932
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 0051 0341 0701 1251 2081 2241 2301 1451 094
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 053948849857848847887952988
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
1 0481 0911 5541 9832 3432 6212 6572 7462 736
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (11,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,1 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 20,7 %, 30 à 44 ans = 24,6 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, plus de 60 ans = 11,7 %) ;
  • 48,9 % de femmes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 19,5 %, 30 à 44 ans = 24,1 %, 45 à 59 ans = 21,3 %, plus de 60 ans = 12 %).
Pyramide des âges à La Guyonnière en 2007 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,0 
2,8 
75 à 89 ans
2,5 
8,8 
60 à 74 ans
9,5 
20,5 
45 à 59 ans
21,3 
24,6 
30 à 44 ans
24,1 
20,7 
15 à 29 ans
19,5 
22,5 
0 à 14 ans
23,1 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[43]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un cabinet médical et d'une pharmacie dans le bourg, d'une psychologue clinicienne, d'une pédicure médicale – podologue et d'une kinésithérapeute dans la zone du Planty[44].

L'hôpital le plus proche est le CHD (Centre Hospitalier Départemental) de Montaigu.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux écoles primaires :

Les élèves deux écoles peuvent déjeuner au restaurant scolaire situé à l'espace Agapé, et bénéficient des installations sportives à proximité.

Pour l'enseignement secondaire, les familles envoient généralement leurs enfants dans les établissements de Montaigu : le collège Jules-Ferry (public) ou le collège Villebois-Mareuil (privé), puis le lycée Léonard-de-Vinci (public) ou le lycée Jeanne-d'Arc (privé).

La commune de la Guyonnière relève de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale (ancienne inspection académique) de la Vendée, dans l'académie de Nantes.

Le site de l'ancienne Abbaye de Meslay est occupé par l’Institut de formation de Meslay, association Loi 1901 créée en 1958, issue du mouvement des Maisons familiales rurales (MFR). Il offre des formations certifiantes ou professionnalisantes du niveau niveau Bac au niveau Bac+5, dans le secteur des entreprises de production et de services et le secteur social et médico-social[45].

Dans la zone industrielle du même nom se situe l’ESAT du Planty (établissement et service d'aide par le travail), ouvert en 1974. Cet établissement accueille des personnes reconnues travailleurs handicapés. Il inclut « les Ateliers du Planty » (atelier de mécanique générale et de nettoyage industriel), entreprise adaptée, créée par l’Adapei et qui offre des travaux de sous-traitance en usinage (fraisage, perçage, taraudage, tournage, ajustage, assemblage, collage, rivetage…)[46].

Cultes[modifier | modifier le code]

Le catholicisme est la religion traditionnellement pratiquée dans la commune de la Guyonnière. La commune relève actuellement de la paroisse de Saint-Martin-de-Montaigu, fondée le 1er septembre 1997 et qui regroupe aussi les communes de Montaigu, Boufféré, La Boissière-de-Montaigu, Saint-Georges-de-Montaigu et Saint-Hilaire-de-Loulay[47]. Cette paroisse relève du doyenné de Montaigu, et donc du diocèse de Luçon. Le lieu de culte principal est l'église paroissiale située dans le bourg, placée sous le patronage de saint Pierre.

Précédemment, la commune de la Guyonnière était une paroisse à part entière. À l'origine, paroisse du diocèse de Poitiers, lorsque en furent séparés l'évêché et le diocèse de Luçon, en 1317, c'est à ce dernier et au doyenné de Montaigu que fut rattachée la paroisse de la Guyonnière. Les derniers curés successifs furent :

  • de 1732 à 1739, Louis Raoul (né à Saint-Étienne-du-Bois en 1691, décédé à Saint-Étienne-du-Bois en 1739) ;
  • de 1740 à 1759, François de Salignac[j] (né dans le diocèse de Limoges, décédé à Luçon en 1782) ;
  • de 1759 à 1770, Mathurin Feuvre[k] ;
  • de 1771 à 1792, Charles-Samuel-Martin Goupilleau (né à Apremont en 1745, décédé à Fontenay-le-Comte en 1792) ;
  • de 1795 à 1809, Pierre-Charles Jagueneau (né à Montaigu en 1762, décédé à La Garnache en 1830) ;
  • de 1804 à 1805, Nicolas Gourbin (né à Camprond (Manche) en 1761, décédé à la Guyonnière en 1805) ;
  • de 1805 à 1807, Lambert Guérin (cousin du précédent, né à Juilley (Manche) en 1740, décédé à la Guyonnière en 1807) ;
  • de 1809 à 1819, Sylvestre-François Du Chaffault[l] (né à Montaigu en 1734, décédé à Nantes en 1822) ;
  • de 1820 à 1837, Jean-Baptiste Chauveau (né à Treize-Septiers en 1790, décédé à la Guyonnière en 1837) ;
  • de 1838 à 1874, Charles Amiot (né à Boussay en 1812, décédé à la Guyonnière en 1874) ;
  • de 1874 à 1897, Adolphe Verdon (né à Saint-Hilaire-de-Voust en 1832, décédé à la Guyonnière en 1897) ;
  • de 1897 à 1899, Victor-Alexandre Bailly (né à Saint-Cyr-des-Gâts en 1864, décédé à Saint-Hilaire-des-Loges en 1905) ;
  • de 1900 à 1903, Jean-Baptiste Bossard (né à Saint-Hilaire-de-Loulay en 1865, décédé à Rocheservière en 1922) ;
  • de 1903 à 1910, Étienne-Théodore Gendron (né à Noirmoutier-en-l'Île en 1853, décédé à Montaigu en 1912) ;
  • de 1910 à 1945, Joseph Rivalin (né à Saint-Jean-de-Monts en 1874)[m] [48] ;
  • de 1945 à 1951, Ferdinand Grelier (né à Saint-Cyr-des-Gâts en 1893, décédé à la Guyonnière en novembre 1951) ;
  • de 1951[49] à 1971, Norbert Caillaud.


Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La commune dispose dans son bourg d'une boulangerie-pâtisserie, d'un commerce d’alimentation offrant les services de traiteur, cave, tabac et relais de poste, d'un bar café, d'un garage automobile franchisé Renault, de salons de coiffure, d'une auto-école[50].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église et ancien cimetière.
  • L’église paroissiale, sous le patronage de saint Pierre, brûlée et en partie ruinée pendant la Révolution, fut reconstruite en style roman au XIXe siècle, le clocher datant de 1848 (la croix de l'ancien clocher, réparée à cette occasion, fut replacée sur le nouveau), les trois nefs de 1854, l’abside, les deux absidioles et la sacristie de 1864. Au sol, à l'entrée, on trouve les pierres tombales de nobles locaux, dont une de la femme du seigneur de la Roche-Thévenin. L'église est encore bordée par un cimetière, lequel l’entourait au début du XIXe siècle, selon le cadastre napoléonien[51].
Maître-autel de l'église paroissiale, 1893.
  • Le maître-autel de l'église paroissiale, don du chanoine de Suyrot de 1893, est en granit de Brest. Il représente la colline du Calvaire. Au sommet, se dresse une croix. Le Christ est en pierre blanche de Poitiers. Debout, de chaque côté, se tiennent la Vierge et saint Jean. Le tabernacle est placé au-dessous, dans le flanc de la montagne. Au-dessus du tabernacle, une inscription latine en lettres d'or : Petra erat Christus (Le rocher était le Christ), et sur la porte est représenté Moïse frappant le rocher de sa verge et faisant jaillir l'eau. Aux extrémités de la table d’autel deux anges se tiennent debout : l'un présente l'eau et le vin, et l'autre porte le livre de l'évangile. Dessous, trois bas-reliefs en marbre de Carrare sont incrustés dans une seule pierre de granit. Celui du milieu représente la Cène ; celui de droite l'Agonie du seigneur à Gethsémani ; et celui de gauche la Flagellation. L’auteur en fut Pierre Potet, sculpteur à Nantes.
Calvaire paroissial, élevé en 1877.
  • Le calvaire paroissial (rue du Calvaire), fut élevé en 1877 aux frais de l’abbé de Suyrot, par M. Pariche, rocailleur de Nantes. Plus de cent charrois[52] ont été faits par les habitants de la paroisse pour transporter les énormes rochers de la base. Y est représentée la mise au tombeau du Christ, surmontée par une croix[6].
Calvaire de Meslay, dédié au père de Montfort.
  • Le site de Melay, ou Meslay, est situé au sommet d’une colline dans une courbe au nord de la rivière de l’Asson. La plus ancienne mention historique que l’on en connaisse se trouve dans la charte de fondation de l’aumônerie de Montaigu en 1180. Ses plus anciens seigneurs connus furent les Marin. Ce nom subsiste dans celui de la toute proche métairie de la Marin. Les Marin figuraient sur les bans et arrière-bans du Poitou, entre autres sur ceux convoqués en 1467. La terre de Meslay passa au début du XVIe siècle, par mariage, aux Gastinaire, seigneurs de la Preuille, en Saint-Hilaire-de-Loulay, puis à la fin du XVIIe siècle, par alliance, dans la famille Du Trehant, seigneur du Hallay, à Boufféré. Après d’autres propriétaires, d’environ 1740 jusque vers 1770, Charles De La Roche Saint-Andre, de la branche cadette des Ganuchères, à Treize-Septiers, se qualifia, à son tour, seigneur de Melay-de-la-Court avant que le fief devienne la propriété de l’amiral Du Chaffault, son beau-frère. Celui-ci apprit l’incendie de son « château » de Meslay lors de sa détention à Nantes, avant de mourir en 1794.
Allée de cèdres de Meslay.

La propriété fut remise en état par son arrière-arrière-petit-fils, l’abbé de Suyrot, qui y restaura la chapelle, dédiée en 1867 à l’Immaculée Conception. Il fit construire en 1874 dans le coteau surplombant la rivière de l’Asson une réplique de la grotte de Lourdes, qui donna lieu à un pèlerinage annuel, le premier dimanche d’octobre. En 1889, au bout d’une longue allée de cèdres, aboutissant à l’actuelle D 753 Montaigu-Treize-Septiers, il inaugura un calvaire monumental et une statue du père de Montfort (œuvre de Pierre Renaud, sculpteur à Luçon). Meslay fut ensuite occupée par une congrégation de Passionistes, ce qui lui valut l’appellation d’abbaye de Meslay. Le site est actuellement occupé par un centre de formation appelé Institut Meslay.

Logis de la Roche-Thévenin (MH).
  • Le logis de la Roche-Thévenin, Notice no PA00110313 est situé au sud de la rivière Asson au sommet d’un coteau : on retrouve trace de cette ancienne baronnie dès 1411. Avant 1515, ce fief s'appelait la Roche-Brisard, du nom de ses anciens seigneurs. Il reçut son nom actuel lors de son acquisition par les Thévenin qui s’y succédèrent jusqu’au XVIIIe siècle[53]. Les restes du château remontent au XVIe siècle. Il fut brûlé lors de la Révolution. On y accède par une longue allée de platanes à partir de la D 23 Montaigu-La-Boissière-de-Montaigu. Il fut la propriété dans le deuxième moitié du XIXe siècle de Guillaume Grootaers, sculpteur nantais qui y a laissé des œuvres. On y trouve un chemin de croix de 1855 originellement dans l'église paroissiale : "les petites croix qui surmontent chaque tableau ont été faites d'un bois de chêne, provenant de la charpente de l'ancienne église qui portait le millésime de 1646."[6]
  • De nombreuses croix érigées au XIXe siècle jalonnent les routes de la commune : le Passou (1854) - la Gouraudière (1855) - la Bretinière (1856) - le Fossé-Neuf (1857) – Meslay (1859) - la Ronde (1866) - Tournelièvre (1873) - la Saunerie (1886) - le Bordage-Caillé (1888) - la Roche-Thévenin (1889).
  • Des restes de moulins à vent (qui figurent sur la carte de Cassini, donc antérieurs à 1790, et sur le cadastre napoléoniens) sont visibles sur la commune à la Gouraudière et à la Rabotière[54].

Galerie[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Lac de la Chausselière.

Le comité des fêtes, créé en 1969, réunit une quinzaine d'associations pour coordonner les fêtes communales, tenir le bar et le terrain de jeux du lac de la Chausselière, gérer l’étang du Passous (plan d'eau communal)[55]...

  • Familles rurales (16 salariés, 30 bénévoles : Amitiés Loisirs Guyons (retraités), l'Espace 2G (activités 11-17 ans), transport et restaurant scolaires, Symphonie guyonne (éveil musical, chorale d'enfants, cours de synthétiseur....), l’Île aux Enfants (accueil de loisirs 3-11ans), Les P’tits Guyons (multisports 4-7 ans), Baby-Sitting),
  • ADMR (Aide à domicile en milieu rural),
  • Anciens Combattants,
  • Amicale des chasseurs,
  • Associations des écoles : OGEC (Organisme de gestion de l’Enseignement catholique), APEL (Association des parents d'élèves de l'enseignement libre), APEPG (Association de parents d’élèves de l’école publique de la Guyonnière),
  • Associations sportives : Saint-Pierre-Sport : SPS Basket (depuis 1951), SPS Football (depuis 1983) , SPS Palets (dès 1999), Rasta Raquette (badminton loisir dès 1996)[56], Amicale cyclo guyonne (créée en 2015)[57], AVBFS (Association vendéenne de baby-foot sportif, depuis 2012)[58], Bulles d’air (Base de loisirs du lac de la Chausselière (depuis 2012)[59], Ocean’Attitude (danses fitness Zumba et Danse Boxe depuis décembre 2014)[60], Les Virages pâles (club de moto créé en 2003)[61]
  • Associations culturelles : bibliothèque du Petit-Prince, association créée en 1997[62], baptisée Le Petit Prince en 2013[63], animée par des bénévoles (prêt de livres, accueil des scolaires, organisation d’animations…), La Forge, association de musiciens créée en janvier 2006, création et l'organisation d’événements musicaux, théâtre Gribouille (ateliers théâtres), Chorales : les Voix du Lac (répertoire chants profanes) née en septembre 2010, sous l'égide de Familles rurales[64], Chœur à cœur (atelier vocal créé en 2013, répertoire chants sacrés et classiques), Tire l'aiguille (broderie et "arts du fil" créée en 2009[65], Paradis Créole (découverte des airs traditionnels des îles de l'Océan Indien, depuis 1997)
  • Associations inter-communales : la Cicadelle (initiation à la nature), Pêcheurs des Maines, Montaigu Échecs, Montaigu Judo Club, Association des jeunes acrobates de Montaigu, Yogasana.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un autre gentilé, celui de « Guyonniériens », peut être cité, mais il semble étendu[1].
  2. À l’origine « Maison-Chevalier ».
  3. Le lieu-dit était auparavant orthographié « la Court ». Jadis, à la place de cette ferme, se serait élevé "un castel artificiellement fortifié, avec tours, courtines et fossés, ou sauts de loup" habité par la famille du Planty. Dugast-Matifeux y relate la découverte d'une grosse bague chevalière en or, sans ornementation, de l'époque gallo-romaine[6].
  4. Autrefois siège d'une seigneurie dont le titre fut porté, au XVIIe siècle et XVIIIe siècle, par plusieurs membres de la famille Baudry d'Asson[6].
  5. Les fouilles archéologiques lors de la démolition de la cantine scolaire pour la construction de l'EHPAD, rue de l’Abbé-Grelier, ont identifié un « enclos paroissial » quadrangulaire en partie délimité par des douves encore visibles sur le cadastre de 1816, avec un creusement orienté nord-est – sud-ouest d'une largeur et d'une profondeur minimale de 4 m. « Il pourrait correspondre à un tronçon de douve, non conservé sur le cadastre napoléonien, bien que son comblement n’ait livré que du mobilier d’époque romaine[9]. »
  6. Avant 1306 de Guioneria (Gauthier de Bruges)[10]
  7. Charles-Samuel-Martin Goupilleau, prêtre réfractaire, était pourtant le frère de Jean François Marie Goupilleau et cousin de Philippe Charles Aimé Goupilleau, tous deux révolutionnaires convaincus.
  8. Décédé durant son mandat le à l'âge de 61 ans. Aïeul des frères Boiziau.
  9. Fils de Louis Baudry, maire de La Guyonnière de 1848 à 1855.
  10. Chanoine de Luçon en 1759, chancelier de l'évêque de Luçon en 1764.
  11. Doyen du chapitre de la collégiale de Montaigu en 1770, officier municipal de cette même commune en 1790, il aurait prêté serment à la Constitution civile de 1792, et se serait exilé à Nantes, probablement lors de la prise de Montaigu par les insurgés en mars 1793.
  12. Ancien émigré, veuf, ordonné en 1803, chanoine de Nantes en 1817, père de Jacques-Gabriel, comte Duchaffault (1769-1849, conseiller général en 1816 et 1831)
  13. Mobilisé le 1er octobre 1915 dans le 11e régiment infirmier, réformé le 18 mars 1918 pour infection.
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La Guyonnière », dans Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 172.
  2. « Antenne mobile la Grillère à la Guyonniere », sur Echos du Net (consulté le 22 décembre 2016).
  3. « Commune 22510 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  4. « La Guyonnière », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  5. Bulletin du district de Montaigu, , chap. 4, p. 37.
  6. a b c d e f g h et i Chroniques paroissiales de l'abbé Aillery (coté BIB PB 82, vol. 2, p. 725-775).
  7. « Fouilles du Gardon », La Guyonnière.com, no 16,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  8. « Lotissement des Blés-d’Or : un site déjà prisé par les Romains il y a 2 000 ans ! », La Guyonnière : Bulletin, no 11,‎ , p. 4 (lire en ligne [PDF]).
  9. Rachel Touzé, « La Guyonnière : Rue du Calvaire », ADLFI. Archéologie de la France, Informations,‎ (lire en ligne).
  10. Louis Delhommeau, Églises de Vendée : Vocables, Titulaires et Liste des documents relatifs à leur construction et à leurs travaux du XIe siècle à nos jours, 2000-2001.
  11. Régis Brulez, « Toponymes créés en France au Moyen Âge : les noms de personnes », Les Articles Sciences et Technologies de Régis Brulez,‎ (lire en ligne).
  12. Annie Antoine, « Quelques éléments explicatifs de l'attitude des Marchetons pendant la Révolution », Annuaire de la Société d'émulation de la Vendée,‎ , p. 60-61. (Arch. dép. Vendée, BIB PC 16)
  13. « Goupilleau de Vendée », sur Familles de Vendée, (consulté le 22 décembre 2016).
  14. Georges Laronze, Montaigu, Ville d’histoire (IVe-XXe siècles), , 152 p., p. 72.
  15. « Histoire des origines de la commune », sur Mairie de la Guyonnière (consulté le 22 décembre 2016).
  16. Auguste Billaud, La petite église dans la Vendée et les Deux-Sèvres: 1800-1830, , p. 221-222.
  17. E. Gabory, Napoléon et la Vendée, , p. 218-228.
  18. « À l'ombre de son clocher, le curé complotait contre l'empereur », sur Ouest-France, (consulté le 22 décembre 2016).
  19. « Histoire de l'Eglise de La Guyonnière et de la Cloche », sur Mairie de la Guyonnière (consulté le 22 décembre 2016).
  20. Jacques Rivière, Dictionnaire du clergé vendéen, XIVe siècle-milieu XXe siècle.
  21. Bernard Lassous, Panorama, pèlerinage et souvenirs de 93 : deux héros martyrs - Melay de la Court, Aubanell, .
  22. « Abbaye de Meslay », sur Mairie de la Guyonnière (consulté le 22 décembre 2016).
  23. « L'Institut Meslay : plus de 55 ans d'histoire », sur Institut Meslay (consulté le 22 décembre 2016).
  24. Boris Thiolay, « L'amiral, le trésor et le métallo », sur L'Express, (consulté le 11 avril 2016).
  25. « Souvenirs », sur SPS Basket Ball la Guyonnière (consulté le 22 décembre 2016).
  26. « Création d'un club house au stade », La Guyonnière : Bulletin, no 11,‎ , p. 7 (lire en ligne [PDF]).
  27. « L'école Saint-Joseph a fêté ses 70 ans », sur Ouest-France, (consulté en 2 novembre2016).
  28. « Nouveau toit - Mairie », La Guyonnière : Bulletin, no 1,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  29. « Naissance d’une communauté », Terres de Montaigu, no spécial 40 ans,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  30. « L'école publique du Chaffault a fêté ses 10 ans », sur Ouest-France, (consulté le 12 novembre 2016).
  31. « A propos », sur Ecole publique la Guyonnière (consulté le 22 décembre 2016).
  32. « L'Espace Agapé : une inauguration qui a impliqué les Guyons », sur Ouest-France, (consulté le 12 novembre 2016).
  33. « Conseil : projet de rénovation des salles de sport », sur Ouest-France, (consulté le 12 novembre 2016).
  34. « Arrêté préfectoral no 17-DRCTAJ-2-129 portant création de la commune nouvelle “Montaigu-Vendée” », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Vendée, no 25,‎ (lire en ligne [PDF])
  35. « Les anciens maires » sur le site de la commune de La Guyonnière [lire en ligne].
  36. « Les maires élus hier soir en Vendée », Ouest-France,‎ .
  37. « Jumelage La Guyonnière Coristanco », sur Mairie de la Guyonnière (consulté le 22 décembre 2016).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  42. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  43. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 20 mai 2011)
  44. « Santé », sur Mairie de la Guyonnière (consulté le 22 décembre 2016).
  45. « Accueil », sur Institut Meslay (consulté le 22 décembre 2016).
  46. « Accueil », sur Ateliers du Planty (consulté le 22 décembre 2016).
  47. « Paroisses Notre Dame de 3 Provinces et Saint Martin de Montaigu. », sur Doyenné de Montaigu (consulté le 22 décembre 2016).
  48. « Chronique diocésaine », Semaine catholique de Luçon, no 30,‎ , p. 445 (lire en ligne).
  49. « Chronique diocésaine », Semaine catholique de Luçon, no 48,‎ , p. 546 (lire en ligne).
  50. « Commerce », sur Mairie de la Guyonnière (consulté le 22 décembre 2016).
  51. « Cadastre napoléonien », sur Archives départementales de la Vendée (consulté le 22 décembre 2016).
  52. Transport par chariot, charrette, tombereau, etc. - https://fr.wiktionary.org/wiki/charroi
  53. « La Roche Thévenin : un coup de cœur, des travaux et un trésor », sur Ouest-France, (consulté le 12 avril 2016).
  54. « Les Moulins de la Guyonnière Vendée », sur Moulins et meuniers (consulté le 22 décembre 2016).
  55. « Présentation », sur Comité des fêtes de la Guyonnière (consulté le 22 décembre 2016).
  56. « Les 60 joueurs de badminton reprennent du service », sur Ouest-France, (consulté le 17 décembre 2016).
  57. « Trois courses cyclistes avec l'Amicale cyclo guyonne », sur Ouest-France, (consulté le 17 décembre 2016).
  58. « L'AVBFS, le premier club de baby-foot en Vendée », sur Ouest-France, (consulté le 17 décembre 2016).
  59. « Accueil », sur Bulles d'air - activités ludiques et sportives (consulté le 22 décembre 2016).
  60. « La Zumba nouvellement arrivée fait déjà des adeptes », sur Ouest-France, (consulté le 17 décembre 2016).
  61. « Les Virages pâles ont 10 ans et espèrent de nouveaux motards », sur Ouest-France, (consulté le 17 décembre 2016).
  62. « Bibliothèque [[le Petit Prince]] : les adhérents à la hausse », sur Ouest-France, (consulté le 17 décembre 2016).
  63. « La bibliothèque communale a été baptisée le Petit prince », sur Ouest-France, (consulté le 17 décembre 2016).
  64. « Les Voix du lac feront leur dernière de l'année vendredi », sur Ouest-France, (consulté le 17 décembre 2016).
  65. « Tire l'aiguille, les brodeuses perpétuent la tradition », sur Ouest-France, (consulté le 17 décembre 2016).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :