La Mothe-Achard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Vendée
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Vendée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Mothe et Achard.
La Mothe-Achard
Le château de Brandois.
Le château de Brandois.
Blason de La Mothe-Achard
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Talmont-Saint-Hilaire
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-des-Achards
Statut Commune déléguée
Maire délégué Michel Valla
2017-2020
Code postal 85150
Code commune 85152
Démographie
Gentilé Mothais
Population 2 901 hab. (2014)
Densité 332 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 10″ nord, 1° 39′ 28″ ouest
Altitude Min. 17 m – Max. 61 m
Superficie 8,73 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Les Achards
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 15.svg
La Mothe-Achard

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 15.svg
La Mothe-Achard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Mothe-Achard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Mothe-Achard

La Mothe-Achard est une ancienne commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Le , la commune fusionne avec sa voisine La Chapelle-Achard pour donner naissance à la nouvelle commune de statut commune nouvelle nommée Les Achards.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Mothe-Achard se situe à l'extrémité ouest du bocage vendéen, à mi-chemin entre La Roche-sur-Yon et Les Sables-d'Olonne, sur la rivière l'Auzance.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Mothe-Achard
Saint-Georges-de-Pointindoux
Saint-Julien-des-Landes La Mothe-Achard Sainte-Flaive-des-Loups
La Chapelle-Achard

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La Mothe-Achard est desservie par plusieurs axes routiers :

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de La Mothe-Achard.

La Mothe-Achard est reliée par voies ferrées aux villes des Sables-d'Olonne et de la Roche-sur-Yon.

Elle est desservie par les lignes de TER Pays de la Loire 8 (Les Sables-d'Olonne ↔ La Roche-sur-Yon ↔ Nantes) et 14 (Les Sables-d'Olonne ↔ La Roche-sur-Yon ↔ Bressuire ↔ Saumur).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine une motte féodale est l'ancêtre du château fort. Un seigneur Achard (nom d'origine germanique, Akard) a donné son nom à ce lieu.

Au XVe siècle, cette commune appelée « Brandois » est rattachée à la vicomté de Thouars qui appartient alors à la famille d'Amboise. Le château de Brandois, datant de la fin du XIXe siècle, qui a conservé l'ancien nom, se dresse au cœur d'un domaine de 22 hectares.

Le 29 décembre 1870 le ballon monté Bayard s'envole de la gare d'Orléans à Paris alors assiégé par les Prussiens et termine sa course à La Mothe-Achard après avoir parcouru 452 kilomètres[1],[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
17?? 179? François-Alexandre Lansier   Médecin
1870 1875 Armand Lansier    
1887 1888 Armand Lansier    
1888 189? Auguste Brémaud Républicain  
189? 19?? Olivier de Brandois Conservateur  
1932 1959 Antoine de la Bassetière    
1959 1965 Marthe Régnault    
1965 1971 Albert Brianceau   Directeur d'agence immobilière
  2001 Michel Breton RPR  
2001 mars 2008 Michel Vrignon Sans étiquette  
mars 2008 31 décembre 2016 Daniel Gracineau[Note 1],[3] Divers droite Retraité

Liste des maires délégués[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Daniel Gracineau   Maire des Achards (depuis 2017)
en cours
(au 2 février 2017)
Michel Valla[4]    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 2 901 habitants, en augmentation de 14,94 % par rapport à 2009 ( : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
443 173 364 439 529 548 566 711 703
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
738 757 796 825 840 928 951 945 961
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 029 1 080 1 063 1 034 1 142 1 145 1 126 1 146 1 221
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 203 1 230 1 400 1 793 1 918 2 050 2 340 2 737 2 901
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2010, La Mothe-Achard comptait 2 706 habitants. La commune occupait le 4 060e rang au niveau national, alors qu'elle était au 4 489e en 1999, et le 67e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (27,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,9 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 17 %, plus de 60 ans = 24,8 %) ;
  • 51,5 % de femmes (0 à 14 ans = 16 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 19,3 %, 45 à 59 ans = 18,4 %, plus de 60 ans = 29,4 %).
Pyramide des âges à La Mothe-Achard en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,0 
90 ans ou +
1,7 
9,1 
75 à 89 ans
12,7 
14,7 
60 à 74 ans
15,0 
17,0 
45 à 59 ans
18,4 
20,7 
30 à 44 ans
19,3 
20,6 
15 à 29 ans
16,9 
16,9 
0 à 14 ans
16,0 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Halle de 1924.
  • Église du XIXe siècle.
  • Château de Brandois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, devise et logotype[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au lion d'argent, armé et lampassé de gueules, aux deux fasces alésées cousues du même brochant sur le tout.

La devise de La Mothe-Achard : Ex Virtute Nobilitas – Achard – Hache !

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ballon N° 53 : « Le Bayard »
  2. Les renseignements concernant l'atterrissage étant contradictoire, il convient de se porter à l'image de l'article ballons sortis pendant le Siège de Paris
  3. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  4. « Michel Valla officiellement maire délégué », Ouest-France,‎ .
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 4 juin 2011)
  10. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 4 juin 2011)