Saint-Gilles-sur-Vie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Saint-Gilles-sur-Vie
Saint-Gilles-sur-Vie
Carte postale de Saint-Gilles-sur-Vie, Les Quais et la Poste. Collection Boutain, Croix-de-Vie, no 180 Phototypie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Commune Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 21″ nord, 1° 55′ 37″ ouest
Historique
Date de fondation 1789
Date de dissolution 1967
Commune(s) d’intégration Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 15.svg
Saint-Gilles-sur-Vie

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 15.svg
Saint-Gilles-sur-Vie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Gilles-sur-Vie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Gilles-sur-Vie

Saint-Gilles-sur-Vie est une ancienne commune française, située dans le département de la Vendée.

Située à l'embouchure de la Vie sur sa rive gauche, Saint-Gilles-sur-Vie fusionne en 1967 avec Croix-de-Vie, située de l'autre côté du fleuve côtier, pour former la nouvelle commune de Saint-Gilles-Croix-de-Vie[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Sur la rive gauche de la Vie, Saint-Gilles-sur-Vie est créée dans l'Antiquité par une colonie phocéenne[1]. Au IXe siècle, des moines de Saint-Gilles-du-Gard s'implantent dans ce qui s'appelle alors Sidunum en construisant un prieuré ainsi qu'une église fortifiée[2]. Au Moyen Âge, la cité, organisée autour de la grande rue (devenue la rue Torterue), est un port important, capable d'accueillir des navires d'une capacité de cent tonneaux.

Au milieu du XVIe siècle[Quand ?], une église réformée soutenant la Réforme protestante et plus particulièrement Jean Calvin est « dressée » à Saint-Gilles-sur-Vie avant d'être démolie en parmi les dix-sept temples du Bas-Poitou (région correspondant au département de la Vendée)[3],[4].

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Port-Fidèle[5].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Maires
  • 1956-1959 : Joseph Kleindienst

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Un peu d'histoire » « Copie archivée » (version du 12 octobre 2007 sur l'Internet Archive) sur le site officiel de l'Office du tourisme de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, consulté le 1er juillet 2009
  2. (fr) Le Petit Futé Vendée 2008, p.328
  3. (fr) « L'Église Réformée de France à La Roche sur Yon et en Vendée ouest » sur eglise-reformee-vendee-ouest.org, consulté le 24 juillet 2009
  4. (fr) « Procès-verbal de démolition de 17 temples protestants en Bas-Poitou » sur histoiredevendee.com, consulté le 24 juillet 2009
  5. Notice communale de Saint-Gilles-Croix-de-Vie sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'École des hautes études en sciences sociales.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Dominique Auzias, Carole Chollet, Jean-Paul Labourdette et Marie-Madeleine Lauprete, Le Petit Futé Vendée, éditions Petit Futé, , 405 p. (ISBN 2746921774, lire en ligne), « Saint-Gilles-Croix-de-Vie », p. 328-341