Saint-Vincent-Puymaufrais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent.
Saint-Vincent-Puymaufrais
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
Région
Arrondissement français
Département français
Ancien canton français
Commune
Fonctionnement
Statut
Identifiants
INSEE
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata

Ancienne commune de la Vendée, la commune de Saint-Vincent-Puymaufrais a existé de 1833 à 1972. Elle a été créée en 1833 par la fusion des communes de Puymaufrais et de Saint-Vincent-Fort-du-Lay : cette dernière, durant la Révolution, porta le nom de Fort-du-Lay[1].

En 1972 elle a été rattachée à la commune de Bournezeau. Les deux communes sont en fait des communes associées : elles votent chacune pour leurs conseillers municipaux qui siègent ensemble. La commune de Saint-Vincent-Puymaufrais a son propre maire délégué : depuis le 1er mai 2014, la maire déléguée est Carole Dobigny.

La présence d'une motte castrale a été attestée, surplombant le lieu-dit du Grand Bateau, au bord du Lay ainsi que des refuges souterrains pour échapper aux raids vikings.

Puymaufrais[modifier | modifier le code]

Puymaufrais domine la vallée du Lay. Sa situation géographique, en cul-de-sac, est désormais un atout[pourquoi ?], à mi-chemin des sorties d'autoroute A83[Laquelle ?] de Bournezeau et Sainte-Hermine. Étymologiquement, son nom vient de podium manfredi, le puy (colline) de Manfred, probablement du nom d'un seigneur qui occupait le site.

L'abbaye de Trizay datant du XIIe siècle est encore bien conservée. Au cours de l'histoire, des affrontements ont eu lieu avec les seigneurs de la Roche-Louherie (anciennement La Roche-Gueffier), en particulier au temps des guerres de Religion. Pendant la guerre de Vendée, les frères De Béjarry se sont illustrés comme généraux vendéens. Amédée de Béjarry était secrétaire au traité de la Jaunaye.

C'est une commune agricole où l'on pratique la polyculture élevage. Trois villages se sont partagé l'influence[Laquelle ?] : le bourg actuel (Puymaufrais), le Plessis et l'Augoire.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Tout le centre de la Gaule jusqu'à Limoges et Bourges venait s'approvisionner de sel dans la région qui constitue aujourd'hui une partie de l'arrondissement des Sables-d'Olonne, et le chemin des Sauniers venant de Poitiers par Charzais, était au commencement de l'ère chrétienne, la grande route commerciale conduisant aux côtes de l'Océan. C'est ainsi que plusieurs voies romaines ont traversé le territoire de la commune.

De Nantes à Saintes…. Le Plessis, Saint-Vincent-fort-du-Lay, Ingrandes près La Réorthe, Champgillon…

De Nantes à Saintes (2e tracé)….. Les Essarts, le Moulin-des-Loges, La Lévinière, Puymaufrais, Sainte-Hermine…

De Poitiers à la Gachére, par Allonne…. Le Busseau, Puymaufrais, où il existait des restes de l'ancien pont romain appelé le Grand-Pont, Trizay (fours à potiers gallo-romains,

restes d'habitations, trouvés vers 1860), Saint-Florent-des-Bois (près de)…(histoiredevendée.com)

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Louis BROCHET (1847-1933) né à Saint Vincent Puymaufrais auteur, entre autres,de LA VENDEE A TRAVERS LES AGES (1902)[2](source BNF) Architecte. - Membre de la Commission départementale des sites et monuments pittoresques de la Vendée. "Difficile de trouver un meilleur connaisseur de la Vendée que Louis Brochet, historien natif de Saint-Vincent-Puymaufrais, membre de nombreuses sociétés savantes et agent voyer de profession, qui écrivit une Histoire du département à travers les âges et passa une grande partie de sa vie à sillonner les cantons de Maillezais, Pouzauges, Fontenay-le-Comte...

Références[modifier | modifier le code]