Rives de l'Yon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rives.

Rives de l’Yon
Rives de l'Yon
L’Yon, limite naturelle entre les communes déléguées.
Image illustrative de l’article Rives de l'Yon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Mareuil-sur-Lay-Dissais
Intercommunalité La Roche-sur-Yon-Agglomération
Maire
Mandat
Jean-Louis Batiot
2016-2020
Code postal 85310
Code commune 85213
Démographie
Gentilé Rivayonnais
Population
municipale
4 141 hab. (2016)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 38″ nord, 1° 18′ 56″ ouest
Altitude Min. 6 m
Max. 83 m
Superficie 54,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Rives de l’Yon

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Rives de l’Yon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rives de l’Yon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rives de l’Yon

Rives de l’Yon est une commune française, située dans le département de la Vendée, en région Pays de la Loire.

Issue de la fusion des communes de Chaillé-sous-les-Ormeaux et de Saint-Florent-des-Bois, elle est créée sous le régime de la commune nouvelle le . Ses habitants sont appelés les Rivayonnais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu de la commune nouvelle, Saint-Florent-des-Bois, se situe au centre du département de la Vendée[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Roche-sur-Yon La Chaize-le-Vicomte Rose des vents
Nesmy N Thorigny
O    Rives de l’Yon[3]    E
S
Saint-Vincent-sur-Graon Le Champ-Saint-Père
Le Tablier
Château-Guibert

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Rives de l’Yon est une terminologie créée en à la suite de réflexions menées par des membres des municipalités saint-florentaise et chaillezaise autour de l’idée de « Val d’Yon »[4],[5],[6]. En effet, la dénomination retenue fait écho à la notion hydrographique de rive, couplée au nom de la rivière de l’Yon, affluent du Lay, qui séparait en partie les communes de Saint-Florent-des-Bois et de Chaillé-sous-les-Ormeaux[3],[a].

Limites et bourgs des communes fondatrices de Rives de l’Yon.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’idée d’une fusion de plusieurs communes rurales du sud de la communauté d’agglomération de La Roche-sur-Yon naît en , à la suite d’une lettre de Gérard Rivoisy, maire de Nesmy (DVD), à ses homologues et aux équipes municipales des communes membres du syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM) des coteaux de l’Yon. Créée en 1981, la structure intercommunale unissait ponctuellement Chaillé-sous-les-Ormeaux, Nesmy, Le Tablier et Saint-Florent-des-Bois autour de projets communs comme la gestion d’un EHPAD[11],[12].

Néanmoins, le périmètre du projet de fusion est réduit à deux communes au cours de l’été 2015 après une concertation du maire de Chaillé-sous-les-Ormeaux, Bruno Dreillard (divers droite), avec celui de Saint-Florent-des-Bois, Jean-Louis Batiot (divers droite). En effet, analysant d’une part comme un refus l’exhortation du maire du Tablier, Bernadette Barré-Idier (sans étiquette), à consulter les habitants et les équipes municipales, et, considérant d’autre part l’éloignement géographique de Nesmy comme trop important dans une « logique de territoire », les maires présentent un projet de commune nouvelle à deux en à leurs conseils municipaux respectifs[13].

Par la suite, en décembre, des réunions publiques sont organisées afin d’informer la population. Dans celles-ci, les élus favorables au projet justifient le regroupement par une argumentation sous trois angles : une plus grande mutualisation des services entre les collectivités, une voix plus forte au sein de La Roche-sur-Yon-Agglomération, et une manière de pallier les baisses de dotations globales de fonctionnement de l’État[4],[6],[14].

Le , alors les conseils municipaux de Chaillé-sous-les-Ormeaux et de Saint-Florent-des-Bois sont appelés à se prononcer simultanément sur la fusion, l’union est votée par 8 voix contre 7 dans la première commune, et par 17 contre 5 (et 1 blanc) dans la seconde. Un arrêté préfectoral du entérine en conséquence la création de Rives de l’Yon au [15].

Toutefois, en , à l’occasion d’un conseil municipal de la commune nouvellement créée, des élus de l’opposition annonce avoir déposé 12 recours gracieux à l’encontre du maire, Jean-Louis Batiot, pointant le « déni de démocratie », la rapidité de la fusion, ou encore l’incohérence du périmètre de la commune nouvelle[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
En cours Jean-Louis Batiot[17] DVD Maire délégué de Saint-Florent-des-Bois (2016 → )
Président du syndicat mixte du pays Yon et Vie (2014 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Structure intercommunale[modifier | modifier le code]

Alors que les deux communes sont incluses dans le périmètre de La Roche-sur-Yon-Agglomération, un arrêté préfectoral du attribue 2 sièges à Rives de l’Yon au conseil communautaire à compter du [18].

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Rivayonnais[1].

Liste des communes déléguées de Rives de l’Yon
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Florent-des-Bois
(siège)
85213 36,96 2 813 (2015) 76


Chaillé-sous-les-Ormeaux 85043 17,56 1 335 (2015) 76

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Les élus de la commune présentent un logotype le [19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Conformément aux articles L-2111-1 et L-2113-6 du Code général des collectivités territoriales[7],[8], la commune dispose d’une dénomination officielle, établie par l’autorité préfectorale et reprise par le Code officiel géographique : « Rives de l’Yon »[9]. Néanmoins, le respect de la typographie française au sujet des collectivités territoriales implique le recours aux capitales aux substantifs dans la dénomination, dont les différentes composantes sont reliées par des traits d’union[10], ce qui donne la graphie « Rives-de-l’Yon » pour la commune nouvelle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le premier maire de Rives-de-l’Yon sera élu le 7 janvier », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  2. Fiche de Saint-Florent-des-Bois sur Lion 1906, site de Lionnel Delvarre, mis à jour le 6 juin 2010 [lire en ligne].
  3. a et b Situation des communes de Chaillé-sous-les-Ormeaux et de Saint-Florent-des-Bois sur la carte IGN « SCAN 100 », éditée le , sur le site du Géoportail [lire en ligne].
  4. a et b René Dubois, « Projet. La nouvelle commune fait salle comble », Le Journal du Pays yonnais,‎ (lire en ligne).
  5. Alain Dufresne, « La commune nouvelle cherche encore ses habitants », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  6. a et b Patrick Guyomard et le correspondant local, « La fusion des communes s’appellera Les Rives-de-l’Yon », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  7. Article L-2111-1 du Code général des collectivités territoriales [lire en ligne].
  8. Article L-2113-6 du Code général des collectivités territoriales [lire en ligne].
  9. Code officiel géographique, « Commune de Rives de l’Yon (85213) », sur le site de l’Institut national de la statistique et des études économiques de [lire en ligne].
  10. Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale, , 5e éd., 196 p. (ISBN 978-2-7433-0482-9), p. 90.
  11. « Un courrier pour réfléchir à une commune nouvelle », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  12. Claire Haubry, « Communes nouvelles : les fiançailles ont la cote », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  13. Jean-Philippe Gautier, « Un projet de fusion controversé avec Chaillé à l’étude », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  14. « Réunion. La nouvelle commune expliquée », Le Journal du Pays yonnais,‎ (lire en ligne).
  15. « Arrêté no 15-DRCTAJ/2-676 portant création de la commune nouvelle “Rives-de-l’Yon” », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Vendée, no 86,‎ (lire en ligne [PDF]).
  16. Manuel Rodriguez, « Commune nouvelle. Rififi à Rives-de-l’Yon », Le Journal du Pays yonnais,‎ (lire en ligne).
  17. Manuel Rodriguez, « Jean-Louis Batiot, premier maire de Rives-de-l’Yon », Le Journal du Pays yonnais,‎ (lire en ligne).
  18. « Arrêté no 15-DRCTAJ/3-678 portant établissement du nombre et répartition des délégués des communes membres de la communauté d’agglomération « La Roche sur Yon Agglomération » au  », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Vendée, no 86,‎ (lire en ligne [PDF]).
  19. « Un nouveau logo pour communiquer de Rives-de-l’Yon », Ouest-France,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :