Geneanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Geneanet
logo de Geneanet

Création 04/01/2000
Forme juridique SA à conseil d'administration
Slogan Réinventons la généalogie
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Jacques Le Marois
Actionnaires Fondateurs et investisseurs individuels
Activité Généalogie
Site web Site officiel

Fonds propres 218 759[1]
Chiffre d’affaires 1 215 259 (2008)[2]

Geneanet (GeneaNet selon la graphie originale) est un site Internet de généalogie proposant une base de données alimentée par les participants et à destination du public. L'accès à la plupart des données est gratuit mais un abonnement annuel permet de disposer de fonctions de recherche plus élaborées et de consulter des sources supplémentaires[3],[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts de Geneanet remontent à 1996[5], lorsque plusieurs passionnés de généalogie et d'informatique, Jacques Le Marois, Jérôme Abela et Julien Cassaigne, réalisent quel formidable outil Internet pouvait représenter pour leurs recherches généalogiques.

Ils ont alors l'idée de partager, dans une même base de données, ce que les généalogistes appellent dans leur jargon, leur « liste éclair »[6],[5][réf. insuffisante].

L'ancêtre de Geneanet s'appelait « LPF » (Liste des patronymes de France). Il fut lancé en juin 1996[7] et le projet Geneanet, lui, le fut officiellement le 2 décembre 1996[8][réf. insuffisante].

Si avec deux fichiers, les chances de trouver des données en commun sont faibles, lorsque l'on compare des centaines, des milliers, voire des centaines de milliers de fichiers, les chances de croisement sont démultipliées. C'est sur cette idée fondatrice qu'est née la société Geneanet, puisque Internet permet d'échanger et de comparer les listes éclair de généalogistes du monde entier.

Dès lors, une simple recherche dans cet « index des index » permet de savoir que tel patronyme, dans telle commune, entre telle et telle année, est étudié par tel généalogiste (le plus souvent amateur).

Pour le côté logiciel ou interface généalogique, Geneanet utilise GeneWeb.

En août 2012, Geneanet met en place un système de scoring[9][réf. insuffisante] (évaluation automatique) des fiches et des comptes Geneanet[pertinence contestée]. Ce procédé permet d'afficher en tête de recherche les informations les plus complètes et utilisant des sources primaires d'archives et de réduire le désagrément de la présence de doublons recopiés.

En août 2012, la base de données Geneanet passe le cap du milliard d'entrées[10][réf. insuffisante]. Compte tenu de sa gratuité et de la richesse de ses informations, ce site est considéré par Jean-Louis Beaucarnot comme incontournable pour effectuer des recherches généalogiques[11].

En septembre 2014, Geneanet lance le projet inédit d'identifier et d'indexer les combattants de la Première Guerre mondiale[12]. À cette date, le site héberge plus de 530 000 arbres généalogiques recensant environ 800 millions de personnes[12].

En décembre 2015, le site Geneanet change sa présentation en offrant à tous les utilisateurs un moteur de recherche multi-critères permettant en particulier d'effectuer des requêtes par nom et prénom, faculté qui était réservée auparavant aux abonnés payants[13]. En septembre 2017, Geneanet lance une nouvelle fonction de comparaison[14]

En 2018, Geneanet relance le débat sur l’utilisation des tests ADN à vocation généalogique[15],[16],[17]. Le 28 juin 2018, le PDG de Geneanet, Jacques Le Marois, est présent lors de l'assemblée générale de Filae, son principal concurrent ; Trudaine Participations (détenue à plus de 30 % par la société Geneanet), ayant acquis 25 % du capital de Filae[18],[19].

Description[modifier | modifier le code]

Geneanet compte 2 000 000 de membres, 800 000 arbres généalogiques et plus de 5 milliards de noms d’ancêtres collectés en janvier 2018. Le site propose trois niveaux d'utilisation (visiteur, inscrits et premium), le second niveau permet l’accès à des forums d'entraide, le dernier niveau est payant et propose l’accès à des données listées par des cercles généalogiques partenaires entre autres[5],[20].

Autres sites et projets[modifier | modifier le code]

Geneanet est à l’origine d'autre sites de généalogie :

  • GeneaStar, pour rechercher des cousinages avec des célébrités[21].
  • GeneaWiki, encyclopédie de type wiki dédiée à la généalogie, elle est créée en 2005[5].
  • 14-18[réf. nécessaire]

Geneanet a également créé plusieurs applications mobiles :

  • « Sauvons nos tombes », les membres sont invités à prendre des photos de sépultures des cimetières[22],[23],[24].
  • « Hier & aujourd'hui » ayant pour objectif la prise de photos avec un angle de vue comparable aux anciennes cartes postales[25].

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Le site Geneanet permet notamment, grâce à la fonctionnalité de calcul de parenté de Geneweb, de trouver et d'afficher la ou les parentés entre deux individus d'un même arbre, en mettant en valeur un ou plusieurs liens éventuels de consanguinité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geneanet sur societe.com
  2. Geneanet sur verif.com
  3. « GeneaNet », sur commentcamarche.net, (consulté le 8 janvier 2017).
  4. « Présentation du logiciel Généanet », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2018)
  5. a b c et d Thierry Noisette, « Généalogie : « Avec Internet, on va beaucoup plus loin et plus vite » », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2018)
  6. Appels de Jérôme Abela (1995) et Jacques Le Marois (1996) sur Google Groups.
  7. Site expliquant le projet LPF sur Geocities (1996).
  8. « Google Groupes », sur groups.google.com (consulté le 17 octobre 2018)
  9. Présentation de l'Indice Geneanet. 30 août 2012
  10. Frédéric Thébault, « Un milliard d’ancêtres et de cousins sur GeneaNet ! », Geneanet,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2018)
  11. Jean-Louis Beaucarnot, Commencer sa généalogie, Hachette Livre (Marabout), (ISBN 978-2-501-09727-7, lire en ligne)
  12. a et b « Geneanet recense les combattants de la Grande Guerre », sur Mission centenaire 14-18 (consulté le 8 janvier 2017).
  13. Guillaume de Morant, « Geneanet, la nouvelle recherche accessible à tous », sur La revue française de Généalogie, (consulté le 17 octobre 2018)
  14. Guillaume de Morant, « Geneanet lance une nouvelle fonction de comparaison », sur La revue française de Généalogie, (consulté le 17 octobre 2018)
  15. Stéphane Kovacs, « Filiation, généalogie : la révolution des tests ADN », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2018)
  16. Guillaume de Morant, « ADN généalogique interdit en France : Geneanet relance le débat », sur La revue française de Généalogie, (consulté le 17 octobre 2018)
  17. Guillaume de Morant, « Sondage ADN : 56% des généalogistes interrogés souhaitent faire un test », sur La revue française de Généalogie, (consulté le 17 octobre 2018)
  18. Charles Hervis, « Vers un rapprochement entre Filae et Geneanet ? », sur La revue française de Généalogie, (consulté le 17 octobre 2018)
  19. « FILAE : Trudaine Participations est entré au capital à hauteur de 25% », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2018)
  20. France 5, « La Quotidienne Généalogie : la nouvelle coqueluche des Français ! » [vidéo], (consulté le 17 octobre 2018), p. 13-20 min.
  21. Sophie Boudarel, « Entrez dans le laboratoire de Geneanet », sur La revue française de Généalogie, (consulté le 17 octobre 2018).
  22. Guillaume de Morant, « Sauvons nos tombes : plus d'un million de photos publiées », sur La revue française de Généalogie, (consulté le 17 octobre 2018).
  23. France 3 Paris Ile-de-France, « « Des racines et des arbres » : la généalogie, une passion française » [vidéo], (consulté le 17 octobre 2018), p. 1-3 min.
  24. « Nos cimetières deviennent des mines d'informations », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2018).
  25. Gérald Camier, « Toulouse : l'application pour visiter «Hier & aujourd'hui» », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2018).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]