Dompierre-sur-Yon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dompierre.

Dompierre-sur-Yon
Dompierre-sur-Yon
Le lac de Rortheau.
Image illustrative de l’article Dompierre-sur-Yon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton La Roche-sur-Yon-1
Intercommunalité La Roche-sur-Yon Agglomération
Maire
Mandat
Philippe Gaboriau
2014-2020
Code postal 85170
Code commune 85081
Démographie
Gentilé Dompierrois
Population
municipale
4 248 hab. (2016 en augmentation de 3,64 % par rapport à 2011)
Densité 125 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 14″ nord, 1° 23′ 07″ ouest
Altitude 81 m
Min. 56 m
Max. 94 m
Superficie 33,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Dompierre-sur-Yon

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Dompierre-sur-Yon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dompierre-sur-Yon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dompierre-sur-Yon
Liens
Site web Site officiel

Dompierre-sur-Yon est une commune française, du département de la Vendée dans la région Pays de la Loire.

Ses habitants sont appelés les Dompierrois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dompierre-sur-Yon se situe au cœur du bocage vendéen, dans la vallée de l'Yon, affluent du Lay. La ville est située à 8,5 km au nord de La Roche-sur-Yon et à environ 60 km au sud de Nantes. La ville est composée d'un centre-bourg et de nombreux hameaux éparpillés sur les 3 360 ha de la commune.

Le territoire municipal de Dompierre-sur-Yon s’étend sur 3 393 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 81 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 56 et 94 mètres[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En poitevin, la commune est appelée Dunpiére[3]. De même origine que Dampierre, le toponyme Dompierre vient de "domnus Petrus" c'est-à-dire "saint Pierre", domnus étant la contraction de dominus (seigneur), employé pour "saint" de l'époque mérovingienne jusqu'au Xe siècle[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces de présence néolithique puis celte attestent des premières occupations sur le territoire de la commune. Un cimetière d'urnes a été découvert et fouillé à la Créancière au XIXe siècle[5]. Datant de l'époque romaine (IIe siècle), il prouve la présence d'une communauté à cette époque au sud du futur territoire communal qui restera longtemps sa partie la plus peuplée, comme le montre la forte densité de lieux-dits anciens le long de l'Yon et de ses affluents[6]. Dompierre est cité pour la première fois en 1179 à travers son église (Ecclesiam Dampetri)[7]. Elle appartient alors à l'abbaye Saint-Jouin-de-Marne (Deux-Sèvres), l'un des plus anciens monastères de France. Un prieuré dessert cette église ; il reste aujourd'hui de ce prieuré un bâtiment daté de 1628[8]. Une grande partie du nord de l'actuelle commune semble faire partie d'une vaste forêt dont il ne reste aujourd'hui, à Dompierre, que le bois des Gâts[9]. C'est la présence de cette forêt qui explique l'installation de maîtres verriers à Rortheau entre le XVe et XVIIIe siècles[10]. Le village se développe doucement jusqu'au XXe siècle (1324 habitants en 1962). La fin du XXe siècle et le début du siècle actuel sont marqués par une croissance du nombre d'habitants du fait de sa proximité avec La Roche-sur-Yon et de la construction de nouveaux lotissements au centre-bourg[11].

Dompierre de France[modifier | modifier le code]

Dompierre fait partie de l'Association des Dompierre-de-France regroupant 23 communes françaises dont le nom comporte Dompierre. Chaque année, une commune différente accueille la fête. Dompierre-sur-Yon a déjà accueilli ses cousins Dompierrois et Dompierrais en 1996 et 2006[12]. En 2013, la fête nationale a eu lieu le 1er week-end de juillet à Dompierre-les-Ormes en Saône-et-Loire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Aimé Rocheteau    
Gérard Hermouet SE Agriculteur

Modèle:Élue

en cours Philippe Gaboriau PS Cadre dirigeant territorial
Réélu en 2014[13]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2016, la commune comptait 4 248 habitants[Note 1], en augmentation de 3,64 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 0065149931 0201 0891 2271 4101 3801 366
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 4111 5321 5001 5931 6101 7141 6861 6691 701
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 6961 6371 4171 4341 4441 4161 3301 3521 354
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
1 3391 5472 3582 9753 1913 5284 0664 2274 248
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2011, Dompierre-sur-Yon comptait 4 099 habitants (soit une augmentation de 24 % par rapport à 1999). La commune occupait le 2 552e rang au niveau national, alors qu'elle était au 2 914e en 1999, et le 29e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (12,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 18,1 %, 30 à 44 ans = 25,6 %, 45 à 59 ans = 24,7 %, plus de 60 ans = 11,5 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 24,1 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 13,5 %).
Pyramide des âges à Dompierre-sur-Yon en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou +
0,6 
2,8 
75 à 89 ans
4,8 
8,1 
60 à 74 ans
8,1 
24,7 
45 à 59 ans
24,6 
25,6 
30 à 44 ans
24,1 
18,1 
15 à 29 ans
16,1 
20,1 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Domaine de la Haute-Braconnière : maison-tour et communs construits vers 1602 par Jean Régnon, un cadet d'une famille noble des Clouzeaux converti au protestantisme. Inscription aux monuments historiques en 2010.
  • Proximité au sud de la commune (au hameau de la Berthelière) du barrage du moulin Papon sur l'Yon.
  • Etangs de Malvoisine, une promenade agréable qui serpente au nord de la commune.
  • La stèle du maquis R1 au bois des Gâts, lieu de la Résistance intérieure française lors de la Seconde Guerre mondiale en 1944.
  • Pont de Pierre-Plate : formé de trois grands blocs monolithes plats et allongés, d'origine inconnue.
  • Château de Rortheau (1844).
  • Église Saint-Pierre (1881).
  • Chapelle de Margerie (1844) : lieu de culte marial (chapelle et source).
  • Logis de l'Eraudière (XVè-XVIè s.) et de Beaumanoir (XVIIè s.).

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • Tournoi annuel national de football féminin le week-end de Pentecôte.
  • Rassemblement des Dompierre de France chaque année dans une ville ou village différent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 22265 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Dompierre-sur-Yon », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 126.
  4. Jean-Loïc Le Quellec op. cit.
  5. Leroy de la Brière, Note sur les objets gallo-romains découverts en Vendée depuis la création du Musée départemental, Annuaire de la Société d'émulation de la Vendée de 1855, 1856
  6. Carte de Cassini levée en 1766-68. Mise en ligne sur le site de l'Institut Géographique National www.ign.fr
  7. Bulle du pape Alexandre III du 17 mai 1179 confirmant les possessions de l'abbaye de Saint-Jouin-de-Marne. Texte intégral en latin mise en ligne sur www.pierre-abelard.com
  8. Site de la commune de Dompierre-sur-Yon www.dompierre-sur-yon.fr
  9. abbé A. Baraud, op. cit.
  10. Une activité verrière au Poiré et dans ses alentours, in www.montaiguvendee.fr (article issu de recherches personnelles de l'auteur, non nommé, et d'une exposition de l'Historial des Lucs-sur-Boulogne)
  11. histoire
  12. Site des Dompierre de France
  13. [PDF] Site officiel de la préfecture de la Vendée - Liste des maires
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. Évolution et structure de la population
  19. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 13 mai 2011)