La Flocellière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Flocellière
Le château de La Flocellière, en février 2009.
Le château de La Flocellière, en .
Blason de La Flocellière
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton Les Herbiers
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Pouzauges
Commune Sèvremont
Statut Commune déléguée
Maire délégué Antoine Hériteau
2016-2020
Code postal 85700
Code commune 85090
Démographie
Gentilé Flocéen
Population 2 623 hab. (2013)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 20″ N 0° 49′ 07″ O / 46.8555555556, -0.81861111111146° 51′ 20″ Nord 0° 49′ 07″ Ouest / 46.8555555556, -0.818611111111
Altitude Min. 99 m – Max. 272 m
Superficie 29,19 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Sèvremont
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Flocellière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Flocellière
Liens
Site web Site officiel

La Flocellière est une ancienne commune française située dans le département de la Vendée en région Pays-de-la-Loire.

Au , elle devient l’une des 4 communes déléguées de Sèvremont[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

À ne pas confondre avec le village du même nom situé sur la commune de Challans (Vendée).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du nom de La Flocellière remonte à 1090, date à laquelle, David, seigneur de La Flocellière, fait don de son église à l'abbaye de Mauléon.

Le territoire communal dispose de souterrains-refuges[2].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la tour d'argent, maçonnée de sable, accostée de deux fleurs de lys d'or, au chef aussi d'argent chargé de trois merlettes de sable.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de La Flocellière : Toujours droit.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Jean Sachot[3] Divers droite Retraité de l’agriculture
Antoine Hériteau[4] Sans étiquette Documentaliste
Les données manquantes sont à compléter.

Liste des maires délégués[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
[1] en cours Antoine Hériteau[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 2 623 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 300 520 1 218 1 464 1 538 1 595 1 505 1 584 1 612
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 665 1 668 1 717 1 771 1 865 1 924 1 952 1 990 1 953
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 937 1 916 1 959 1 822 1 733 1 656 1 670 1 743 1 792
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
1 882 1 754 1 819 1 897 1 958 1 842 2 367 2 623 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 18,8 %, plus de 60 ans = 17,6 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 20,6 %, 45 à 59 ans = 18,3 %, plus de 60 ans = 22,5 %).
Pyramide des âges à La Flocellière en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90 ans ou +
2,0 
5,5 
75 à 89 ans
10,4 
11,4 
60 à 74 ans
10,1 
18,8 
45 à 59 ans
18,3 
24,0 
30 à 44 ans
20,6 
18,3 
15 à 29 ans
16,3 
21,3 
0 à 14 ans
22,2 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lionel Piva, « La naissance de Sèvremont en pays de Pouzauges », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  2. * Ses souterrains-refuges Begaud J.-M., Sarrazin J. & V. (2012), Souterrains-refuges du canton de Pouzauges, Vendée, édition ADANE, collections Archéologie des mondes souterrains, 162 p., ISBN 978-2-9539407-3-2
  3. « La liste d’union, d’ouverture et de progrès de Jean Sachot », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  4. « Antoine Hériteau réélu à la tête de la mairie », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  5. « Conseil municipal du 4 janvier 2016 », laflocelliere.fr,‎ (lire en ligne)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  8. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  9. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 13 mai 2011)