Mortagne-sur-Sèvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mortagne-sur-Sèvre
Mortagne-sur-Sèvre
Église Saint-Pierre de Mortagne-sur-Sèvre
Blason de Mortagne-sur-Sèvre
Blason
Mortagne-sur-Sèvre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-de-Mortagne
Maire
Mandat
Alain Brochoire
2020-2026
Code postal 85290
Code commune 85151
Démographie
Gentilé Mortagnais
Population
municipale
6 000 hab. (2018 en augmentation de 0,7 % par rapport à 2013)
Densité 272 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 59′ 33″ nord, 0° 57′ 09″ ouest
Altitude 124 m
Min. 57 m
Max. 151 m
Superficie 22,06 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Mortagne-sur-Sèvre
(ville isolée)
Aire d'attraction Cholet
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mortagne-sur-Sèvre
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Mortagne-sur-Sèvre
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Mortagne-sur-Sèvre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mortagne-sur-Sèvre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mortagne-sur-Sèvre
Liens
Site web Site officiel mortagnesursevre.fr

Mortagne-sur-Sèvre est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire, chef-lieu du canton de Mortagne-sur-Sèvre. La commune regroupe Mortagne-sur-Sèvre, Évrunes et Saint-Hilaire-de-Mortagne. Elle est jumelée avec Aumühle et Wohltorf (Allemagne) et Volovat-Burla (Roumanie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Mortagne-sur-Sèvre est situé sur la Sèvre Nantaise au nord-est du département de la Vendée, dans le « Haut-Bocage » vendéen et proche de « la Gâtine » aux limites des Deux-Sèvres, à 7 km de Cholet, à 15 km du Puy du Fou aux Herbiers, ainsi que de Tiffauges, et 18 km de Mauléon.

Le territoire municipal de Mortagne-sur-Sèvre s’étend sur 2 206 hectares : l’altitude allant de 57 mètres à 151 mètres sur le massif granitique de la commune, l'altitude moyenne est de 124 mètres[1],[2], à :

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mortagne-sur-Sèvre est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Mortagne-sur-Sèvre, une unité urbaine monocommunale[6] de 5 930 habitants en 2017, constituant une ville isolée[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Cholet, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 26 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (79,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (33,5 %), zones agricoles hétérogènes (24,7 %), zones urbanisées (13,3 %), terres arables (12,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8 %), forêts (6,8 %), mines, décharges et chantiers (1,4 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient peut-être d'une légion de soldats romains originaires de la Maurétanie chargée d'assurer l'ordre du Bas-Empire. Selon d'autres, il pourrait provenir du mot morte-agne qui signifie « mortes-eaux » en roman[13], mais cette explication n'est pas crédible car il est exclu que le latin aqua puisse évoluer en -agne.

Ernest Nègre préfère voir dans le type toponymique Mortagne, l'anthroponyme latin Mauretanus et du suffixe -ia[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

La région est peuplée par le peuple gaulois des Pictons (Poitou) puis fut conquise par César avec le reste de la Gaule (58-51 av. J.-C.).

Un cimetière mérovingien a été identifié dans la commune. En 2020, les archéologues ont mis au jour des vestiges du haut Moyen Âge, principalement un petit ensemble sépulcral comprenant 99 tombes datées des VIe – VIIe siècles de notre ère[15].

Au Moyen Âge, la ville appartient à la province du Poitou, et plus exactement du Bas-Poitou, ayant des frontières avec les provinces d'Anjou et de Bretagne. C'est durant cette période que sont construits les monuments principaux de la ville : le château, les églises de Mortagne, d'Évrunes et de Saint-Hilaire, le prieuré, la maladrerie et les maisons nobles. Mortagne devient alors un carrefour important de voies de communication et développe, en plus de son agriculture, une activité industrielle notamment dans la tannerie. Le commerce y est possible grâce à la Sèvre Nantaise[16].

Lors de la Renaissance, Mortagne n'échappera pas au renouveau de l'architecture : le château et les maisons nobles sont transformés en fonction de l'époque. L'industrie et l'agriculture sont en grande expansion. Mortagne sera victime de la guerre de Vendée, meurtrière et destructrice puisque la ville sera complètement incendiée. Deux batailles auront lieu durant ce conflit. Des subventions permettront la reconstruction de l'église et des maisons au XIXe siècle[17].

Au XXe siècle, l'industrie va se développer considérablement dans de nouveaux secteurs grâce à l'apparition du chemin de fer et de l'électricité. Des zones industrielles sont créées ainsi que des lotissements pour répondre aux besoins des nouveaux travailleurs. C'est en 1964 que le regroupement de Mortagne-sur-Sèvre, Évrunes et Saint-Hilaire-de-Mortagne a lieu[18].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D'azur au cerf d'or passant sur une divise du même. » Ce blason fut créé au XXe siècle par l'héraldiste Robert Louis.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Renard

TOUR DU TRÉSOR : La présence de portes montre que cette structure était bien reliée à d’autres bâtiments internes du château.

TOUR À ÉPERON OU TOUR DES ANGLAIS : Sa dénomination provient de son histoire et de sa construction unique en France.

LE MANOIR : Elégant, il s’est blotti, au début du XXe siècle, entre les hauts remparts et la Tour à Eperon.

  • Il subsiste encore de nombreux logis (Maupillier, Grand Garfin, Tirepoint...), les chapelles Saint-Lazare, Saint-Léger et du Pont, l'église Saint-Pierre.
  • L'ancien moulin à eau, le moulin de Gazeau, fait encore lieu de gîte pour accueillir des groupes et des particuliers.
  • La gare de Mortagne est aussi le point de départ du Chemin de fer de la Vendée qui se situe sur l'ancienne ligne Cholet - Les Herbiers et rallie cette commune grâce à un chemin de fer touristique.
  • Mortagne-sur-Sèvre dispose du complexe sportif Stéphane-Traineau qui est composé d'une salle de gymnastique, une salle de tennis (comportant deux terrains intérieurs et deux terrains extérieurs), une salle polyvalente (utilisée notamment pour le basket-ball), d'un ensemble football-athlétisme qui comporte trois terrains de football, et une salle de judo.
  • « Le Triton » est le nom de l'espace aqualudique de la commune.
  • "Les jardins de la cure" offrent un panorama unique sur la vallée de la Sèvre. Les 7 000 m2 de jardins, étalent leurs terrasses entre la ville et la rivière.
  • "Le Musée du Mange Cailloux", musée des minéraux installé dans une ancienne école de la commune (école Saint-Pierre).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[19]
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1958 Auguste Brosset   Tailleur
1958 1971 Auguste Renou   Entrepreneur en maçonnerie
1971 1973 Louis Blouin   Agriculteur
1973 juin 1995 Gérard Brosset DVD puis RPR Tailleur
Conseiller général du canton de Mortagne-sur-Sèvre (1976 → 1988)
Réélu en 1977, 1983 et 1989
juin 1995 mars 2014 Alain Pauvert DVD Agent de maîtrise
Réélu en 2001 et 2008[20]
mars 2014 en cours Alain Brochoire DVD Pharmacien
2e vice-président de la CC du Pays-de-Mortagne (2014 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2018, la commune comptait 6 000 habitants[Note 3], en augmentation de 0,7 % par rapport à 2013 (Vendée : +3,74 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
6377661 1961 4041 5111 6201 9952 0472 238
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 2242 1522 1312 0802 1572 1882 0842 1982 235
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 3002 2432 1292 0791 9511 9231 9052 2632 594
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
4 2464 6915 3015 7245 9386 1346 0055 9766 000
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 17,2 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 21 %).
Pyramide des âges à Mortagne-sur-Sèvre en 2007 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,7 
5,8 
75 à 89 ans
8,0 
11,1 
60 à 74 ans
12,3 
21,8 
45 à 59 ans
20,8 
21,8 
30 à 44 ans
22,5 
17,7 
15 à 29 ans
15,0 
21,4 
0 à 14 ans
20,6 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Économie et industrie[modifier | modifier le code]

  • le siège de Cogelec est installé à Mortagne-sur-Sèvre ;
  • Dynamic, mixers de cuisine (51 p. en 2020, groupe Nadia)[27].

Environnement[modifier | modifier le code]

Mortagne-sur-Sèvre a obtenu une 3e fleur au Concours des villes et villages fleuris (palmarès 2016).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 6399 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Mortagne-sur-Sèvre », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Mortagne-sur-Sèvre », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Cholet », sur insee.fr (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Site officiel de Mortagne-sur Sèvre - La préhistoire
  14. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 636.
  15. Un cimetière mérovingien à Mortagne-sur-Sèvre (Vendée), inrap.fr, 1er février 2021
  16. Site officiel de Mortagne-sur Sèvre - Le Moyen Âge
  17. Site officiel de Mortagne-sur Sèvre - Du XVIe au XIXe siècle
  18. Site officiel de Mortagne-sur-Sèvre - Le XXe
  19. Site officiel de Mortagne-sur Sèvre - les maires depuis la Révolution
  20. « Mortagne-sur-Sèvre : Alain Pauvert réélu maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le )
  26. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le ).
  27. https://www-lesechos-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.lesechos.fr/amp/1276971

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :