Saint-Hilaire-le-Vouhis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Hilaire-le-Vouhis
Saint-Hilaire-le-Vouhis
L’église Saint-Hilaire en .
Blason de Saint-Hilaire-le-Vouhis
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-de-Chantonnay
Maire
Mandat
Jean Bureau
2020-2026
Code postal 85480
Code commune 85232
Démographie
Gentilé Vouraisiens
Population
municipale
1 069 hab. (2018 en augmentation de 5,63 % par rapport à 2013)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 19″ nord, 1° 07′ 45″ ouest
Altitude 89 m
Min. 29 m
Max. 109 m
Superficie 29,18 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Essarts en Bocage
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Chantonnay
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-le-Vouhis
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-le-Vouhis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-le-Vouhis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-le-Vouhis

Saint-Hilaire-le-Vouhis est une commune française située dans le département de la Vendée et la région des Pays de la Loire.

Ses habitants sont appelés les Vouraisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Hilaire-le-Vouhis se situe au centre du département de la Vendée, à 25 kilomètres à l’est de La Roche-sur-Yon, préfecture. Du point de vue paysager, le territoire relève du Bas-Bocage. Le territoire communal est limité à l'est par le Petit Lay, et à l'ouest et au sud par son affluent, la Vouraie.

Rose des vents Saint-Martin-des-Noyers Saint-Martin-des-Noyers Sainte-Cécile Rose des vents
Fougeré N Chantonnay
O    Saint-Hilaire-le-Vouhis[1]    E
S
Bournezeau Bournezeau Chantonnay

Saint-Hilaire-le-Vouhis est entourée de cinq communes : Fougeré et Bournezeau dans toute la partie ouest, Saint-Martin-des-Noyers et Sainte-Cécile au nord et Chantonnay à l’est.

Le territoire municipal de Saint-Hilaire-le-Vouhis s’étend sur 2 918 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 89 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 29 et 109 mètres[2],[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Hilaire-le-Vouhis est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Essarts en Bocage, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 4 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (92,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (41,8 %), terres arables (26,9 %), prairies (22,2 %), forêts (3,8 %), zones urbanisées (1,9 %), eaux continentales[Note 3] (1,9 %), mines, décharges et chantiers (1,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Saint-Hilaire-le-Vouhis a connu une évolution au fil des siècles[11],[12],[13] :

  • Sanctus Hilarius le Voivis et Saint-Hilaire-le-Vouyer au XIIe siècle ;
  • Saint-Hilaire-de-Vouhys au XVe siècle ;
  • Saint-Hilaire-le-Vouy au XVIIe siècle (Pouillé d’Alliot) ;
  • Saint-Hilaire-de-Vouhis sous la Révolution (1793) ;
  • Saint-Hilaire-le-Vouhis à partir de 1801.

Sous la Convention, la commune adopte comme forme révolutionnaire le nom de La Vouray[14],[15].

À l’instar de nombreux noms de lieux de la Vendée, celui de Saint-Hilaire-le-Vouhis, accompagné d’un déterminatif, -le-Vouhis, fait référence à Hilaire de Poitiers, évangélisateur de la province[16]. Les habitants de la commune s’appellent les Vouraisiens, du nom de la rivière de la Vouraie[11], qui marque la limite méridionale municipale.

En poitevin, la commune est appelée Sént-Ilare-le-Vouhi[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , une mini-tornade s’est abattue sur la commune et a provoqué d’importants dégâts[17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la bande cousue de sable, chargée de quatre fusées d'argent posées à plomb, accompagnée en chef de trois tours donjonnées chacune de trois tourelles d'or et en pointe d'un chêne arraché du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Marcel Bouhier[18]   Propriétaire-exploitant
1965 ? Louis Rouzeau    
1977 Robert Crépeau[19]   Fonctionnaire de mairie
Directeur de foyers-logements
En cours Jean Bureau[20] PCF[21]
FG[22]
Gérant de société

Instances administratives[modifier | modifier le code]

Administrativement, la commune de Saint-Hilaire-le-Vouhis dépend de l’arrondissement de La Roche-sur-Yon et du canton de Chantonnay[23].

Historiquement, à partir du début de la Révolution, la commune appartenait au canton de Bournezeau et au district de La Roche-sur-Yon[14]. À partir de 1801, elle se situe dans l’arrondissement de Fontenay-le-Comte et dans le canton de Chantonnay. Après une réforme de la carte cantonale, Saint-Hilaire-le-Vouhis intègre l’arrondissement de La Roche-sur-Yon le [14].

La commune est membre de la communauté de communes du Pays-de-Chantonnay (appelée « communauté de communes des Deux-Lays » avant 2008) depuis le .

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[25].

En 2018, la commune comptait 1 069 habitants[Note 4], en augmentation de 5,63 % par rapport à 2013 (Vendée : +3,74 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
7058941 0911 0401 0561 0801 1601 2371 220
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 2481 2901 2671 2841 3091 3391 3681 3631 360
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 3291 2951 1651 1511 1031 1021 0511 023920
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
8167387578197638429711 0211 069
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (53,1 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 53,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,6 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 19,6 %, plus de 60 ans = 13,8 %) ;
  • 46,9 % de femmes (0 à 14 ans = 22,9 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 23,5 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 15,6 %).
Pyramide des âges à Saint-Hilaire-le-Vouhis en 2007 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,2 
4,7 
75 à 89 ans
7,9 
8,9 
60 à 74 ans
7,5 
19,6 
45 à 59 ans
20,4 
21,9 
30 à 44 ans
23,5 
19,2 
15 à 29 ans
17,6 
25,6 
0 à 14 ans
22,9 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Buste en pierre de Henri-Adolphe Archereau (place de l’Église)
  • Manoir de la Chevillonnière
  • Église Saint-Hilaire

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Situation de la commune de Saint-Hilaire-le-Vouhis sur la carte de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) « SCAN Express classique 10K », , sur le site du Géoportail [lire en ligne].
  2. « Commune 23910 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  3. « Saint-Hilaire-le-Vouhis », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Essarts en Bocage », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a b et c « Saint-Hilaire-le-Vouhis », Le Quellec 2006, p. 343-344.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Eugène Aillery, Pouillé de l’évêché de Luçon, Fontenay-le-Comte, Robuchon, , 211 p. (notice BnF no FRBNF30006044, lire en ligne), p. 46-47.
  14. a b et c Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Notice
  15. « Saint-Hilaire-le-Vouhis », Dictionnaire historiques des communes, archives départementales de la Vendée et Société d’émulation de la Vendée,‎ (lire en ligne).
  16. « Hilaire », Le Quellec 2006, p. 176.
  17. Roselyne Séné, « “On ne fait que ramasser depuis la tornade” », Ouest-France,‎ 27-28 octobre 2012.
  18. « Marcel Bouhier, ancien maire de Saint-Hilaire-le-Vouhis », Ouest-France,‎ .
  19. « Municipales : Robert Crépeau ne se représente pas », Ouest-France,‎ .
  20. « Jean Bureau élu maire », Ouest-France,‎ .
  21. « Tornade à Saint-Hilaire-le-Vouhis : les réactions », Ouest-France,‎ .
  22. « 74 binômes candidats aux élections départementales », Ouest-France,‎ .
  23. Code officiel géographique, « Commune de Saint-Hilaire-le-Vouhis (85232) », , sur le site de l’Institut national de la statistique et des études économiques [lire en ligne].
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  27. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le )
  28. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X)
  • Maurice Bedon, Le Canton de Chantonnay : Son histoire, ses monuments, Imprimerie Gaultier, , 371 p.
  • Guy de Raigniac, De châteaux en logis : Les Archives de Guy de Raigniac, t. V, Bonnefonds,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]