Landeronde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Landeronde
Landeronde
L’église Notre-Dame-de-l’Assomption en .
Blason de Landeronde
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Intercommunalité La Roche-sur-Yon-Agglomération
Maire
Mandat
Angie Leboeuf
2020-2026
Code postal 85150
Code commune 85118
Démographie
Gentilé Landeronnais
Population
municipale
2 363 hab. (2019 en augmentation de 3,55 % par rapport à 2013)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 32″ nord, 1° 34′ 12″ ouest
Altitude 55 m
Min. 29 m
Max. 72 m
Superficie 18,27 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction La Roche-sur-Yon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Roche-sur-Yon-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landeronde
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landeronde
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Landeronde
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Landeronde
Liens
Site web Site officiel

Landeronde est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Landeronde s’étend sur 1 827 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 55 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 29 et 72 mètres[1],[2].

Landeronde se situe à 12 kilomètres de La Roche-sur-Yon et à 9 kilomètres de La Mothe-Achard.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Landeronde est une commune rurale car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de La Roche-sur-Yon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (96,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (35,3 %), zones agricoles hétérogènes (34,8 %), prairies (23,2 %), zones urbanisées (6,7 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Landeronde vient du terme "lande" qui a désigné d'abord un espace boisé non cultivé, puis une surface impropre à la culture, ce qui est son sens actuel. Ce terme est souvent utilisé avec divers déterminants, ici la forme de cette lande : ronde[10]. Durant la Révolution, la commune porte le nom de Bonne-Lande[11]. En poitevin, la commune se nomme Landerunde[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme chez sa voisine Beaulieu-sous-la-Roche, il a été retrouvé à Landeronde de nombreux objets en pierre polie, principalement des haches, montrant que le peuplememt de la région est ancien[12]. Landeronde est aussi l'un des rares lieux du bocage vendéen où l'on a retrouvé des traces d'implantations romaines : la substruction d'une villa à la Bâtardière, un balneum avec hypocauste à la Rochette. La première trace écrite de Landeronde remonte au XIè siècle à travers son église, ecclesiam de Landa Rotunda[13]. Cette paroisse était sous le contrôle de l'abbaye de Talmont[14]. En 1568, lors des guerres de religion, l'église est incendiée par les protestants. Sur le plan féodal, la plus grande partie de la paroisse relève de la seigneurie, puis principauté, de la Roche-sur-Yon, soit directement, soit par l'intermédiaire de la seigneurie du Gué de Sainte-Flaive. Les petits seigneurs locaux sont ceux des Forges, de la Noue, de la Gourderie, de la Bâtardière[12]. Lors de la Révolution, le curé de Landeronde, Voysin, refuse de prêter serment à la Constitution civile du clergé ; son maire, Mercier de la Noue, refuse de constituer une garde nationale et une liste des hommes aptes au service armé[12]. Le 1er mars 1793, Landeronde se trouve au centre d'une zone qui se soulève, refusant le recrutement de jeunes hommes pour l'armée. La répression est immédiate et violente. Quelques jours plus tard, les hommes de Landeronde, sous la conduite de Pairaud, se joignent à l'insurrection générale qui débute la guerre de Vendée[12]. Au XIXè-XXè siècle, Landeronde est une commune rurale à la démographie peu dynamique (un peu plus de 1000 habitants en 1872, 822 habitants en 1975). C'est à partir de la fin des années 1970 que la population commence à augmenter du fait de la construction de lotissements pavillonnaires dans le bourg. Landeronde profite ainsi de la proximité de La Roche-sur-Yon et du dynamisme de cette partie de la Vendée. En 1994, lors de la création de la communauté de communes du Pays-Yonnais (aujourd'hui La Roche-sur-Yon-Agglomération), Landeronde décide d'ailleurs d'intégrer cette intercommunalité plutôt que celle du canton de la Mothe-Achard dont elle faisait partie. La commune dépasse les 2000 habitants en 2006.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti de gueules et d'argent aux deux renards rampants de l'un et de l'autre affrontés sur la ligne de partition, enté en pointe de sinople à la branche de cinq rameaux d'ajoncs d'or.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Landeronde : Landa Rotunda.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[15]
Période Identité Étiquette Qualité
1941 mars 1971 Eugène Chevillon    
mars 1971 mars 1983 René Babinot   Maraîcher
mars 1983[16] mars 1989 Arsène Idier    
mars 1989[17] mars 2001 Marie-Madeleine Poupeau    
mars 2001[18] mars 2014 André Bulteau[Note 3],[19] DVD Cadre bancaire retraité
mars 2014 mai 2020 Marlène Guillemand DVD Artisan
11e vice-présidente de La Roche-Agglo
mai 2020[20] En cours Angie Leboeuf SE-DVG Chargée de programme de fonds européens

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2019, la commune comptait 2 363 habitants[Note 4], en augmentation de 3,55 % par rapport à 2013 (Vendée : +4,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
650978786874843850862923927
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9759449641 0261 0421 0191 0201 0951 123
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1091 1191 066937970953948890860
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8598548221 4441 6131 8172 0612 2072 272
2019 - - - - - - - -
2 363--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,5 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 175 hommes pour 1 160 femmes, soit un taux de 50,32 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,84 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ou +
0,5 
4,3 
75-89 ans
4,7 
16,8 
60-74 ans
16,5 
22,3 
45-59 ans
22,5 
20,5 
30-44 ans
21,2 
14,2 
15-29 ans
14,3 
21,7 
0-14 ans
20,3 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2018 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,4 
75-89 ans
11 
19,5 
60-74 ans
20,4 
20 
45-59 ans
19,4 
18 
30-44 ans
17,1 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,5 
0-14 ans
16,8 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption, d'origine romane, remaniée à de nombreuses reprises, notamment entre le XIIIè et le XVIè siècle, tout en lui conservant une grande simplicité[12]. Ses trois retables du XVIIIè siècle sont classés monuments historiques[26].
  • École publique de Landeronde : groupe scolaire « Il était une fois ». Un restaurant scolaire municipal et une garderie municipale se situent au sein même de l'école[27].
  • École privée Jeanne-d'Arc : catéchèse, garderie interne et cantine[27].
  • Salle omnisports : football (U.S.L.S.G. Union sportive Landeronde Saint-Georges), basket-ball (Renards Basket Club Landeronde), tennis, tennis de table, badminton.
  • Salle communale André-Astoul.
  • Logis de la Noue.
  • Château des Forges.
  • Discothèque « L'Eloge » (club gay friendly).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

André Astoul[modifier | modifier le code]

Artiste peintre vendéen, né le 8 novembre 1886 à La Roche-sur-Yon et décédé le 3 février 1950 à Landeronde. André Astoul était peintre de portraits, de paysages et de scène de genre. La salle communale de Landeronde porte son nom, ainsi qu'une rue du centre de la commune, face à l'église. Il existe également une rue André-Astoul à La Roche-sur-Yon.

Pierre Nicollon des Abbayes[modifier | modifier le code]

Général royaliste de la guerre de Vendée, né le  à Landeronde et décédé le  à Landeronde. Pierre Nicollon des Abbayes s'y est illustré à la Bataille de L'Aiguillon, lors de l'échauffourée de Landeronde [28],et en empêchant le pillage de la ville de Bourbon-Vendée le 21 juillet 1815[29].

La rue de la mairie porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu en mars 2008.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 12648 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Landeronde », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de La Roche-sur-Yon », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. a et b Jen-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste éditions, (ISBN 2-84561-263-X)
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. a b c d et e CC. FF. Noël et Étienne-Joseph, de l'Institut Saint-Gabriel, Dictionnaire géographique et topographique de la Vendée - Canton de la Mothe-Achard, 1953-1965 (lire en ligne)
  13. « Dictionnaire des communes », sur www.archives.vendee.fr
  14. « Fichier historique du diocèse de Luçon - Les paroisses - Landeronde »
  15. [PDF] Bulletin spécial n° 124, Amicale philatélique yonnaise, octobre 2009
  16. « Landeronde : M. Idier élu maire », Ouest-France,‎ .
  17. « Landeronde : Mme Marie-Madeleine Poupeau élue maire », Ouest-France,‎ .
  18. « André Bulteau élu nouveau maire avec 14 voix », Ouest-France,‎ .
  19. Site de la Maison des Communes de Vendée consulté le 18 mai 2009
  20. « Landeronde. Angie Lebœuf est la nouvelle maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Landeronde (85118) », (consulté le ).
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).
  26. « Église Notre-Dame-de-l'Assomption », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le )
  27. a et b « Bulletin municipal janvier 2014 ».
  28. Échaufourrée à Landeronde,
  29. Biographie de Pierre Nicollon des Abbayes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :