Saint-Jean-de-Boiseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean.
Saint-Jean-de-Boiseau
Mairie
Mairie
Blason de Saint-Jean-de-Boiseau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Saint-Brevin-les-Pins
Intercommunalité Nantes Métropole
Maire
Mandat
Pascal Pras
2014-2020
Code postal 44640
Code commune 44166
Démographie
Gentilé Boiséen
Population
municipale
5 508 hab. (2014 en augmentation de 11.43 % par rapport à 2009)
Densité 483 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 41″ nord, 1° 43′ 23″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 34 m
Superficie 11,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Boiseau

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Boiseau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Boiseau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Boiseau
Liens
Site web saint-jean-de-boiseau.fr

Saint-Jean-de-Boiseau est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Ses habitants s'appellent les Boiséens et les Boiséennes.

Saint-Jean-de-Boiseau comptait 5 508 habitants au recensement de 2014.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Jean-de-Boiseau dans le département de la Loire-Atlantique

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays historique du Pays nantais et dans le pays traditionnel du Pays de Retz.

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Boiseau est situé sur la rive sud de Loire, à 13 km à l'ouest de Nantes.

Les communes limitrophes sont Couëron, Indre, La Montagne, Brains et Le Pellerin.

Selon le classement établi par l'Insee, Saint-Jean-de-Boiseau est une commune urbaine, une des 24 communes de banlieue de l’unité urbaine de Nantes ; elle fait donc partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sancti Johannis de Boisel en 1163[1].

Saint-Jean-de-Boiseau, évoque saint Jean-Baptiste, patron de la paroisse.

En breton, elle a été dénommée Sant-Yann-ar-Granneg par l'Office de la Langue Bretonne[2], nom sans valeur historique.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse Saint-Jean de Bouguenais[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, la paroisse s'est longtemps appelée Saint-Jean-de-Bouguenais parallèlement à celle de Saint-Pierre-de-Bouguenais (actuelle commune de Bouguenais).

Création de la commune de la Montagne (1877)[modifier | modifier le code]

Lors de la création des communes en 1789, la commune de Saint-Jean-de-Boiseau s'étend jusqu'à Rocheballue, à la limite de Bouguenais.

Durant les années 1820 à 1860, l'arsenal d'Indret se développe considérablement, ce qui provoque un afflux de population venue de Bretagne et de la région parisienne. Ces nouveaux venus font construire des maisons sur le coteau de Boiseau et de la Montagne. En 1867, les habitants de la Montagne demandent la création d'une nouvelle paroisse en raison de l'éloignement de l'église de Saint-Jean-de-Boiseau. La paroisse Notre-Dame est créée en 1868, avec la construction de l'église à la Montagne.

Le , est créée la commune de la Montagne par scission de la commune de Saint-Jean-de-Boiseau.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la première moitié du XXe siècle, la Télindière, un village de pêcheurs au nord-ouest de la commune, a abrité plusieurs chantiers navals. Avec le Pellerin, ce même village fut plus tard le théâtre d'un grand chantier de renflouement de bateaux, que les troupes allemandes avaient coulés en travers de la Loire au moment de leur retraite en 1944.

Symboles[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

"Sus au blondin le christ en est témoin" est la devise de Saint-Jean-de-Boiseau, elle remonte à la révolution française.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé : au premier, d'azur à la chapelle d'or, accostée de deux mouchetures de contre-hermine d'argent ; au second, de gueules à la fasce d'argent accompagnée de trois trèfles du même posés 2 et 1.
Commentaires : Armes des Goheau (de gueules à la bande d'argent accompagnée de trois trèfles du même, deux en chef et un en pointe), avec brisure et Chapelle Saint-Jean (pèlerinage dès le XVe siècle). La chapelle d'or représente la chapelle de Bethléem. Les mouchetures d'hermine évoquent le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par le chanoine Russon (d'après l'aveu du ) (délibération municipale du ).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.

Saint-Jean-de-Boiseau appartient à l'arrondissement de Nantes et au canton de Saint-Brevin-les-Pins depuis 2015. Avant cette date, cette commune appartenait au canton du Pellerin.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2008 Camille Durand PS Technicien DCN
mars 2008 en cours Pascal Pras[Note 1] PS Professeur des écoles
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est démembrée partiellement en 1877 pour la création de la commune de La Montagne.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 5 508 habitants, en augmentation de 11,43 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 000 1 634 1 967 2 068 2 456 2 569 2 700 3 628 3 828
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 512 4 621 4 365 4 159 1 883 1 928 2 026 2 003 1 970
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 995 1 997 1 851 1 741 1 724 1 795 1 851 2 030 2 215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
2 487 2 615 3 102 3 627 4 120 4 563 4 734 5 449 5 508
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,8 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[8],[9],[10]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[8],[9],[10].

Pyramide des âges à Saint-Jean-de-Boiseau en 2013 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,3 
4,3 
75 à 89 ans
6,9 
13,1 
60 à 74 ans
13,5 
20,1 
45 à 59 ans
19,5 
22,5 
30 à 44 ans
21,6 
15,2 
15 à 29 ans
14,7 
24,5 
0 à 14 ans
22,5 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Vie de la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Actuellement, l'équipe de football locale est en partenariat avec l'équipe de Brains, d'où le nom du club FCBB (Football Club Brains-Boiseau).

Jumelages et pactes d'amitié[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle de Bethléem
L’église paroissiale
  • Saint-Jean-de-Boiseau recèle un monument historique : la chapelle de Bethléem (XVe siècle), classée par arrêté du 30 août 1911[11]. La restauration de la chapelle par Gwénolé Congard se fait de 1993 à 1995. En absence de traces concernant l'imagerie de l'époque le sculpteur Jean-Louis Boistel insère des éléments de la mythologie moderne sur la bâtisse. Mogwai, Alien ou encore gremlins.[12]
  • Château du Pé (XVIIIe et XIVe siècles)
  • L’église paroissiale (XVe et XVIIIe siècles).
  • Le moulin Rothard (1675, restauré en 1795, puis en 1983)
  • La tour du Pé
  • Oratoire Notre-Dame de La Salette

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile-Joseph Legal (1849-1920), missionnaire oblat fondateur de la colonie de Saint-Paul-des-Métis dans la province de l'Alberta au Canada.
  • Edmond Bertreux (1911-1991), peintre, repose dans le cimetière de Saint-Jean-de-Boiseau, qu'il a souvent représenté dans ses tableaux.
  • Jean Brochard (1893-1972), acteur, résidant à Saint-Jean-de-Boiseau après avoir racheté la maison que sa grand-mère occupait ; il y restera jusqu'à la fin de sa vie.
  • Mose (1917-2003), dessinateur, y est né.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]