La Chapelle-aux-Lys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


La Chapelle-aux-Lys
La Chapelle-aux-Lys
Ferme ancienne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de la Châtaigneraie
Maire
Mandat
Philippe Boisson
2014-2020
Code postal 85120
Code commune 85053
Démographie
Gentilé Cappellaulissien
Population
municipale
253 hab. (2017 en augmentation de 1,61 % par rapport à 2012)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 47″ nord, 0° 39′ 23″ ouest
Altitude 153 m
Min. 87 m
Max. 230 m
Superficie 10,68 km2
Élections
Départementales Canton de La Châtaigneraie
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
La Chapelle-aux-Lys
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
La Chapelle-aux-Lys
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-aux-Lys
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-aux-Lys

La Chapelle-aux-Lys est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de La Chapelle-aux-Lys s’étend sur 1 068 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 153 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 87 et 230 mètres[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Bellevue[3].

En poitevin, la commune est appelée La Chapéle-aus-Lis[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 ? Jean Gauriau DVD  
mars 2001 En cours Philippe Boisson[Note 1],[5] SE adjoint technique principal
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2017, la commune comptait 253 habitants[Note 2], en augmentation de 1,61 % par rapport à 2012 (Vendée : +4,06 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400336353600609617619617577
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
578552573562575677733774703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
637627593520508463462475421
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
385390375332299280250245252
2017 - - - - - - - -
253--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (32,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 13,4 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans = 25,2 %, plus de 60 ans = 27,7 %) ;
  • 51,4 % de femmes (0 à 14 ans = 11,9 %, 15 à 29 ans = 11,1 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 37,3 %).
Pyramide des âges à La Chapelle-aux-Lys en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
1,6 
6,7 
75 à 89 ans
11,1 
21,0 
60 à 74 ans
24,6 
25,2 
45 à 59 ans
20,6 
18,5 
30 à 44 ans
19,0 
15,1 
15 à 29 ans
11,1 
13,4 
0 à 14 ans
11,9 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune possède de nombreux petits monuments :

  • l'église Saint-Maurice ;
  • le château du Lys, haut lieu d'histoire qui abrita durant la Deuxième Guerre mondiale des soldats anglais qui formèrent des résistants dits du maquis du Lys ;
  • un lavoir ;
  • une ferme pédagogique ;
  • la chapelle de Chantemerle.

Culture[modifier | modifier le code]

Tous les ans depuis 2009, le festival d'astronomie Astrolys se déroule dans la commune le troisième week-end d'août. Chaque édition a une thématique en rapport avec l'astronomie : le Soleil, la vie dans l'Univers, l'archéoastronomie, ...

Ce festival est conçu et animé par les habitants de La Chapelle-aux-Lys et des hameaux alentour. Une troupe de théâtre amateur, Les compagnons du Lys, propose comme animation un spectacle en relation avec le thème du festival[11].

Depuis 2014, des photos grand format, ayant pour sujet l'astronomie, sont affichées de mai à octobre dans le centre du village. En 2018, elles sont au nombre de 27[12].

Un sentier de randonnée pédagogique appelé Chemin aux étoiles est créé courant 2018[13]. Ce parcours est constitué de deux boucles :

  • Histoire de l'Univers d'une longueur d'environ 4,5 km avec une échelle temporelle de 1 m pour 3 millions d'années.
  • Le système solaire d'une longueur d'environ 1,7 km avec une échelle de distance de 1 m pour 5 millions de km[14].

Le parcours, de type sentier des planètes, est jalonné de 27 bornes informatives situées à différents emplacements en fonction des échelles[15].

Le , à la date anniversaire des 50 ans du premier pas de l'homme sur la Lune par Neil Armstrong de la mission Apollo 11, un planétarium, installé dans l'ancien presbytère[16], entre en fonctionnement. Possédant un dôme de 4 m de diamètre et une capacité d'accueil de 15 places, il s'agit du premier planétarium fixe de Vendée[17],[18]. Sur une liste mondiale de 900 planétariums la commune serait la plus petite à être dotée d'un tel équipement[19]. D'autres aménagements, salle d'exposition et camera obscura, installés dans le même lieu, sont également accessibles depuis cette date[16].

Le planétarium et le Chemin aux étoiles sont officiellement inaugurés le [20].

Sciences[modifier | modifier le code]

Le , afin de lutter contre la pollution lumineuse, onze maires des communes alentour signent dans le village, la charte de protection du ciel nocturne du canton de La Châtaigneraie[21]. L'initiative est soutenue par le conseil général de la Vendée et l'association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN)[22].

En , une caméra de type fisheye est positionnée sur le toit de la mairie[23]. Cette caméra fait partie du réseau de surveillance d'activité météoritique nommé FRIPON qui a été inauguré le [24].

Au fil des ans et des festivals Astrolys, divers types de cadrans solaires ont été installés dans le jardin de la mairie :

En 2018, pour la dixième édition du festival, le méridien de La Chapelle-aux-Lys est matérialisé sous la forme d'une pièce de métal de 12 mètres de long placée sur la pelouse du jardin de la mairie[25].

À cette occasion, un arrêté municipal[26](à ne pas prendre trop au sérieux[27]) officialise le réglage de l’heure légale de la commune sur l’heure solaire moyenne au méridien de La Chapelle-aux-Lys, soit avec un retard de 2 minutes 38 secondes sur le méridien de Greenwich [27],[28].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 21394 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « La Chapelle-aux-Lys », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 88.
  5. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  10. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 11 mai 2011)
  11. « Astrolys: les étoiles ont brillé pour la 10e édition », sur Ouest-France, (consulté le 6 janvier 2019)
  12. « Vingt-sept photos invitent au festival », sur Ouest-France, (consulté le 6 janvier 2019)
  13. « Un sentier pour tout savoir sur les étoiles », sur Ouest-France, (consulté le 6 janvier 2019)
  14. « Le chemin aux étoiles », sur www.studiounplusun.com (consulté le 27 décembre 2019)
  15. « La pose des bornes du chemin aux étoiles est en cours », sur Ouest-France, (consulté le 6 janvier 2019)
  16. a et b « Le 1er planétarium fixe du bocage vendéen », sur Ouest-France, (consulté le 15 septembre 2019)
  17. « World Planetariums Database », sur www.aplf-planetariums.info (consulté le 26 janvier 2020)
  18. « Un partenariat pour le planétarium », Ouest-France, (consulté le 15 septembre 2019)
  19. « Le festival Astrolys a battu son record de fréquentation », Ouest-France, (consulté le 31 janvier 2020)
  20. « Le Chemin aux étoiles et le planétarium inaugurés », Ouest-France, (consulté le 26 janvier 2020)
  21. « Une première en France ! », sur lettre.sauzereau.net, (consulté le 9 février 2020)
  22. « Une association, un conseil général, un syndicat d’énergie : partenaires en Vendée pour la protection de l’environnement nocturne » [PDF], sur www.anpcen.fr, (consulté le 9 février 2020)
  23. « Des chasseurs de météorites dans la commune », sur Ouest-France, (consulté le 6 janvier 2019)
  24. « Inauguration du réseau FRIPON », sur ceres.geol.u-psud.fr (consulté le 25 août 2016)
  25. « Le méridien représenté au jardin de la mairie », sur Ouest-France, (consulté le 6 janvier 2019)
  26. « Exit Greenwich. La Chapelle-aux-Lys se réfère à son méridien », sur Ouest-France, (consulté le 6 janvier 2019)
  27. a et b « La Chapelle-aux-Lys, en Vendée, a désormais son propre méridien », sur France Inter, (consulté le 6 janvier 2019)
  28. « Ils veulent régler le temps universel sur leur méridien », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le 6 janvier 2019)