Saint-Georges-de-Montaigu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Georges-de-Montaigu
Église Saint-Georges.
Église Saint-Georges.
Blason de Saint-Georges-de-Montaigu
Blason
Saint-Georges-de-Montaigu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Montaigu
Intercommunalité Terres-de-Montaigu, communauté de communes Montaigu-Rocheservière
Maire
Mandat
Éric Hervouet
2014-2020
Code postal 85600
Code commune 85217
Démographie
Gentilé Georgeois
Population
municipale
4 217 hab. (2014)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 56′ 52″ nord, 1° 17′ 37″ ouest
Altitude 57 m (min. : 27 m) (max. : 79 m)
Superficie 34,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Montaigu

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Montaigu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Montaigu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Montaigu
Liens
Site web Site officiel

Saint-Georges-de-Montaigu est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire. C'est l'une des trois villes-centres de l'unité urbaine de Montaigu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Saint-Georges-de-Montaigu s’étend sur 3 402 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 57 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 27 et 79 mètres[1],[2].

Saint-Georges-de-Montaigu fait partie de la communauté de communes Terres de Montaigu regroupant, outre Montaigu, les communes de la Bernardière, La Boissière-de-Montaigu, Boufféré, la Guyonnière et Saint-Hilaire-de-Loulay.

La commune de Saint-Georges-de-Montaigu est située au nord - nord-est du département de la Vendée dans la partie bocage de ce département, au confluent de deux rivières appelées les Maines. La petite Maine, au sud, et la grande Maine, au nord du bourg. Le bourg est allongé sur un plateau incliné vers le confluent des deux rivières. Sa plus grande hauteur est de 88 m ; l’église est à 33 m au-dessus du niveau de la mer ; le confluent n’est qu’à 25 m. Malgré ces faibles hauteurs, sa position dominant les deux rivières et les plaines qui les bordent en ont fait dès les premières occupations humaines un lieu de regroupement et d’habitat.

La commune est traversée sur toute sa longueur par la RN 137 (Saint-Malo à Bordeaux par Nantes et Chantonnay). Elle se trouve à h 30 du centre de Nantes par l'autoroute A83 à laquelle Saint-Georges est rattachée par une bretelle d'accès direct et à 40 km du chef-lieu de département, La Roche-sur-Yon.

Les communes voisines sont Montaigu, chef-lieu de canton, La Guyonnière, Chavagnes-en-Paillers, La Boissière-de-Montaigu, Les Brouzils et Boufféré. Elle a à peu près la forme d’un losange. Elle couvre une superficie de 3 361 hectares et avait 3 877 habitants en 2010.

Jusque dans les années 1950, Saint-Georges-de-Montaigu était un bourg essentiellement agricole. De nombreux villages de quelques dizaines d’habitants l’entouraient, reliés au bourg par de mauvais chemins ou par de petites voies communales. Il y avait même des fermes à l’intérieur du bourg. Dans le bourg même, un artisanat peu développé, uniquement nécessaire aux besoins des cultivateurs des villages environnants : un forgeron, un sabotier, un ou deux menuisiers, quelques maçons, deux boulangers, et quelques épiceries.

Environnement[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-de-Montaigu possède trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris (passage de deux à trois fleurs pour le palmarès 2007).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Peu d’informations sur les premiers hommes qui peuplèrent la commune durant la préhistoire. On sait qu’ils s’installèrent à la lisière des forêts et le long des cours d’eau. Pas de mégalithe non plus sur le territoire de Saint-Georges, pourtant on en trouve de nombreux en Vendée et en bas Poitou.

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Deux siècles environ av. J.-C. apparurent dans la région les Pictons. Ce sont l’une des nombreuses tribus celtiques venues de l’est et probablement d’Asie. Certains groupes continuèrent jusqu’à la mer et devinrent pêcheurs. D’autres stationnèrent dans le bocage et probablement sur le territoire de ce qui deviendra Saint-Georges et devinrent cultivateurs. Ils cultivèrent des céréales, des plantes textiles. Ils élevèrent de grands troupeaux de porcs. Ils forgèrent le fer et créèrent des armes et des bijoux. Ils vivaient dans des cabanes en torchis recouvert de chaume. En cas de danger, ils se réfugiaient dans des camps retranchés situés sur des collines ou au confluent des rivières.

Il est fort probable que de nombreux habitants du Saint-Georges actuel soient les descendants de ces tribus celtes, Pictons…[réf. nécessaire]

Antiquité[modifier | modifier le code]

C’est en l’an 57 av. J.-C. que Jules César arrive en Poitou et c’est vers cette époque que le lieu surélevé situé entre les deux rivières prend le nom de Mansio Romana, avant de devenir plus tard Durivum. Il devint rapidement la capitale de la présence romaine dans l’Ouest de la Gaule. La ville comptait alors 12 000 habitants. On y voyait de beaux jardins en terrasses (actuels coteaux) et les berges des rivières étaient bordées de quais.

Au centre de la ville était le forum (actuel champ de foire). Deux grandes voies romaines traversaient Durivum et se croisaient à l’endroit où est bâti le clocher. Le centre du carrefour était surmonté d’une statue d’Apollon.
L’une des voies venait de Bressuire et se dirigeait vers Saint-Gilles, l’autre venait des Essarts et à la sortie ouest de Durivum se confondait avec une autre voie venue d’Angers, par Cholet. Cette dernière voie traversait les rivières au confluent sur une chaussée qui a servi depuis à alimenter un moulin. On en trouve des traces encore maintenant sur le grand chemin qui vient du Grand Planty à 100 m du Pont Boisseau[3].
Les plus lointains vestiges d’occupation de la commune ont été trouvés en 2006-2007 Une nécropole a été mise au jour datant de deux périodes, Ier au IIIe siècle et VIe au Xe siècle. Quelque 100 sépultures ont été mises au jour. Les sépultures ont été découvertes selon une orientation précise la tête relevée et posée sur des coussins d'herbe. De l'occupation antique, il peut être indiqué qu'une carrière de schiste a été exploitée puis remblayée. Des ouvriers ont travaillé sur le site, les fondations d'un four gallo-romain ayant été mises au jour. Beaucoup de déchets ont également été recueillis (morceaux de vaisselle ou d'os d'animaux façonnés par l’homme, céramiques) ceci étant de bons indicateurs sur le mode de vie des gens ordinaires de l'époque. Un petit bout de voie romaine a aussi été découvert.
Des vestiges de murs typiquement romains (petites pierres taillées et bien alignées) existaient encore en bordure du chemin creux qui menait à Chauveau, au lieu-dit la Prison. Ces vestiges de murs ont disparu après les années 1950 lors de la construction des voies d’accès aux lotissements.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Vers 580, Saint Martin de Vertou fonda deux monastères à Durirum, l'un de moines, l'autre de moniale. Il mourut à Saint-Georges le 24 octobre 601. Sa dépouille fut transportée à Vertou.

Le pouillé de Luçon indique qu'à partir de ce moment Durivum fut le centre de diffusion du christianisme dans les environs. À cette époque, le nom de Durivum fut délaissé pour celui de Saint Georges, le plus glorieux des chevaliers chrétiens. Malheureusement aucun auteur ne nous donne des précisions à ce sujet.

Vers 820, les incursions vikings ravagèrent la région. La ville fut délaissée par les notables et une grande partie de sa population. C'est à cette époque que fut érigée la forteresse de Montaigu.

Moyen Âge classique[modifier | modifier le code]

Vers 1130, Saint-Georges, était passé sous la domination anglaise. Sous le règne de Richard Cœur de Lion, le château fort de Montaigu fut réparé. La population fut déplacée et une petite ville naquit qui prit le nom de Montaigu.

Bas Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1461, Charles, duc de Berry, frère unique du roi Louis XI, allant de Poitiers à Nantes passa par Saint-Georges de Montaigu.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Renaissance[modifier | modifier le code]

À partir de 1562, les protestants livrèrent bataille aux catholiques dans l'enceinte même de Saint-Georges. Ces derniers furent défaits et leur église qui était un prieuré de Saint-Jouin-de-Marnes en Poitou fut brûlée. Cependant, les habitants de Saint-Georges demeurèrent catholiques.

À la fin du XVIe siècle, Saint-Georges-de-Montaigu reçut le roi Henri IV venant de La Rochelle. Ce fut à Saint-Georges qu'il rassembla ses troupes pour les faire marcher contre le duc de Mercœur qui assiégeait Montaigu.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Cependant Saint-Georges ne se relevait qu'avec peine des pertes que lui avait causées les guerres de religions. Aussi ce ne fut qu'en 1684 que François Guinaudeau, curé de Saint-Georges, entreprit d'y rebâtir une église. Elle avait trois nefs des piliers carrés en pierres de taille, reliés ensemble par des arcades, le tout en granit. L'église est achevée en 1691.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Pendant les guerres de Vendée, 700 hommes de Saint-Georges périrent les armes à la main pour la défense du trône et de l'autel.

Premier Empire[modifier | modifier le code]

Napoléon Ier revenant d'Espagne, traversa Saint-Georges, le 8 août 1808 avec l'impératrice Joséphine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Georges-de-Montaigu sont appelés les Georgeois mais aussi les Palauds car autrefois une fois la nuit tombée les Palauds voyaient le reflet de la Lune dans l'eau de la rivière (la Maine) et ils voulaient l'attraper dans l'eau alors ils essayèrent de vider l'eau avec des pelles, d'où le nom Palauds. Palaud vient de deux mots pal qui vient du mot pelle et auds de l'eau.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au pairle d'argent, accosté à dextre d'une roue dentée d'or et à senestre d'un épi de blé feuillé du même, au pont de quatre arches aussi d'or mouvant de la pointe, surmonté d'une crosse de sable, brochant sur le pairle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2008 Joseph Bonnet[Note 1]    
mars 2008 en cours Éric Hervouet[Note 2],[4] Divers droite fonctionnaire territorial
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 4 217 habitants, en augmentation de 10,83 % par rapport à 2009 (Vendée : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 442 1 449 2 110 2 129 2 170 2 213 2 279 2 265 2 302
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 291 2 430 2 324 2 319 2 333 2 309 2 398 2 368 2 380
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 331 2 301 1 962 1 885 1 914 1 854 1 780 1 785 1 886
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
1 912 2 072 2 417 2 769 3 176 3 521 3 805 4 217 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 19,4 %, 30 à 44 ans = 23,4 %, 45 à 59 ans = 22 %, plus de 60 ans = 12,7 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 24,5 %, 15 à 29 ans = 17,9 %, 30 à 44 ans = 22,9 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 15 %).
Pyramide des âges à Saint-Georges-de-Montaigu en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,3 
3,4 
75 à 89 ans
5,6 
9,2 
60 à 74 ans
9,1 
22,0 
45 à 59 ans
19,9 
23,4 
30 à 44 ans
22,9 
19,4 
15 à 29 ans
17,9 
22,5 
0 à 14 ans
24,5 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Aérodrome[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de Montaigu - Saint-Georges a été inauguré le 28 juin 1980. Il dispose de deux pistes de 80 m et 40 m de large pour 900 m de long. Le plus gros club de France de Paramoteur, Atlantic Paramoteur, est basé sur ce terrain, ainsi que le club de vol à voile de Nantes, le Planeur Club de L'Atlantique[12], qui s'est déplacé sur ce terrain lors de sa création, puisque ce dernier avait pour but de délocaliser l'activité planeur de l'aéroport Nantes Atlantique. Le terrain a accueilli en 2011 le championnat régional des Pays de la Loire de planeur, ainsi que le Tour de France ULM qui y est passé pour une nuit.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Super show moto cross (dernier weekend d’août)  ;
  • Après-midis dansants ;
  • Apéro-Concert durant l'été -Les Estivales de la rivière-
  • Fête de la Fressure (1er weekend de février) ;
  • Fête de la Saint-Georges ;
  • Randonnée VTT Bush Maines (en Mai)
  • La fête de La SeptSix : depuis 2004, toutes les deuxièmes fins de semaines de septembre ;
  • Le championnat d'Europe d'auto cross ;
  • Championnats de France de vol à voile[12], organisés sur le terrain d'aviation de Saint-George en 2003, 2004, 2007, 2008, complété en 2006 et 2011 par des championnats régionaux.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison de la Rivière et du Pêcheur - Ancien moulin à eau, dit anciennement moulin de la Roche
  • Moulin de la Poitevinière, ancien moulin à eau
  • Pont de Boisseau - Inscrit à l'inventaire des monuments historiques - situé au confluent de la Grande Maine et Petite Maine
  • Aérodrome de Montaigu - Saint-Georges
  • Usine Sodebo
  • Église Saint-Georges datant du XIXe siècle, semblable à d'autres églises proches, comme celle de Belleville-sur-Vie ou Montaigu, mais ayant la particularité d'avoir un clocher inachevé coiffé d'une flèche provisoire recouverte l'ardoise
  • Chapelle du village de la Roche-Pépin
  • vestiges remarquables d'un ancien château médiéval au lieu-dit de la Goyère sur un côteau dominant la Grande Maine
  • Chapelle du village de la Rondaire

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2001.
  2. Réélu en 2014.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 29721 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Saint-Georges-de-Montaigu », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. Référence monographie rédigée par M. Monneron instituteur en 1943 à Saint-Georges
  4. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  5. « St. Georges de Montaigu - unsere Partnergemeinde » Site web de la commune de Wahlsburg, consulté le 26 mars 2017.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  11. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 10 juin 2011)
  12. a et b Site du Planeur Club de l'Atlantique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :