La Barre-de-Monts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Barre-de-Monts
La Barre-de-Monts
Carrelets à Fromentine.
Blason de La Barre-de-Monts
Blason
La Barre-de-Monts
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Intercommunalité Communauté de communes Océan marais de Monts
Maire
Mandat
Pascal Denis
2020-2026
Code postal 85550
Code commune 85012
Démographie
Gentilé Barrien
Population
municipale
2 179 hab. (2019 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 53′ 05″ nord, 2° 07′ 01″ ouest
Altitude m
Min. 0 m
Max. 26 m
Superficie 27,29 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Saint-Hilaire-de-Riez
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Jean-de-Monts
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
La Barre-de-Monts
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
La Barre-de-Monts
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Barre-de-Monts
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Barre-de-Monts
Liens
Site web Site officiel

La Barre-de-Monts est une commune du Centre-Ouest de la France, située sur la Côte de Lumière, dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Ses habitants sont les Barriens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bourg se trouve légèrement à l'intérieur des terres, bordant ainsi le Marais breton vendéen. Il est isolé des plages (plage de Fromentine, plage de La Bergère, plage de la Grande Côte, plage des Lays[2]), situées au nord et à l'ouest et pour la plupart restées vierges de toute urbanisation, par un cordon dunaire planté de pins, constituant une partie de la forêt des Pays de Monts longeant la côte (cette même configuration s'étend ainsi sans discontinuer jusqu'au sud, vers Saint-Hilaire-de-Riez). D'ailleurs, avec ses 600 ha de pinède, La Barre-de-Monts possède le plus grand massif forestier du littoral vendéen. Celui-ci est traversé par des sentiers de randonnées pédestres, ainsi que par la route donnant accès au pont de Noirmoutier qui traverse le détroit de Fromentine. C'est sur les bords de ce détroit que se trouve le hameau de Fromentine situé au nord-ouest du bourg dont il est séparé par environ deux kilomètres, et qui constitue la station balnéaire de la commune, mais est aussi le principal embarcadère continental pour la liaison maritime desservant l'Île d'Yeu.

Le territoire est traversé par l'Étier de Sallertaine qui est navigable jusqu’au lieu-dit du Grand-Pont situé dans la commune de Beauvoir-sur-Mer.

Le territoire municipal de La Barre-de-Monts s’étend sur 2 729 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 3 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 0 et 26 mètres[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En poitevin, la commune est appelée La Bare[5].

En moyen français(1330-1500), Barre signifie « retranchement, clôture, barrière ».
En ancien occitan, « barra » signifie « droit de circulation dont le produit est affecté à l'entretien des routes et emplacement où se trouve l'habitation du fermier levant le droit de barre. » [6].
Dans un grand nombre de cas, le nom fait référence à une barrière de péage, le site désigné se trouvant souvent en bordure d'une route ancienne, voire à un carrefour.
Limite de fief, barrière de péage.

Le mot Barre a également désigné en toponymie des éperons rocheux (site naturel fortifié). À rapprocher du gaulois *barr- qui a dû signifier « extrémité, sommet », de la racine pré-indo-européenne *bar « hauteur, rocher » de la racine pré-indo-européenne *bal « hauteur, rocher ».

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Barre-de-Monts est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[10] et 38 572 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[11],[12]. La commune est en outre hors attraction des villes[13],[14].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[15]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (46,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (49,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (36,5 %), forêts (19,8 %), zones humides intérieures (15,8 %), zones urbanisées (10,4 %), terres arables (10,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,2 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,9 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,7 %), zones humides côtières (0,3 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Fromentine, dans les années 1930.

Érigée en paroisse en 1812, la commune de La Barre-de-Monts a été érigée en section à l'état civil distinct en 1842, puis a été créée en 1853 par détachement d'une partie de celle de Notre-Dame-de-Monts[20].

En 1896, La Barre-de-Monts est desservie par la ligne de chemin de fer à voie métrique en provenance de Challans et se dirigeant vers Fromentine. Celle-ci est concédée à la Société du chemin de fer sur route de Challans à Fromentine. La section Beauvoir-sur-Mer - Fromentine de cette liaison ferroviaire sera intégrée, en 1923, à la ligne Bourgneuf - Saint-Gilles-Croix-de-Vie (prolongée vers Les Sables-d'Olonne en 1925). La ligne sera fermée le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de La Barre-de-Monts.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1965 Pierre Brochard    
1965 mars 1971 Jean Thiery    
mars 1971 mars 1983 Jean Thiery[21]   Commerçant
mars 1983[22] juin 1995[23] Marylise Rongère-Terrien    
juin 1995[23] mars 2008 Bénédict Rolland DVD Pharmacien
mars 2008 mars 2014 Christian Sangan[24] DVD Agent immobilier retraité
En cours Pascal Denis[25] Gauche Chef d'entreprise
Réélu pour le mandat 2020-2026

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[27].

En 2019, la commune comptait 2 179 habitants[Note 2], en stagnation par rapport à 2013 (Vendée : +4,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6161 6171 6101 4041 4521 4421 4641 5101 535
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5531 6051 6461 4651 4371 4361 4141 4831 621
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 7501 7891 6741 7011 7271 8102 0552 1692 193
2019 - - - - - - - -
2 179--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 25,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 41,3 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 067 hommes pour 1 134 femmes, soit un taux de 51,52 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
2,0 
11,1 
75-89 ans
15,4 
27,8 
60-74 ans
25,4 
19,5 
45-59 ans
19,5 
14,5 
30-44 ans
14,0 
12,7 
15-29 ans
11,6 
13,7 
0-14 ans
12,0 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,4 
75-89 ans
11 
19,5 
60-74 ans
20,4 
20 
45-59 ans
19,4 
18 
30-44 ans
17,1 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,5 
0-14 ans
16,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Plage de Fromentine.
  • La pêche au carrelet est très prisée par les touristes.
  • L'ostréiculture.
  • Le tourisme.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Plage des Lays (2019).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la barre d'azur accompagnée à dextre de trois monts de sable mouvant du flanc et de la partition et portant trois pins au naturel, et à senestre d'un vaisseau de gueules équipé d'argent voguant sur une mer ondée de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des communes de Vendée, Ouest-France, Rennes, 1991 (ouvrage rédigé par les correspondants d'Ouest-France en Vendée).
  2. « Les 5 plages de la Barre de Monts-Fromentine  : urbaines ou sauvages », sur Office de Tourisme - Pays de Saint-Jean-de-Monts (consulté le ).
  3. « Commune 9974 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  4. « La Barre-de-Monts », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  5. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 32.
  6. Xavier Gouvert - « Problèmes et méthodes en toponyme française ».
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Saint-Hilaire-de-Riez », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  16. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : La Barre-de-Monts », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  21. « Jean Thiery, ancien maire, est décédé », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  22. « La Barre-de-Monts : Mme Rongère-Terrien élue maire », Ouest-France,‎ .
  23. a et b « Les élections de maires », Ouest-France,‎
    « Bénédict Rolland a été élu, hier soir, maire de La Barre-de-Monts. [...] Il succède à Marylise Rongère-Terrien qui ne se représentait pas. ».
  24. Site de la Maison des communes de la Vendée consulté le 5 février 2012
  25. « À l’unanimité, Pascal Denis devient le nouveau maire », Ouest-France,‎ .
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  30. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de la Barre-de-Monts (85012) », (consulté le ).
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).