Saint-Paul-en-Pareds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Paul et Pareds.

Saint-Paul-en-Pareds
Saint-Paul-en-Pareds
L'église Saint-Paul.
Blason de Saint-Paul-en-Pareds
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Les Herbiers
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-des-Herbiers
Maire
Mandat
Bénédicte Gardin
2014-2020
Code postal 85500
Code commune 85259
Démographie
Gentilé Saint-Paulais
Population
municipale
1 337 hab. (2015 en augmentation de 11,05 % par rapport à 2010)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 26″ nord, 0° 59′ 01″ ouest
Altitude 124 m
Min. 83 m
Max. 181 m
Superficie 12,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Paul-en-Pareds

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Paul-en-Pareds

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-en-Pareds

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-en-Pareds
Liens
Site web Site officiel

Saint-Paul-en-Pareds est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Saint-Paul-en-Pareds s’étend sur 1 229 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 124 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 83 et 181 mètres[1],[2].

La commune se situe géographiquement sur le versant ouest de l’ancienne chaîne appelée la Gâtine vendéenne. Son territoire a à peu près la forme d'un triangle délimité à l'ouest par le Petit Lay et au sud par le ruisseau de la Proutière. À l'est, le schiste rencontre le granite aux alentours de la colline de l'Hublinière qui culmine à 181 mètres. En allant vers l'ouest, une petite plaine argileuse descend doucement jusqu'à 90 mètres à la Gelletière, au confluent des deux ruisseaux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Paul-en-Pareds puis La Regénérée[3] après le passage des colonnes infernales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier document mentionnant le nom de Saint-Paul-en-Pareds date de 1179. Il concerne l’église. Le bourg se développe autour du château éloigné de près de 1 km de l’église paroissiale, particularité qui est à l’origine de la légende des farfadets[Note 1], mais distance comblée aujourd'hui.

Ce château, l'un des plus importants de la région, commença à décliner dès le XIe siècle puis passa sous la dépendance des seigneurs de La Flocellière.

L'église prieurale puis paroissiale, jadis fondée par saint Martin de Vertou ou ses premiers disciples, dépendait de l'abbaye de Saint-Jouin-de-Marnes.

Les guerres de religion épargnèrent relativement la commune mais l'église n'échappa pas au pillage et à l'incendie.

Pendant la Révolution française et la guerre de Vendée, la population se rangea unanimement du côté des insurgés. Elle en subit les conséquences sous la forme d'un massacre de 72 personnes dans la cour du château le 31 janvier 1794.

Saint-Paul-en-Pareds garde encore de beaux vestiges architecturaux et développe un tourisme vert avec la création de nombreux sentiers pédestres.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé : au premier, de sinople à la roue à aube sur une rivière, accompagnée à dextre d'un moulin à vent et à senestre d'une gerbe de blé, le tout d'argent ; au second, de gueules au château de trois tours d'or posé sur une colline de sinople ; à la bordure componée de seize pièces de gueules au cœur vendéen d'or et d'azur à la fleur de lys d'or.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Saint-Paul-en-Pareds : Ense Et Aratro.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs[4],[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1793   Louis Dubreuil[Note 2]    
1797 1798 Louis Girardeau[Note 2]    
1798 1805 Jean Debreuil[Note 2]    
1806 Octobre 1812 Louis Dubreuil    
Octobre 1812 Avril 1819 Eugène du Landreau    
Avril 1819 1839 Pierre Bordelais[Note 3]    
1840 1842 Pierre Raineau    
Février 1842[Note 4] Octobre 1842 Eugène du Landreau Légitimiste Chevalier de la légion d'honneur
Janvier 1843 Juin 1843 Esprit Guillard    
Juillet 1843 Juillet 1848 Henri Bayle de la Martinie   Chef de bataillon en retraite
Octobre 1848 Septembre 1850 Pierre Vinet    
Novembre 1850 Mai 1851 Eugène du Landreau    
Mai 1851 Juillet 1852 Pierre Merlet[Note 5]    
Juillet 1852 Juin 1858 Henri Bayle de la Martinie    
Juin 1858 Septembre 1863 Pierre Lamote    
Septembre 1863 Septembre 1870 Basile Barbarit    
Septembre 1870 Novembre 1870 Louis Rautureau    
Novembre 1870 Avril 1871 Jean-Baptiste Merlet    
Avril 1871 Mai 1871 Louis Rautureau    
Juin 1871 Avril 1894[Note 6] Pierre Ravaud    
Mai 1894 Janvier 1905[Note 7] Pierre Retailleau   Cultivateur
Mars 1905 1919 Pierre Brosset   Cultivateur
1919 1926 Jean Rigaudeau   Cultivateur
1926 1935 Constant Avril    
1935 1945 Auguste Merlet   Cultivateur
1945 1953 Alexandre Fontenit   Cultivateur
1953 1974 Marie-Joseph Jadaud   Cordonnier (décédé en cours de mandat)
1974 1983 Bernard Guicheteau   Cultivateur
1983 2014 Roland Fontenit   Assistant parlementaire
2014 en cours Bénédicte Gardin   Professeur

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2015, la commune comptait 1 337 habitants[Note 8], en augmentation de 11,05 % par rapport à 2010 (Vendée : +5,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800602617831758774731746770
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
756693736740751695720753761
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
790761740627636658683649685
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
6446006127458329261 0621 2041 337
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, Saint-Paul-en-Pareds comptait 1 150 habitants (soit une augmentation de 24 % par rapport à 1999). La commune occupait le 8 363e rang au niveau national, alors qu'elle était au 9 258e en 1999, et le 154e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (10,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,7 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,6 %, 15 à 29 ans = 20,4 %, 30 à 44 ans = 27 %, 45 à 59 ans = 21,3 %, plus de 60 ans = 8,8 %) ;
  • 48,3 % de femmes (0 à 14 ans = 25,3 %, 15 à 29 ans = 18,7 %, 30 à 44 ans = 24,4 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 12,1 %).
Pyramide des âges à Saint-Paul-en-Pareds en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
3,3 
75 à 89 ans
3,9 
5,5 
60 à 74 ans
8,2 
21,3 
45 à 59 ans
19,5 
27,0 
30 à 44 ans
24,4 
20,4 
15 à 29 ans
18,7 
22,6 
0 à 14 ans
25,3 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte deux monuments historiques :

Autres lieux et monuments :

  • l’Acheneau, source réputée pour ses bienfaits et point de départ du sentier pédestre du Chevalier du Landreau,
  • la statue du monument aux morts, œuvre originale d'Yves Guiberteau dit Yves Ramoz, en souvenir de sa mère,
  • les logis anciens du Bois Rousseau et de la Barbère.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Auguste Billaud (1903-1970), chanoine et historien des guerres de Vendée français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une vieille carte postale du début du XXe siècle nous la rappelle en ces termes : D'après une vieille légende, cette Eglise aurait été bâtie à 1500m du bourg par les Farfadets. Les lutins démolissaient pendant la nuit ce que les hommes construisaient pendant le jour dans le bourg; et transportaient les pierres, à l'endroit où est l'église actuelle.
  2. a b et c Pendant cette période troublée, la commune ne semble pas avoir possédé une municipalité républicaine. L'état civil est boudé par la population. Les agents qui rédigent les actes changent souvent.
  3. Élu en deuxième position aux élections du 28 mai 1837 avec 24 voix sur 77 électeurs et seulement 30 votants.
  4. Nommé en février et démis de ses fonctions en octobre.
  5. Pierre Merlet assure l'intérim alors que la commune ne possède pas de maire.
  6. Décédé le 2 avril 1894.
  7. Décédé le 11 janvier 1905.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 32816 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Saint-Paul-en-Pareds », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Archives municipales : Etat civil et délibérations municipales
  5. Auguste Billaud, Histoire religieuse de Saint Paul-en-Pareds, Polycopié
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 12 juin 2011)
  10. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 12 juin 2011)
  11. Notice no PA00110259, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Notice no PA00135566, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]