Saint-Paul-Mont-Penit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Paul.

Saint-Paul-Mont-Penit
Saint-Paul-Mont-Penit
L’église Saint-Paul en .
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Challans
Intercommunalité Communauté de communes de Vie-et-Boulogne
Maire
Mandat
Philippe Crochet
2014-2020
Code postal 85670
Code commune 85260
Démographie
Population
municipale
811 hab. (2016 en augmentation de 11,71 % par rapport à 2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 54″ nord, 1° 39′ 32″ ouest
Altitude 44 m
Min. 12 m
Max. 71 m
Superficie 16,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Paul-Mont-Penit

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Paul-Mont-Penit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-Mont-Penit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-Mont-Penit
Liens
Site web Site officiel

Saint-Paul-Mont-Penit est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Saint-Paul-Mont-Penit s’étend sur 1 676 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 44 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 12 et 71 mètres[1],[2].

Saint-Paul-Mont-Penit est située au centre géographique de l’ancien canton de Palluau, dans le Nord-Ouest vendéen ; toutes les communes de celui-ci lui sont limitrophes, sauf Apremont (Vendée). Sa superficie est de 1 658 ha, son altitude ne dépasse pas 70 mètres, et sa population est d’environ 700 habitants (Montpenois et Montpenoises). Saint-Paul est traversée par la Petite Boulogne, affluent de la Vie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'occupation du territoire de la commune remontent au Néolithique, en témoignent les nombreuses haches en pierre polie trouvées principalement dans les vallées de la Petite Boulogne et en aval du ruisseau dit de Saint Paul autrefois nommé ruisseau du Guy (gué). Ces premiers habitants établissent leurs habitations sur les sols les plus fertiles et les plus faciles à travailler manuellement. Les Gaulois puis les Romains poursuivent l'œuvre de défrichage (site archéologique des Robinières aux Grois). Ces derniers améliorent les voies de communication venant du littoral qui traversent le territoire de la commune pour converger vers la grande voie romaine passant à Palluau.

Aux alentours du Xe siècle, un château érigé sur une motte castrale constitue l'un des maillons d'un système de défense contre les envahisseurs, notamment les Normands. Le site porte le nom de Pas du Château et c'est là qu'il faut chercher l'origine de la seconde partie du nom de la commune ; Mont désignant une éminence sur laquelle se dresse le donjon et Penit, Peny, Penil suivant des graphies qui ont varié au cours du temps serait tout simplement le patronyme de son propriétaire.

L'évolution des techniques militaires, alliées au caractère périssable des matériaux, et sans doute pour d'autres causes que nous ignorons, les habitants qui devaient être peu nombreux, s'installent en amont en un lieu plus sain et mieux exposé. C'est à cette époque qu'arrivent les premiers religieux détachés de l'abbaye de Nieul-sur-l'Autise. Ils construisent la première église, leur habitation (un modeste prieuré) et placent le lieu sous la protection de saint Paul (apôtre des Nations) d'où le nom définitif : Saint-Paul de Mont Penit (Saint-Paul rattaché au nom du lieu qu'ils viennent de quitter : Mont Penit, Peny ou Penil). Le terme Nation est d'ailleurs resté dans l'appellation d'une rue : les Garennes de la Nation. Le prieuré bénéficie d'une donation importante tant en biens fonciers qu'en droits féodaux, notamment basse et haute justice à mi-temps, qui laisse à penser qu'un seigneur (peut-être celui du lieu) leur a légué une partie de ses prérogatives et possessions dont une dizaine d'hectares pour le prieur lui-même, un bois et deux fermes, l'une aux Grois et l'autre à la Petite Limonière. Il devient ainsi le troisième bénéfice de l'abbaye de Nieul-sur-l'Autise.

Pendant les guerres de Religion, l'église est brûlée et, en 1562, l'aisance du prieuré attise la convoitise des Clérembault de Chantebuzain de Grand'Landes, mi-huguenots, mi-brigands, qui le prennent par les armes, le pillent et en conservent les bénéfices. Ces faits sont jugés par le tribunal d'exception des Grands Jours de Poitiers en 1567. En fuite, ils échappent à la sentence de mort et, rapidement leurs descendants redorent le blason familial en devenant, entre autres, propriétaires du château de Palluau.

L'église, qui est d'ailleurs la seconde, est remise en état et embellie. En 1603, on y place sur un mur latéral de la nef, un groupe appelé la Passion composé d'un grand christ (inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques) et de deux statues en bois polychrome représentant la Vierge et saint Jean. Le prieuré, fonctionnant sous le régime de la commende, est remis en état et agrandi. Un prieur commendataire qui ne réside pas sur place en perçoit les bénéfices et le prieur-curé vit avec la portion congrue améliorée par le revenu de la petite ferme exploitée par un collon.

La vente des biens de l'Église comme biens nationaux en 1791 et l'exil forcé du prieur Ambroise Rivereau et de son vicaire et neveu Jacques Rivereau (septembre 1792) poussent les habitants à la rébellion. Leur troupe, commandée par le capitaine de paroisse Tallonneau, s'illustre dans les combats de Palluau puis dans l'armée de Charette. En 1795, une colonne de républicains utilisant l'église comme caserne est délogée nuitamment sans ménagement. La quasi-totalité des bleus périt dans l'assaut et les victimes sont inhumées en un lieu qui se nomme toujours le Cimetière des Bleus.

L’église où s’est passé ce fait n’existe plus aujourd'hui ; trop exiguë et en mauvais état, elle a été rebâtie en 1883/1884.

DÉNOMINATION DE LA COMMUNE

De temps à autre, au XVIIe siècle, les registres paroissiaux nomment la paroisse Saint Paul de Commequiers. Toutefois les autres documents civils font toujours état de Saint Paul de Mont Penit. Pendant la période révolutionnaire, l'appellation Saint Paul de Commequiers revient sans, curieusement, supprimer le terme religieux Saint.

Dans la seconde partie du XIXe siècle, profitant de l'essor économique, la commune s'est développée et plusieurs lieux-dits ont été créés sous la forme de fermes isolées : la Nomerie, le Machis, la Martinière, Bellevue, la Célinière, la Croix de la Liborgère, la Sorinière ou d'auberges comme les Plantes et le Pont-Ruisseau ou de maisons bourgeoises comme le logis de la Cantinière et l'extension de la Blanchère. Tout récemment sont venus s'adjoindre la Vigne du Rocher et le Pas du Château. Il est à noter la prédominance des hameaux de la Liborgère et de la Grènetière qui possèdent moulin (le grand moulin des Alouettes) meuniers, farinier, charpentier, sabotier, tisserand.

LA POPULATION DU PAYS

A la veille de la Révolution, Saint-Paul-Mont-Penit compte environ 500 habitants. On trouve des moyennes annuelles de 19 à 22 baptêmes, 4 à 6 mariages et 12 à 17 décès. La mortalité infantile était considérable. En règle générale, les deux tiers des enfants mouraient avant sept ans, dit-on. Maladies et épidémies faisaient de grands ravages dans les familles. À l’époque, on remarque l’empressement de nos ancêtres à procurer le baptême à leurs enfants le jour même de leur naissance ou le lendemain au plus tard. La sépulture a lieu habituellement le lendemain du décès, parfois le même jour.

.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
31 janvier 1847 mai 1857 Martial Tardy[Note 1]    
mai 1857 4 septembre 1870 Désiré Thibaudeau[Note 2]   (En octobre 1857, installation des autres membres du conseil municipal, M. Guilbaud, M. Arnaud, M. Robin, M. Angibaud, M. Sorin, M. Praud, M. Crété et Jean Boury.)
4 septembre 1870 29 mars 1881 Jean Boury[Note 3]   (Jean Charbonneau, adjoint)
29 mars 1881 5 septembre 1886 Henri Dinaud[Note 4]   (Jean Charbonneau, adjoint)
5 septembre 1886 25 juillet 1909 Jean Guillet[Note 5]   (Benjamin Pérocheau puis Jean Charbonneau, adjoint)
25 juillet 1909 23 janvier 1921 Paul Grassal[Note 6]   (Daniel Chauvet puis Armand Chardonneau, adjoint)
23 janvier 1921 19 mai 1929 Jean Roy[Note 7]   (Armand Chardonneau, adjoint)
19 mai 1929 19 mai 1935 Henri Robin   (Benjamin Cantin, adjoint)
19 mai 1935   Jean Roy   (Henri Robin, adjoint)
1995 28 mars 2014 Joseph Nicoleau[Note 8],[3] UDF puis MoDem Retraité de l'enseignement
28 mars 2014 en cours Philippe Crochet   Gestionnaire immobilier
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 811 habitants[Note 9], en augmentation de 11,71 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
350453568630624628674689696
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
704678661688705733736761772
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
741739658643629584600556548
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
527462452504488591606620801
2016 - - - - - - - -
811--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,1 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,2 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 18,2 %) ;
  • 48,9 % de femmes (0 à 14 ans = 19,1 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 19,8 %, plus de 60 ans = 24,8 %).
Pyramide des âges à Saint-Paul-Mont-Penit en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,0 
75 à 89 ans
7,3 
12,9 
60 à 74 ans
16,5 
19,9 
45 à 59 ans
19,8 
22,4 
30 à 44 ans
21,1 
14,2 
15 à 29 ans
15,2 
25,2 
0 à 14 ans
19,1 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La cure de Saint-Paul-Mont-Penit était l'un des plus importants bénéfices de l'abbaye de Nieul-sur-l'Autise, elle apparaît dans un document antérieur à 1306 (pouillé de Gauthier de Bruges, évêque de Poitiers mort en 1306) "sancti Pauli est regularium (l'abbaye de Nieul) ordre de Saint-Augustin".

On suppose cependant une existence antérieure. Comme Nieul, le prieuré est desservi par l'ordre régulier des chanoines de Saint-Augustin, religieux vivant en communauté sous une règle et exerçant un ministère pastoral, c'est-à-dire assurant le service de l'église, en l'occurrence ici la paroisse de Saint-Paul.

Le prieur-curé de Saint-Paul-Mont-Penit, en tant que seigneur des lieux, avait droit de haute, moyenne et basse justice sur l'étendue de son fief. Les domaines comprenaient la maison curiale, dite le Prieuré et environ 120 ha (le bois de Saint-Paul et deux métairies l'une aux Grois et l'autre à la Petite Limonière.

On a la trace des chanoines de Saint-Augustin encore en 1717, date de sépulture de l'un d'entre eux. L'abbaye de Nieul est sécularisée en 1720 et on ne sait pas quelles en sont les conséquences pour Saint-Paul-Mont-Penit car on continue à trouver la présence de prieurs. On trouve en 1792 un dernier prieur, Ambroise Rivereau, ainsi que son neveu, Jacques Rivereau, vicaire. Tous les deux prêtres réfractaires, ils s'exilèrent cette année-là pour l'Espagne.

Tous les biens du prieuré sont vendus comme biens nationaux le 11 avril 1791, hormis le prieuré proprement dit, une maison et quelques terres qui sont mis sous séquestre. En 1798, après des enchères publiques, ils sont attribués à Jean Touzeau. La borderie du prieuré, dont le curé jouit à titre personnel, est vendue en 1791 comme bien national à Jean François Nicolas Porteau qui périt, victime de la guerre civile en 1794 comme trois de ses jeunes enfants. Son frère, Louis François deviendra maire de Saint-Paul-Mont-Penit de 1819 à 1826. Depuis, le prieuré reste aux mains de propriétaires privés. Pendant deux siècles, il est loué en deux parties : l'une en ferme et l'autre est utilisée par ses propriétaire. Pendant de nombreuses années, c'est un atelier de menuiserie charpenterie.

  • Église Saint-Paul.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Reconduit dans ses fonctions le 29 juillet 1852.
  2. Maintenu dans ses fonctions en août 1860.
  3. Reconduit dans ses fonctions le 15 mai 1874, le 8 octobre 1876 et le 23 janvier 1881.
  4. Réélu le 18 mai 1884.
  5. Réélu le 20 mai 1888, le 15 mai 1892, le 17 mai 1896, le 20 mai 1900, 15 mai 1904 et le 27 mai 1908.
  6. Réélu le 19 mai 1912 et le 10 décembre 1919.
  7. Réélu le 17 mai 1925 et le 11 mai 1928.
  8. Réélu en 2001 et 2008.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 7295 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Saint-Paul-Mont-Penit », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  9. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 12 juin 2011)


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :