La Faute-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Vendée
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Vendée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

La Faute-sur-Mer
La plage des Bélugas vue en direction du sud-est vers la pointe d'Arcay et La Rochelle.
La plage des Bélugas vue en direction du sud-est vers la pointe d'Arcay et La Rochelle.
Blason de La Faute-sur-Mer
Blason
La Faute-sur-Mer
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables d'Olonne
Canton Mareuil-sur-Lay-Dissais
Intercommunalité Sud-Vendée-Littoral
Maire
Mandat
Patrick Jouin
2014-2020
Code postal 85460
Code commune 85307
Démographie
Gentilé Fautais, Fautaise
Population
municipale
684 hab. (2014)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 58″ nord, 1° 19′ 17″ ouest
Altitude 3 m (min. : -2 m) (max. : 17 m)
Superficie 7,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Faute-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Faute-sur-Mer
Liens
Site web Site officiel

La Faute-sur-Mer est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Une partie du territoire de la commune a été l'objet de plusieurs épisodes de submersion marine, dont un en février 2010, conséquence de la tempête Xynthia.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En poitevin, la commune est appelée La Fàute (prononcé [la fˈaʊt])[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La Faute-sur-Mer est placée sur une petite bande de terre côtière de l'extrême-sud de la Vendée.

À l'ouest, la commune est bordée, sur 8 kilomètres, par une plage de sable ininterrompue se terminant par un espace réservé au naturisme. Elle est donc naturellement devenue une petite station balnéaire.

À l'est, elle est bordée par le fleuve du Lay qui la sépare du petit port de L'Aiguillon-sur-Mer. Deux ponts (un pour piétons, un pour voitures) relient les deux communes jumelles.

Du sud au nord, on peut diviser la commune en trois zones :

Le territoire municipal de La Faute-sur-Mer s’étend sur 726 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 3 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 0 et 17 mètres[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1462. Le nom de La faute apparait dans une sentence prise en faveur de Lieu Dieu en Jard en 1462 à propos d'un marais " assis en Talmondais avenant envers la Faulte et Tranché".
  • 1603. Nicolas Herpin en 1603 mentionne « la gueule de la Faute ».
  • « Le passage de Loix et le fier d'Ars estoient tellement gelez qu'on y passoit librement sur la glace , comme l'on faisait le semblable à la gueule de la Faulte. »
  • 1621. Nous retrouvons ce nom de La Faulte, Pointe de la Faulte, dans un écrit concernant des combats entre les calvinistes et le Roy. Il y ai mentionné des fortifications au niveau de la pointe de la Faute destinées à protéger l'embouchure du Lay 28 juin 1621.
  • 1627. Lors du blocus de l'Ile de Ré par les Anglais, Richelieu réussit à faire ravitailler partiellement les assiégés par de petits navires partant du Plomb, de la Faulte, de l’Esguillon, de la Tranche, qui traversent de nuit chaque fois que les conditions le permettent.
  • 1676. La mention de la carte de Sainte Colombe. « La Faute ou embouchure de la rivière Saint Benoist. »
  • 1677. Mémoire de la Favolière. «  La rivière de Saint-Benoist dit-il qui se descharge entre les battures de la Faute » Service Hydrographique de la Marine Archives vol 29
  • En 1702 sur une carte hydrographique de la marine montre la Pointe de La Faute au niveau de la sortie du pont actuel. La pointe du rocher se trouve au niveau du casino actuel. C'est l'amorce de la pointe d'Arçais.
  • 1728. Port Puant. C'est la première mention connue du Port Puant. « … et que la seule pesche qu’on puisse regarder comme pesche de mer est celle de moules qu’on recueille de basses mers au Port Puant qui est à l’embouchure du Lay du coté de la Tranche…. » Ref : Pêches et pêcheurs du domaine maritime et des îles adjacentes de Saintonge, d'Aunis et du Poitou, au XVIIIe siècle
  • 1756-1763, guerre coloniale franco-anglaise. « L'Etat du corps de garde de la Faute est en bon état car toujours habité. » Ref : Rapport de l’Etat de la côte du bas Poitou. 1755/ SHAT Vincennes.  «  Occupé par la ferme, en bon état, tout y étant. Il seroit de propos d'établir s'il est possible une batterie sur la pointe de la Roche, qui deffendroit l’embouchure de la rivière du Lay ou de St Benoist, qui croiseroit avec celle de la pointe du coquillon, et du rocher. » Ref : Rapport sur les corps de garde de la cote du Poitou 1756/ SHAT Vincennes
  • 1780. En 1780, le comte de Loynes propriétaire du marais de Moricq, céda par arrentement de 2 500 livres par an, à un nommé Chauveau Gaborit, le territoire environnant l’anse des Roulières.
  • 1784. Le bail a été signé le 28 mars 1784. Il est mentionné comme bail à rente foncière amortissable. "Consenti par messire Gabriel Simon Leger Justin de Loynes de la Marzelle, comme mari et maître des droits de dame Catherine Gaudin, son épouse,et faisant pour messire Jean-Baptiste Symon de Galisson et dame Marie-Anne Gaudin, son épouse, à Jean Chauveau, cabanier, et Jeanne Gaboriau sa femme, des parts et portions qu'ils ont dans les relais de la Faute situé paroisse de la Tranche, moyennant 240 livres de rente".
  • 1794. Assassinat et incendie au lieu dit « les Vieilles Maisons. » «  Aujourd’hui, vingt-sept Thermidor de l’An II de la République (14 Août 1794), une et indivisible, sur le rapport qui nous a été fait par le citoyen Charles Rebiffe, sous-lieutenant des Préposé à la Police du commerce extérieur, que les brigands se sont portés à la Faute dans cette commune, maison de la veuve Jean Chauveau où ils auraient commis un assassinat considérable, Nous, officiers municipaux assistés de l’agent national et de Pierre Richard, notre greffier, nous nous sommes transportés au lieu dit La faute où nous avons reconnu Jean Rabillard, Jean Touvron et Pierre Nauleau, massacrés de plusieurs coups de sabre à la tête et le dit Pierre Nauleau, percé sur les deux poitrines. A l’insatnt a comparu Nicolas Chauveau qui nous a déclaré que Pierre et Jacques Chauveau, les deux frères, avaient été massacrés dans le même moment aussi de plusieurs coups de sabres à la tête et que le dit Jacques Chauveau, le plus vieux d’eux, avait eu la gorge percée de part en part par la pointe d’un sabre et le dit Pierre Chauveau a reçu deux coups de pistolet dans les cotes qui ont traversé. Après quoi nous officiers municipaux avons requis une charrette et quatre bœufs du citoyen Louis Bergeonneau pour conduire les cadavres des citoyens Jean Touvron, Jean Rabillard et Pierre Nauleau au lieu ordinaire de la sépulture de cette commune, et fait ensevelir les deux frères dans la commune de L’Aiguillon… » Ref : Archive de Vendée. Roger Eraud, Petite histoire de la baie de  l’Aiguillon et de l’Aiguillon Sur Mer
  • Le cadastre napoléonien de 1811 la nomme La Faute et la décrit comme une suite de dunes incultes parsemées de vasières appelées lais de mer et ne comportant que trois petits bâtiments situés en un lieu appelé le Port Puant.
  • Le premier village de La Faute est créé en 1829 par les héritiers Chauveau, famille qui possède les terrains depuis la fin du XVIIe siècle (1780).
  • Des villas balnéaires furent construites au début du XXe siècle, probablement avec l'arrivée du chemin de fer (en 1901) dans la commune voisine de L'Aiguillon-sur-Mer.
  • 1901. « La saison balnéaire. La saison des bains est maintenant presque terminée. Il n'est pas sans intérêt de  se demander combien de voyageurs ont pu visiter notre ville, tout en se rendant à la plage située en face au village de la Faute. À partir du 14 août, date de l'ouverture du fonctionnement de la ligne de Chantonnay-Sainte-Hermine-Luçon-L'Aiguillon-Port, plus de 6,200 voyageurs sont venus prendre des bains. En une seule journée, le 1er septembre, 1028 personnes ont pris le bac pour aller de l'Aiguillon à La Faute. Nous espérons que l'année prochaine le nombre des visiteurs sera encore plus grand. La construction d'un pont sur le Lay deviendra alors nécessaire. » Avenir et indicateur de la Vendée.
  • Un pont sera construit entre les deux communes pour traverser le Lay en 1909.
  • Le pont sur le Lay, entre l'Aiguillon-sur-Mer et la Faute, étant achevé et livré à la circulation, le bac départemental qui assurait le passage en ce point, n'est plus utilise. Archive de Vendée.
  • Le hameau de La Faute sur Mer a été érigé en commune par séparation d'avec la Tranche-sur-Mer le 18 décembre 1953, devenant la 307e commune de Vendée.
  • Un premier pont à voie unique et travée roulante a été établi sur le Lay en 1910 en remplacement d'un passage par bac. Il a été doublé d'un second pont à double voie en 1960.
  • La Faute est devenue une petite station balnéaire populaire du Sud de la Vendée.

Les submersions marines[modifier | modifier le code]

Plusieurs épisodes de submersion marine ont été répertoriés :

Le 27 octobre 1882, une marée de coefficient important cause de très graves dégâts aux digues des prises de La Faute-sur-Mer, et trois d'entre elles sont submergées par les eaux de la mer.

Le 21 mars 1928, à la suite d'une marée de coefficient 110, accompagnée de vents violents de sud-ouest, le bourg de La Faute-sur-Mer est réduit à une île, les secteurs de la Vieille Prise et de la Jeune Prise (à proximité de l'actuel barrage du Braud) étant submergés (sur 120 hectares environ). Le journal L'Ouest-Éclair écrit le , sous le titre « Une partie du littoral vendéen menacé par la mer »[4] :

« Plus de 120 ha ont déjà été gagnés par les eaux. Mais le village de La Faute-sur-Mer, au sujet duquel on avait de sérieuses craintes, paraît momentanément, grâce aux travaux de fortune exécutés, hors de danger. (...) La mer a creusé un chenal dans la dune où la première brèche fut ouverte. La gendarmerie, par mesure de sécurité, en éloigne les curieux, en raison des éboulements de sable sur la rive gauche du Lay. Plus de 450 habitants des communes de L'Aiguillon, Grues et Saint-Denis ont été alertés pour la surveillance de la digue du Fenouillet qui protège 7 000 hectares. L'anxiété est moins grande à La Faute, mais que réservent les prochaines grandes marées et à quand l'exécution d'un projet de défense sérieux ? »

À la suite de cet événement, la construction d'une digue le long de l'actuelle RD 46, à la hauteur de la Belle-Henriette, est entreprise.

Le 14 mars 1937, une tempête avec vents violents conjuguée à une forte marée d'équinoxe provoque une brèche dans la digue de protection du hameau de la Faute et des digues de l’Aiguillon-sur-mer et de Triaize. La submersion menace les secteurs habités de la Faute[5].

Le 16 novembre 1940, une marée de coefficient 88 provoque la submersion de très nombreuses digues du front de mer et l'inondation des terres dans les communes de Saint-Michel-en-l’Herm, La Tranche-sur-Mer, L'Aiguillon-sur-Mer et La Faute-sur-Mer, Champagné-les-Marais et Triaize[6].

La Faute-sur-Mer a été l'une des communes de l'Ouest de la France les plus touchées par la tempête Xynthia, le 28 février 2010[7],[8]. 29 victimes sont à déplorer uniquement sur le sol de la commune[9]. À la suite de ce drame, le préfet de la Vendée a rendu publique une « zone noire » dans laquelle 674 maisons doivent être détruites, leurs propriétaires devant être indemnisés par les assurances et les pouvoirs publics. Le magazine Zone interdite diffusé le 30 janvier 2011 sur M6[10], relate les évènements et analyse le manque de précaution prise par l'équipe municipale dans la prévention du risque d'inondation. Plus d'une centaine de personnes ont porté plainte avec constitution de partie civile à la suite du drame, afin de comprendre ce qu'il s'est réellement passé.

Le procès « Xynthia » se déroule aux Sables d'Olonne à partir du 15 septembre 2014 et est considéré par l'État comme un procès hors-norme[11]. Le Procureur de la République, durant son réquisitoire, a pointé du doigt la « frénésie immobilière » qui s'est emparée de la commune.

Le 12 décembre 2014, le jugement est rendu par le Tribunal correctionnel des Sables-d'Olonne. L'ancien maire et actuel conseiller municipal René Marratier a été condamné à quatre ans de prison ferme et 30 000 € d'amende, tandis que son ancienne adjointe, Françoise Babin, est condamnée à deux années de prison ferme et 75 000 € d'amende. C'est la première fois que des élus jugés pour faute non intentionnelle sont condamnés à de la prison ferme[12].

Le tribunal, suivant l'avis de l'avocate des victimes Corinne Lepage, considère qu'ils sont en partie responsables de la catastrophe qui s'est déroulée dans leur commune, estimant qu'ils « connaissaient parfaitement les risques d'inondation dans la station balnéaire mais les avaient intentionnellement occultés pour ne pas entraver la manne que représentait l'urbanisation. »[12]

René Marratier, lui, s'insurge contre la décision, prétendant être le « lampiste bouc émissaire de la situation » et l'un de ses avocats, maître Didier Seban, dénonce une « décision déraisonnable » dans un « procès de sorcellerie »[13]. Ces derniers comptent cependant faire appel de la décision.

Début 2015, cinq ans après, la ville apparaît durement touchée par les conséquences de la tempête : elle ne compte que 730 habitants au lieu de 1000 auparavant, a vu 600 habitations rasées (soit 20 % du territoire de la commune), les commerçants ont perdu 25 % de leur chiffre d'affaires et l'école risque de fermer. Le plan d'urbanisme établi après la tempête, qui interdisait toute construction sur 80 % du territoire communal, a été annulé par le tribunal administratif en janvier grâce à la mobilisation d'habitants regroupés dans l'Association pour la défense des propriétaires fautais (ADPF). La construction d'habitations sur pilotis est envisagée[14].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti d'or et d'azur au soleil non-figuré de gueules chargé d'un bateau d'or à deux voiles cousues d'azur, brochant sur la partition.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1954 1959 Jules Dudit    
1959 1965 Jules Violet    
1965 1971 Pierre Veie    
1971 1977 Maurice Roiland    
1977 1977 Louis Daviet    
1977 1983 Marcelle Bernier    
1983 1989 Joseph Girard PS  
1989 2014 René Marratier[15]   Transporteur retraité
en cours Patrick Jouin[16] DVG Administrateur territorial consultant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Statistiques du hameau de La Faute dépendant de la commune de La Tranche.

1841 1851 1861 1872 1881 1891 1901 1911

63 55 74 100 135 128 167 168

Sources : Archive de la vendée

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1954. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 684 habitants, en diminution de -25,33 % par rapport à 2009 (Vendée : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
390 536 587 698 693 885 905 1 008 740
2014 - - - - - - - -
684 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006 [20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Sainte-Thérèse

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 137.
  2. « Commune 4044 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  3. « La Faute-sur-Mer », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  4. Journal L'Ouest-Éclair no 9648 du 25 mars 1928, [lire en ligne].
  5. Historique de la commune
  6. Préfecture de la Vendée. Notice de présentation du projet de Plan de prévention du risque d'inondation, 2011.
  7. Fernand Verger, « À propos des inondations récentes de la région de l’Aiguillon-sur-Mer, en Vendée », EchoGéo, Sur le vif 2010, mis en ligne le 07 mai 2010.
  8. Étienne CHAUVEAU, Céline CHADENAS et al., « Xynthia : leçons d’une catastrophe », Cybergeo : European Journal of Geography, Environnement, Nature, Paysage, article 538
  9. Ouest-France du mercredi 3 mars 2010
  10. L'enregistrement de zone interdite en ligne
  11. http://pays-de-la-loire.france3.fr/2013/11/29/les-sables-dolonne-le-proces-xynthia-aura-lieu-aux-atalantes-367465.html
  12. a et b « Procès Xynthia : quatre et deux ans de prison pour l'ancien maire et son adjointe », sur Le Parisien,‎ (consulté le 12 décembre 2014)
  13. « Procès Xynthia : "Je suis le bouc émissaire", estime l'ex-maire de La Faute-sur-Mer », sur France TV Info,‎ (consulté le 12 décembre 2014)
  14. Angélique Négroni, « Cinq ans après Cynthia, la Faute se meurt », Le Figaro, samedi 28 / dimanche 1er mars 2015, page 9.
  15. « Xynthia : quel maire était René Marratier ? », Ouest-France,‎ .
  16. « Patrick Jouin est le nouveau maire de la commune », Ouest-France,‎ .
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  21. [1]
  22. [2]

Recherches personnelles Serge Barbereau

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :