Bataille de Pont-Charrault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille de Pont-Charrault
Description de cette image, également commentée ci-après
Croix commémorative élevée à L'Oie par le Souvenir vendéen.
Informations générales
Date
Lieu Mouchamps, Saint-Vincent-Sterlanges et L'Oie
Issue Victoire vendéenne
Belligérants
Drapeau de la France République françaiseDrapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Louis de Marcé
Henri de Boulard
• Esprit de Baudry d'Asson
Joseph Niou
Narcisse Trullard
Charles de Royrand
Louis Sapinaud de La Verrie
Charles Sapinaud de La Rairie
• Auguste de Béjarry
Amédée de Béjarry
• Gabriel de Baudry d'Asson
• Aimé de Vaugirard
• Jacques Louis de Verteuil
• Mathieu de Verteuil
• William Bulkeley
Forces en présence
2 300 hommes[1],[2]
8 canons[3]
5 000 à 6 000 hommes[1],[2]
Pertes
300 à 500 morts[4]
200 à 300 prisonniers[4]
1 canon capturé[5]
250 morts[6]

Guerre de Vendée

Batailles

Coordonnées 46° 45′ 50,3″ nord, 1° 06′ 18″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Vendée
(Voir situation sur carte : Vendée)
Bataille de Pont-Charrault
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Bataille de Pont-Charrault
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Pont-Charrault

La Bataille de Pont-Charrault[A 1], aussi appelée Bataille de Gravereau ou Bataille de la Guérinière, est une embuscade tendue aux troupes de la République par les paysans insurgés de Vendée le . Elle a lieu au nord de Chantonnay, aux alentours du pont de Gravereau, sur le Petit Lay. Les paysans vendéens remportent ce jour-là une grande victoire sur les troupes républicaines.

Prélude[modifier | modifier le code]

Le Pont-Charron, gravure de Thomas Drake, vers 1850.

Au début du mois de , l'ouest de la France est secoué par de nombreux soulèvements contre la levée en masse. Dans l'est du département de la Vendée, les insurgés s'emparent le 13 mars de Montaigu et des Herbiers, avant de mettre en déroute la garde nationale de Fontenay-le-Comte au carrefour des Quatre-chemins, à L'Oie, au sud de Saint-Fulgent[7]. Le détachement républicain se replie sur Sainte-Hermine après avoir eu entre 25 et 30 tués[3].

À La Rochelle, au sud du territoire insurgé, la 12e division militaire est sous le commandement du général de division Marc-Antoine Malleret de Verteuil, qui est secondé par les colonels Henri de Boulard et Esprit de Baudry d'Asson[8]. Le , en réponse à un appel à l'aide lancé par les districts des Sables-d'Olonne et de Challans, Verteuil annonce l'envoi de renforts[9],[10],[11]. Le , le général de division Louis de Marcé arrive à La Rochelle avec 900 hommes rassemblés à Rochefort[12]. Verteuil semble avoir eu initialement le projet de secourir les Sables, mais dans la nuit du 13 au , les républicains reçoivent un courrier de Sainte-Hermine avertissant que la route de Nantes est barrée par les rebelles, estimés à près de 10 000, et que les ponts au nord de Chantonnay ont été coupés[3]. L'objectif initial est alors modifié, à la demande ou avec l'accord du représentant en mission Joseph Niou[3],[7]. Le 14, le général Marcé sort de La Rochelle avec une colonne de 1 100 à 1 200 hommes et quatre canons et s'engage sur la route de Nantes[3],[13],[12].

Le , les insurgés prennent Chantonnay après un combat contre les gardes nationaux de Fontenay[7],[5],[14],[15]. Le 16 mars, Marcé arrive à Sainte-Hermine[5],[16] avec 1 200[7] à 1 300[2] hommes. Le 17, il se porte sur Chantonnay avec une avant-garde de 500 hommes[5],[16]. Le bourg est repris par les républicains et les Vendéens se replient sur L'Oie en laissant 40[5],[17] à 100[7] morts et trois canons[5],[16] sur le terrain. Marcé reçoit des renforts le même jour[2] et annonce son intention de poursuivre sa marche jusqu'à Nantes[2],[5],[16].

Le 18 mars, la commission civile de Sainte-Hermine réquisitionne des chevaux et des chariots pour approvisionner la colonne en nourriture[18],[19].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Lorsque la colonne de Marcé quitte La Rochelle le , elle ne compte qu'un peu plus d'un millier de combattants : soit 400 hommes tirés des 2e, 3e et 4e bataillons de volontaires de la Charente-Inférieure, 500 hommes de la garde nationale de Rochefort-sur-Mer dont 100 cavaliers, 150 hommes de la garde nationale de La Rochelle, 140 hommes du 4e régiment d'infanterie de marine, 50 hommes du 60e régiment d'infanterie, un peloton de la gendarmerie et quelques canonniers avec quatre pièces de campagne[1]. La colonne est cependant renforcée en cours de route par plusieurs centaines de gardes nationaux, venus notamment de Surgères, Chaillé-les-Marais, Luçon, Marans, et peut-être de Niort et Saintes, avec quatre canons[1]. La plupart des combattants sont sans expérience du combat et certains manquent de munitions[1],[2]. Au total, Marcé déclare disposer de 2 000 hommes lorsqu'il entre dans le territoire insurgé[1]. Verteuil, dans son rapport du au ministre de la guerre, évoque 2 400 hommes avec neuf canons[20]. Deschamps, commissaire du département des Deux-Sèvres, annonce 3 500 hommes le [1],[21]. Les représentants en mission Niou et Trullard font quant à eux état de 2 300 hommes avec huit canons dans leur rapport à la Convention nationale[1],[22]. Ce dernier nombre est retenu par les historiens Jean-Clément Martin[2], Alain Gérard[13],[23],[24], Roger Dupuy[17] et Claudy Valin[1]. L'artillerie est quant à elle constituée de huit à neuf canons selon Alain Gérard[13].

Les insurgés vendéens, rassemblés entre le 16 et le au camp de L'Oie, sont entre 5 000 et 6 000, armés de fusils, de piques et de faux[25],[2],[13]. Ils sont commandés par différents chefs : Charles de Royrand, Louis Sapinaud de La Verrie, Charles Sapinaud de La Rairie, les frères Auguste et Amédée de Béjarry, Gabriel de Baudry d'Asson, Aimé de Vaugirard, Jacques Louis de Verteuil, Mathieu de Verteuil, William Bulkeley et Charles-François de Chouppe[25].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Carte de la bataille de Pont-Charrault.
Vue en 2017 du pont de Gravereau sur le Petit Lay.

Bien que généralement désigné sur le nom de « bataille de Pont-Charrault »[26] à cause d'imprécisions dans les comptes rendus républicains initiaux[27], le combat se déroule au nord de Saint-Vincent-Sterlanges, dans le vallon de la Guérinière, entre le pont Gravereau sur le Petit Lay, au sud, et le pont de la Basse-Rivière sur le Vendronneau, au nord[28],[2],[5].

Le , les républicains commencent à se mettre en mouvement mais ils trouvent le pont Gravereau coupé et infranchissable[28],[5],[23],[29]. À h, les 200 hommes de l'avant-garde cantonnée à Saint-Vincent-Sterlanges, sous les ordres de l'adjudant-général Frésat, commencent les travaux pour rétablir le passage[30]. À 12 h 30, Marcé sort de Chantonnay avec le gros de sa colonne[13],[23]. Les représentants en mission Niou et Trullard l'accompagnent[13],[5]. Les conditions climatiques sont difficiles : le temps est froid, pluvieux, et venteux[25]. Après avoir dépassé Saint-Vincent-Sterlanges, Marcé rejoint son avant-garde vers 14 h[30]. Mais une fois le pont Gravereau franchi, les républicains trouvent le pont de la Basse-Rivière coupé à son tour[28],[5],[23]. Le temps d'effectuer les travaux nécessaires, les soldats patientent en file dans le vallon de la Guérinière[28],[5],[23].

Vers 15 ou 16 h[5],[29], alors que les réparations sur le second pont sont presque achevées[30],[31], une troupe est signalée du côté de Saint-Fulgent[5],[29]. Les républicains hésitent. Certains pensent à une attaque ennemie, mais d'autres croient reconnaître le chant de La Marseillaise et pensent que des renforts patriotes arrivent de Nantes[32],[13],[5]. Sur l'ordre des représentants, une trompette et un ou deux aides de camp sont envoyés en reconnaissance[32],[5],[22]. Deux heures se passent encore dans l'inaction[13],[32],[6]. Marcé entreprend même de faire bivouaquer ses troupes[32],[6],[17]. Les émissaires reviennent ensuite pour lancer l'alerte, mais trop tard, les Vendéens sont sur leurs talons et lancent l'attaque[32],[5]. Les paroles chantées étaient celles de La Marseillaise des Blancs[13],[5],[33].

Le combat s'engage vers 18 ou 19 h[25], peu de temps avant la tombée de la nuit[5],[32],[6]. Les Vendéens prennent position dans les bois et sur les hauteurs, d'où ils ouvrent le feu[5]. Après les premières salves, les combats tournent au corps-à-corps[25]. Sur l'aile gauche, les gardes nationaux cèdent à la panique, qui se communique rapidement à toute l'armée[32],[5],[6],[34]. En quelques heures, les républicains sont totalement mis en déroute[25],[A 2].

Les fuyards traversent Saint-Vincent-Sterlanges et Chantonnay, puis atteignent Sainte-Hermine entre 3 et h[5],[6],[13]. Les représentants Niou et Trullard y sont rejoints par leurs collègues Pierre-Jean-Baptiste Auguis et Jean-Louis Carra, venus de Fontenay-le-Comte[13],[35]. Marcé arrive à Sainte-Hermine à h et est aussitôt destitué par les représentants en mission[36],[13]. Les officiers ne parviennent cependant pas à rallier leurs hommes et la fuite reprend le lendemain matin, ne s'arrêtant qu'à La Rochelle[5],[6]. Les premiers fuyards atteignent la ville le à h[36]. Les quatre représentants en mission arrivent en ville vers 20 ou 21 h[36],[20]. Marcé les suit de peu[20] et est parmi les derniers à rentrer[5],[6]. D'autres soldats refluent sur Niort[5].

Pertes[modifier | modifier le code]

Le bilan humain n'est pas connu avec précision, aucun état officiel n'est dressé et les registres de décès des communes situées dans le périmètre des combats ont disparu[4]. Du côté des républicains, Jean-Baptiste Martineau annonce 300 morts dans une lettre adressée le à son collègue Jean-François Goupilleau, député à la Convention nationale[4]. Amédée de Béjarry donne d'après les notes de son grand-père Amédée-François-Paul de Béjarry un bilan de 400 à 500 morts et de 200 à 300 prisonniers[4],[37]. Auguste Billaud, Yves Gras et Émile Gabory évoquent quant à eux un bilan de 500 morts[4],[6],[5]. Les républicains laissent également aux mains des insurgés un canon, un grand nombre de fusils, 2 400 cartouches et un millier de poudre[5].

Du côté des Vendéens, Yves Gras parle de 250 tués[6]. Amédée de Béjarry donne un bilan de seulement six tués et 20 à 30 blessés d'après les déclarations d'un chef insurgé, Dominique Ussault[37]. Parmi les tués figurent un chef, Sapinaud de Bois-Huget[5].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Vue en 2017 du Pont-Charron, sur le Grand Lay.

À La Rochelle, l'annonce de la défaite provoque une stupéfaction générale et la peur des « brigands » se propage[38]. Le , quatre prêtres réfractaires[A 3] originaires des environs de Bressuire et incarcérés depuis , sont sortis de la prison de l'hôtel de ville pour être transférés à l'île de Ré[39],[40],[41]. Mais en chemin, ils sont massacrés par une foule de 200 à 300 personnes et leurs corps sont décapités, émasculés ou dépecés[39],[40],[41],[42]. Le lendemain, deux religieux de Saint-Laurent-sur-Sèvre[A 4] sont débarqués à La Rochelle par un navire venu des Sables-d'Olonne et à leur tour massacrés et dépecés[43],[40],[44].

Après avoir été destitué, le général Marcé est arrêté le soir du et incarcéré à l'hôtel de ville de La Rochelle sur ordre des représentants en mission[36],[6],[17]. Il est remplacé par son second, le colonel Henri de Boulard, du 60e régiment d'infanterie[45],[6],[17],[46]. Le , Niou et Trullard rédigent leur rapport et rejettent la responsabilité de la défaite sur le général Marcé qu'ils accusent d'inaction[47],[6],[22]. Dans ce rapport, Niou affirme avoir conseillé à Marcé de quitter la position occupée par les républicains avant l'attaque des Vendéens[13],[5],[22]. Cependant la version des représentants est contredite par Boulard qui, dans son rapport rédigé le pour le ministre de la guerre[31] et dans sa déposition du devant les commissaires du district et de la commune de La Rochelle[30], affirme que le représentant en mission a cru en l'arrivée de renforts patriotes et a défendu d'ouvrir le feu[13],[5],[30],[A 5]. Niou et Trullard se bornent à parler d'une défaite « bien étrange et bien cruelle »[47], cependant les représentants en mission Auguis et Carra vont plus loin[47]. Ayant assisté à la déroute des troupes alors qu'ils étaient à Sainte-Hermine[45],[49], ces derniers accusent Marcé de « la plus lâche impéritie » ou de « la plus lâche trahison »[47],[50],[49]. Ils font également arrêter son fils aîné[13], âgé de 18 ans[10], en affirmant avoir de bonnes raisons de croire qu'ils ont tous deux trempé dans le complot du marquis de La Rouërie[51],[47],[49]. De plus, dans un climat de suspicion envers les aristocrates, les deux représentants, après avoir appris qu'un des chefs insurgés se nomme Verteuil, en déduisent qu'il doit s'agir du fils de Marc-Antoine Malleret de Verteuil, le commandant en chef de la place de La Rochelle, et envisagent également de le destituer[50],[47],[49]. Cependant la parenté entre le général républicain et le chef insurgé est assez lointaine et Verteuil demeure à son poste encore trois mois[50]. Enfin le , Auguis et Carra font un rapprochement avec la trahison en Belgique du général Dumouriez en affirmant que la date de sa trahison à la bataille de Neerwinden est la même que celle de la défaite de Marcé[52],[41],[53] et en ajoutant que Dumouriez a servi comme maréchal de camp en Vendée de 1791 à 1792[50]. Ils concluent qu'il n'y a « plus de doute sur un complot général, Marcé et Dumouriez étaient d'accord »[50],[52],[53].

La nouvelle de la déroute du Pont-Charrault arrive à Paris le et provoque la stupeur des députés de la Convention nationale qui jugent incompréhensible la défaite de troupes de ligne face à des paysans et ne l'expliquent que par une trahison[42]. Le député Lecointe-Puyraveau évoque une conspiration anglaise[42]. Tallien déclare que Marcé ne peut être qu'« un imbécile ou un traître »[42]. Barère demande à ce que Marcé soit jugé par une cour martiale à La Rochelle[42]. Mais Robespierre intervient et insiste pour que le général passe en jugement à Paris, devant le Tribunal révolutionnaire[54]. Écroué en mai à la prison de l'Abbaye[53], Marcé est effectivement traduit devant le Tribunal révolutionnaire le et mis en jugement le [45]. Dans son réquisitoire, Fouquier-Tinville accuse le général d'avoir « méchamment et à dessein, trahi les intérêts de la République [...] en favorisant le progrès des armes des brigands sur son territoire »[45],[55]. Le tribunal porte quant à lui dans son jugement des griefs de trahison, de négligence et d'indignité en reprochant à l'officier de ne pas avoir ordonné « une retraite devenue nécessaire » et d'avoir abandonné « par une fuite lâche et criminelle, les troupes en désordre et l'artillerie exposée ; ce qui a fait perdre à la République de généreux défenseurs et a procuré aux révoltés des progrès monstrueux »[45]. Condamné à mort, Marcé est guillotiné le [41].

Pour l'historien Jean-Clément Martin : « Aussi grave qu'il a pu être, l'échec de Marcé est simplement dû à la médiocrité des moyens militaires des révolutionnaires et à leur manque de volonté. Les troupes de ligne dont dispose la région qui s'étend de Nantes à La Rochelle sont peu nombreuses. L'obsession d'un débarquement anglais sur les côtes oblige le stationnement permanent de troupes dans les ports, ainsi que dans les îles, qui commandent la côte »[56].

C'est après cette bataille, ayant eu lieu en plein cœur du département de la Vendée, que tous les insurgés de l'Ouest commencent à être qualifiés de « Vendéens » et que le conflit devient la « guerre de Vendée », alors que l'insurrection concerne pourtant de nombreux autres départements[57],[58]. Selon l'historien Jean-Clément Martin : « La Vendée est née de la dénomination de « guerre » à propos de la bataille perdue le au milieu du département de la Vendée »[57]. Après cette bataille : « La formule « les rebelles du département de la Vendée et autres circonvoisins » est consacrée par son usage dans les débats qui suivent, attribuant à la Vendée seule, c'est-à-dire à ses administrateurs considérés comme incapables, la responsabilité de la guerre civile. La « guerre de Vendée » trouve son origine dans cette lecture, acceptée bien évidemment par les administrateurs des départements environnants qui peuvent insister sur leurs qualités républicaines. En juillet et en août 1793, les patriotes du département de la Vendée s'adresseront à la Convention pour que la dénomination de la guerre change et ne les stigmatise pas. En vain. [...] Dans la compétition qui s'engage entre les départements de l'Ouest pour désigner ceux qui sont les meilleurs républicains, les Deux-Sèvres mettent en valeur leur propre vigilance contre les royalistes, comme le Maine-et-Loire et la Loire-Inférieure, qui laissent, tous, la guerre s'appeler « de Vendée ». N'en déplaise donc à ses administrateurs, la Vendée est ainsi devenue, en quelques jours, terre de subversion, d'autant plus qu'elle est amalgamée avec les complots contre-révolutionnaires »[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « « Ainsi ce n'est que récemment que l'on a montré que la bataille dite de Pont-Charrault, point de focalisation initial de la « guerre de Vendée », s'était déroulée au pont de Gravereau près de la Guérinière, au cœur du département. », Christine Le Bozec, Eric Wauters, Pour la Révolution française : Recueil d'études en hommage à Claude Mazauric, Université de Rouen, 1998, p. 517 (Une note renvoie à C. Valin, La bataille inaugurale dite de Pont-Charrault, J.-C. Martin dir., La Vendée et le Monde, Enquêtes et Documents, no 20, 1993, Ouest-Éditions - Université de Nantes, p. 35-64). Le Pont-Charron se situe sur la rivière le Grand Lay, plus au sud, sur la route (actuelle RD 31) reliant Chantonnay à l'ancienne commune de Saint-Philbert-du-Pont-Charrault. »

  2. « Alors, on ne douta plus que ce ne fût l'armée des Brigands. D'après cela, Marcé ordonna que l'on achevât le pont, ce qui fut fait. Mais, comme depuis le commencement de cette incertitude cela avait employé à peu près deux heures, les ennemis avaient profité de ce moment pour faire couler, par leur droite et par leur gauche, des troupes cachées derrière des haies. Marcé reconnut qu'il était trop tard pour continuer sa marche. Il lui fit part, à lui déposant, du dessein qu'il avait de conserver les deux ponts rétablis, en faisant rester au second la troupe au bivouac, et en ajoutant pour la nuit des précautions telles que porter des bataillons sur les ailes droite et gauche de la colonne, un fort détachement près du second pont, une arrière-garde au premier pont; près de SaintVincent, un autre détachement capable de s'y maintenir et d'empêcher que les ennemis ne cherchassent à le couper. En conséquence de ces ordres, lui déposant se transporta sur l'aile gauche de la colonne avec le citoyen Touron; ils reconnurent ensemble la place que devait occuper un bataillon; ils revinrent à la tête de la colonne pour le chercher, et le citoyen Touron devait l'y conduire. Dans ce moment, la fusillade des ennemis commença à la tête de la colonne, vers la gauche et un peu en deçà du pont, très près de la colonne, attendu que la rivière, qui forme un angle rentrant, lui avait facilité de s'en approcher très près et même de se prolonger tout du long de ce flanc. Marcé changea tout à coup ses dispositions. Se voyant attaqué, il fit passer sur le flanc gauche de la colonne quelques bataillons, pour border les haies d'un petit plateau qui dominait la position des ennemis. Un de ces bataillons, composé presque tout de gens de campagne, et qui était encore éloigné du feu de l'ennemi, fit une décharge presque en l'air, sans voir personne, et ensuite prit la fuite sans pouvoir se rallier, malgré tous les moyens que l'on put employer pour y parvenir. Le déposant entendit dans ce même bataillon proférer le cri de « sauve qui peut! » Un instant après, le général Marcé fit porter deux bataillons sur le flanc droit. Quelques autres bataillons de la colonne suivirent l'exemple de celui qui prit la fuite. Le déposant assure qu'ils avaient tellement perdu la tête, qu'ils voyaient des ennemis partout où il n'y en avait point. Il se présenta devant un de ces bataillons, qui paraissait vouloir tirer; ayant regardé l'objet qui était devant eux et n'ayant rien vu, il dit : « Soldats, ne tirez point! il n'y a point d'ennemis ! » Et, au même moment, sans vouloir l'écouter, le feu fut exécuté en l'air, car le déposant, qui était à cheval devant le premier rang, ne reçut aucune blessure. Ce bataillon prit de même la fuite, et il fut également impossible de le rallier. Le déposant, revenant vers la tête de la colonne, chercha à rassurer encore d'autres bataillons. Il passa par derrière celui qui l'avoisinait, fit la même exhortation aux soldats qu'il avait faite au précédent bataillon; cela fut inutile, on se débanda, et lui déposant fut culbuté dans un fossé avec son cheval; il s'en retira par les grands efforts qu'il fit.

    Enfin, voyant qu'il ne pouvait rien gagner sur l'esprit du soldat, il retourna à la tête de la colonne, pour chercher à rassembler les fuyards après le passage du premier pont; cela fut tenté en vain. Le déposant chercha encore à les réunir au delà du village de Saint-Vincent ; cela n'eut pas plus de succès. Il tenta de les réunir sur le terrain où l'affaire du 17 se passa ; ce fut encore en vain. Il poussa jusqu'au village de Chantonnay; il n'eut pas plus de succès. Il poussa jusqu'au pont Charrault, espérant qu'éloigné de l'ennemi le soldat reprendrait le calme, ce qui n'eut pas lieu. Comme toutes ces différentes tentatives avaient été faites de concert avec

    Marcé, il se rendit lui déposant à Saint-Hermand, où enfin la troupe, excédée de fatigues par les sept lieues qu'elle venait de faire à la course, s'arrêta. Il était alors trois heures et demie du matin du mercredi 20 de ce mois[30]. »

    — Déposition d'Henri de Boulard devant les commissaire du district et de la commune de La Rochelle, le .

  3. Christophe Violleau, Charles Cornuault, Jean Ogeard et Louis Hullé, respectivement curés de La Chapelle-Gaudin, Noirterre, Noirlieu et Largeasse, tous sexagénaires[39].
  4. Jacques-Pierre Dauche, 47 ans, et André Verger, 34 ans[43].
  5. « A quatre heures, l'arınée entière [...] se trouvant entre les deux ponts, formée en colonne, plusieurs personnes ayant examiné le local sur lequel elle était, le trouvèrent extrêmement dangereux ; car c'était un chemin dominé par des hauteurs, couvertes de bois fort épais, et borné à ses extrémités par deux petites rivières, dont il fallait garder les ponts. D'après ces considérations, et la journée étant trop avancée, le citoyen Niou, par ordre de la Commission à la suite de l'armée, proposa de la faire retirer au-dessus de Saint-Vincent, où le pays était plus plat, et plus découvert ; le général ne jugea pas à propos de se rendre à cet avis.

    Une heure après, c'est-à-dire à cinq heures, à peu près, on annonça l'ennemi, et, en effet, il parut, formant une grosse colonne qui remplissait le chemin, sur une hauteur de bois épais, située à environ deux lieues du second pont. La retraite faite avec ordre jusqu'à la plaine de Saint-Vincent, où on pouvait déployer toutes les forces de l'armée, diriger l'artillerie, fut vainement proposée par le citoyen Niou au général Marce.

    Les rebelles ne bougeant pas, quelqu'un crut que le rassemblement qu'on apercevait pouvait être les troupes nationales qu'on attendait de Nantes. Le général se décida, d'après cela, à envoyer vers eux un trompette et deur aides de camp, qui revinrent bientôt, ayant été poursuivis par plusieurs cavaliers. Ne pouvant plus douter que les hommes qui étaient sur la hauteur ne fussent l'armée rebelle, on leur tira quelques coups de canon, qui ne leur firent aucun mal, étant hors de portée; mais on s'aperçut que la colonne filait dans les bois, et que l'armée pouvait être enveloppée. On avait déjà engagé le général, puisqu'il s'obstinait à garder son mauvais poste, à faire au moins des dispositions de défense; il s'était borné à envoyer quelques tirailleurs dans les bois. Niou avertit encore le général de la nécessité de prendre des mesures, il n'en resta pas moins dans l'inaction, et ce ne fut que lorsque les cris des rebelles annoncèrent leur grande proximité, que le général s'occupa de faire passer de forts détachements dans deux clairières adjacentes, pour couvrir ses flancs. Ce mouvement, fait avec précipitation, occasionna du désordre, donna de l'inquiétude. Enfin, les rebelles attaquèrent par une fusillade à laquelle nos détachements ripostèrent[22]. »

    — Rapport des représentants en mission Niou et Trullard adressé à la Convention nationale, le .

    « Vers les deux heures après midi, la totalité de l'armée s'étant réunie, on avait marché vers le second pont; qu'arrivé sur ce lieu on avait commencé à le rétablir, ce qui pouvait employer, de l'aveu de l'ingénieur géographe, un terme de trois quarts d'heure; que le pont à peu près achevé, les ennemis ayant paru sur la crète de la montagne opposée et dans la grande route qui conduit à Saint-Fulgent, le général Marcé avait ordonné de suspendre les travaux, et avait fait tirer deux coups de canon du calibre de 8 sur la colonne ennemie, qui paraissait éloignée de la position de l'armée de 1,000 à 1,200 toises; que le commissaire Niou, étant survenu, avait désapprouvé cette hostilité, disant que, s'il y avait été, il n'aurait pas souffert que l'on eût tiré, étant très persuadé, d'après ce qu'il venait d'entendre dire par diverses personnes dans la colonne, que la troupe qui était en face de l'armée de la République n'était pas celle des brigands, mais que c'etait celle de la légion nantaise, qui venait se réunir à ses frères d'armes. Le déposant lui observa que, depuis deux jours qu'il était en présence des brigands, il reconnaissait parfaitement leurs vedettes; il lui demanda cependant s'il avait des avis que cette réunion dût s'opérer. Il lui répondit que non. Cependant ledit commissaire insista dans sa croyance, d'après celle où il était d'entendre prononcer à la troupe qui était le sujet de la discussion, le cri chéri de tout bon républicain. Dans cette incertitude, quelqu'un proposa d'envoyer un officier, accompagné d'un trompette, pour aller à la reconnaissance. Et il fut enjoint à l'aide de camp Dardillouze d'y aller très posément, afin d'annoncer de loin sa mission. Quant il fut parvenu à une centaine de pas de la troupe ennemie, il fit sonner une fanfare; à ce signal, deux hommes à cheval et quelques hommes à pied vinrent en courant sur eux. Craignant que ce ne fût pour les arrêter, ils trouvèrent prudent de se retirer à une plus grande distance; ce qu'ils exécutèrent fort lestement. Ils s'arrètèrent de nouveau, et voyant qu'ils n'étaient pas poursuivis, ils y retournèrent, espérant pouvoir obtenir un parlementaire; mais ils reçurent pour toute réponse un cri général de : Vive le roi! vive le clergé! Ils revinrent rendre compte de leur mission. Alors, on ne douta plus que ce ne fût l'armée des Brigands[30]. »

    — Déposition d'Henri de Boulard devant les commissaire du district et de la commune de La Rochelle, le .

    « A lui demandé pourquoi il n'avait pas pris les précautions nécessaires pour s'assurer de la présence de l'ennemi, ce qui a mis souvent l'armée dans le doute, et qui lui a fait croire qu'au lieu de l'ennemi ce pouvait être l'armée nantaise; ce doute a donné lieu à des lenteurs qui ont donné le temps à l'ennemi de s'embusquer dans les bois,

    A répondu que ce doute est précisément ce qui l'a le plus contrarié, étant lui général tres persuadé que c'était l'armée des rebelles qui occupait les hauteurs vis-à-vis du pont que l'on réparait, et où le général et le commissaire Niou n'arrivèrent qu'à trois heures après midi; que le colonel Boulard était du même avis, mais que le commissaire Niou et la majeure partie de l'armée étaient persuadés que ce pouvait être l'armée nantaise. On perdit beaucoup de temps à délibérer, à reconnaître la troupe qui était devant nous, et nous fûmes obligés de recevoir le combat dans la position où nous étions.

    A lui observé que, puisqu'il était assuré que c'était l'ennemi, il était inutile d'envoyer pour le reconnaître.

    A répondu que c'était son opinion à lui général et au colonel Boulard, mais que cette opinion était balancée et même repoussée par celle du Commissaire national, dont lui général devait respecter les avis, et même y déférer sans réplique[48]. »

    — Extrait de l'interrogatoire du général Marcé par le juge Antonin Roussillon, en présence de l'accusateur public Fouquier-Tinville, le .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Valin 2010, p. 180-181.
  2. a b c d e f g h et i Martin 2014, p. 41.
  3. a b c d et e Valin 2010, p. 177-178.
  4. a b c d e et f Valin 2010, p. 189.
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac et ad Gabory 2009, p. 118-120.
  6. a b c d e f g h i j k l et m Gras 1994, p. 27.
  7. a b c d et e Gérard 1999, p. 96.
  8. Valin 2010, p. 175.
  9. Valin 2010, p. 176.
  10. a et b Gérard 2013, p. 32.
  11. Chassin, t. III, 1892, p. 454.
  12. a et b Chassin, t. III, 1892, p. 455-456.
  13. a b c d e f g h i j k l m n et o Gérard 2013, p. 33-34.
  14. Savary, t. I, 1824, p. 114.
  15. Chassin, t. III, 1892, p. 463.
  16. a b c et d Chassin, t. III, 1892, p. 465.
  17. a b c d et e Dupuy 2005, p. 105.
  18. Valin 2010, p. 182.
  19. Chassin, t. III, 1892, p. 469.
  20. a b et c Chassin, t. III, 1892, p. 473-474.
  21. Chassin, t. III, 1892, p. 468.
  22. a b c d et e Chassin, t. III, 1892, p. 475.
  23. a b c d et e Gérard 1999, p. 97.
  24. Gérard 1993, p. 117-118.
  25. a b c d e et f Valin 2010, p. 180-181.
  26. Valin 2010, p. 172.
  27. Valin 2010, p. 173.
  28. a b c et d Valin 2010, p. 174.
  29. a b et c Gras 1994, p. 26.
  30. a b c d e f et g Chassin, t. III, 1892, p. 476-479.
  31. a et b Savary, t. I, 1824, p. 116-119.
  32. a b c d e f et g Gérard 1999, p. 98.
  33. Chassin, t. III, 1892, p. 476.
  34. Valin 2010, p. 190.
  35. Chassin, t. III, 1892, p. 473.
  36. a b c et d Gérard 2013, p. 20-21.
  37. a et b Béjarry 1884, p. 61-63.
  38. Valin 2010, p. 186.
  39. a b et c Gérard 2013, p. 21-26.
  40. a b et c Valin 2010, p. 188.
  41. a b c et d Gérard 1999, p. 100.
  42. a b c d et e Martin 2014, p. 42.
  43. a et b Gérard 2013, p. 26-29.
  44. Gérard 1999, p. 101.
  45. a b c d et e Gabory 2009, p. 121.
  46. Savary, t. I, 1824, p. 115-116.
  47. a b c d e et f Gérard 1999, p. 99.
  48. Chassin, t. III, 1892, p. 497-498.
  49. a b c et d Chassin, t. III, 1892, p. 479-480.
  50. a b c d et e Martin 2014, p. 44-45.
  51. a et b Martin 2014, p. 43-44.
  52. a et b Gérard 2013, p. 35.
  53. a b et c Chassin, t. III, 1892, p. 491-492.
  54. Martin 2014, p. 43.
  55. Chassin, t. III, 1892, p. 502.
  56. Martin 2014, p. 46.
  57. a et b Martin 2014, p. 40.
  58. Gras 1994, p. 28.

Bibliographie[modifier | modifier le code]