Saint-Sulpice-le-Verdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Sulpice-le-Verdon
Le château de la Chabotterie.
Le château de la Chabotterie.
Blason de Saint-Sulpice-le-Verdon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Rocheservière
Aizenay (2015)
Intercommunalité Communauté de Communes du Canton de Rocheservière
Maire
Mandat
Corinne Ferré
2008-2014
Code postal 85260
Code commune 85272
Démographie
Gentilé Sulpiciens
Population
municipale
952 hab. (2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 53′ 39″ N 1° 25′ 09″ O / 46.8941666667, -1.41916666667 ()46° 53′ 39″ Nord 1° 25′ 09″ Ouest / 46.8941666667, -1.41916666667 ()  
Altitude Min. 54 m – Max. 74 m
Superficie 14,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-le-Verdon

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-le-Verdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-le-Verdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-le-Verdon
Liens
Site web www.saintsulpiceleverdon.fr

Saint-Sulpice-le-Verdon est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans le haut-bocage vendéen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Sulpice-le-Verdon doit son nom au patronage d'une chapelle dédiée depuis 1182 à Saint Sulpice, l'évêque de Bourges (mort en 591). Quant au surnom "Verdon" (Viridis : vert, verdoyant) ajouté à Saint Sulpice, il tirait son origine d'un pré placé dans le fief de la Chabotterie, appelé "Pré Verdon". C'est là l'hypothèse la plus vraisemblable avancé par Alain de Goué dans sa monographie de Saint Sulpice le Verdon. L'Histoire de Saint Sulpice est marquée essentiellement par les guerres de Vendée et en particulier, la prise du général François-Athanase de Charette de La Contrie le 23 mars 1796 dans le bois de la Chabotterie.

Un ancien château-fort aujourd'hui disparu au lieu-dit La Bégaudière abritait autrefois des seigneurs protestants, la famille Bégaud, dont Jean Bégaud converti au cours du XIVe siècle à la religion calviniste. Son fils épouse Marguerite de Machecoul dont le père et les frères comptent parmi les chefs protestants du Bas-Poitou. Le 16 septembre 1574, lors de la reprise de Fontenay le Comte par les catholiques, il est fait prisonnier et son chateau laissé sans défense est attaqué et incendié. Toujours d'après Alain de Goué, au début du XIXe siècle, les métayers vinrent chercher le pierres du château détruit pour la reconstruction de leurs granges et de leurs étables. Ces pierres existent encore, il y en par exemple à la ferme du Badreau.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople à la croix haussée alésée fleurdelysée d'or, cantonnée en chef à dextre d'un lion du même, lampassé, armé et couronné de gueules.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Saint-Sulpice-le-Verdon : Oncques n'y faillit.

Administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  mars 2008 Pierre Geay    
mars 2008 en cours Corinne Ferré[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 952 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
366 421 586 526 529 607 646 647 643
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
683 690 690 699 722 784 815 826 784
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
811 775 698 681 681 722 645 653 661
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
632 586 591 592 609 701 726 901 952
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, Saint-Sulpice-le-Verdon comptait 803 habitants (soit une augmentation de 32 % par rapport à 1999). La commune occupait le 11 407e rang au niveau national, alors qu'elle était au 13 139e en 1999, et le 204e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,5 %, 15 à 29 ans = 20,1 %, 30 à 44 ans = 25,7 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 13,8 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 19 %, 15 à 29 ans = 21,9 %, 30 à 44 ans = 23,9 %, 45 à 59 ans = 16,4 %, plus de 60 ans = 18,8 %).
Pyramide des âges à Saint-Sulpice-le-Verdon en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
4,5 
75 à 89 ans
7,8 
9,3 
60 à 74 ans
11,0 
20,9 
45 à 59 ans
16,4 
25,7 
30 à 44 ans
23,9 
20,1 
15 à 29 ans
21,9 
19,5 
0 à 14 ans
19,0 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune abrite un monument historique :

  • le logis de la Chabotterie, où fut pris le Général Charette lors des guerres de Vendée. Édifié entre le 14e et le 16e siècle, il a été inscrit par arrêté du 25 juillet 1958[6].

Autres lieux et monuments pittoresques :

  • Chêne chapelle, chêne "millénaire", dont le tronc creux est aménagé en chapelle. Il mesure à sa base 14,50 m de circonférence.
  • Statue miraculeuse de Notre Dame de Saint Sulpice le Verdon en bois, miraculeusement rescapé des flammes lors de l'incendie de l'église pendant les guerres de Vendée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]