Givrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Givrand
Givrand
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Intercommunalité Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie Agglomération
(siège)
Maire
Mandat
Laurent Duranteau
2020-2026
Code postal 85800
Code commune 85100
Démographie
Gentilé Givrandais
Population
municipale
2 230 hab. (2019 en augmentation de 9,74 % par rapport à 2013)
Densité 189 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 20″ nord, 1° 53′ 01″ ouest
Altitude 20 m
Min. 2 m
Max. 33 m
Superficie 11,81 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Hilaire-de-Riez
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Hilaire-de-Riez
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Givrand
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Givrand
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Givrand
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Givrand
Liens
Site web Site officiel

Givrand est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Ses habitants sont appelés Givrandais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Givrand s’étend sur 1 181 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 20 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 2 et 33 mètres[1],[2].

Environnement[modifier | modifier le code]

Givrand a obtenu trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris (palmarès 2009). La troisième fleur a été décernée lors du palmarès 2009.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Givrand est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Hilaire-de-Riez, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 13 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (92,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (39,6 %), zones agricoles hétérogènes (25,5 %), prairies (18,7 %), zones urbanisées (11,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,4 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1983, un sondage du jardin de la maison de la Cour en vue d'un agrandissement du cimetière révèle la présence d'une nécropole mérovingienne et des sarcophages en calcaire sont découverts. Ils sont exposés sous la maison de la Cour.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1970 Eugène Barbeau    
1970 André Ageon    
Jean-Claude Merceron UDF-CDS
puis AC
Agréé en architecture
Sénateur de la Vendée (2004 → 2014)
Conseiller général du canton de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (1987 → 2008)
Vice-président du conseil général de la Vendée [Quand ?]
Réélu en 1983, 1989, 1995 et 2001.
Philippe Bernard[Note 3],[11] DVD Technicien de laboratoire d'analyses médicales
[12] En cours Laurent Duranteau SE Responsable d'un bureau d'études et de développement, ancien 1er adjoint
11e vice-président de la CC du Pays-de-Saint-Gilles-Croix-de-Vie (2020 →)

Instances administratives[modifier | modifier le code]

Administrativement, Givrand dépend de l’arrondissement des Sables-d’Olonne et du canton de Saint-Hilaire-de-Riez[13].

Au début de la Révolution, la commune appartient au canton de Landevieille, dans le district des Sables-d’Olonne. De 1801 à 2015, la commune se situe dans l’arrondissement des Sables-d’Olonne et dans le canton de Saint-Gilles-sur-Vie (1801-1966), devenu canton de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (1966-2015).

Givrand est l’une des neuf communes fondatrices de la communauté de communes Atlancia-des-Vals-de-la-Vie-et-du-Jaunay, structure intercommunale dont le siège est abrité sur le territoire municipal entre le et le . Depuis le , la commune est membre et siège de Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie Agglomération.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2019, la commune comptait 2 230 habitants[Note 4], en augmentation de 9,74 % par rapport à 2013 (Vendée : +4,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600207194266245256295334354
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
356356375396375368383402421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
464453454436461463446464432
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
4844565417089401 3091 7611 8912 032
2018 2019 - - - - - - -
2 2232 230-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 25,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 37,6 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 082 hommes pour 1 141 femmes, soit un taux de 51,33 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,2 
90 ou +
2,5 
9,1 
75-89 ans
11,1 
25,3 
60-74 ans
25,8 
19,8 
45-59 ans
20,9 
17,2 
30-44 ans
15,2 
13,0 
15-29 ans
11,9 
14,4 
0-14 ans
12,4 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2018 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,4 
75-89 ans
11 
19,5 
60-74 ans
20,4 
20 
45-59 ans
19,4 
18 
30-44 ans
17,1 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,5 
0-14 ans
16,8 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste.
  • Église Saint-Jean-Baptiste du XIXe siècle.
  • Grotte artificielle du Coteau et fortifications voisines (archéologie), Ref.: Dr Marcel Baudouin, Association Française pour l'Avancement des Sciences, Paris, 1911.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu en 2008 et 2014.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 35097 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Givrand », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Hilaire-de-Riez », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Liste des maires, sur givrand.fr
  11. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  12. « Givrand. Laurent Duranteau est officiellement élu maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  13. Code officiel géographique, « Commune de Givrand (85100) » sur le site de l’Institut national de la statistique et des études économiques [lire en ligne].
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Givrand (85100) », (consulté le ).
  19. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :