Apremont (Vendée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apremont.
Apremont
Le château d'Apremont.
Le château d'Apremont.
Blason de Apremont
Blason
Apremont (Vendée)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Challans
Intercommunalité Communauté de communes de Vie-et-Boulogne
Maire
Mandat
Guy Jolly
2014-2020
Code postal 85220
Code commune 85006
Démographie
Gentilé Apremontais
Population
municipale
1 771 hab. (2014)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 03″ nord, 1° 44′ 23″ ouest
Altitude 50 m (min. : 2 m) (max. : 58 m)
Superficie 30,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Apremont

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Apremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Apremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Apremont
Liens
Site web Site officiel

Apremont (Aprmunt en poitevin[1]) est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Ses habitants sont les Apremontais[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

La Vie.

Le territoire municipal d’Apremont s’étend sur 3 015 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 50 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 2 et 58 mètres[3],[4].

La commune se trouve au nord-ouest de la Vendée, à environ 17 km de Challans, 28 km de La Roche-sur-Yon et 20 km de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Elle est traversée par le fleuve côtier, la Vie, qui forme un lac de retenue en amont d'un barrage situé dans le bourg.

Communes limitrophes d’Apremont
Saint-Christophe-du-Ligneron
Commequiers Apremont Maché
Coëx Aizenay

Toponymie[modifier | modifier le code]

Apremont tient son nom des gallo romains, et viendrait de Aspre Montagne, en référence à son dénivelé important.

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupée dès l'époque gauloise[5], Apremont était une agglomération relativement importante à l'époque gallo-romaine, située sur un gué de la Vie.

Philippe Chabot de Brion reçoit la vieille forteresse médiévale en héritage. Celle ci est construite sur un promontoire rocheux, dominant au sud, la rivière la Vie. Il décide de reconstruire sur les bases de cette forteresse, un château renaissance. Philippe Chabot a grandi avec François Ier et a donc reçu une très bonne éducation. Il participe à de nombreuses guerres d'Italie, dont celle de Pavie à la suite de laquelle le roi et Philippe notamment, sont faits prisonniers. Philippe va négocier la libération du roi. Celui ci, pour le récompenser, le nomme Amiral de France, c'est-à-dire chef de la marine.

À la suite d'un complot contre lui, Philippe Chabot de Brion tombe en disgrâce et est dépossédé de ses biens, de son titre et doit payer une très forte amende. Le roi demande une révision du procès qui se terminera en faveur de Philippe : c'est le retour en grâce. Cependant, il est très affecté par cette histoire et meurt l'année suivante. Il a échangé le château d'Apremont avec Jean de Brosse qui donne des fêtes somptueuses en l'honneur de sa femme, Anne de Pisseleu, favorite de François Ier. Il meurt sans héritier et le château va à la famille de la Trémoille, puis aux Montmorency Luxembourg.

Après sa victoire à Riez contre les huguenots, et avoir dîné à Saint-Gilles-sur-Vie, Louis XIII passe la nuit du 16 au 17 avril 1622 au château d'Apremont[6].

Charles Paul Sigismond de Montmorency Luxembourg, affairé en Bavière, nomme le curé Louet pour accomplir une mission: vendre les pierres du corps de logis au plus offrant, le château coûtant trop cher à entretenir. Le corps de logis est ainsi détruit, ses matériaux vendus pour une somme dérisoire.

Plusieurs propriétaires se succèdent jusqu'en 1960 où la famille Thébaud lègue le château à la commune d'Apremont, aujourd'hui propriétaire des lieux

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au lion d'or, couronné d'azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2001 Jean Turpin    
mars 2001 2008 Maurice Baranger    
mars 2008 en cours Guy Jolly[Note 1],[7] DVD responsable d'usine de traitement des eaux à la retraite
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 771 habitants, en augmentation de 14,55 % par rapport à 2009 (Vendée : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 1 538 1 547 1 359 1 364 1 305 1 223 1 370 1 305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 280 1 232 1 275 1 297 1 371 1 379 1 412 1 466 1 532
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 596 1 664 1 618 1 473 1 438 1 455 1 464 1 337 1 255
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 211 1 146 1 109 1 131 1 152 1 119 1 374 1 646 1 771
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, Apremont comptait 1 470 habitants (soit une augmentation de 32 % par rapport à 1999). La commune occupait le 6 699e rang au niveau national, alors qu'elle était au 7 829e en 1999, et le 122e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (26,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,8 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 19 %, plus de 60 ans = 23,3 %) ;
  • 48,2 % de femmes (0 à 14 ans = 16,8 %, 15 à 29 ans = 15,9 %, 30 à 44 ans = 19,9 %, 45 à 59 ans = 18,3 %, plus de 60 ans = 29,2 %).
Pyramide des âges à Apremont en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
1,2 
8,3 
75 à 89 ans
14,7 
15,0 
60 à 74 ans
13,3 
19,0 
45 à 59 ans
18,3 
19,8 
30 à 44 ans
19,9 
16,7 
15 à 29 ans
15,9 
21,2 
0 à 14 ans
16,8 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château d'Apremont.
L'église d'Apremont.
  • Château d'Apremont : Apremont dispose de l'un des premiers châteaux Renaissance de la Vendée, construit sur l'emplacement même sur lequel se trouvait jadis une forteresse médiévale, dont il nous reste aujourd'hui une partie des remparts, un châtelet d'entrée qui porte encore les traces de pont-levis, un souterrain glaciaire, qui avait pour fonction de conserver les aliments. Bâti entre 1534 et 1542, à la demande de Philippe Chabot de Brion, amiral de France et ami d'enfance de François Ier, il ne reste aujourd'hui de ce château Renaissance que les ruines montre bien l'époque de transition pendant laquelle il a été construit, entre le Moyen Âge et la Renaissance. En effet l'on peut observer divers éléments caractéristiques de l'architecture du Moyen Âge : la forme et l'épaisseur des murs des deux tours (entre deux et trois mètres), la présence de plusieurs canonnières et meurtrières, etc. En outre il est intéressant de remarquer qu'il y a également des éléments caractéristiques de la Renaissance, ou tout du moins du tout début de la Renaissance : façade du corps central organisée géométriquement, la présence de sculptures à caractère antique (frontons, chapiteaux ioniques, frises, colonnes, etc.), en bref un corps de logis « au goût du jour » pour l'époque. Il est important d'ajouter que sous ce château, construit sur un bloc de schiste, a été taillé un passage dit « voûte cavalière », unique en France. Cette rampe cavalière, qui remontait 20 mètres, permettait de mettre en scène l'arrivée des visiteurs, les faisant passer véritablement de l'ombre à la lumière. Dans la chapelle, une exposition permanente a été installée : elle retrace l'histoire du château au travers d'un film et d'un théâtre optique ; une reproduction du Rouleau d'Apremont y est également présentée.
  • Château de l'Audardière.
  • Église Saint-Martin : bâtie en 1902 à la place d'une ancienne église du XVe siècle, sur les hauteurs de la ville face au château.
  • Manoir de La Tuderrière. Témoignage de l'architecture civile médiévale, la Tuderrière est cité pour la première fois au XIe siècle, puis à nouveau aux XIIe et XIIIe siècles (citation en 1161 et en 1280). Depuis en 1345, il appartenait à la famille Quayrault ou Queraud. En 1584, Gilbert de La Trémoille, marquis de Royan, comte d'Olonne, Grand sénéchal de Poitou, y installe Claude Dreux. Il entreprend de grands travaux et le met au goût du jour. Claude-Charles Durand, né à Apremont en 1684, devient seigneur de la Tuderrière après l'extinction de la famille Dreux. Vers 1830, le manoir est vendu à la famille Surville. La propriété passe ensuite de main en main et plus récemment aux Martin Decamp, Ruchaud, Renaud, Strong puis en 2010 à la famille Racaud. Le Manoir est inscrit au titre des monuments historiques le [14],[15]. Le logis-porche et le logis d'habitation sont protégés au titre des monuments historiques depuis le 15 septembre 2016.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Philippe Chabot.

Tournages de films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 20.
  2. Dictionnaire des communes de Vendée, Ouest-France, Rennes, 1991 (ouvrage rédigé par les correspondants d'Ouest-France en Vendée).
  3. « Commune 6038 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  4. « Apremont », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  5. Levillayer Axel, L'éperon barré d'Apremont et les mobiliers de l'âge du Fer, Actes du colloque de l'AEFAF, Chauvigny, 2007
  6. Le château d'Apremont
  7. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Évolution et structure de la population à Apremont en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 octobre 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  14. Élodie Debierre, Apremont. Logis de La Tuderrière, p. 59-62, Bulletin monumental, 2015, Tome 173-1 (ISBN 978-2-901837-54-1)
  15. « Manoir de La Tuderrière », notice no PA00110019, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]