La Réorthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Réorthe
La Réorthe
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Blason de La Réorthe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Intercommunalité Communauté de communes Sud Vendée Littoral
Maire
Mandat
Magalie Grolleau
2020-2026
Code postal 85210
Code commune 85188
Démographie
Gentilé Réorthais
Population
municipale
1 097 hab. (2019 en diminution de 0,81 % par rapport à 2013)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 36′ 28″ nord, 1° 02′ 55″ ouest
Altitude 67 m
Min. 15 m
Max. 104 m
Superficie 24,12 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Chantonnay
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Châtaigneraie
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
La Réorthe
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
La Réorthe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Réorthe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Réorthe
Liens
Site web https://www.lareorthe.fr/

La Réorthe est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de La Réorthe s’étend sur 2 412 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 67 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 15 et 104 mètres[1],[2].

Situation

La Réorthe est située sur la rive gauche du Grand Lay, à 6 km au nord de Sainte-Hermine, 9 km au sud de Chantonnay et 30 km à l'est de La Roche-sur-Yon. Elle est traversée du nord au sud par la départementale D 137 (ex-N 137), qui rejoint Nantes à La Rochelle.

Les communes limitrophes sont Chantonnay, Saint-Juire-Champgillon, Sainte-Hermine et Bournezeau.

Selon le classement établi par l’INSEE en 1999[3], La Réorthe est une commune rurale non polarisée, qui ne fait donc partie d’aucune aire urbaine ni d’aucun espace urbain.

Communes limitrophes de La Réorthe
Chantonnay
Bournezeau La Réorthe Saint-Juire-Champgillon
Sainte-Hermine

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Réorthe est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chantonnay, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 10 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (44,9 %), forêts (19,9 %), zones agricoles hétérogènes (19 %), prairies (10,1 %), zones urbanisées (5,6 %), eaux continentales[Note 3] (0,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu-dit Ingrandes

Ingrandes est un nom dérivé du toponyme gaulois *equoranda[11] qui signifie juste aux limites ou limite équitable. Il indiquait une limite territoriale ou une frontière. À l'époque gauloise, Ingrandes était située à la limite sud d'un pagus qui durant le haut Moyen Âge est connu sous le nom de comté d'Herbauges (voir la page Lac de Grand-Lieu, partie toponymie).

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’origine, La Réorthe était un prieuré fondé par les moines de l’abbaye de Luçon au XIe siècle. L'origine du nom n'est pas clairement établie, pour les uns le nom viendrait du latin Rivem ortum signifiant « lieu des sources ». Pour les autres, la commune doit son nom au patois vendéen « rothe », désignant la branche de chêne ou de châtaignier qui servait autrefois à lier les fagots[12].

Première Guerre mondiale (1914-1918)[modifier | modifier le code]

Gerbaud Paul Ernest Pierre, né le 15 octobre 1887, à la Réhorte, en Vendée, disparu le 25 septembre 1915 à Beauséjour[13] dans la Marne. Il est déclaré décédé par le tribunal de Fontenay-le-Comte le 9 novembre 1921, "tué a l'ennemi". Il avait 27 ans.

Avant d’être recruté à Fontenay-Le-Comte pour faire partie du 37ème Régiment d'Infanterie le 5 juin 1915 en tant que soldat de 2ème classe, il était cultivateur. Il était marié a Marie Augereau[14] depuis le 23 mai 1911.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason Blasonnement :
Taillé : au premier, de gueules au château d'or, ouvert et ajouré du champ, maçonné de sable ; au second, de sinople à la rothe d'or posée en barre ; à la traverse ondée d'argent brochant sur la partition ; le tout surmonté d'un chef d'argent chargé de quatre croisettes d'azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juillet 1812   Benjamin Gauly[15]    
mars 2008 18 mai 2020 Jean-Claude Auvinet[Note 4],[16] Divers droite artisan retraité
18 mai 2020 En cours Magalie Grolleau    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2019, la commune comptait 1 097 habitants[Note 5], en diminution de 0,81 % par rapport à 2013 (Vendée : +4,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9001 0831 0681 3631 3771 4351 5041 5381 626
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6001 5301 5601 5661 5491 4781 5251 4621 406
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4291 3561 2801 1451 1251 0911 0571 0331 037
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 0621 0199119038298179431 0411 097
2019 - - - - - - - -
1 097--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,0 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,7 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 568 hommes pour 531 femmes, soit un taux de 51,68 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,84 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,6 
7,3 
75-89 ans
8,2 
16,7 
60-74 ans
18,4 
17,5 
45-59 ans
16,3 
21,0 
30-44 ans
19,9 
13,4 
15-29 ans
15,3 
23,9 
0-14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,4 
75-89 ans
11 
19,5 
60-74 ans
20,4 
20 
45-59 ans
19,4 
18 
30-44 ans
17,1 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,5 
0-14 ans
16,8 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Réélu en 2014.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 2141 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « La Réorthe », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. Page INSEE [1] ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Chantonnay », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Cf. Charles Rostaing, Les Noms de lieux, PUF, 1969, coll. Que sais-je ?, p. 40. Il s'agit d'un terme reconstitué, d'où la marque *
  12. « Le Pays d'Hermine - Webzine Généraliste », sur Le Pays d'Hermine (consulté le ).
  13. « Combats du Fortin de Beauséjour », sur www.mediatheque-sciecq.fr (consulté le ).
  14. « Généalogie de Paul Ernest Pierre GERBAUD », sur Geneanet (consulté le ).
  15. Journal du département de la Vendée, n° 17 du lundi 20 juillet 1812, consultable en ligne
  16. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de la Réorthe (85188) », (consulté le ).
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :