Régiment du Roi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir régiment du Roi (homonymie).

Régiment du Roi
Image illustrative de l’article Régiment du Roi
Drapeau d’Ordonnance du régiment du Roi

Création 1663
Dissolution 1791
Pays France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne

Le régiment du Roi est un régiment d’infanterie du Royaume de France créé en 1663 devenu sous la Révolution le 105e régiment d'infanterie de ligne.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]


Équipement[modifier | modifier le code]

Drapeaux[modifier | modifier le code]

12 drapeaux à 3 par bataillon, dont un blanc Colonel, « & croix blanche semée de fleurs de lys d’or », et 11 drapeaux d’Ordonnance « rouges & verts par opposition, & croix blanches semées de fleurs de lys d’or »[1].

Habillement[modifier | modifier le code]

Officier du régiment du Roi (à droite)
Costumes militaires français depuis l’organisation des premières troupes régulières en 1439 jusqu'en 1789 (planche 91), d’Alfred de Marbot et de Dunoyer de Noirmont, Clément Éditeur, Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

Colonels et mestres de camp[modifier | modifier le code]

  • janvier 1663 : Philippe de Courcelles, marquis de Dangeau
  • 1667 : Philippe Mancini, duc de Nevers
  • 7 septembre 1670 : Jean de Martinet, brigadier le 27 mars 1668, maréchal de camp le 15 avril 1672, † 21 juin 1672
  • 26 juin 1672 : François de Tourvoyé, comte de Montberon, mestre de camp de cavalerie le 26 mars 1668, brigadier le 19 août 1669, maréchal de camp le 18 mai 1674, lieutenant-général le 25 février 1677, † 16 mars 1708
  • 6 janvier 1676 : René de Becdelièvre, marquis puis comte de Saint-Georges, brigadier le 24 février 1676, † 14 août 1678 à la bataille de Saint-Denis
  • 29 avril 1678 : Gaston Jean-Baptiste de Mornay, chevalier puis comte de Montchevreuil, brigadier le 30 mars 1683, maréchal de camp le 24 août 1688, lieutenant-général le 30 mars 1693, † 29 juillet 1693
  • 4 avril 1693 : Louis Charles d’Hautefort, marquis de Surville, brigadier le 30 mars 1693, maréchal de camp le 3 janvier 1696, lieutenant-général le 23 décembre 1702, † 19 décembre 1721
  • 6 janvier 1706 : Louis Prévost, marquis du Barail, maréchal de camp le 24 janvier 1711, lieutenant-général le 30 mars 1720, † novembre 1734
  • 26 janvier 1711 : Louis Armand de Brichanteau, marquis de Nangis, maréchal de France en 1741
  • 16 décembre 1719 : Hubert de Courtalvert, marquis de Pezé, brigadier le 20 juin 1720, maréchal de camp le 6 octobre 1733, lieutenant-général le 1er août 1734, † le 23 novembre 1734 des blessures reçues lors de la bataille de Guastalla
  • 15 janvier 1735 : Louis Antoine de Gontaut, duc de Biron, maréchal de France en 1787
  • 26 mai 1745 : Claude Louis François de Régnier, comte de Guerchy
  • 16 octobre 1767 : Marie Louis Florent, comte du Châtelet, brigadier le 9 août 1757, maréchal de camp le 20 février 1761, † 13 décembre 1793
  • 10 février 1791 : François Nicolas Junot d’Attilly
  • 27 mai 1792 : Jean François Antoine de Stack
  • 4 septembre 1792 : Louis Pierre Le Royer de Chantepie
  • 23 novembre 1792 : Louis Gabriel Pierre Anne Paul Augustin Armand Levasseur

Composition[modifier | modifier le code]

Dans sa réforme et réorganisation de la Maison militaire du roi de France, Louis XIII créa ce régiment dont il se gardait le commandement. Il se composait initialement de 20 compagnies de 59 soldats ; il recrutait des nobles, des fils de capitaines ou officiers reconnus pour leur service, ou morts en service. Ils entraient entre 15 et 20 ans à titre de cadet-gentilhomme pour y faire leur instruction et au bout de deux années devenaient enseigne ou lieutenant. Il y avait aussi une formation de médecins majors et l'un des plus éminents fut René-Jacques Croissant de Garengeot (1688-1749).

Campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

En 1741 participe à la campagne de Bohême sous le commandement du maréchal de Broglie puis sous le commandement du maréchal de Noailles.

1760: Bataille de Corbach

Le 15 juillet 1761, écrasé par les décharges de l'artillerie ennemie à la bataille de Villinghausen il est relevé par le régiment de Flandre.

Le 1er bataillon du 105e régiment d’infanterie de ligne a fait les campagnes de 1792 et 1793 à l’armée de la Moselle, 1794 à l’armée du Rhin ; le 2e bataillon les campagnes de 1792 à 1794 à l’armée du Rhin.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Mémoire et traditions[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant servi au régiment[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cinquième abrégé général du militaire de France, sur terre et sur mer, Pierre Lemau de La Jaisse, Paris, 1739

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Pinard, Chronologie historique-militaire, tomes 4, 5, 7 et 8, Paris, Claude Herissant, 1761, 1762, 1764 et 1778

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]