Sainte-Flaive-des-Loups

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sainte-Flaive-des-Loups
La mairie en mai 2017.
La mairie en .
Blason de Sainte-Flaive-des-Loups
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Talmont-Saint-Hilaire
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-des-Achards
Maire
Mandat
Patrice Pageaud
2014-2020
Code postal 85150
Code commune 85211
Démographie
Gentilé Flavois
Population
municipale
2 337 hab. (2014)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 36′ 46″ nord, 1° 34′ 43″ ouest
Altitude 61 m
Min. 14 m
Max. 77 m
Superficie 36,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Sainte-Flaive-des-Loups

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Sainte-Flaive-des-Loups

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Flaive-des-Loups

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Flaive-des-Loups
Liens
Site web www.steflaivedesloups.fr

Sainte-Flaive-des-Loups est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Sainte-Flaive-des-Loups s’étend sur 3 628 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 61 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 14 et 77 mètres[1],[2].

L'Auzance y prend sa source.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sainte-Flaive-des-Loups
Saint-Georges-de-Pointindoux Landeronde
La Mothe-Achard Sainte-Flaive-des-Loups Les Clouzeaux
La Chapelle-Achard Le Girouard Nieul-le-Dolent

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Louvetière[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne baronnie du Gué-Sainte-Flaive de la famille d'Arcemalle. Germanicus-François Foucher, chevalier, épousa Jacqueline d’Arcemalle dernière héritière de cette maison seigneuriale. Leur fille unique, Marie-Jacqueline Foucher, épousa le 27 février 1683, Jean de Mesnard[4], chevalier, seigneur de la Vergne-Cornet, de la Vergne de Péault, et en partie de la Barotière. La baronnie passa alors aux Mesnard-Maynard[5]. Une très belle maquette du château du Gué-Sainte-Flaive est exposée au logis de la Chabotterie à Saint-Sulpice-le-Verdon en Vendée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Ernest Navarre   cadre bancaire retraité
mars 2008 en cours Patrice Pageaud[Note 1],[6] Divers droite cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 2 337 habitants, en augmentation de 13,89 % par rapport à 2009 ( : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 200 940 970 909 989 1 125 1 146 1 287 1 308
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 281 1 250 1 409 1 460 1 452 1 475 1 479 1 568 1 672
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 698 1 670 1 601 1 424 1 443 1 401 1 379 1 306 1 318
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 271 1 213 1 145 1 399 1 556 1 579 1 826 2 052 2 337
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,7 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,1 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 14,8 %) ;
  • 48,3 % de femmes (0 à 14 ans = 20,7 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 19 %).
Pyramide des âges à Sainte-Flaive-des-Loups en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
4,8 
75 à 89 ans
7,5 
10,0 
60 à 74 ans
11,0 
22,4 
45 à 59 ans
20,8 
22,2 
30 à 44 ans
20,7 
18,6 
15 à 29 ans
18,8 
22,1 
0 à 14 ans
20,7 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Flaive.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à l'anille d'argent, au chef d'or chargé de trois têtes de loup arrachées de sable.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 29880 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Sainte-Flaive-des-Loups », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Jean de Mesnard
  5. Mesnard-Maynard
  6. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  11. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 10 juin 2011)