La Châtaigneraie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Châtaigneraie
La Châtaigneraie
La mairie.
Blason de La Châtaigneraie
Blason
La Châtaigneraie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de la Châtaigneraie
Maire
Mandat
Marie-Jeanne Benoit
2020-2026
Code postal 85120
Code commune 85059
Démographie
Gentilé Chataigneraisiens
Population
municipale
2 586 hab. (2019 en diminution de 0,77 % par rapport à 2013)
Densité 325 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 00″ nord, 0° 44′ 21″ ouest
Altitude 123 m
Min. 77 m
Max. 177 m
Superficie 7,96 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine La Châtaigneraie
(ville-centre)
Aire d'attraction La Châtaigneraie
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de La Châtaigneraie
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
La Châtaigneraie
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
La Châtaigneraie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Châtaigneraie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Châtaigneraie
Liens
Site web lachataigneraie.eu

La Châtaigneraie est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de La Châtaigneraie s’étend sur 796 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 123 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 77 et 177 mètres[1],[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'est de la Vendée, à 22 km au nord de Fontenay-le-Comte, 42 km à l'ouest de Parthenay, 30 km au sud-ouest de Bressuire et 50 km à l'est de La Roche-sur-Yon.

Communes limitrophes de La Châtaigneraie
La Tardière
Saint-Maurice-le-Girard La Châtaigneraie Breuil-Barret
Antigny Loge-Fougereuse

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La Châtaigneraie est située à la limite sud-est du Massif armoricain et du Bocage vendéen, non loin des plaines de Luçon et de Niort. Le relief est assez vallonné. Le point culminant est à 182 m.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La Châtaigneraie se trouve au croisement de deux axes routiers très fréquentés l'été :

L'agglomération a été pourvue d'une rocade dont il ne manque que le quart nord-ouest.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Châtaigneraie est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Châtaigneraie, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[6] et 3 856 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de La Chataigneraie, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 13 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[9],[10].

Selon le classement établi par l'INSEE[11], La Châtaigneraie est une commune urbaine qui forme avec La Tardière une unité urbaine de deux communes. C'est une commune non polarisée, qui ne fait donc partie d'aucune aire urbaine ni d'aucun espace urbain.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (79,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,6 %), zones urbanisées (22 %), prairies (15,1 %), zones agricoles hétérogènes (13,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,3 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Évolution du toponyme[14],[15] :

  • Sancti Christofori de Castenearia (XIe siècle) ;
  • prioratus de Chatigneria (XIVe siècle) ;
  • cura Sancti Christofori de Chategneria, prioratus de Castegneria (1625) ;
  • La Châtaigneraye (1648) ;
  • La Chastaigneraye (Révolution) ;
  • La Châteigneraie (1801) ;
  • La Châtaigneraie.

En poitevin, la commune est appelée La Chategnerae[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

La bourg de La Châtaigneraie doit son nom à la famille de ses premiers seigneurs, les Chasteigner. La seigneurie de La Châtaigneraie dépend de la baronnie de Mervent-Vouvant. Du XIVe au XVIIe siècle elle sera aux mains de la famille de Vivonne avant d'être brièvement la possession de François de La Rochefoucauld, l'auteur des Maximes. En 1699 elle devient le siège du bailliage de Vouvant, créé par Louis XIV l'année précédente. Chef-lieu de district de 1790 à 1795, elle est à cette époque le lieu de deux batailles de la guerre de Vendée : celle du 13 mai 1793 (victoire vendéenne) et celle du 12 juillet 1794 (victoire républicaine).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
Georges Avril MRP Vétérinaire
Conseiller général du canton de La Châtaigneraie (1945 → 1952)
Marcellin Pouponnot    
Claude Bonneau    
Bernard Gendrillon[20] DVD Chef d'entreprise
Président du district de la Gâtine vendéenne puis du
district de La Châtaigneraie (1991 → 1995)[21]
Marie-Christine Herbouiller[22] DVD Pédiatre
Bernard Boisramé[23]   Directeur d’un centre de gestion retraité

(démission)
Joseph Bonneau[24],[25] DVD Commerçant retraité
Nicolas Maupetit[26] DVD Orthopédiste
En cours Marie-Jeanne Benoit SE-DVD Infirmière retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[28].

En 2019, la commune comptait 2 586 habitants[Note 3], en diminution de 0,77 % par rapport à 2013 (Vendée : +4,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0009119611 4141 4371 3861 6021 6741 840
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8011 7771 7921 8781 9141 9842 2362 0471 944
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9022 0211 9651 7481 8521 8711 8271 8081 860
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 0562 3712 9063 0552 9042 7622 6632 6212 641
2014 2019 - - - - - - -
2 5492 586-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 26,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 42,3 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 189 hommes pour 1 376 femmes, soit un taux de 53,65 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,0 
90 ou +
3,4 
11,8 
75-89 ans
18,8 
24,2 
60-74 ans
24,7 
19,9 
45-59 ans
18,2 
14,3 
30-44 ans
11,2 
14,7 
15-29 ans
11,1 
14,1 
0-14 ans
12,5 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,4 
75-89 ans
11 
19,5 
60-74 ans
20,4 
20 
45-59 ans
19,4 
18 
30-44 ans
17,1 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,5 
0-14 ans
16,8 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église Saint-Jean-Baptiste.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jean-Baptiste, XIXe siècle de style néo-gothique.
  • La villa Lionnet, maison du peintre Félix Lionnet, rue du Maréchal-de-Lattre, est inscrite au titre des monuments historiques en 2007[32].
  • Les lavoirs du Chatenay et de la Fontaine-du-Bois.
  • Le château du Châtenay (1870), de style néo-Louis XIII.
  • Le château des Cèdres (1871), de style néo-Renaissance.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au lion d'azur semé de fleurs de lys d'or[33].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 11570 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « La Châtaigneraie », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de La Châtaigneraie », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de La Châtaigneraie », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. Page INSEE [1].
    Cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Eugène Aillery, Pouillé de l’évêché de Luçon, Fontenay-le-Comte, Robuchon, , 211 p. (BNF 30006044, lire en ligne), p. 176-177.
  16. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 93.
  17. « Historique des mairies », sur le site de la commune de La Châtaigneraie [lire en ligne].
  18. « Décrets nommant des maires et adjoints », Journal officiel de la République française, no 348,‎ (lire en ligne).
  19. « Petiteau, Léon-Calixte-Étienne », Dictionnaire des Vendéens, archives départementales de la Vendée et Société d’émulation de la Vendée,‎ (lire en ligne).
  20. « Médaille d’honneur de la Vendée pour B. Gendrillon », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  21. « L’historique », sur le site de la communauté de communes du Pays-de-la-Châtaigneraie [lire en ligne].
  22. « Un “bilan positif” pour Marie-Christine Herbouiller », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  23. « Bernard Boisramé est le nouveau maire, avec quatre adjoints », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  24. « Joseph Bonneau, nouveau maire, s’entoure de cinq adjoints », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  25. « Le maire Joseph Bonneau démissionne de son mandat », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  26. « Nicolas Maupetit, nouveau maire de La Châtaigneraie », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  30. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de la Châtaigneraie (85059) », (consulté le ).
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).
  32. « Maison du peintre Félix Lionnet », notice no PA85000032, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Francis Moreau - Armoiries des Seigneurs de La Châtaigneraie », sur fmoreau.recit.free.fr (consulté le ).