La Châtaigneraie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Vendée
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Vendée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châtaigneraie.
La Châtaigneraie
La mairie.
La mairie.
Blason de La Châtaigneraie
Blason
La Châtaigneraie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton La Châtaigneraie (bureau centralisateur)
Intercommunalité Pays de La Châtaigneraie
Maire
Mandat
Nicolas Maupetit
2016-2020
Code postal 85120
Code commune 85059
Démographie
Gentilé Chataigneraisiens
Population
municipale
2 606 hab. (2013)
Densité 328 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 00″ Nord, 0° 44′ 21″ Ouest
Altitude Min. 77 m – Max. 177 m
Superficie 7,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
La Châtaigneraie

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
La Châtaigneraie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Châtaigneraie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Châtaigneraie
Liens
Site web lachataigneraie.eu

La Châtaigneraie est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'est de la Vendée, à 22 km au nord de Fontenay-le-Comte, 42 km à l'ouest de Parthenay, 30 km au sud-ouest de Bressuire et 50 km à l'est de La Roche-sur-Yon.

Communes limitrophes de La Châtaigneraie
La Tardière
Saint-Maurice-le-Girard La Châtaigneraie Breuil-Barret
Antigny Loge-Fougereuse

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La Châtaigneraie est située à la limite sud-est du Massif armoricain et du Bocage vendéen, non loin des plaines de Luçon et de Niort. Le relief est assez vallonné. Le point culminant est à 182 m.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La Châtaigneraie se trouve au croisement de deux axes routiers très fréquentés l'été :

L'agglomération a été pourvue d'une rocade dont il ne manque que le quart nord-ouest.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'INSEE[1], La Châtaigneraie est une commune urbaine qui forme avec La Tardière une unité urbaine de deux communes. C'est une commune non polarisée, qui ne fait donc partie d'aucune aire urbaine ni d'aucun espace urbain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Évolution du toponyme[2],[3] :

  • Sancti Christofori de Castenearia (XIe siècle) ;
  • prioratus de Chatigneria (XIVe siècle) ;
  • cura Sancti Christofori de Chategneria, prioratus de Castegneria (1625) ;
  • La Châtaigneraye (1648) ;
  • La Chastaigneraye (Révolution) ;
  • La Châteigneraie (1801) ;
  • La Châtaigneraie.

En poitevin, la commune est appelée La Chategnerae[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La bourg de La Châtaigneraie doit son nom à la famille de ses premiers seigneurs, les Chasteigner. La seigneurie de La Châtaigneraie dépend de la baronnie de Mervent-Vouvant. Du XIVe au XVIIe siècle elle sera aux mains de la famille de Vivonne avant d'être brièvement la possession de François de La Rochefoucauld, l'auteur des Maximes. En 1699 elle devient le siège du bailliage de Vouvant, créé par Louis XIV l'année précédente. Chef-lieu de district de 1790 à 1795, elle est à cette époque le lieu de deux batailles de la guerre de Vendée : celle du 13 mai 1793 (victoire vendéenne) et celle du 12 juillet 1794 (victoire républicaine).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1952 1965 Marcellin Pouponnot    
1965 1971      
1971 1983 Claude Bonneau    
1983 1989      
1989 1995 Bernard Gendrillon[6]   Chef d’entreprise
Président du district de la Gâtine vendéenne,
puis du district de La Châtaigneraie (1991-1995)[7]
1995 Marie-Christine Herbouiller[8] Divers droite Pédiatre
Bernard Boisramé[9]   Directeur d’un centre de gestion retraité

(démissionnaire)
Joseph Bonneau[10],[11] Divers droite Commerçant retraité
en cours Nicolas Maupetit[12]   Orthopédiste

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 2 606 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 000 911 961 1 414 1 437 1 386 1 602 1 674 1 840
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 801 1 777 1 792 1 878 1 914 1 984 2 236 2 047 1 944
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 902 2 021 1 965 1 748 1 852 1 871 1 827 1 808 1 860
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
2 056 2 371 2 906 3 055 2 904 2 762 2 663 2 633 2 641
2013 - - - - - - - -
2 606 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (34 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (54 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 17,4 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 29 %) ;
  • 54 % de femmes (0 à 14 ans = 12,9 %, 15 à 29 ans = 13,1 %, 30 à 44 ans = 14,7 %, 45 à 59 ans = 21,1 %, plus de 60 ans = 38,3 %).
Pyramide des âges à La Châtaigneraie en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
3,1 
10,2 
75 à 89 ans
15,2 
18,2 
60 à 74 ans
20,0 
21,2 
45 à 59 ans
21,1 
17,4 
30 à 44 ans
14,7 
15,1 
15 à 29 ans
13,1 
17,3 
0 à 14 ans
12,9 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église Saint-Jean-Baptiste.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jean-Baptiste, XIXe siècle de style néo-gothique.
  • La villa Lionnet, maison du peintre Félix Lionnet, rue du Maréchal-de-Lattre, est inscrite au titre des monuments historiques en 2007[16].
  • Les lavoirs du Chatenay et de la Fontaine-du-Bois.
  • Le château du Châtenay (1870), de style néo-Louis XIII.
  • Le château des Cèdres (1871), de style néo-Renaissance.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au lion d'azur semé de fleurs de lys d'or[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Page INSEE [1].
    Cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Eugène Aillery, Pouillé de l’évêché de Luçon, Fontenay-le-Comte, Robuchon, , 211 p. (notice BnF no FRBNF30006044, lire en ligne), p. 176-177
  4. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 93.
  5. « Historique des mairies », sur le site de la commune de La Châtaigneraie [lire en ligne].
  6. « Médaille d’honneur de la Vendée pour B. Gendrillon », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  7. « L’historique », sur le site de la communauté de communes du Pays-de-la-Châtaigneraie [lire en ligne].
  8. « Un “bilan positif” pour Marie-Christine Herbouiller », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  9. « Bernard Boisramé est le nouveau maire, avec quatre adjoints », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  10. « Joseph Bonneau, nouveau maire, s’entoure de cinq adjoints », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  11. « Le maire Joseph Bonneau démissionne de son mandat », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  12. « Nicolas Maupetit, nouveau maire de La Châtaigneraie », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  14. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  15. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 11 mai 2011)
  16. « Maison du peintre Félix Lionnet », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Francis Moreau - Armoiries des Seigneurs de La Châtaigneraie », sur fmoreau.recit.free.fr (consulté le 12 février 2016).