Goths

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gothique et Goth (manga).
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de la tribu germanique. Pour la sous-culture du XXe siècle dont les membres se désignent par « Goths », voir Mouvement gothique.
Aigle en or massif issu d'un trésor goth

Les Goths (prononciation : [go][1]) sont un peuple germanique dont les deux branches, les Ostrogoths et les Wisigoths, engagées à maintes reprises dans des guerres contre Rome pendant la période des grandes invasions de la fin de l'Antiquité, constituent au Ve siècle, leurs propres royaumes avant de s'effondrer, respectivement en 553 et 711. L'origine des Goths est controversée. Au IIIe siècle, formant un seul peuple, ils sont fixés dans la région des actuelles Ukraine et Biélorussie. Après un premier affrontement avec l'Empire romain dans le sud-est de l'Europe, ils se séparent en deux groupes : les Greuthunges à l'est et les Tervinges à l'ouest, plus couramment désignés comme Ostrogoths et Wisigoths.

Vers 375, les Ostrogoths sont soumis par les Huns, puis ils gagnent l'Empire d'Orient en tant que fœderati (« fédérés »). Ils s'emparent de l'Italie en 488 sous la conduite de Théodoric le Grand. Le royaume ostrogoth d'Italie s'effondre en 550 sous l'assaut des troupes de l'empereur Justinien.

Les Wisigoths, vainqueurs en 378 de l'armée romaine de l'empereur Valens lors de la bataille d'Andrinople, deviennent également des fédérés de Rome en 382. Au début du Ve siècle, ils fondent en Aquitaine le royaume de Toulouse ; un siècle après, ils sont vaincus par les Francs de Clovis et repoussés vers l'Espagne, où ils créent le royaume de Tolède. Celui-ci disparaît lors de la conquête musulmane de la péninsule Ibérique en 711.

Introduction[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Edictum Theodorici regis. Fragment. 512.

Les sources concernant les Goths sont très lacunaires[2]. Les Getica de Jordanès (VIe siècle), reprenant l'Histoire des Goths de Cassiodore (début VIe siècle), sont une source importante, mais les informations qu'il apporte doivent être appréhendées avec prudence. Ammien Marcellin est la meilleure source sur la période s'étendant de l'écrasement du royaume greutungue à la bataille d'Andrinople en 378. Zosime et les fragments de diverses œuvres d'historiens comme Olympiodore de Thèbes ou les Consularia Constantinopolitana n'apportent que des éclaircissements ponctuels sur les développements ultérieurs. Procope de Césarée livre une histoire détaillée des guerres gothes de l'empereur Justinien.

On peut ajouter pour l'Espagne la chronique de Idace de Chaves, ainsi que diverses histoires ecclésiastiques, entre autres celles de Sozomène ou de Paul Orose : Historiae adversum Paganos et les Variae de Cassiodore ainsi que la chronique de Jean de Biclar et l'œuvre historique d'Isidore de Séville, Historia de regibus Gothorum, Vandalorum et Suevorum. On peut aussi noter les lettres du Gallo-romain Sidoine Apollinaire, qui apportent un éclairage sur le royaume wisigoth de Toulouse et les relations entre Goths et Romains. L'archéologie apporte des informations essentielles, en particulier en ce qui concerne les premiers temps de l'histoire des Goths.

Étymologies[modifier | modifier le code]

Un élément got-, gut-, qui semble revenir à la fois dans les noms des Goths, des Götar et des Gutar indique toutefois qu'il s'agit d'une origine commune probable. Elle est issue du gotique 𐌲𐌹𐌿𐍄𐌰𐌽 / giutan (en allemand giessen, « verser ») et signifierait « verseurs de semence » donc « géniteurs », donc « hommes »[réf. nécessaire]. La forme initiale de Got- serait *Gaut, une des épithètes d'Odin, présente dans les branches ostiques et nordiques (vieux norrois Gautr). Ce dieu était leur dieu géniteur, d'où son surnom de « verseur de semence ». De là viendrait le nom des Goths.

Thervingues est l'équivalent de « gens de la forêt », du gotique triu qui signifie « arbre ». Vesi est une appellation flatteuse qu'ils s'attribuaient eux-mêmes, dont le sens évoque la notion d'« élite »[réf. nécessaire].

En ce qui concerne les Ostrogoths, il existe essentiellement deux formes de noms : Ostrogot(h)i, Ostrogotae et Greutungi, dont les variantes sont Greothingi, Grutungi, ou Grauthungi, que l'on peut librement interpréter comme « habitants des steppes » ou « habitants de la plage »[réf. nécessaire]. La plus ancienne forme qui soit parvenue du mot « ostrogoth » est Austrogoti, citée dans l' Histoire Auguste, Vita Claudii 6,2[3]. Il s'agit d'une autodénomination provenant du dévoiement d'un lexème transmis par Wulfila, un mot composé : Austra-gutans. L'élément Austra- remonte peut-être au germanique commun *austra (cf. vieux norrois austr « vers l'est »), dont la forme réduite est *austa « est » > anglais east, vieux haut allemand ôst et avec un suffixe -nō : *austan > vieil anglais ēastan, allemand Osten. La base de ce mot germanique est le thème indo-européen *aus qui a donné, entre autres, le latin aurōra « aurore »[4], cependant, selon certains le sens de « goths du levant », c'est-à-dire « goth de l'est » ne peut pas être prouvé étymologiquement[5]. D'autres sens comme « les Goths resplendissants du soleil levant » relèvent d'une exagération du sens à partir de l'étymologie supposée. Il est possible aussi d'y voir la déesse germanique, dont le nom est attesté en vieil anglais Eostrae. C'était une déesse de la lumière dont le nom est basé sur le même étymon germanique *austa que le précédent et dont le jour de célébration eostre, en vieil anglais remplacée par la fête de pâques lors de la christianisation des Germains, d'où l'anglais easter, allemand Ostern (forme pluriel à l'origine)[6],[7]. À noter que les Goths ont emprunté le latin d'église pascha, sous la forme pāska (cf. aussi le néerlandais pasen et le suédois påsk)[8]. Les dénominations Vesigoti et Ostrogothi aurait glissé vers le sens de « Goths de l'ouest » et « Goths de l'est » du fait des écrits de Cassiodore, un haut fonctionnaire romain au service du roi Théodoric le Grand au début du VIe siècle.

Chronologie de l'histoire des Goths[modifier | modifier le code]

IIIe siècle
  • 220 : Des Goths envahissent l'Asie Mineure et la péninsule des Balkans.
  • 238 : En dépit du paiement d'un tribut, les Romains échouent à persuader les Goths et Carpes de se retirer de la province de Mésie.
  • 247 : Débuts des invasions des Goths.
  • 250 : Dans les Balkans, les Carpes envahissent la Dacie et les Goths la Mésie.
  • 257 : Les Goths naviguent sur la mer Noire.
  • 267 : Les Goths pillent la Thrace, la Macédoine et la Grèce.
  • 269 : Défaite de Naïssus qui met fin aux invasions gothes.
  • fin du IIIe siècle : séparation des Thervingues (à l'ouest du Dniestr) et les Greuthungues (à l'est)
IVe siècle
  • premières décennies du IVe siècle : Développement de l'empire greuthungue entre le Dniestr et le Don, voire au-delà
  • 332 : Victoire de Constantin ; conclusion d’un traité de fédération entre les Thervingues et Constantin.
  • 334 : Les Thervingues protègent l'Empire romain contre une invasion vandale dans la région danubienne.
  • 341 : Ulfila nommé évêque des Goths ; début de la prédication du christianisme (sous sa version arienne) chez les Thervingues
  • 363 : Fin de la dynastie constantinienne (mort de Julien) ; soutien d'Athanaric à l'usurpateur Procope.
  • 369 : Victoire de l'empereur Valentinien ; division des Thervingues entre Athanaric (païen) et Fritigern (arien)
  • 369 : Établissement d’un alphabet gotique par Ulfila.
  • 375 : Soumission des Greuthungues par les Huns qui atteignent ensuite le pays des Thervingues ; les Greuthungues, en général intégrés dans l'empire hunnique, deviennent les Ostrogoths
  • 376 : Entrée des Thervingues (Fritigern) dans l’Empire romain ; formation du peuple des Wisigoths
  • 378 : Bataille d’Andrinople : mort de l’empereur Valens ; avènement de Théodose Ier.
  • 382 : second traité de fédération entre les Wisigoths (Fritigern) et Théodose
  • 391 : rébellion, puis soumission d'Alaric, un des chefs des Wisigoths fédérés
Ve siècle
  • 401-403 : Incursion d'Alaric en Italie (Milan) ; il est repoussé en Mésie par Stilicon
  • 405 : Incursion d'un groupe ostrogoth (Radagaise) en Italie (Florence) ; ils sont vaincus par Stilicon
  • 408 : Mort de Stilicon ; Alaric de nouveau en Italie
  • 410 : Prise et sac de Rome par Alaric, qui meurt un peu plus tard ; les Wisigoths passent en Gaule
  • 413 : Établissement des Wisigoths en Aquitaine comme fédérés (royaume de Toulouse).
  • 476 : Fin de l’Empire d’Occident ; le Skire Odoacre devient roi d’Italie
  • 488 : L’Ostrogoth Théodoric le Grand, au service de l'empereur d'Orient Zénon, vainc Odoacre et devient roi d’Italie
VIe au VIIIe siècle
  • 507 : Défaite des Wisigoths face à Clovis à Vouillé ; fin du royaume de Toulouse et repli des Wisigoths en Espagne, sous le protectorat de Théodoric
  • 512 : publication de l’Edictum Theodorici, code pour les Romains et les Goths.
  • 526 : mort de Théodoric ; établissement du royaume wisigoth de Tolède
  • 531 : Histoire des Goths de l’écrivain latin Cassiodore, conseiller de Théodoric
  • 535 : début de la reconquête de l’Italie par Justinien.
  • 553 : Fin du royaume ostrogoth d’Italie
  • 561 : Dernier soulèvement de Goths contre Byzance à Brescia et Vérone.
  • 589 : Les Wisigoths d’Espagne deviennent catholiques (IIIe Concile de Tolède)
  • 711-718 : conquête de l’Espagne par les musulmans ; fin du royaume de Tolède
  • 718-722 : début du royaume néo-wisigoth des Asturies

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines (avant la division)[modifier | modifier le code]

La question de l'origine des Goths, c'est-à-dire de leur histoire antérieure au début du IIIe siècle, époque où ils entrent dans le champ de vision des historiens romains et grecs, est un problème historique et philologique.

Cassiodore et Jordanès[modifier | modifier le code]

Dans le premier tiers du VIe siècle, Cassiodore rédige à la demande de Théodoric l'Historia Gothorum (Histoire des Goths). Il fait remonter sa chronologie bien au-delà des premiers écrits de l'Antiquité. Cette œuvre qui comportait douze volumes est aujourd'hui perdue, mais il en reste une synthèse sommaire rédigée par Jordanès vers 550, intitulée De origine actibusque Getarum, en abrégé Getica, qui demeure la seule source sur les légendes gothes primitives, légendes qui ont probablement été transmises par voie orale mais réorganisées et pour partie inventées par Cassiodore à partir des modèles historiographiques majeurs tels que Germania de Tacite. L'exploitation de Getica est compliquée par le fait que l'on ignore ce qui de l'œuvre de Cassiodore y a effectivement été conservé. Pour rédiger son Histoire des Goths, Cassiodore a compilé beaucoup de noms de peuples scandinaves et scythes, connus par la géographie et l'ethnographie antiques depuis Hérodote. C'est notamment le cas du nom des Gètes, fréquemment confondus avec les Goths. Il semblerait que Cassiodore se soit également inspiré des noms de leurs différents rois.

Selon l'histoire des Goths transmise par Jordanès, il descendraient du patriarche légendaire Gaut, né sur l'île de Scandza (probablement en Scandinavie[9]). Sous la conduite du roi Berig, les Goths de Scandinavie auraient débarqué de trois navires en Gothiscandza (de), sur la côte baltique. Cinq générations plus tard, ils auraient fait route vers le sud sous la direction de Filimer (de). La division du peuple entre Ostrogoths et Wisigoths serait advenue pendant la traversée d'un grand fleuve, le pont s'étant rompu. Cependant cette allégation est invérifiable, et n'est évoquée pour la première fois que sous la plume de Jordanès, désormais considéré comme peu fiable[10]. Il convient probablement de l'interpréter comme un mythe originel (voir Origo gentis (de))[11].

Le roi Filimer aurait pris[réf. nécessaire][12] la décision d'émigrer avec armée, femmes et enfants dans la seconde moitié du IIe siècle, la taille du peuple ne cessant de croître. Les Goths auraient alors remonté (assez lentement) le cours de la Vistule, poursuivant leur mouvement jusqu'à la Mer Noire et le Danube. En chemin, ils supplantèrent les Marcomans, qui occupaient la Bohême, déclenchant par contre-coup, selon de nombreux chercheurs, les guerres marcomanes, qui donnèrent du fil à retordre aux Romains.

Goths de la mer Baltique (Ier et IIe siècles)[modifier | modifier le code]

cartouche de Théodoric le Grand retrouvé dans le temple de Vesta parmi les ruines de la Romece.

Dans les écrits de Tacite, Strabon et Ptolémée sont cités les « Gotons »[13]. Tacite[14] indique que « les Gotons sont assujettis à des rois, un peu plus étroitement que les autres nations des Germains ». Ils sont situés selon Ptolémée dans la région de la basse Vistule, dans l'aire d'influence des Marcomans. Ils ont pour voisins, à l'ouest les Ruges, installés sur les rives de la mer Baltique, au sud-ouest, les Vandales et les Lugiens dont on ignore s'il s'agit d'un seul ou de deux ensembles tribaux.

Jordanès affirme à deux reprises dans les Getica[15] que les Goths de la Vistule ont une origine scandinave : ils sont « sortis de l'île de Scandza » et sous la direction du roi Berig, ont traversé la mer Baltique (« l'Océan citérieur ») sur trois navires. Ce point est mis en rapport avec certains éléments toponymiques de Suède (île de Gotland, régions de Västergötland, Östergötland, etc.). Durant le XXe siècle, la recherche archéologique[16] s'est intéressé à déterminer si une migration depuis la Scandinavie était décelable sur la rive sud de la Baltique. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, les archéologues sont favorables à ce point de vue : G. Kossina (origine : Gotland) ; E. Oxenstierna (Västergötland) ; R. Schindler. Par la suite, la valeur des preuves archéologiques utilisées précédemment a été mise en question (J. Kmiecinski vers 1960). Rolf Hachmann en 1970 remet totalement en cause l'idée de la migration scandinave, qu'il considère comme un mythe élaboré seulement à la fin de l'Antiquité, tandis que les auteurs du Haut Empire n'en parlent pas. Par la suite, cependant, R. Wolagiewicz a trouvé en Poméranie orientale un nombre de sites (dix-sept tombes sous tertres) en rapport avec des sites suédois et norvégiens. De toute façon, en admettant qu'une migration a eu lieu, elle n'a probablement concerné qu'un nombre limité de personnes (les trois navires de Jordanès)[17].

La recherche archéologique sur la culture de Wielbark ne permet pas d'attester que ces derniers aient connu une migration significative depuis la Scandinavie[18]. Herwig Wolfram admet que l'on manque d'une preuve archéologique, mais croit cependant qu'un groupe mineur d'origine scandinave, pourrait bien avoir contribué à l'ethnogenèse des Goths dans le bassin de la Vistule.

Les recherches les plus récentes laissent plutôt penser que cette culture s'est formée à l'est de la Vistule avant de gagner progressivement le sud-est à partir du Ier siècle, certaines implantations se maintenant autour de l'embouchure du fleuve jusqu'au IVe siècle[19]. De nos jours, on admet généralement que les Goths sont un regroupement de tribus issues de souches distinctes. On peut penser qu'un certain prestige était attaché à l'appellation « Goths », raison pour laquelle des groupes très variés s'en seraient parés, fait déjà constaté chez les Huns. Traditionnellement, ces groupes dits « Goths » n'ont pas pour coutume d'enterrer leurs morts avec des armes, à la différence des Germains.

Origine des Goths du Danube[modifier | modifier le code]

Il est certain que les Goths apparaissent un peu plus clairement à partir du moment où, franchissant le Danube en 238, ils entament une longue série de guerres contre l'Empire romain. Le problème qui se pose est celui de la relation entre ces Goths installés au nord du delta du Danube au début du IIIe siècle et les Goths de la Vistule. Beaucoup de chercheurs se fondent sur l'archéologie pour affirmer que certains éléments de la culture de Wielbark se retrouvant dans l'espace nommé culture de Tcherniakov (essentiellement dans l'Ukraine actuelle), il y a eu migration de la mer Baltique à la mer Noire par les vallées du Bug, affluent de la Vistule, puis du Bug méridional et du Dniepr, qui se jettent dans la mer Noire. Les principaux avocats actuels de la thèse traditionnelle établissant le lien entre les deux cultures comme justificatif des migrations gothes sont Michel Kazanski et V. Bierbrauer. Cette théorie est rejetée par les tenants d'une « ethnogenèse sur place » ou autochtone des Goths, notamment S. Brather et surtout M. Kulikowski.

Extension approximative des cultures de Wielbark (rouge) au IIe siècle et de Tcherniakov (orange) au IIIe siècle. Seul point non discuté : les Goths surgissent au début du IIIe siècle dans le bassin du Danube et sur la côte nord-occidentale de la Mer Noire.

Certains chercheurs à l'instar de Michael Kulikowski (en) contestent toute relation entre la culture de Wielbark et les Goths et ne reconnaissent aucune migration des Goths avant le IIIe siècle, date de l'ethnogenèse de la tribu qui aurait eu lieu sur le Danube au contact de l'Empire romain et non sur la Vistule. Ainsi, de la même manière que dans le cas des Francs et des Alamans, ce n'est qu'à la frontière romaine que l'une des tribus souches des Goths se serait constituée. Le débat reste encore aujourd'hui ouvert.

Premières guerres contre Rome (IIIe siècle)[modifier | modifier le code]

Goths traversant une rivière par Évariste-Vital Luminais.

Entre 238 et 269, les Goths mènent une série d'attaques contre l'Empire romain, atteignant parfois la Grèce et l'Anatolie, soit en traversant le Danube, soit en naviguant sur la mer Noire. Ce premier « assaut des Goths » est concomitant de la crise du troisième siècle, la plus grande crise de l’histoire de Rome depuis les guerres civiles du Ier siècle avant J-C.

La crise de l'Empire Romain dure une cinquantaine d’années, entre la fin du règne de Sévère Alexandre (235) et l’avènement de Dioclétien (284). Cette période se caractérise par une succession rapide des empereurs (les plus remarquables sont Gallien et Aurélien), par l’apparition fréquente d’usurpateurs, par des attaques incessantes des Barbares sur tous les fronts : les principaux adversaires de Rome sont sur le Rhin, les Francs et les Alamans, en Asie, les Perses, sur le Danube et en mer Noire, les Goths. Dès 214, les Goths[20] font partie des peuples que l’empereur Caracalla combat dans les régions danubiennes[21]. Mais à la fin des années 230, ils deviennent le groupe barbare le plus actif dans ce secteur.

238, de concert avec des Carpes, il mènent en Mésie une opération qui atteint la ville d'Histria, au sud du delta du Danube ; ils se retirent après avoir pillé la ville et obtenu le paiement d'un tribut annuel. Les années 245-261, l’assaut dans toutes les directions. 245-247 : victoires de l'empereur Philippe l'Arabe (243-249) en Dacie ; il suspend le paiement du tribut.

  • 248 : des Goths attaquent de nouveau, avec des Carpes, Vandales et Taïfales, atteignant la ville de Marcianopolis[21]
  • 249 : victoire de Dèce sur les Goths (il est alors proclamé empereur)
  • 252 : des Goths effectuent des raids maritimes contre des villes d’Asie mineure (Pessinonte, Éphèse)
  • 253 : une attaque à travers le Danube est repoussée par Émilien qui est alors proclamé empereur ; il interrompt de nouveau le paiement du tribut.
  • 261 : Gallien confie la défense de l’Asie (contre les Goths et les Perses) au prince de Palmyre, Odeynat.
Les années 266-268 et la défaite de Naissus
  • 266 : Odeynat est tué en Cappadoce au cours d’un raid goth.
  • 267 : les Goths attaquent par terre et par mer dans toute la péninsule balkanique, y compris la Grèce où ils prennent Corinthe, Sparte et Argos ; ils se heurtent à Gallien en Thrace.
  • 268 : une grande armada rassemblant des Goths et des Hérules, appuyée par des troupes terrestres, traverse les Dardanelles et pille tout sur son chemin jusqu'au Péloponnèse.
  • 268 ou 269 : ils sont sévèrement battus à la bataille de Naissus par l’empereur Claude II, premier empereur à recevoir le titre de Gothicus, « vainqueur des Goths » ; rétrospectivement, cette bataille apparaît effectivement comme un coup d'arrêt de cette première phase d'expansion des Goths.
Le règne d’Aurélien : l’abandon de la Dacie
  • 271 : Aurélien reprend le contrôle de la Dacie
  • 274 : il décide cependant de ramener la frontière sur le Danube, abandonnant la province de Dacie aux Goths.
  • 275 : incursion de Goths et d’Alains en Asie mineure, jusqu’en Cilicie
Le rétablissement de l’ordre sur le Danube de Probus à Galère
  • 278-279 : campagnes de Probus
  • 288-292 : campagnes de Dioclétien
  • 294 : campagne de Galère

Scission et ethnogenèses[modifier | modifier le code]

La crise de l'Empire romain se termine sous Dioclétien, ce qui apaise provisoirement les tensions sur le Danube.

C'est à cette époque, autour de 290, que survient la division des Goths entre Thervingues et Greuthungues. Il importe à ce stade de préciser que les Thervingues ne se confondent pas avec les futurs Goths occidentaux, pas plus que les Greuthungues ne s'identifieraient simplement aux futurs Goths orientaux. L'ethnogenèse se produit en fait de façon plus complexe : une partie des Thervingues se mêle par la suite aux Greuthungues et à des tribus d'autres peuplades pour former les Ostrogoths, tandis que des groupes de Greuthungues participent à la formation du peuple wisigoth avec une majorité des Thervingues.

Chronologiquement, on peut affirmer que les Wisigoths se constituent au moment où des colonies s'installent dans l'Empire romain, de 376 au règne d'Alaric Ier, alors que les Ostrogoths se forment dans l'intervalle qui sépare le déclin de l'empire hunnique au milieu du Ve siècle de leur migration vers l'Italie en 489, au temps de Théodoric le Grand[22]. Les historiens actuels ne sont cependant pas unanimes quant à l'existence d'un sentiment communautaire chez les futurs Ostrogoths. Selon Heather, un fort sentiment d'appartenance communautaire peut très bien avoir existé, alors que Wolfram attribue le ciment de ces peuples à un noyau de traditions et à un petit groupe dirigeant[23].

En revanche, faire des Goths un groupe ethnique indépendant est certainement une interprétation erronée. Il suffisait probablement que les nouveaux venus se comportent de façon loyale pour pouvoir s'agréger au « noyau », peut-être simplement un groupe dirigeant, détenteur d'une sorte de légitimité traditionnelle. Dans les faits, on ne saurait affirmer de claires filiations ethniques, l'ethnicité étant soumise, particulièrement en cette fin de l'Antiquité, à d'innombrables remous. Les noms ou appellations devaient alors bien plus migrer que les peuples eux-mêmes.

Selon certains chercheurs comme Michael Kulikowski, au tournant des années 300, l'influence romaine se manifeste fortement dans l'ethnogenèse gothe, du fait que les empereurs auraient systématiquement soutenu les Thervingues, pour pouvoir s'en faire des alliés et ainsi assurer la sécurité des frontières de l'Empire, alors que se profilaient les Grandes Invasions. Ils auraient ainsi significativement contribué à l'expansion de la puissance thervingue et renforcé une identité gothe occidentale.

Greuthungues et Ostrogoths[modifier | modifier le code]

Greuthungues[modifier | modifier le code]

Bouclier gothique datant du IVe ou Ve siècle conservé à Kertch (Crimée, Ukraine).

L'événement essentiel de l'histoire des Greuthungues est leur soumission par les Huns sous le règne d'Ermanaric, vers 375.

L'espace dominé par les Greuthungues est probablement considérable avant l'irruption des Huns. La principale source contemporaine, Ammien Marcellin, ne fournit guère d'indications sur ce point, mais les Getica de Jordanès donnent un peu plus de détails. Le centre de la domination greuthungue se situe dans l'actuelle Ukraine entre le Dniestr (Tyras) et le Don (Tanaïs) et l'empire englobe d'autres groupes ethniques que les Goths. Jordanès indique[24] qu'Ermanaric aurait, vers la fin de son règne, vaincu les Vénètes, un peuple slave. Il cite aussi[25] une série de peuples soumis par Ermanaric : Golthescytha Thiudos Inaunxis Vasinobroncas Merens Mordens Imniscaris Rogas Tadzans Athaul Navego Bubegenas Goldas.[26]. Cette liste n'est pas très claire, mais on peut identifier les « Merens » et « Mordens » aux Mériens et aux Mordves, les « Imniscaris » aux Mechtchériens attestés dans la Chronique des temps passés de Nestor[27].

En ce qui concerne les « Vasinabroncas » (ou « Vasinabrocans »), on suppose qu'il s'agit d'un peuple vivant dans de riches prairies marécageuses situées dans la même région, mais que l'on ne peut localiser avec plus de précision[28]. On associe « Rogas Tadzans » au vocable goth Rōastadjans, ce qui peut désigner les riverains de la Volga, Rhös étant la déformation mordve du nom goth du fleuve[29]. Une autre interprétation[30] associe Rogas aux Ougres. L'expression « Golthescytha Thiudos » est aussi objet de controverse. Une interprétation propose d'écarter « scytha » comme une interpolation ; Golthe thiudos signifierait « peuples de l'or ». Cette appellation pourrait avoir un rapport avec l'Oural, seul lieu de la région où a été trouvé de l'or. Michel Kazanski interprète Golthescytha comme une déformation de Celtoscytha, terme désignant les terres mal connues entre le pays des Scythes (l'est) et le pays des Celtes (l'ouest). Il lui paraît peu probable que les Goths aient pu établir une domination atteignant l'Oural, tandis qu'ils pouvaient atteindre les peuples (thiudos) finno-ougriens situés à l'ouest de la Volga. L'hypothèse maximaliste d'une zone d'influence gothe qui se serait étendue de la Baltique à l'Oural, est jugée excessive par la plupart des chercheurs modernes, d'autant que rien ne prouve qu'Ermanaric ait régné sur l'ensemble des Greuthungues[31].

Elle est en partie fondé sur le contrôle du commerce entre l'Empire romain et les régions du Nord. Il s'agit notamment d'un trafic de peaux provenant des rivages arctiques, d'or de l'Oural, de cire et de miel. Ce dernier produit est une spécialité des Mechtchériens, dont le nom d'étymologie finno-ougrienne renvoie au butinage des abeilles. Ermanaric parvient à soumettre les Hérules, qui contrôlent la sortie de la route Volga-Don, ce qui n'a de sens que sur un plan commercial. Ainsi l'empire d'Ermanaric est-il un précurseur de l'empire varègue de la fin du premier millénaire[32]. Sur le plan militaire, les Greuthungues, influencés par les peuples iraniens de la steppe, donnent un rôle essentiel à la cavalerie lourde des cataphractaires, à la différence des Thervingues chez qui l'infanterie prédomine. Le cavalier goth pratique le duel et peut parcourir de longues traites.

Vers 370, les Huns soumettent les Alains et franchissent le Don, déclarant de fait la guerre à Ermanaric. Les cavaliers huns dominent largement les guerriers goths grâce à leurs arcs ultramodernes et leur tactique de l'attaque surprise. Le roi lui-même, selon Ammien Marcellus, n'aurait voulu ni en faire l'expérience, ni en assumer la responsabilité. Ayant essuyé plusieurs défaites, il choisit de mettre fin à ses jours. Son peuple choisit un successeur dans la famille royale, Withimer[33] qui meurt dans une bataille. La résistance ostrogothe s'effondre en 375. La majeure partie du peuple passe alors sous la domination des Huns, mais un groupe important de Greuthungues et d'Alains dirigés par Alatheus et par Safrac[33] réussit à s'allier à des Huns dissidents et à échapper à cette soumission, avant de chercher refuge dans l'Empire romain en même temps que les Thervingues de Fritigern, avec lequel il s'assemble, participant ensuite à la bataille d'Andrinople contre l'empereur Valens (378).

La plupart des Greuthungues soumis aux Huns les suivent dans leur migration vers l'ouest, mais une minorité reste en Crimée où elle maintiendra très longtemps une culture autonome. En effet la langue gothe y est encore parlée au XVIe siècle, lorsque l'ambassadeur flamand Ogier Ghislain de Busbecq rencontre ces Goths de Crimée à Istanbul. Il a retranscris quelques mots de leur langue, très proches de l'allemand contemporain, comme reghen pour pluie, stul pour chaise ou handa qui signifie mains. Ce que l'on nomme « Gotenburgen », « les forteresses gothes », notamment leur capitale Dori, sont taillées directement dans la pierre.

Priscus rapporte que le goth constitue une importante langue vernaculaire dans l'empire hunnique d'Attila. D'autre part, la coutume de la turricéphalie est attestée chez les Goths vivant sous l'autorité des Huns. Les Huns adoptent des noms goths, tout comme les Goths prennent des patronymes huns. Néanmoins, cette relation reste ambivalente, certains groupes de Goths, tels celui mené par Radagaise au début du Ve siècle, se soustrayant à tout moment, ou du moins essayant d'y parvenir, au pouvoir de leurs suzerains.

Ostrogoths[modifier | modifier le code]

Profitant du déclin du pouvoir hunnique après la mort d'Attila, les Gépides et d'autres peuples vassaux se libèrent lors de la bataille de la Nedao en 454. Les Goths sont alors du côtés des Huns, mais la défaite leur apporte l'indépendance. D'après certains historiens, c'est à ce moment que les Ostrogoths se constituent en groupe distinct. Tandis que les rescapés huns se replient vers l'est, les Ostrogoths concluent un traité de fédération avec l'Empire romain et s'installent en Pannonie. En 469, à la bataille de la Bolia (de), ils battent une coalition de plusieurs tribus ennemies commandée par le skire Edecon.

Théodoric le Grand, fils du roi Thiudimir, est otage à la cour de Constantinople, vraisemblablement de 459 à 469. Libéré, il conquiert le pouvoir sur une partie des Ostrogoths dans les Balkans et monte sur le trône en 474. Il a cependant des rivaux parmi les Ostrogoths qui ont pris place dans la haute administration byzantine, tel le chef d'état-major Théodoric Strabon. Ce n'est qu'après la mort accidentelle de Strabon, en 481, que Théodoric peut définitivement s'imposer.

En 488, Théodoric part pour l'Italie pour le compte de l'empereur Zénon qui compte se débarrasser des Amales. Il emmène la majeure partie des Ostrogoths contre Odoacre, qui a déposé Romulus Augustule en 476 et dirige depuis l'Italie en qualité de patrice. C'est alors que débute la bataille de Ravenne, qui durera cinq ans. Le 5 mars 493, lors d'un "banquet de réconciliation" à Ravenne, Theodoric poignarde Odoacre et fait assassiner ses officiers, trahissant l'accord auquel tous deux sont parvenus. Dès lors, Théodoric règne sur l'Italie en tant que « princeps Romanus » et « lieutenant de l'empereur », Constantinople devant bon gré mal gré accepter le fait accompli. Un accord provisoire entre Ravenne et Constantinople intervient en 497, dans lequel l'empereur manifeste son acceptation de l'autorité gothe ; mais cet accord ne concerne que Théodoric et nullement ses descendants. La concurrence étant éliminée dans son propre camp, l'autorité de Théodoric se rattache aux pratiques administratives en Italie à la fin de l'Antiquité, à la fois l'aspiration à un équilibrage entre Goths et Romains, qui étaient ariens ou catholiques, et le renforcement du pouvoir par une politique matrimoniale et un jeu d'alliances. Il ne parvient néanmoins pas à empêcher l'expansion des Francs en Gaule. Après la défaite des Wisigoths en 507 à Vouillé, face aux Francs et aux Burgondes, seule la côte méditerranéenne reste provisoirement aux mains des Goths. En 511, Théodoric monte sur le trône des Wisigoths.

Les dernières années de Théodoric sont assombries par des fautes, comme l'exécution de Boethius. Il meurt le 30 août 526. Les années qui suivent sont troublées. Son successeur, Athalaric, petit-fils de Théodoric, n'a que dix ans et c'est sa mère, Amalasonte, qui exerce la régence avant d'être renversée en 534 par son cousin Théodat.

Sous la conduite de l'empereur Justinien, Constantinople engage alors les hostilités contre les Goths. En 535, le général byzantin Bélisaire débarque en Sicile. Il lance une offensive qui lui permet d'atteindre Rome. Les Goths révoltés chassent Théodat et placent sur le trône Vitigès qui va tenir tête à Bélisaire jusqu'en 540. En mai 540, une offensive de Bélisaire vers Ravenne lui permet de capturer le roi. Pourtant, en 541, ce qui reste de l'armée gothe porte Totila sur le trône. Celui-ci réussit, de façon totalement imprévue, à reconquérir en peu de temps une bonne partie de l'Italie. Il aura de toute évidence bénéficié de nombreux soutiens grâce au comportement détestable des agents impériaux. Dans la décennie qui suit, le pays est tellement ravagé par la guerre que la culture italienne de la fin de l'Antiquité ne s'en relèvera pas. C'est une guerre terrible et incertaine. Bélisaire, à nouveau envoyé pour conduire l'armée impériale, ne parvient pas à prendre de décisions, disposant d'effectifs trop réduits au moment où le gros de l'armée est engagé dans une campagne contre les Perses sassanides. Il est rappelé et, en 552, la nouvelle armée byzantine d'Italie, environ 30 000 soldats sous le commandement de Narsès, obtient une victoire décisive à la bataille de Taginae. C'est à la bataille du Vésuve à l'automne 552 qu'est mis un terme à l'agonie des Goths orientaux avec la chute de Teias. La plupart des Goths se soumettent alors à Narsès. Les rescapés se partagent entre la sujétion à Constantinople, quelques actions de résistance sporadiques et sans espoir, et l'assimilation culturelle aux Francs ou Lombards.

Thervingues et Wisigoths[modifier | modifier le code]

Thervingues (IIIe et IVe siècles)[modifier | modifier le code]

Vers la fin du IIIe siècle, les Thervingues s'installent en Dacie, province abandonnée pour des raisons stratégiques par les Romains. Il est possible qu'ils aient pour cela l'assentiment de l'empereur, qui cherche à constituer une sorte de glacis. Ensuite, à l'exception de quelques razzias occasionnelles menées par les Thervingues, la situation reste calme jusqu'aux années précédant l'arrivée des Huns. En 332, Constantin le Grand leur impose un traité avec les Goths du Danube, par lequel ces derniers s'engagent à lui apporter une éventuelle assistance militaire et surtout à protéger le Danube des envahisseurs. Dans les années qui suivent, Wulfila, nommé évêque des Goths en 341, prêche le christianisme, mais sous la forme hérétique de l'arianisme.

Les Thervingues ont pour roi Athanaric à partir du milieu du IVe siècle. Resté païen, il organise des persécutions contre les chrétiens ; une opposition se forme, conduite par Fritigern, un noble converti au christianisme.

À partir de 365, des tensions apparaissent entre Romains et Thervingues. Athanaric soutient en effet l'usurpateur Procope ; il est nettement vaincu en 369 par l'empereur d'Orient Valens, qui par ailleurs soutient Fritigern.

Athanaric conserve cependant le pouvoir. La situation change avec l'apparition des Huns qui arrivent dans la région en 375, après avoir soumis les Greuthungues. Athanaric se montrant incapable de résister[34], en 376, la plus grande partie des Thervingues, conduits par Fritigern, obtiennent le droit de se réfugier dans l'Empire. Athanaric suivi par le reste préfère se réfugier dans les Carpathes.

Wisigoths dans l'Empire romain[modifier | modifier le code]

Parcours approximatif de la migration des Wisigoths. En l'espace de deux générations, de 376 à 418, ils traversent la moitié de l'Empire romain avant de se sédentariser dans les provinces occidentales.

Valens autorise les Goths de Fritigern à traverser le Danube et à s'établir dans le diocèse de Thrace. Du fait d'une interdiction de l'administration locale, ils ne sont cependant pas désarmés[réf. nécessaire][35]. Ce sont finalement des dizaines de milliers de Goths qui traversent le Danube à Durostorum[36]. devant des Romains totalement dépassés par des problèmes dans le ravitaillement, ceci tenant largement à leur mauvaise gestion de la logistique[réf. nécessaire].

L'armée romaine, totalement débordée, ne peut empêcher que se mêlent au flot des Goths de Fritigern des membres d'autres tribus, ce qui mène bientôt à des « accrochages »[réf. nécessaire]. Les Greuthungues d'Alatheus et Safrac, ainsi qu'un autre groupe thervingue conduit par Farnobius[37], franchissent le Danube à cette occasion, ainsi que des Alains et des fugitifs huns. C'est cet ensemble de réfugiés, qui forment la Confédération des Trois Peuples[réf. nécessaire][38], qui forme le groupe auquel on peut donner le nom de Wisigoths[37]. Un désordre insurmontable s’établit en Thrace et des habitants de l’Empire (esclaves, colons, ) en profitent pour reprendre leur liberté en rejoignant les nouveaux arrivants.

Les relations entre les réfugiés et les autorités romaines sont plutôt mauvaises. Il semble qu’il y ait eu parfois une volonté de réduire les Goths par la famine, ce qui aurait amené un nombre élevé de réduction en esclavage[39]. Dans ces conditions, en 378, l’empereur décide d’intervenir militairement pour rétablir l’ordre.

L'empereur Valens marche sur la Thrace, à la tête d'une armée importante - quelque 15 000 à 20 000 hommes selon les estimations les plus crédibles - réunissant toutes les troupes encore disponibles en Orient[40]. Son neveu Gratien doit l'appuyer par le Nord, mais il est accroché à l'improviste par des Alamans dans le nord-ouest de l'actuelle Bulgarie, ce qui retarde son arrivée. Valens décide néanmoins d'attaquer au matin du 9 août 378 à Andrinople. Les informations dont il dispose font état d'une troupe gothe de seulement 10 000 hommes. Pourtant, quand Valens arrive sur les lieux, il se heurte à une armée plus importante, retranchée derrière un redoutable cercle de chariots. Une négociation est engagée pour trouver une solution pacifique, mais elle est interrompue par deux unités romaines indisciplinées qui donnent inopinément l'assaut, entraînant le reste des troupes. Les Goths résistent si bien qu'ils obligent les Romains à reformer leurs rangs. Ils se lancent à nouveau à l'assaut du cercle de chariots fortifié. C'est à ce moment que la cavalerie greuthungue, revenant du ravitaillement, entre dans la bataille, tandis que Fritigern tente une sortie. Les Romains sont pris en étau. Une attaque de leur aile gauche se brise sur la cavalerie greuthungue. C'est alors la débandade dans la cavalerie et la réserve tactique de l'armée romaine. Les deux tiers de l'armée romaine, l'empereur Valens et la quasi-totalité des généraux et officiers de l'état major trouvent la mort dans cette bataille. Les unités les plus combatives de l'armée romaine d'Orient sont décimées.

Rome et Goths après Andrinople (379-382)[modifier | modifier le code]

Représentation de Théodose Ier sur une pièce de monnaie romaine.

Après leur victoire d’Andrinople, les Goths s’attaquent aux villes de la région[41], mais c’est un échec. Ils se maintiennent cependant dans le diocèse de Thrace, mais certains passent dans celui de Dacie voire de Pannonie. Au début de 379, Valens est remplacé par Théodose, ancien duc de Mésie, nommé par Gratien maître de la cavalerie d’Orient, puis Auguste (19 janvier 379). La stratégie de Théodose envers les Germains est de les refouler vers le Danube tout en s’efforçant de les diviser.

Dès 379, Théodose conclut un accord avec un chef wisigoth chrétien mais orthodoxe (reconnaissant le symbole de Nicée), Modares[42], qui se met à son service ; puis en 380-381, il réussit à entrer en relation avec Athanaric, qui rallie ses troupes à Rome et vient lui-même s’installer à Constantinople, où il meurt peu après. En 380, le groupe ostrogoth d’Alatheus et Safrax est bloqué vers le sud et se tourne vers le nord-ouest, passant en Pannonie où Gratien lui permet de s’installer. En même temps, Théodose bloque le mouvement de Fritigern vers la Thessalie. Mais il n’apparaît pas possible en fin de compte de faire repasser le Danube aux Wisigoths, d’où la conclusion avec Fritigern d’un nouveau traité.

Selon Roger Rémondon[42], aux termes de ce traité, les Goths de Fritigern sont installés entre le Danube et le fleuve Hémos, dans une région qu’ils d’ailleurs ont largement ravagée ; ils sont considérés comme peuple indépendant allié à l’Empire, gouverné par ses propres chefs selon ses propres lois ; ils sont exempts d’impôts ; ils doivent le service militaire, mais dans une armée spécifique, et moyennant une solde. Les Romains (assez peu nombreux) souhaitant rester dans la zone affectée aux Goths conservent le statut et les obligations des citoyens romains. Le contenu précis et la signification du traité de 382 sont cependant l’objet de controverses[43]. Un point important est qu’il s’agit d’un traité de fédération avec un peuple installé à l’intérieur de l’Empire, ce qui est un des aspects de la « barbarisation » caractéristique de cette période. Le traité de 382 est à l'origine d'un rapprochement sensible entre Goths et Romains d'Orient : un certain nombre de Goths entrent dans les sphères dirigeantes de l'empire romain d'Orient, et d'autres s'installent à Constantinople pour y vivre de leur travail[44]. Théodose a dans l'ensemble une attitude particulièrement favorable aux Goths. Au total, si l'on peut douter du fait que la bataille d'Andrinople ait été l'élément déclencheur du déclin de l'Empire, comme cela a parfois été allégué par l'historiographie, il en a bien résulté une réorientation de la politique romaine.

Dans l’Empire de 382 à 395[modifier | modifier le code]

Les conséquences de la bataille d'Andrinople sont multiples. Les Wisigoths sont désormais considérés comme des combattants redoutables, la christianisation est encouragée tandis que Rome se voit contrainte de faire évoluer sa politique à l'égard des Barbares déjà membres de l'Empire. Cela signifie qu'ils seront désormais intégrés et que des mesures seront prises à cet effet sur les plans économique, politique et juridique. Elle se recentre alors bien plus sur la diplomatie et les contributions que sur les frappes préventives. À la base, cela tient à un cruel manque de soldats qui incite par ailleurs à la « barbarisation » de l'armée.[réf. nécessaire][45]

Dans l’ensemble, après le traité de 382, l’ordre est maintenu à la frontière et dans les régions danubiennes.

En 386, Théodose parvient à éliminer une nouvelle arrivée d’Ostrogoths à travers le Danube (sous le chef Odotheus) ; un autre groupe ostrogoth dirigé par Tribigild reçoit l’autorisation de s’installer en Phrygie[42]. Il est probable que la pression croissante des Huns ait poussé à partir de 391 quelques clans wisigoths à migrer vers le sud. C'est dans ce contexte que Fravitta (de), chef de tribu loyal à Rome, assassine son rival Eriulf. En 391-392, des Wisigoths se manifestent de nouveau sous la direction d’Alaric, Fravitta et Eriulf. Mais ces bandes sont neutralisées par Théodose et acceptent de se mettre au service de l’empereur. En 394, les Goths d’Alaric, qui apparaît maintenant comme principal chef wisigoth, sont parmi les soutiens de Théodose, sous les ordres de son commandant en chef Stilicon, dans la guerre contre l'usurpateur Eugène, nommé Auguste pour l’Occident du fait du maître de la milice Arbogast.

Déplacements ultérieurs et prise de Rome[modifier | modifier le code]

Il est probable que la pression croissante des Huns ait poussé à partir de 391 quelques clans wisigoths à migrer vers le sud. C'est dans ce contexte que Fravitta (de), chef de tribu loyal à Rome, assassine son rival Eriulf. Lorsqu'en 395, année de la mort de Théodose, les Huns franchissent massivement le Danube, la plupart des Goths implantés en 382 fuient sous la direction d'Alaric Ier et ravagent les Balkans et le Péloponnèse. Ils ne se considèrent plus comme liés par les traités[réf. nécessaire][46] passés avec Théodose.

Vaincus par le généralissime romain Stilicon, ils obtiennent en 397 la signature d'un nouveau traité qui permet leur installation en Macédoine. Ils n'y passent que quatre années, Alaric n'ayant pas obtenu des Romains un statut et des garanties correspondant à ses attentes, compte tenu de l'aide apportée dans la lutte contre Eugène. En 401, les Goths reprennent la route et sillonnent les Balkans et l'Italie, parvenant à Rome en 408, après la mort de Stilicon. Alaric presse Avec insistance l'empereur Honorius de s'occuper de ses hommes et de les dédommager, mais cette requête est prise à la légère et rejetée par la cour romaine (qui se trouve à Ravenne), où prédomine alors un clan hostile aux Barbares. Aussi, le 24 août 410 après deux ultimatums, les troupes d'Alaric s'emparent de Rome, qu'ils pillent pendant trois jours[47].

Le ravitaillement restant des plus précaires[48], Alaric fait alors vraisemblablement une tentative pour gagner l'Afrique du Nord, mais les bateaux lui font défaut. Il meurt lors de la retraite de ses troupes vers l'Italie du Nord.

Son successeur Athaulf conduit les Wisigoths en Gaule. Au terme de nouveaux engagements militaires, notamment vers l'Espagne et après une seconde tentative de percée vers l'Afrique du Nord, les Goths subissent en 418 une défaite face aux troupes impériales. Ils obtiennent néanmoins un nouveau traité de fédération et sont établis en Aquitaine par le général en chef Constance. c'est le début du royaume wisigoth de Toulouse[49].

Royaume de Toulouse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Royaume wisigoth.

Au cours des décennies suivantes, de nombreux accrochages ont lieu, opposant les Romains tantôt aux Wisigoths, tantôt à d'autres tribus germaniques, avant que la menace hunnique atteigne la Gaule. En 451, la bataille des champs Catalauniques oppose les Huns et différents groupes germaniques, notamment des Ostrogoths, au camp rassemblant Romains, Gaulois et Germains fédérés, dont les Wisigoths. Même s'il est difficile de désigner un vainqueur, l'aura d'invincibilité qui nimbait Attila s'évanouit alors. Selon la légende[réf. nécessaire], le roi des Wisigoths Théodoric Ier aurait été tué par une épée lancée par un Ostrogoth, Andagis.

Le monde méditerranéen aux environs de 450. On reconnaît les espaces colonisés par les tribus germaniques à l'intérieur de l'empire romain.

Par la suite, le royaume wisigoth s'affermit sous le règne de Théodoric II qui impose même sur le trône impérial l'aristocrate gallo-romain Eparchus Avitus. Après la mort d'Avitus, Théodoric affronte le général en chef romain Ægidius, qui en 458 avait obligé les Wisigoths à lever le siège d'Arles. Ægidius, brouillé avec le gouvernement impérial, se replie en 461 vers le nord de la Gaule. Il est attaqué par les Wisigoths qui opèrent pour le compte de Ricimer, le véritable maître à Ravenne. Avec l'appui des Francs, Ægidius parvient à vaincre ses ennemis à Orléans en 463, créant une enclave romaine qui perdurera jusqu'en 486 dans sous l'autorité d'Ægidius, puis de son fils Syagrius.

Malgré cet échec, le royaume wisigoth s'étend, sous le règne d'Euric. Celui-ci, mettant à profit la faiblesse de l'empereur romain d'Occident, ne tient plus compte du traité de fédération et s'emploie à conquérir les régions gauloises limitrophes. Non seulement les Goths ne se heurtent à aucune résistance significative, mais ils supplantent les Romains dans des secteurs que ceux-ci sont incapables de tenir. L'Hispanie ne tarde pas à tomber sous l'hégémonie wisigothe, Euric s'y installant fermement. Aussi, lorsque l'Empire romain d'Occident disparaît en 476, le royaume de Toulouse devient de facto indépendant, et atteint son apogée en s'étendant du centre de la France actuelle (régions de la Loire) jusqu'à l'Espagne qui voit déferler deux grandes vagues[réf. nécessaire] d'envahisseurs dans les années 490.

Sous le règne d'Alaric II, les Wisigoths subissent une défaite majeure lors de la bataille de Vouillé en 507, face aux Francs de Clovis, qui, en 486, a déjà conquis le royaume de Syagrius en Gaule du Nord.

Les Francs s'emparent ensuite de l'Aquitaine y compris Toulouse. Alaric ayant été tué au combat, son fils Amalaric prend pour un temps la succession. Les Wisigoths se retrouvent cantonnés à la péninsule ibérique mais conservent la Septimanie, grâce à l'aide des Ostrogoths de Théodoric qui veut empêcher les Francs de contrôler la côte méditerranéenne.

En 511, Théodoric se proclame roi des Wisigoths.

Royaume de Tolède (526-711)[modifier | modifier le code]

En 526, après la mort de Théodoric, les Wisigoths retrouvent leur indépendance. Tolède devient le nouveau siège royal[50], succédant à Merida.

C'est seulement à partir des années 560, au terme d'une longue période de troubles, que le roi Léovigild consolide le royaume et parvient à contrôler la quasi-totalité de la péninsule ibérique. Il soumet les Cantabres et les Suèves au nord-ouest et contient les Byzantins qui, sous Justinien Ier, se sont emparés de régions méridionales autour de Carthagène[51]. Les décennies qui suivent sont émaillées de nombreuses querelles de succession. Sous l'influence romaine, la vieille royauté militaire germanique a évolué vers une monarchie élective et de puissantes familles aristocratiques s'affrontent pour le pouvoir. La maison régnante d'alors s'efforce de les contrer en instituant une monarchie héréditaire.

L'Église catholique romaine représente un autre outil de pouvoir. Après de vaines tentatives pour amener la majorité de la population à l'arianisme, les rois finissent par se résoudre à prendre un virage radical : dès 587, le roi Récarède Ier se convertit au catholicisme et le IIIe Concile de Tolède en 589 fait de celui-ci la religion officielle du royaume, précipitant la disparition de l'arianisme. En outre, la nouvelle politique religieuse légalise désormais une pratique fréquente bien qu'interdite : le métissage entre Wisigoths ariens, qui représentent 2 à 3 % seulement de la population totale de l'Espagne, et les autres composantes ethniques de la société. Cela entraîne également une rapide extinction de l'usage de la langue gotique au profit de la langue romane vernaculaire. Personne ne semble plus pratiquer le gotique au moment de l'invasion arabe en 711, à l'exception de la haute aristocratie. Les rois wisigoths exercent de fait pleinement leur autorité sur l'Église, sans immixtion du pape, et avec le plein consentement des évêques espagnols[52].

À partir de la fin du VIe siècle, le royaume wisigoth vit un épanouissement culturel, caractérisé par une acculturation aux apports romains ; les rois eux-mêmes poursuivent jusqu'au VIIe siècle la codification du droit qui avait été entreprise par Euric. Le roi Wamba (672-680) est le premier monarque occidental à se faire oindre, selon une pratique de l'Ancien Testament, un moyen de renforcer sa position qui sera repris quelques décennies plus tard dans le royaume des Francs. En 710, après la mort de Wittiza, Rodéric (Rodrigo) est élu roi.

Les Musulmans, après avoir conquis toute l'Afrique du Nord, franchissent le détroit de Gibraltar avec un corps expéditionnaire d'au moins 8 000 hommes. Rodéric est vaincu à la bataille du Guadalete. Tolède tombe sans combattre. Malgré la résistance de Séville et de quelques autres grandes cités, la conquête musulmane de la péninsule ibérique est achevée en 718. En 725, les Musulmans prennent le contrôle de la Septimanie, mais concluent un accord avec un noble wisigoth nommé Théodomir (Tudmir) lui laissant le pouvoir sous contrôle musulman dans le « royaume de Tudmir (de) ». Dans les Asturies, en principe soumises aux Musulmans, apparaît dès la fin des années 710 un foyer de résistance autour du noble goth Pélage, qui, dans les années 720 aurait infligé aux Musulmans une défaite à Covadonga. Il est à l'origine du Royaume des Asturies, dont les souverains se considéreront plus tard comme les successeurs des rois wisigoths, fondement de la future Reconquista.

Civilisation[modifier | modifier le code]

Il est à noter qu'après leur installation, Wisigoths comme Ostrogoths, se sont plus ou moins appropriés la culture latine, même s'ils conservent une certaine originalité. À l'inverse, dans l'Espagne médiévale, la civilisation islamique a emprunté quelques éléments aux Wisigoths, comme la forme des chapiteaux dans les mosquées, ce qui est particulièrement visible en Andalousie.

Langue[modifier | modifier le code]

Le gotique est le représentant le plus significatif du rameau linguistique germain oriental, dont relèvent également le vandale et le burgonde. Le gotique est parvenu dans une version plus archaïque que le vieil anglais ou le vieux norrois par exemple, puisqu'il a acquis une forme écrite bien avant toutes les autres langues germaniques, à la suite de la traduction de la Bible par Wulfila, une des plus anciennes bibles en langue vernaculaire (autre que l’hébreu, le grec ou le latin). Sur le plan linguistique, l’arianisme était plutôt favorable à la conservation de la langue gotique, puisque le culte devait avoir lieu en langue vernaculaire et non pas en latin ou en grec.

En Europe occidentale, elle cesse d'être utilisée couramment à partir de la seconde moitié du VIe siècle en raison de la disparition des États goths de Gaule (Wisigoths du royaume de Toulouse) et d’Italie (Ostrogoths de Théodoric le Grand), puis de la conversion au catholicisme des Goths d'Espagne à la fin du VIe siècle (le gotique aurait survécu jusqu'au milieu du VIIe siècle en Espagne). L’assimilation linguistique a été assez rapide, compte tenu du faible nombre de Goths implantés en Occident. En ce qui concerne l’Orient, le Franc Walafrid Strabo mentionne qu'au début du IXe siècle, la langue gotique est encore parlée sur le cours inférieur du Danube.

C’est en Crimée qu’elle aurait subsisté le plus longtemps, sous une forme que l'on nomme gotique de Crimée, puisque quelques individus aurait été identifiés comme locuteur du gotique par Ogier Ghislain de Busbecq à la fin du XVIe et encore par d'autres jusqu'aux XVIIe-XVIIIe siècles. Actuellement, le gotique a totalement disparu ; il a cependant laissé quelques traces dans le lexique de certaines langues romanes.

Religion[modifier | modifier le code]

Une page du Codex Argenteus.

La religion originelle des Goths fait partie des religions germaniques, sur lesquelles il subsiste peu de sources. Jordanès rapporte que les Goths, après une victoire, ne considéraient plus leur roi comme un homme ordinaire mais le dépeignaient comme un demi-dieu (en latin semideus, en gotique ansis[53]). Le mot ansis pourrait représenter une forme gothe du terme « Ases », groupe des principaux dieux de la mythologie nordique. Chez les Goths, le dieu de la guerre, Týr, pourrait avoir tenu le premier rang. Rien n'atteste avec certitude l'existence d'un Odin goth. Par ailleurs, le Danube ainsi que d'autres cours d'eau sont vénérés comme des divinités. Le dieu des fleuves fait l'objet de sacrifices humains, et des serments sont prononcés sous son invocation. Les combats s'ouvrent sur des incantations aux ancêtres et des libations d'hydromel. Dans chaque tribu, prêtres et chamans des deux sexes vénèrent des divinités locales. Rien ne montre cependant qu'il ait existé un culte commun à tous les Goths, voire seulement à tous les Wisigoths.

Les Goths entrent en contact avec le christianisme dès le IIIe siècle, d’abord à cause des prisonniers chrétiens faits lors des razzias dans l’Empire romain. À partir des années 340, une évangélisation systématique a lieu avec l’arrivée d’Ulfila, « évêque des Goths » vers 341, lui-même d’origine gothe et connaissant très bien la langue gotique, mais ayant bénéficié d’une éducation gréco-romaine poussée. Cette prédication est surtout connue en ce qui concerne les Thervingues, à l’ouest du Dniestr Elle propage la doctrine chrétienne sous la forme de l’arianisme, qui malgré la condamnation du concile de Nicée en 325, prédomine de facto dans l’Empire d’Orient au milieu du IVe siècle. Socialement parlant, le christianisme progresse de la base vers le sommet. Les milieux dirigeants thervingues voient en lui une menace à l'ordre social et soupçonnent les chrétiens de collaboration avec les Romains. Athanaric, ennemi juré de Rome, est à ce titre porte-parole des roitelets wisigoths jusqu'en 375. Au nom des divinités traditionnelles, il persécute les Goths chrétiens, notamment avant 346 et de 369 à 372. Ces persécutions anti-chrétiennes prennent un tour parfois extrêmement violent. C'est ainsi qu'Athanaric les fait brûler dans leurs maisons, tandis qu'un autre Goth, Winguric, les immole par églises entières[réf. nécessaire].

Après avoir fui les premières persécutions dans le royaume des Goths et s'être installé sous la protection de l'empereur romain Constance II au sud du Danube, Ulfila et ses assistants effectuent une traduction de la Bible en langue gotique. Ce travail dure de 350 à sa mort en 383, fondé sur des éléments déjà traduits par des missionnaires latins et grecs. L'exemplaire le mieux conservé est le Codex Argenteus, une pièce royale rédigée à l'encre d'argent et d'or sur un vélin teint en pourpre, témoin de l'importance accordée à ces efforts fondateurs de l'identité au VIe siècle. Malgré les persécutions, les Goths convertis finissent par représenter une force et par trouver des chefs, notamment en la personne de Fritigern, rival d'Athanaric. Dans les années 360, Fritigern soutient l'empereur Valens alors qu’Athanaric prend le parti de l’usurpateur Procope. Cela amène des affrontements entre Goths en 367, dont Athanaric sort vainqueur, ce qui amène de nouvelle persécutions contre les chrétiens.

On[Qui ?] ne sait pas grand chose de la christianisation des Ostrogoths. Les Greuthungues ont certainement été aussi touchés par l’évangélisation au IIIe siècle. Les Ostrogoths de Théodoric à la fin du Ve siècle sont comme les Wisigoths des tenants de l’arianisme, ainsi que les Goths de Pannonie à la même époque.

Système politique[modifier | modifier le code]

L'espace de souveraineté des Goths est la gut-thiuda (gutþiuda), divisée en tribus[réf. nécessaire]. Les tribus sont dirigées par les chefs (reiks), qui forment le conseil (gafaúrds) En cas de danger, le conseil désigne un « homme de loi » (kindins). Celui-ci ou le conseil nomme un chef de guerre (drauhtins), pour diriger les opérations militaires. C'est l'aristocratie qui détient l'autorité civile, la gards, comme dans le château, le baúrgs, concurremment avec les haims, représentants de la collectivité villageoise[réf. nécessaire].

On connaît quatre lignées royales chez les Goths : les Amales, les Balthes, les Berig et les Geberic. Les Amales sont un clan royal ostrogoth qui a pour ancêtre fondateur mythique Amal, arrière-petit-fils légendaire de Gaut, et arrière-grand-père d’Ostrogotha, le « Père des Ostrogoths ». Cassiodore indique que cette famille se rattache aux Ases, divinités nordiques. Le premier Amale historiquement attesté est Ermanaric, roi des Greuthungues vers 370 ; un autre représentant de ce clan est Théodoric le Grand au Ve siècle. La geste des héros germaniques a gardé le souvenir de cette lignée sous le nom d'Amelungen. Les Balthes (clan wisigoth), dont le nom est peut-être à rapprocher de l'anglais « bold » (« audacieux ») sont le clan d’Alaric Ier, Ricimer et Geisalic. Des Berig, il ne nous reste trace que de Bérig lui-même, d'un certain Gadarig (dont on ne sait rien par ailleurs) et de Filimer.

Quant aux Geberic, outre l'éponyme, il y avait probablement Cniva. L'historiographie à visée politique a retenu les Amales et les Balthes comme souverains légitimes respectifs des Ostrogoths et Wisigoths.

Au fil du temps, notamment à l'occasion des migrations, la composante militaire de la monarchie germanique s'impose : c'est l'assemblée des guerriers qui « hisse sur le pavois » le roi, appelé þiudans, une formule qui passera dans le langage courant.

A contrario, le roi ostrogoth Théodoric le Grand se définissait comme citoyen romain et roi latin, Flavius rex, car il avait l'ambition d'inscrire l'histoire gothe comme un chapitre de l'histoire romaine.

Cette évolution aboutit in fine à une concurrence entre monarchie élective et monarchie héréditaire chez les Wisigoths espagnols.

Art[modifier | modifier le code]

Le trésor de Pietroasa, découvert en 1837 en Roumanie, est un des plus beaux ensembles que l'on puisse attribuer aux Goths... Il est constitué de nombreux récipients d'argent, ainsi que des célèbres broches aquilines. Depuis l'époque de la Mer Noire, l'aigle constituait le symbole goth par excellence. Ce trésor a vraisemblablement été soustrait à la curiosité des Huns. Il est aujourd'hui conservé au Musée national de Bucarest. Il ne fait aucun doute que le chef-d'œuvre des Goths sur le plan artistique est le Codex Argenteus, la « Bible d'argent », rédigée à l'encre d'argent et d'or sur du parchemin teint au pourpre. Ce manuscrit d'une valeur inestimable, pièce majeure de l'Antiquité tardive, datant du début du VIe siècle, est aujourd'hui conservé à Uppsala en Suède. En 1970, un feuillet unique a été découvert dans un reliquaire de la cathédrale de Spire.

Le Mausolée de Théodoric à Ravenne ressemble un peu au tombeau de Constantin. Cependant les ossements de Théodoric ont disparu.

Mausolée de Théodoric le Grand à Ravenne.

Le trésor mis au jour à Guarrazar, près de Tolède, contient entre autres les couronnes de sacre de deux rois wisigoths.

Postérité[modifier | modifier le code]

Souvenir des Wisigoths en Languedoc et Catalogne[modifier | modifier le code]

L’ancienne province romaine de Narbonnaise, dont le territoire reste sous contrôle des rois de Tolède jusqu’en 720, et qui passe sous contrôle musulman de 720 à 750 environ, est appelée, après la reconquête franque « Septimanie » mais aussi « Gothie ». À la fin du VIIIe siècle, le territoire est attribué en même temps que le comté de Toulouse à Guillaume d’Aquitaine, sous le nom de marquisat de Septimanie ou marquisat de Gothie.

En ce qui concerne l’actuelle Catalogne, la domination musulmane y est un peu plus longue. Lorsque les Francs reconquièrent les comtés de Pallars-Urgel, Ribagorza, Gerone, Barcelone (801), les habitants manifestent un grand attachement à la lex gotica, c’est-à-dire au code du roi Receswinthe ; aux IXe et Xe siècles, dans ces régions qui forment la marche d’Espagne, la notion de légalité publique est particulièrement vive, permettant à un homme libre d’attaquer en justice un comte[54], chose devenue totalement anachronique dans le reste de l’ex-Empire carolingien. Le nom même de la Catalogne pourrait venir du nom des Goths, mais cette étymologie est objet de discussion.

Dans les pays toulousains, malgré un siècle de royauté wisigothe, les Wisigoths n’ont pas marqué le paysage. Ils survivent cependant grâce aux légendes concernant le trésor d’Alaric, dont l’avatar le plus récent, encore actif de nos jours, est l’énigme de Rennes-le-Château.

Wisigoths dans la construction historique de l’Espagne[modifier | modifier le code]

On peut remarquer d’abord qu’en Espagne, le langage courant utilise le mot « Godos » pour désigner les Wisigoths du royaume de Tolède, en particulier dans l’expression « en el tiempo de los Godos » (équivalent de « ça remonte à Hérode »). Mais le souvenir du royaume de Tolède a joué un rôle dans l’histoire espagnole peu de temps après la conquête musulmane de la péninsule ibérique. La fuite de la noblesse wisigothe dans les Asturies et la création ultérieure du royaume des Asturies sont devenues des éléments essentiels de l'histoire de l'Espagne L'héritier du trône d'Espagne porte encore de nos jours le titre de « Prince des Asturies ».

Au Moyen Âge, l'invocation des Goths sert à légitimer la Reconquista et la recolonisation de régions dépeuplées. Du XVe siècle à l'époque moderne, certains Espagnols se réclament des Goths de Suède, en s'appuyant sur l'œuvre de Jordanès, alors que le lien est pour le moins discutable, que ce soit avec les Guten installés dans le Gotland, en Suède méridionale, avec les Gauten de l'Östergötland et du Västergötland ou avec l'épopée de Beowulf.

Dans l’art et la littérature[modifier | modifier le code]

À première vue, les Goths n’ont pas donné lieu à une foule d’œuvres littéraires tournant autour de leur histoire.

L’adjectif « gothique », qui se réfère longtemps au peuple goth, subit une évolution sémantique assez intéressante au XVe siècle ; il est alors utilisé de façon extrêmement péjorative par des auteurs de la Renaissance pour désigner le style ogival, par opposition aux styles classiques de l’Antiquité : « gothique » est au départ synonyme de « barbare », non conforme à la civilisation gréco-romaine. Par la suite, et en particulier à l’heure actuelle, le mot continue d’être utilisé, sans la connotation péjorative des origines. Les sens dérivés : littérature gothique, mouvement gothique, ont un sens général de « moyenâgeux », dans une perspective plutôt sombre.

Dans l’album Astérix et les Goths, le nom de « Goths » est utilisé à la place de celui de « Germains ». Sans doute le titre « Astérix chez les Germains », qui aurait été plus conforme aux données historiques, n’a-t-il pas paru suffisamment euphonique. Les Goths de l’album sont évidemment des Allemands caricaturaux. Dans la Rubrique-à-brac, Marcel Gotlib imagine une troisième branche des Goths, les Berlingoths, qui, quoique farouches guerriers, sont essentiellement des losers chroniques et totalement inoffensifs.

Dans l’usage actuel du français[modifier | modifier le code]

À l’heure actuelle, le mot « Ostrogoth » est un terme péjoratif pour désigner une personne un peu brutale. Le Petit Larousse illustré (1991) indiquait en seconde acception : 1) Homme qui ignore les bienséances, la politesse 2) Familier : un drôle d’Ostrogoth, un individu bizarre. Ce terme est toutefois d’usage moins courant que « Vandale » (nom d'une autre tribu des Grandes Invasions passé dans le langage courant), qui connote une plus grande violence.

« Ostrogoth » apparaît chez Hergé dans la liste des injures utilisées par le capitaine Haddock. En revanche, ni « Wisigoth », ni « Goth » ne sont utilisés de cette façon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Et [ɔstʁɔgo], [vizigo].
  2. L'article « Goths » du Reallexikon der Germanischen Altertumskunde présente un panorama sommaire. Wolfram et Heather sont un peu plus détaillés.
  3. Rudolf Much: Ostgoten. In: Reallexikon der Germanischen Altertumskunde (RGA), vol. 3 &nbsp, 1re édition, Strasbourg 1915-16, p.389 &nbsp, §10f. (une étude d'ethnonymie exhaustive).
  4. T. F. Hoad, English Etymology, Oxford University Press, 1993 (ISBN 0-19-283098-8), p. 140b.
  5. Albert Greulich, Herwig Wolfram: Ostgoten. In: Reallexikon der Germanischen Altertumskunde. Tiré de Heinrich Beck, Dieter Geuenich, Heiko Steuer. 2e édition, vol. 22, De Gruyter, Berlin – New York 2003 (ISBN 3-11-017351-4), p 344 &nbsp.
  6. Duden, Das Herkunftswörterbuch, Etymologie der deutschen Sprache, Duden Band 7, Duden Verlag. p. 503b.
  7. T. F. Hoad, op. cit.
  8. Duden, Ibidem.
  9. Il y a des correspondances intéressantes entre le gotique, la langue des Goths, et le gutnisk, le dialecte suédois du Gotland
  10. En ce qui concerne la problématique des Getica de Jordanès en tant que source, Heather 1994, p. 3 sqq. Ainsi que l'analyse exhaustive de Christensen 2002.
  11. Outre Christensen 2002, voir également Walter A. Goffart: Barbarian Tides: The Migration Age and the Later Roman Empire. Philadelphia 2006, p. 56 sqq.
  12. La mention concernant le roi Filimer se trouve-t-elle dans Jordanès, ou vient-elle d'une autre source ?
  13. gotique:gutans, Gutans
  14. La Germanie, XLIV, cité par Kazanski 1991.
  15. 25 et 95
  16. La question est traitée de façon détaillée par Kazanski 1991, p. 9-18.
  17. Kazanski 1991, p. 18.
  18. article Goten, dans RGA, vol 12, p. 412 sqq. 428. (avec une bibliographie développée). Se reporter également à
    • Bierbrauer 1994, p. 75 sqq. ;
    • Rolf Hachmann, Die Goten und Skandinavien, Berlin, 1970 ;
    • Heather 1996, p. 11 sqq. ;
    • Walter Pohl, Die Völkerwanderung,Stuttgart, 2002, p. 44 sqq.
    • Wolfram 2001, p. 50.
  19. Bierbrauer 1994, p. 75 sqq.
  20. Les Goths sont parfois nommés par les auteurs de l'époque, comme l'historien Dexippe, « Scythes », terme anachronique utilisé par l'historiographie antique pour désigner les groupes barbares surgissant autour de la Mer Noire
  21. a et b Rémondon 1970, p. 52.
  22. Heather 1994, p. 309 sqq.
  23. cf. Les points de vue de Peter J. Heather et Herwig Wolfram.
  24. Chapitre 119.
  25. Chapitre 116.
  26. Cité par Kazanski 1991, p. 36.
  27. Cf. Joos J. Mikkola, "Die namen der völker Hermanarichs.", dans : Finnisch-Ugrische Forschungen: Zeitschrift für finnisch-ugrische Sprach- und Volkskunde. cahier XV, 1915, pp. 56–66. Les noms des peuples d'Ermanaric in Recherches finno-ougriennes : Revue de linguistique et d'ethnographie finno-ougrienne
  28. Theodor von Grienberger: « Ermanariks Völker », dans Zeitschrift für deutsches Altertum. ("Revue d'Antiquité allemande"), vol. 39, 1895, pp. 154–184.
  29. Gottfried Schramm, Altrusslands Anfang. Historische Schlüss aus Namen, Wörtern und Texten zum 9. und 10. Jahrhundert, Fribourg en Brisgau, 2002, p. 54.
  30. Kazanski 1991, p. 36.
  31. Heather 1994, p. 88 sqq.
  32. Gottfried Schramm, Altrusslands Anfang. Historische Schlüss aus Namen, Wörtern und Texten zum 9. und 10. Jahrhundert, Fribourg en Brisgau, 2002, p. 56.
  33. a et b Lot 1968, p. 207.
  34. En ce qui concerne les confrontations armées, voir. Bernard S. Bachrach, Some Observations on the "Goths" at war, dans: Francia 19/1, 1992, pp. 205-214.
  35. Cette phrase est incompréhensible.
  36. Rémondon 1970, p. 173.
  37. a et b Lot 1968, p. 208.
  38. Pour la période, Heather 1994, et aussi Kulikowski 2007 (jusqu'au sac de Rome, en 410). Pour les Wisigoths, lire également Kampers 2008. Il serait cependant nécessaire de référencer l'appellation "Confédération des Trois Peuples", qui n'apparaît nulle part ailleurs, ni dans Wikipédia, ni sur Internet.
  39. Rémondon 1970, p. 192, citant Synésius : « dans chaque maison, on peut trouver un esclave goth… ».
  40. Barbero 2010, p. 158
  41. Rémondon 1970, p. 190.
  42. a, b et c Rémondon 1970, p. 191.
  43. Cf. Hartmut Leppin, Theodosius der Große, Darmstadt 2003, p. 45 sqq.
  44. Lot 1968, p. 210.
  45. Ce passage n'est pas toujours très clair (quel est le rapport entre la bataille et la christianisation et est un peu général.
  46. Y a-t-il d'autres traités que celui de 382 ?
  47. Mischa Meier, Steffen Patzold: August 410 – Ein Kampf um Rom. Stuttgart 2010 .
  48. L'Italie, et surtout Rome, importe son blé, notamment d'Afrique du Nord
  49. Il y a controverse sur ce qu'ont obtenu les Goths : un tiers du pays ou des impôts, cf Walter A. Goffart, Barbarians and Romans, Princeton 1980, p. 103 sqq. Cf également Herwig Wolfram, Die dauerhafte Ansiedlung der Goten auf römischem Boden. Eine endlose Geschichte, in: Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung 112 (2004), pp. 11–35.
  50. À propos royaume de Tolède, voir Kampers 2008, p. 155 sqq.
  51. Les dernières forteresses byzantines disparaissent seulement dans les années 620
  52. Giese 2004, p. 163 sqq.
  53. Voir Getica 13
  54. Bennassar 1992, p. 156.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources anciennes[modifier | modifier le code]

Études contemporaines[modifier | modifier le code]

En français
  • Ferdinand Lot, La Fin du monde antique et le début du Moyen âge, Paris, Albin Michel, coll. « L'Évolution de l'humanité » (no 5),‎ 1968, In-16°, couv. ill. en coul. 9 F., 567 p. (notice BnF no FRBNF33082942)
    Bien qu'assez ancien (première édition en 1927), cet ouvrage ne paraît pas présenter de discordances frappantes avec la page ci-dessus, en ce qui concerne la période postérieure au IIIe siècle.
  • Roger Rémondon, La crise de l'Empire romain : de Marc-Aurèle à Anastase, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio » (no 11),‎ 1970, 2e éd. (1re éd. 1964), ill., cart. ill. en coul. ; 19 cm, 364 p. (notice BnF no FRBNF35169556), en particulier la table chronologique détaillée du début de seconde partie.
  • Bartolomé Bennassar (dir.), Histoire des Espagnols : VIe ‑ XXe siècle, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1992 (1re éd. 1985), cartes, couv. ill. en coul. ; 20 cm, 1132 p. (ISBN 2-221-06811-4, notice BnF no FRBNF35492241), en particulier : Pierre Bonnassie, « Le temps des Wisigoths », p. 11-48, et « Emergence de la Catalogne », p. 152-175.
  • Michel Kazanski, Les Goths : Ier ‑ VIIe siècle après J.-C., Paris, Éditions Errance, coll. « Hespérides »,‎ 1991, ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 156 p. (ISBN 2-87772-062-4, ISSN 1147-4904, notice BnF no FRBNF35501368).
  • Alain Chauvot, « Les migrations des Barbares et leur conversion au christianisme », dans Jean-Marie Mayeur (dir.), Histoire du christianisme, t. II : Naissance d'une chrétienté : des origines à nos jours, Paris, Desclée,‎ 1995, ill. ; 25 cm, 1092 p. (ISBN 2-7189-0632-4, notice BnF no FRBNF35765850), p. 861-882.
  • Alessandro Barbero, Le jour des barbares, Flammarion, coll. « Champs histoire »,‎ 2010
  • Renée Mussot-Goulard, Les Goths, Atlantica, Biarritz, 1999.
En anglais
  • (en) Sam Barnish (dir.) et Federico Marazzi (dir.), The Ostrogoths from the Migration Period to the Sixth Century : An Ethnographic Perspective, Londres,‎ 2007, 497 p..
  • (en) Thomas S. Burns, A History of the Ostrogoths, Bloomington, Indiana university press,‎ 1984, ill. ; 24 cm, XVII-299 p. (ISBN 0-253-32831-4, notice BnF no FRBNF34825010).
  • (en) Arne Søby Christensen, Cassiodorus, Jordanes, and the history of the Goths : studies in a migration myth, Copenhagen, Museum Tusculanum Press,‎ 2002, 26 cm, XI-391 p. (ISBN 87-7289-710-4, notice BnF no FRBNF38878302).
  • (en) Peter J. Heather, Goths and Romans, 332-489, Oxford, Clarendon Press,‎ 1994, ill., cartes ; 22 cm, XI-378 p. (ISBN 0-19-820535-X, OCLC 31821081)
    Intéressant particulièrement sur le plan des relations gotho-romaines, une approche parfois différente de celle de Wolfram.
  • (en) Peter J. Heather, The Goths, Oxford, Blackwell, coll. « The peoples of Europe »,‎ 1996 (réimpr. 1998), ill. ; 24 cm, XV-358 p. (ISBN 0-631-16536-3, notice BnF no FRBNF37670929).
  • (en) Michael Kulikowski, Rome's Gothic wars from the third century to Alaric, Cambridge (Massachusetts), Cambridge university press, coll. « Key conflicts of classical Antiquity »,‎ 2007, 24 cm, XII-225 p. (ISBN 978-0-521-84633-2, notice BnF no FRBNF41040073).
En allemand
  • (de) « Goten », dans Reallexikon der Germanischen Altertumskunde (RGA), vol. 12 : Getränke - Greiftierstil, Berlin ; New York, Walter de Gruyter,‎ septembre 1998, [13] p. de pl. : ill. ; 25 cm, VI-619 p. (ISBN 3-11-016227-X, notice BnF no FRBNF37673116), p. 402–443
    Une introduction essentielle et des références bibliographiques fournies.
  • (de) Volker Bierbrauer, « Archäologie und Geschichte der Goten vom 1.—7. Jahrhundert : Versuch einer Bilanz », Frühmittelalterliche Studien, Berlin, Walter de Gruyter, vol. 28,‎ 1994, p. 51-171 (ISSN 1613-0812 et 0071-9706, DOI 10.1515/9783110242263.51, résumé)
    Un apport important fondé sur l'archéologie.
  • (de) Dietrich Claude, Geschichte der Westgoten, Stuttgart, Kohlhammer, coll. « Urban-Taschenbücher » (no 128),‎ 1970, carte ; 19 cm, 154 p. (OCLC 494512478).
  • (de) Christoph Eger, « Westgotische Gräberfelder auf der Iberischen Halbinsel als historische Quelle : Probleme der ethnischen Deutung », dans Cum grano salis, Friedberg, Likias,‎ 2005, ill., cartes, plans, couv. ill. en coul. ; 31 cm, 351 p. (ISBN 3-9807628-5-8), p. 165-181.
  • (de) Wolfgang Giese, Die Goten, Stuttgart, Kohlhammer, coll. « Urban-Taschenbücher » (no 597),‎ 2004, cartes, tables ; 19 cm, 207 p. (ISBN 3-17-017670-6)
    Un bon état des lieux de l'état actuel des connaissances, clair et concis. Gothuey Famille
  • (de) Gerd Kampers, Geschichte der Westgoten, Paderborn, Ferdinand Schöningh,‎ 2008, 24 cm, 347 p. (ISBN 978-3-506-76517-8 et 3-506-76517-5, notice BnF no FRBNF41306663, LCCN 2008447572)
    Un panorama à jour et relativement synthétique.
  • (de) Michael Kulikowski (trad. Bettina von Stockfleth), Die Goten vor Rom [« Rome's Gothic wars : from the third century to Alaric »], Stuttgart, K. Theiss,‎ 2009, cartes ; 25 cm, 208 p. (ISBN 978-3-8062-2198-5 et 3-8062-2198-7, notice BnF no FRBNF42028546)
    Une vision d'ensemble sous la plume d'un historien qui remet en question nombre d'analyses de ses prédécesseurs (Heather, Bierbrauer, Wolfram) et tient notamment pour une fable la prétendue migration massive des Goths avant 200.
  • (de) Herwig Wolfram, Die Goten : Von den Anfängen bis zur Mitte des sechsten Jahrhunderts, München, C.H.Beck,‎ 2001, 4e éd., 596 p. (ISBN 3-406-33733-3)
    Travail essentiel, mais en partie contesté, marchant sur les traces de Reinhard Wenskus.
  • (de) Herwig Wolfram, Gotische Studien : Volk und Herrschaft im frühen Mittelalter, München, C. H. Beck,‎ 2005, 22 cm, 352 p. (ISBN 3-406-52957-7, notice BnF no FRBNF39945133).
En d'autres langues
  • (es) José Orlandis, Historia del reino visigodo español : los acontecimientos, las instituciones, la sociedad, los protagonistas, Madrid, Rialp,‎ 2003 (réimpr. 1988), 24 cm, 461 p. (ISBN 84-321-3469-4, notice BnF no FRBNF39293820)
    Fondamental sur le royaume de Tolède.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]