Temple de Vesta (Rome)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Temple de Vesta (Tivoli)
Temple de Vesta
Vestiges actuels du temple de Vesta
Vestiges actuels du temple de Vesta

Lieu de construction Forum Romain
Date de construction VIIe siècle av. J.-C.
Ordonné par Numa Pompilius
Type de bâtiment Temple romain
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Temple de Vesta

Localisation du temple dans la Rome antique (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 30″ N 12° 29′ 11″ E / 41.891664, 12.48626241° 53′ 30″ Nord 12° 29′ 11″ Est / 41.891664, 12.486262  
Liste des monuments de la Rome antique

Le temple de Vesta (en latin : Aedes Vestae) est un temple romain dédié à Vesta et situé sur le Forum Romain, à Rome. C'est un petit temple rond très ancien qui aurait été édifié sous le règne de Numa Pompilius, au VIIe siècle av. J.-C., durant la Monarchie romaine. Le temple est construit en relation avec la Maison des Vestales avec laquelle il forme un complexe religieux appelé Atrium Vestae.

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé à l'extrémité orientale du Forum Romain, près de la Regia et de la Maison des Vestales, il est également proche de la fontaine de Juturne et du temple de Castor et Pollux[a 1],[a 2], originellement au sein du quartier des Vestales (voir le plan).

Fonction[modifier | modifier le code]

Le temple abrite le feu sacré[a 3], le Palladium (une effigie en bois de Minerve apportée par Énée depuis Troie[a 4]) ainsi que d'autres objets sacrés, qui sont gardés dans des caches secrètes appelées penus Vestae[a 5]. On ne trouve aucune statue de la déesse elle-même dans la cella[a 6], à la place se dresse le foyer dans lequel brûle le feu sacré. Les Romains pensent que ce feu est intimement lié à la fortune de la ville et considèrent son extinction comme un signe annonçant des désastres imminents.

L'édifice même consacré à Vesta n'est pas un templum (un espace consacré)[1], bien que les poètes le qualifient quelquefois ainsi[a 7]. Il s'agit par contre d'un aedes (temple). Selon Ovide, sa forme ronde avec un foyer au milieu est une représentation symbolique de la Terre, avec son feu central et immobile[a 8]. Les historiens modernes font aussi un rapprochement avec un rite funéraire très ancien observé à Rome, consistant à recueillir les cendres du défunt après crémation, à les placer dans une urne ronde en forme de cabane qu'ils inhumaient. On ne peut toutefois pas tirer de ces similitudes symboliques d'autres conclusions que l'extrême ancienneté de ce culte et son caractère autochtone.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Denarius de Quintus Cassius Longinus avec une représentation du temple de Vesta.

Le site sur lequel est construit le temple connaît une activité cultuelle depuis le VIIe siècle av. J.-C. L'édification du bâtiment est attribuée par certains à Romulus, mais le temple est à l'extérieur du pomœrium du Palatin et ne peut avoir été construit avant le deuxième stade de croissance de la ville. Les auteurs antiques attribuent la construction du premier temple de Vesta à Numa Pompilius[a 9],[a 10] qui a également fait construire à proximité la Regia (sa résidence) et la Maison des Vestales, ce qui en fait l'un des édifices les plus anciens qu'ait connu la Rome antique[2]. À l'origine, le roi charge ses propres filles de surveiller le feu sacré. Peu à peu, elles acquièrent le statut de prêtresses et l'ordre des Vestales devient le seul sacerdoce féminin de Rome[2].

Le temple est sans doute incendié lors du sac de Rome en 390 av. J.-C.[a 11] et à nouveau en 241 av. J.-C., lorsqu'un des pontifes, Lucius Caecilius Metellus se précipite dans le temple en flammes et sauve les objets sacrés dont le Palladium, y perdant la vue[a 12],[a 13]. Néanmoins, Cicéron affirme que c'est la vue des objets sacrés qui le rend aveugle, et non l'incendie[a 14]. En 210 av. J.-C., il est sauvé d'un incendie grâce à la dévotion de treize esclaves, qui sont alors rachetés aux frais de l'état et obtiennent la liberté[a 15]. Le temple subit alors, avec la Maison des Vestales, d'importantes restaurations. Il est encore menacé en 14 et les objets sacrés sont évacués[a 16]. Les sources antiques relèvent deux autres destructions du temple dans des incendies, lors du grand incendie de 64, il est alors reconstruit sur ordre de Néron[a 17] puis en 191, il est alors restauré par Julia Domna, épouse du futur empereur Septime Sévère[a 18].

En 391, Théodose Ier abolit les rites païens par une série de décrets. Le temple est finalement fermé, le feu sacré éteint et l'ordre des Vestales dissout en 394, après la victoire de Théodose contre Eugenius et Arbogast à la bataille de la rivière froide.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Resté quasiment intact pendant tout le Moyen Âge, le temple est toujours debout en 1549, selon le témoignage de l'érudit Onofrio Panvinio. Mais il est détruit quelques années plus tard, le marbre est réemployé dans la construction d'églises et de palais pour les papes.

Vestiges[modifier | modifier le code]

Les vestiges du temple sont mis au jour lors de fouilles archéologiques du XIXe siècle. Les ruines visibles aujourd'hui sont le résultat d'une reconstruction entreprise dans les années 30 sous la dictature de Benito Mussolini. Elles comprennent une partie du podium et des fondations, trois colonnes et l'entablement qu'elles supportent ainsi que la portion du mur de la cella correspondant à la même section.

Description[modifier | modifier le code]

Le temple est monoptère, c'est-à-dire de forme ronde[n 1] et entouré d'une simple rangée de colonnes, comme tous les temples consacrés à Vesta. De dimensions modestes (le podium fait quinze mètres de diamètre)[2], il est surmonté d'un dôme ayant pour hauteur la moitié du diamètre de l'édifice, probablement en imitation des cabanes italiques anciennes, et aurait été construit à l'origine en acacia avec un toit couvert de chaume. Le faîte du toit devait être percé afin de laisser s'échapper la fumée[2]. Le podium, en opus caementicium, est recouvert de plaques de marbre[2]. Il est complété par vingt socles en saillie qui soutiennent vingt colonnes corinthiennes en marbre blanc. La cella est fermée, vingt colonnes engagées décorent son mur extérieur. On y accède par une porte orientée vers l'est qui rappelle le lien entre le feu sacré et le Soleil, considérés comme source de la vie. À l'intérieur de la cella, une cavité en forme de trapèze de 2,40 mètres de côté est aménagée dans le podium. Il s'agit peut-être du penus Vestae, dans lequel les objets sacrés les plus précieux sont dissimulés[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur la forme ronde du temple et les correspondances dans le monde indien, voir Georges Dumézil, Rituels indo-européens à Rome, Paris, Klincksieck, 1954, chap. II : Aedes rotunda Vestae, p. 27-43.

Références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. Luc Duret et Jean-Paul Néraudeau, Urbanisme et métamorphose de la Rome antique, Realia, Les Belles Lettres, 2001, p. 138.
  2. a, b, c, d, e et f Filippo Coarelli, Rome and environs, an archaelogical guide, University of California Press, 2007, p. 84-85.
  • Sources antiques :
  1. Horace, Satires, I, 9 (lire en ligne).
  2. Martial, Épigrammes, I, 70, 3-4 (lire en ligne).
  3. Ovide, Fastes, VI, 297 (lire en ligne).
  4. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, II, 66 (lire en ligne).
  5. Festus, De la signification des mots, XIV (lire en ligne).
  6. Ovide, Fastes, VI, 295-298 (lire en ligne).
  7. Ovide, Fastes, VI, 265-282 (lire en ligne).
  8. Ovide, Fastes, VI, 267 (lire en ligne).
  9. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, II, 65-66 (lire en ligne).
  10. Plutarque, Vies parallèles, Numa, 11 (lire sur Wikisource).
  11. Tite-Live, Histoire romaine, V, 42 (lire en ligne).
  12. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, II, 66 (lire en ligne).
  13. Tite-Live, Periochae, XIX (lire en ligne).
  14. Cicéron, Pro Scauro, 48.
  15. Tite-Live, Histoire romaine, XXVI, 27 (lire en ligne).
  16. Dion Cassius, Histoire romaine, LIV, 24 (lire en ligne).
  17. Tacite, Annales, XV, 41 (lire en ligne).
  18. Dion Cassius, Histoire romaine, LXXII, 24 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Plan du Forum Romain
Plan du forum à la fin de l'époque républicaine.
Plan du forum à la fin de l'Empire.