391

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
388 389 390  391  392 393 394

Décennies :
360 370 380  390  400 410 420
Siècles :
IIIe siècle  IVe siècle  Ve siècle
Millénaires :
Ier millénaire av. J.-C.  Ier millénaire  IIe millénaire


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Cette page concerne l'année 391 du calendrier julien.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 27 février, Milan : un édit de Théodose interdit aux particuliers des sacrifices païens, de visiter les temples, et d'adorer les idoles[1].
  • 9 mai, Concordia[2] : loi de Théodose vouant les apostats a l'infamie[1].
  • 27 mai : Théodose est à Vicence[2].
  • 17 juin, Aquilée : un édit de Théodose adressé au préfet d'Égypte Evagrius et au comte Romanus reprend en l'aggravant la constitution du 24 février, qui interdit aux païens l’accès à leurs temples et toutes les cérémonies du culte païen, dans le diocèse d’Orient ; les gouverneurs de province et leurs officiers risquent une amende de 15 livres d'or[1]. En Égypte, le patriarche d’Alexandrie Théophile est chargé d’appliquer l’édit. Les temples sont détruits ou transformés en églises. Les statues sont brisées ou transportées à Constantinople. À Alexandrie la Bibliothèque est incendiée et le Sérapéum est détruit[3],[4]
  • 1er juillet : loi adressée par Valentinien II, Théodose et Arcadius ad provinciales, qui autorise la légitime défense contre les soldats déserteurs, vagabonds et brigands de grands chemins[5] ; elle est peut-être en relation avec les désordres en Macédoine.
  • Juillet : retour de Théodose à Constantinople où sa présence est attesté le 18 juillet[6].
  • 20 décembre, Constantinople : Théodose interdit sous peine de proscription tout sacrifice défendu à l’intérieur comme à l’extérieur des temples[1].


Naissances en 391[modifier | modifier le code]

Décès en 391[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Arthur Beugnot, Histoire de la destruction du paganisme en Occident, vol. 1, Firmin Didot frères,‎ 1835 (présentation en ligne)
  2. a et b Charles Le Beau, Hubert-Pascal Ameilhon, Histoire du Bas-Empire, vol. 1, F. Didot,‎ 1824 (présentation en ligne)
  3. Edward Gibbon, Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, ch. 28. et in Vie et destin de l'ancienne Bibliothèque d'Alexandrie par M. El-Abbadie, Paris, UNESCO, PNUD, 1992, 248 p., ISBN 978-92-3-202632-3, in Bibliothèque du bibliothécaire, BBF 1994 - Paris, t. 39, n° 1 bbf.enssib.fr
  4. Deux autres compte-rendus de l'ouvrage de M. Canfora (sup. cité) font dire à cet auteur que l'hypothèse la plus probable de la destruction de la bibliothèque d'Alexandrie est celle résultant des conflits de pouvoir politique et religieux entre paganisme et christianisme confluences.ifrance.com et itinera.fltr.ucl.ac.be
  5. Élisabeth Magnou-Nortier, Aux sources de la gestion publique : L'Invasio des villae ou la villa comme enjeu de pouvoir, vol. 2, Presses Univ. Septentrion,‎ 1995 (ISBN 9782865310654, présentation en ligne)
  6. La Géographie administrative et politique d'Alexandre à Mahomet, vol. 6, Brill Archive,‎ 1981 (présentation en ligne)
  7. John Stewart Bowman, Columbia chronologies of Asian history and culture, Columbia University Press,‎ 2000 (ISBN 9780231110044, présentation en ligne)
  8. Histoire de l'humanité, vol. 3, UNESCO,‎ 2000 (ISBN 9789232028129, présentation en ligne)