Bataille de Taginae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Taginae
Informations générales
Date juillet 552
Lieu Gualdo Tadino, Italie
Issue victoire byzantine
Belligérants
CoA of the Byzantine Empire.svg Empire romain d'Orient Royaume ostrogoth
Commandants
Narsès Totila
Forces en présence
de 20 à 25 000 hommes de 15 à 18 000 hommes
Pertes
inconnues environ 6 000 morts
Guerre des Goths (535-553)
Batailles
Naples (536) · Rome (537-538) · Vérone (541) · Faventia (542) · Mucellium (542) · Naples (542-543) · Rome (546) · Rome (549-550) (en) · Sena Gallica (551) · Taginae (552) · Vésuve (552) · Volturno (554)

La bataille de Taginae se déroula en juillet 552 près de Gualdo Tadino. Les forces de l'empire byzantin, commandées par Narsès, y furent victorieuses des Ostrogoths, pavant la voie pour une reconquête romaine de la péninsule italienne.

Pendant plusieurs années Justinien a essayé de soumettre les Ostrogoths lors de plusieurs campagnes en Italie. Malgré plusieurs victoires à chaque fois les Goths se sont repris. Justinien décide donc en 550 de lever une armée de 22 000 hommes sous le commandement du général Narsès. Après 2 ans de préparation, cette armée gagne Ravenne, restée romaine, et se dirige vers Rome.

Bataille[modifier | modifier le code]

Près du village de Taginae, Narsès rencontre l'armée ostrogoth, commandée par le roi Totila, qui s'est avancée à sa rencontre. Se trouvant en infériorité numérique, Totila demande à négocier alors même qu'il prépare une attaque surprise mais Narsès n'est pas dupe de ce stratagème. Il déploie son armée dans une formation très défensive, massant au centre l'infanterie de ses alliés germaniques (Lombards et Hérules) au sein d'une dense phalange, et plaçant les troupes byzantines de chaque côté. Sur chaque aile, il place également 4 000 archers à pied.

Totila tente initialement de contourner son adversaire en s'emparant d'une petite colline, qui domine la seule route à l'arrière des lignes de Narsès, sur la gauche des byzantins, mais une petite troupe byzantine déployée dans une formation compacte en bouclier arrive à repousser les attaques successives de la cavalerie ostrogoth. Attendant 2 000 hommes envoyés en renforts par Teias, Totila utilise divers expédients pour différer la bataille, incluant des offres de négociation et des duels singuliers.

Les troupes de Teias finissent par arriver et Totila rompt alors sa formation, sous le prétexte d'aller déjeuner. Narsès, suspectant une nouvelle ruse, permet à ses troupes de se rafraîchir mais sans qu'elles quittent leurs positions. Totila, espérant prendre l'ennemi par surprise, lance alors un assaut à grande échelle contre le centre de l'armée byzantine, cherchant probablement à en finir le plus tôt possible afin d'éviter au maximum le tir des redoutables archers byzantins. Cependant, Narsès s'était préparé à une telle manœuvre et ordonne à ses lignes d'archers massées sur les flancs de s'incliner vers le centre, donnant à sa ligne de bataille une forme en croissant. Prise dans un tir en enfilade des deux côtés, la cavalerie ostrogoth subit de lourdes pertes et échoue dans son attaque. Narsès donne alors l'ordre d'avancer et les Ostrogoths se débandent, Totila étant tué au cours de cette déroute.

Cette victoire permit à Narsès de prendre Rome sans rencontrer de sérieuse résistance. Les Ostrogoths se regroupent sous les ordres de Teias, le successeur de Totila, mais sont à nouveau battus au Mons Lactarius, défaite qui marque la fin du royaume Ostrogoth d'Italie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roy Boss, Justinian's Wars : Belisarius, Narses and the Reconquest of the West, Stockport, 1993
  • John Haldon, The Byzantine Wars, The History Press, 2008
  • Philip Rance, Narses and the Battle of Taginae (Busta Gallorum) 552 : Procopius and sixth century warfare, Historia 54 (2005), p. 424–472.
  • Warren Treadgold, A History of the Byzantine State and Society, The Stanford Press, 1997
  • John J. Norwich, Byzantium : The Early Centuries, Alfred A. Knopf, Inc., 1989

Références[modifier | modifier le code]