Swinthila

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Swinthila
Swinthila et son fils Ricimer
Swinthila et son fils Ricimer
Titre
Roi des Wisigoths d'Hispanie
621631
Prédécesseur Récarède II
Successeur Sisenand
Biographie
Titre complet Roi des Wisigoths
Date de naissance vers 590
Date de décès 635
Lieu de décès Tolède
Père Récarède roi des Wisigoths
Mère Clodoswinthe d'Austrasie
Enfant(s) Ricimer
Profession général du roi Sisebut
Résidence Tolède

Swinthila[1] (en gotique 𐍃𐍅𐌹𐌽𐌸𐌹𐌻𐌰/Swinþila, en espagnol Suintila) est roi wisigoth d'Hispanie et de Septimanie de 621 à 631.

Biographie[modifier | modifier le code]

Statue à Madrid (J. Bustos, 1750-53).

Né vers 590, Swinthila serait le fils du roi wisigoth Récarède (586-601), 1er monarque catholique d'Espagne, et de la princesse franque Clodoswinthe d'Austrasie, fille de la reine Brunehilde, elle-même ancienne princesse wisigothe. Selon la chronique du pseudo-Maxime, sa mère ne serait pas Chlodoswinthe mais une noble wisigothe prénommée Baddo, que Récarède avait épousé au plus tard en 589.

Dans sa jeunesse, il sert le roi Sisebut (612-621) en tant que général et s'illustre notamment contre les Byzantins et les montagnards du nord de la péninsule Ibérique. Il occupe également la fonction de dux.

En 621, le jeune roi Récarède II, fils et successeur du roi Sisebut, meurt dans des conditions mystérieuses après seulement trois mois de règne, ce qui permet à Swinthila de se faire élire roi des Wisigoths.

« L'an 659[2], la dixième année du règne d'Héraclius, le très glorieux Swinthila prit par la grâce de Dieu le sceptre du royaume. Sous le roi Sisebut, il avait rempli les fonctions de duc et s'était emparé de camps romains[3]. Il avait, également, vaincu les Ruccones[4]. Lorsqu'il fut élevé au faîte du pouvoir royal, il acquit le reste des villes que l'armée romaine possédait encore en Espagne. Plus que tous les autres rois, il jouit de la gloire du triomphe et d'une félicité admirable, car, ce qui n'était encore arrivé à aucun des princes, il réalisa entre ses mains, pour la première fois, l'unité de la monarchie. »

— Isidore de Séville, Historia Gothorum.

Militairement, il combat énergiquement les Vascons dans le nord de la péninsule et fonde la forteresse d'Olite pour lutter contre leurs incursions dans la vallée de l'Ebre. Mais il combat surtout les Byzantins dans le sud, cherchant à les expulser définitivement de la péninsule ; en 622, il prend et détruit Carthagène, capitale de l'Espagne byzantine (en), puis étend sa domination jusqu'à Cadix et Valence. En 624, l'Algarve tombe aux mains des Wisigoths et les troupes byzantines sont définitivement chassées d'Espagne. Les Byzantins se replient en Afrique dans la forteresse de Septem (l'actuelle Ceuta), ne conservant que les Baléares. Pour la première fois, un roi wisigoth règne sur toute la péninsule Ibérique.

Cependant, malgré ses succès militaires, Swinthila provoque le mécontentement de la noblesse à cause de sa sévérité mais également celui de l'Église, après lui avoir confisqué de nombreux biens. De plus, il cherche à imposer sa dynastie en associant au trône son jeune fils Ricimer, un enfant âgé de sept ans.

Il est finalement chassé du pouvoir par une conjuration menée par un noble prétendant au trône, Sisenand, gouverneur ou duc de la Gothie (Septimanie) soutenu par une partie de la noblesse mais également par Dagobert, roi des Francs, qui lui apporte une aide militaire. Selon la chronique de Frédégaire, « comme Swinthila était très sévère, et haï de tous les grands de son royaume, Sisenand, l’un d’eux, et de l’avis des autres, alla trouver Dagobert pour en obtenir une armée, afin de détrôner Swinthila. En récompense, il promit de donner à Dagobert un superbe vase en or, appartenant au trésor des Wisigoths, qui avait été donné au roi Thorismond par le patrice Aetius, et qui pesait cinq cents livres d’or ». Swinthila est rapidement abandonné par ses troupes et par son propre frère Geila qui rejoignent les rangs des rebelles. Sisenand est proclamé roi par ses troupes à Saragosse (631) et s'empare de Tolède, capitale wisigothe. Après une période de troubles dans le royaume et l'élimination du rebelle Iudila qui contrôlait une partie du royaume, son pouvoir est officiellement reconnu en 633 lors du IVe concile de Tolède, marquant ainsi le début de la monarchie hispano-wisigothique élective, un véritable tournant pour l'Espagne : les rois seront élus par une assemblée de nobles mais également par des représentants de l'Église, et seront contrôlés par cette dernière. Swinthila est la même année jugé pour ses crimes, excommunié et dépossédé de ses biens. Il serait mort deux années plus tard (635) à Tolède, où il avait la permission de résider.

Selon la chronique des rois wisigoths (Chronica regum Wisigotthorum), Suinthila régna 10 ans.

La couronne de Swinthila[5] se trouve actuellement au Musée national du Moyen Âge, à Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Svinthila, Suinthila, Suintila.
  2. L'an 659 de l'Ère d'Espagne, c'est-à-dire l'an 621.
  3. C'est-à-dire les camps byzantins. Pour les Wisigoths, les Byzantins étaient des « Romains » (Romani).
  4. Montagnards du nord de la péninsule Ibérique.
  5. Voir sur le site du musée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]