Guillaume de Gellone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir saint Guillaume, Guillaume, Guillaume d'Orange et Guillaume d'Aquitaine.
Guillaume de Gellone ou d'Aquitaine
Titre
Duc d'Aquitaine
790806
Prédécesseur Chorson de Toulouse
Successeur Warin d'Auvergne
Marquis de Septimanie
790806
Prédécesseur aucun
Successeur Bégon de Paris
Comte de Toulouse
790806
Prédécesseur Chorson de Toulouse
Successeur Bégon de Paris
Biographie
Dynastie Wilhelmides
Date de naissance entre 755 et 760
Date de décès vers 814
Lieu de décès Gellone ?
Sépulture Saint-Guilhem-le-Désert
Père Thierry d'Autun
Mère Aude
Conjoint Cunégonde
Guibourg
Enfant(s) Héribert et Bernard
Gaucelme et Thierry
Comtes de Toulouse

Guillaume de Gellone ou d'Aquitaine, surnommé le Grand (né entre 750 et 755 - mort entre le 28 mai 812 et le 21 mai 815[1] est un aristocrate important et une personnalité militaire du royaume d'Aquitaine de l'époque carolingienne. Il fut comte de Toulouse, duc d'Aquitaine et marquis de Septimanie dans les années 790, avant de fonder l'abbaye de Gellone en 804 et de s'y retirer.

Issu de la famille des Guilhelmides, apparentés aux Pippinides et aux Carolingiens, il grandit certainement à la cour royale franque. Il reçoit d'importantes fonctions de commandement en Aquitaine, en Septimanie et dans la marche d'Espagne, où il conseille le jeune roi d'Aquitaine, Louis, organise la défense du territoire, repousse les incursions musulmanes, et participe à la conquête de Barcelone en 801.

En 806, il se retire dans l'abbaye qu'il a fondé, sur les conseils de son ami Witiza et avec l'aide de l'abbé d'Aniane, le réformateur Benoît. Canonisé par le pape Alexandre II en 1066 sous le nom de saint Guilhem, il est fêté le 28 mai[2].

Guillaume a inspiré au XIIe siècle le personnage de Guillaume d'Orange dans la chanson de geste Guillaume au Court Nez.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Guillaume naît dans le nord du royaume franc, certainement en Bourgogne, au milieu du VIIIe siècle, entre 750 et 755. Son père, Thierry, peut-être un descendant de Bertrade de Prüm, rattaché à la haute noblesse franque, est un proche des maires du palais, Charles Martel et Pépin le Bref. Il est plusieurs fois comte d'Autun, en Bourgogne, entre 742 et 750[3] et épouse une fille de Charles Martel, Alda ou Aude.

Il est donc, à sa naissance, le neveu du nouveau roi des Francs, Pépin le Bref, et le cousin du futur Charlemagne, qui a à peu près son âge. Il passe son enfance à la cour royale. Il épouse, à une date inconnue, sa première femme, une dame franque, Cunégonde.

La défense de l'Aquitaine[modifier | modifier le code]

Guillaume d'Aquitaine prend Nîmes en ayant caché ses hommes dans des tonneaux de vin (Bibliothèque de Boulogne-sur-Mer).

En 781, Charlemagne couronne son troisième fils, Louis, âgé de seulement trois ans, roi de l’Aquitaine, c'est-à-dire des territoires allant de la Loire aux abords de la Garonne, avec la Vasconie, organisée entre la Garonne et le piémont pyrénéen et dont la cité principale est Toulouse, la Septimanie et la marche d'Espagne. Il s'agit pour Charlemagne de donner des gages à la noblesse aquitaine, qui n'a été soumise aux Francs qu'en 769 par Pépin le Bref, mais aussi de faire face aux troubles fomentés par le duc des Basques, Loup II, qui secoue l'autorité franque et a provoqué le massacre de Roncevaux en 778. Il s'agit encore de repousser les incursions de musulmans d'Espagne : la Septimanie musulmane, conquise par Pépin le Bref en 759, reste menacée.

Chorson a été choisi comme comte de Toulouse et duc d'Aquitaine, afin d'aider le jeune Louis à gouverner et assurer la protection du royaume d'Aquitaine. En 785, il fait d'ailleurs la conquête de la ville de Gérone et de sa région, qui est confiée avec Besalu et Empuries au noble goth Rostaing. Mais en 787 ou 788, Chorson est enlevé par les Basques d'Adalric, qui l'oblige à lui prêter un serment de fidélité avant de le relâcher[4]. Guillaume accompagne Charlemagne, qui poursuit la guerre au sud des Pyrénées et qui fait la conquête d'Urgell et de sa région en 789, intégrée au comté de Toulouse. En 790, Charlemagne démet Chorson de ses fonctions et le remplace par son cousin Guillaume en 790. Celui-ci est dès lors le principal responsable de la défense du royaume d'Aquitaine.

En 793, l'émir de Cordoue Hicham Ier profite que son royaume soit pacifié pour lancer plusieurs guerres saintes contre les royaumes chrétiens du nord de la péninsule. En 791, il vainc à Burbia le roi des Asturies, Bermude Ier. En 793, il regroupe une armée de 100 000 hommes, dont la moitié doit attaquer à nouveau le royaume des Asturies et l'autre moitié le royaume franc. Abd-al-Malik ibn Abd-al-Wahid ibn Mughith, le général d'Hicham Ier, s'empare d'abord de Gérone, puis pénètre en Septimanie, dont il ravage le territoire et la ville de Narbonne, afin de faire du butin. Guillaume se porte à sa rencontre et l'affronte à Villedaigne, sur les rives de l'Orbieu : il est battu, mais sa résistance acharnée épuise les musulmans, qui doivent battre retraite en Espagne. Les combats se poursuivent de façon sporadique en Septimanie jusqu'en 795, sans que les musulmans parviennent à progresser. C'est peut-être dans ces années-là qu'il rencontre sa deuxième femme, Guibourg, qui était la veuve du wali musulman de la ville d'Orange, tué lors de la reconquête de la ville par Guillaume.

Les nouvelles offensives dans la marche d'Espagne[modifier | modifier le code]

À partir de 796, l'émirat de Cordoue connaît des troubles : profitant de la succession difficile de Hicham Ier, remplacé par son fils al-Hakam Ier, le roi des Asturies Alphonse II passe à l'offensive et s'empare de Lisbonne en 798. Le même année, ce sont les oncles d'al-Hakam, Sulayman et Abdallah, qui demandent également l'aide de Charlemagne[5]. Afin de préparer la conquête, Guillaume convoque à Toulouse une assemblée à laquelle assistent Alphonse II des Asturies et le rebelle musulman Bahlul ibn Marzuq[6].

Les préparatifs de guerre prennent du temps, mais à la fin de l'année 800 Guillaume est aux côtés de Louis d'Aquitaine pour conquérir Barcelone : trois armées, l'une menée par le comte de Gérone, Rostaing, l'autre par Guillaume et la dernière par Louis se rejoignent pour mettre le siège devant la ville. Guillaume reçoit le commandement d'une partie de l'armée chargée de s'établir en territoire musulman, entre Lérida et Saragosse, afin d'arrêter les troupes musulmanes qui pourraient venir en renfort depuis Cordoue. Il attaque et pille les villes de Huesca et de Lérida, favorisant également la révolte des Basques de Pampelune, qui s'affranchissent de l'autorité musulmane. Il repousse, à la fin de l'année, une armée de secours près de Saragosse[7]. Le 3 avril 801, le wali musulman de Barcelone, Haroun, ouvre les portes de sa ville aux troupes de Guillaume, qui entre dans la ville avant l'arrivée de Louis d'Aquitaine. La ville de Barcelone et sa région, érigée en comté, sont intégrés à la marche d'Espagne et confiés à Bera, le comte de Gérone, de Razès et de Conflent.

En 804, Guillaume ne semble pas participer aux opérations de conquête menées par Bera afin de consolider les positions franques de la marche d'Espagne, toujours sous la menace d'offensives musulmanes. Ce dernier organise une expédition contre Tarragone et Tortose, mais sa tentative échoue et il est repoussé.

La fondation de l'abbaye de Gellone[modifier | modifier le code]

Le Bienheureux Guillaume de Tolose tourmenté par les démons. Peinture d'Ambroise Frédeau en 1657 (Musée des Augustins, Toulouse).

Parmi les personnalités du royaume d'Aquitaine se trouve un de ses amis d'enfance, Witiza, qui après une carrière militaire, fonda vers 784 une abbaye à Aniane, sur la rive sud de l'Hérault, adoptant alors le nom de Benoît. À son exemple et sur les conseils de Benoît d'Aniane, réformateur de l'ordre bénédictin, Guillaume fonde en 804 des établissements religieux suivant la règle de saint Benoît. Il choisit un lieu assez proche d'Aniane, mais sur la rive nord, dans le vallon de Gellone, qui faisait à l'époque partie du diocèse de Lodève, et y installe la communauté de Saint-Sauveur de Gellone.

Après la mort de sa deuxième femme, Guibourg, en 806, il s'y retire. Il meurt à Gellone le 28 mai 812 ou 814. L'abbaye reste dans la dépendance des abbés d'Aniane.

L'abbaye d'un roman provençal des plus beaux a malheureusement été amputée de toutes ses décorations lapidaires, vendues à George Grey Barnard et acquises par le Metropolitan Museum. Elles peuvent être admirées aujourd'hui au Cloisters museum.

Postérité[modifier | modifier le code]

La béatification[modifier | modifier le code]

saint Guillaume de Gellone ou d'Aquitaine
Image illustrative de l'article Guillaume de Gellone
Saint Guillaume ermite. Peinture d'Antonio de Pereda, vers 1630 (Académie royale des beaux-arts de San Fernando, Madrid).
Vénéré à Saint-Guilhem-le-Désert
Béatification vénéré dès le début du IXe siècle
Canonisation 1066 Rome
par Alexandre II
Vénéré par Église catholique romaine
Fête 28 mai
Attributs équipement de soldat
Saint patron Saint-Guilhem-le-Désert
Campins

Peu de temps après sa mort, Guillaume est l'objet de la vénération de la population locale. L'abbaye attire un grand nombre de pèlerins, en particulier pour ceux qui se dirigent vers Saint-Jacques de Compostelle par la voie d'Arles. Le corps de Guillaume, placé sous le dallage du narthex, est déplacé dans le chœur, malgré l'opposition de l'abbé d'Aniane. En 1066, le pape Alexandre II proclame la canonisation de saint Guilhem. Son culte se répand, principalement dans l'Hérault, mais également en Espagne, comme à Campins.

Guillaume est censé avoir accompli plusieurs miracles à Gellone. Ainsi, Guillaume aurait eu le pouvoir d'éloigner le diable. De l'abbaye d'Aniane, Benoît lui envoyait régulièrement des vivres par le seul chemin praticable, nécessitant de franchir les gorges de l'Hérault, mais chaque fois, le diable effrayait les animaux de charge qui tombaient dans le précipice. Guillaume, avec l'aide de Dieu, ordonna au diable de rentrer dans son trou et de n'en plus sortir.

Dans l'abbaye bénédictine de Gellone, appelée aujourd'hui Saint-Guilhem-le-Désert, se trouve encore le reliquaire en argent, en forme de croix, renfermant un morceau de la Sainte Croix que Charlemagne lui avait offert[8].

Les chansons de geste[modifier | modifier le code]

Guillaume est à l'origine du personnage légendaire de Guillaume d'Orange, principal protagoniste d'un cycle de plusieurs chansons de geste narrant la lutte des Francs du sud de l'empire carolingien contre les Sarrasins. Il est connu comme Guillaume au Court Nez, car il aurait eu le bout du nez coupé par l'émir Corsolt lors d'un combat sous les murs de Rome, ou de Guillaume Fierbrace, qui veut dire « bras vaillant ».

Il descendrait de Garin de Monglane et d'Ermengart, fille de Charles Martel. Tous sont de fiers guerriers ayant combattu les Sarrasins. Cousin de Charlemagne, sa sœur est mariée au roi Louis Ier le Débonnaire. Le sud de la France est alors envahi par les Sarrasins. Guillaume, qui est comte des Marches d'Espagne, les combat victorieusement avec bravoure. Il bat leur plus grand chef, Desramé. Charlemagne le nomme duc de Gothie, de Toulouse et d'Aquitaine. Il prend la ville d'Orange, qui était gouvernée par une princesse sarrasine, Orable, fille de Desramé. Par la suite, Orable se convertit et épouse Guillaume sous le nom chrétien de Guibourg, et la ville devient la résidence du couple. Guillaume subit cependant une terrible défaite face aux Sarrasins à la bataille d'Aliscans, mais il finit par les rejeter définitivement du pays lors d'une seconde bataille au même endroit.

À l'exception de La Chanson de Guillaume, toutes les chansons sont rattachées au cycle de Guillaume d'Orange. Les textes de ce cycle sont :

Famille[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Thierry III
roi des Francs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bertrade de Prüm
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernarius
 
Chrodlindis
 
Caribert
comte de Laon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Chrotais
 
Charles Martel
 
Rotrude
 
Landrada
mère de Chrodegang
 
 
 
 
 
Théoderic
comte
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard
comte
 
Pépin le Bref
roi des Francs
 
Hiltrude
x Odilon de Bavière
 
Landrade
 
Alda
sœur de Landrade
et d'Hiltrude
 
Thierry Ier
comte d'Autun
 
 
 
Bertrade de Laon
x Pépin le Bref
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charlemagne
roi des Francs
empereur
 
 
 
Guillaume
de Gellone
 
Alleaume
 
Theodoen
comte d'Autun
 
Abba
religieuse
 
Berta
religieuse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Wala
comte
 
 
 
 
 
Chrodlindis
 
Bernard
de souche royale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

De son premier mariage avec Cunégonde naquirent les enfants suivants[1],[9] :

De son second mariage avec Guibourg, il eut[1] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Guillaume, fils de Théodoric comte d'Autun sur le site Foundation for Medieval Genealogy.
  2. Voir « Saint Guillaume de Gellone » sur Nominis.
  3. Settipani, 1993, p. 173-176.
  4. Michel Dillange, Les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine : 778-1204, Mougon, Geste éd., coll. « Histoire »,‎ 1995, ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 303 p. (ISBN 2-910919-09-9, ISSN 1269-9454, notice BnF no FRBNF35804152), p. 27-28
  5. (ca) Ramon d'Abadal i de Vinyals, El domini carolingi a Catalunya, Institut d'Estudis Catalans, 1986, p. 86-92.
  6. (es) Luis Suárez Fernández, Historia de España Antigua y media, Ediciones Rialp, p. 186-188.
  7. (en) Paul E. Chevedden, « The Hybrid Trebuchet: The Halfway Step to the Counterweight Trebuchet », On the Social Origins of Medieval Institutions, Brill, Leyde, 1998, p. 185.
  8. Réf. Mabillon, sect. Ben. 41, p. 88 ; Henschénius, Diss., p. 448 ; Bulteau, p. 367, et l'Histoire générale de Languedoc, par les Bénédictins, I, 9.
  9. On trouve parfois dans cette liste le comte Bera. Celui-ci, dans une charte de l'abbaye d'Alet datée des environs de 813, mentionne que son défunt père portait le nom de Guillaume. Le rapprochement avec Guillaume de Gellone a été fait par dom Vaissète, auteur de l’Histoire générale de Languedoc, suivi par plusieurs auteurs, mais est actuellement contesté (Jean Alain Sipra, Le Comte Béra, marquis de Gothie,‎ 1998 (lire en ligne)).
  10. Est-ce que cela veut dire que la charte de fondation est encore disponible ?
  11. Paschase Radbert, le biographie et confident de Wala, affirme que « Wala épousa la sœur d'un tyran en fonction en Espagne, fils d'un duc de la plus haute noblesse, plus jeune de lui d'une génération et ayant un frère aveuglé ». Les historiens s'accordent à voir en ce tyran Bernard de Septimanie, frère d'Héribert (aveuglé en 834) et fils de Guillaume de Gellone (Riché 1983, p. 143 et Settipani 1993, p. 357).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • 1627 av - Saint Guillaume d'Aquitaine alias Guilhem de Gellone, par Simon Vouet, hst, musée du Louvre, Paris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]