Tyras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tyras et les autres colonies grecques de la côte nord de la Mer Noire au Ve siècle av. J.-C.

46° 12′ 04″ N 30° 21′ 02″ E / 46.20111, 30.35056 Tyras, colonie de Milet probablement fondée vers -600, était située à une quinzaine de kilomètres de l'embouchure du Tyras (le Dniestr). Sans grande importance à ses débuts, elle tomba au IIe siècle av. J.-C. sous la coupe de rois indigènes dont les noms apparaissent sur ses pièces et fut détruite par les Gètes vers -50. En 56 apr. J.-C., elle semble avoir été reconstruite par les Romains et fit par la suite partie de la province de Mésie inférieure. On y a trouvé plusieurs pièces avec des têtes d'empereurs, de Domitien à Alexandre Sévère. Peu après la fin du règne de ce dernier, elle fut détruite par les Goths. Le gouvernement étaient aux mains de cinq archontes, d'un sénat et d'une assemblée populaire. Le type de ses pièces suggère qu'elle faisait le commerce du blé, du vin et du poisson. Les quelques inscriptions découvertes concernent aussi principalement le commerce. Ses ruines sont très réduites, car le site a ensuite été recouvert par la grande forteresse médiévale de Cetatea Alba (Montecastro pour les Génois, Akkerman pour les Turcs)[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir E. H. Minns, Scythians and Greeks (Cambridge, 1909) ; V. V. Latyshev, Inscriptiones Orae Septentrionalis Ponti Euxini, vol.1

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :