Mordves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mordves

Description de cette image, également commentée ci-après

Femmes erzianes de l'oblast de Penza ayant revêtu leur costume traditionnel.

Populations significatives par région
Population totale 843 000 (est.)
Autres
Langues

Erzia, mokcha, russe

Religions

Orthodoxie

Ethnies liées

Maris, autres populations finno-ougriennes

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de répartition

Les Mordves sont un peuple établi à l'ouest de la Volga, qui occupe un territoire qui s'étend de l'Ukraine à l'Asie centrale.

L'appellation mordve, quoique fréquente, regroupe deux peuples dont l'origine commune n'est pas avérée.

  • Les Mokchanes proviennent du bassin de la rivière Mokcha. Ils incluent les peuples Karataï.
  • Les Erzianes proviennent du bassin de la rivière Soura. Ils incluent les peuples Chochka et Terioukhanes.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les Mordves constituent, avec 1,1 million de personnes, le plus important des peuples finno-ougriens de Russie. Ils ne forment pourtant que 33 % de la population de la République de Mordovie, une république de la fédération russe[1]. Seuls 28 % des Mordves résident en Mordovie.

Les Mordves sont majoritairement orthodoxes et luthériens, avec quelques moloques.

Langues[modifier | modifier le code]

Les langues mordves appartiennent au groupe des langues finno-ougriennes et se divisent en deux branches linguistiques : erzia et mokcha.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un voyageur hongrois, frère Richard, qui se rendit chez les Mordves au XIIIe siècle, dira à leur sujet : "ce sont des païens, et des gens si cruels que la réputation d'un homme qui n'a pas tué de nombreux ennemis ne vaut rien. Et quand ils voyagent, ils emmènent avec eux les crânes de tous les hommes tués. Plus ils en ont, plus grande est leur considération. Ils font des coupes avec les crânes humains, dont ils aiment beaucoup se servir pour boire. Il n'est pas permis de prendre femme à celui qui n'a pas tué d'homme."[2].

Dominés par les Tatars de Kazan jusqu'au XVe siècle, ils se sont disséminés en petits groupes vers l'est lors de l'arrivée des Russes.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) Russia's ethnic republics (.jpg). Avec 5 % de Tatars et 61 % des Russes.
  2. Frère Richard, À la recherche de la Grande Hongrie (en latin : De facto Ungariae Magnae), XIIIe siècle. Source consultable sur le site remacle.org.