Boèce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le philosophe du XIIIe siècle, voir Boèce de Dacie.

Boèce

Philosophe occidental

Antiquité tardive

Description de cette image, également commentée ci-après

Boèce et Philosophie, manuscrit de 1372.

Naissance 470 à Rome
Décès 524 à Pavie
Principaux intérêts Logique, Religion, Musique
Œuvres principales Consolation de la philosophie
Influencé par Platon, Aristote, Cicéron, Porphyre
A influencé La majeure partie de la philosophie médiévale

Anicius Manlius Severinus Boethius[1], communément appelé Boèce, né vers 470 à Rome, mis à mort en 524 à Pavie par Théodoric le Grand, est un philosophe et un homme politique latin. Il est l'auteur de la célèbre Consolation de la philosophie, une œuvre néoplatonicienne dans laquelle la poursuite de la sagesse et l'amour de Dieu sont décrits comme les véritables sources du bonheur. Il est le contemporain de Cassiodore et de Clovis et un témoin des derniers feux de l'Empire romain. Il fut le transmetteur de la logique aristotélicienne en Occident et une source fondamentale de la philosophie médiévale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Boèce naît à Rome en 470 ou 475. Il appartient à la gens Anicii, chrétienne depuis environ un siècle, et dont est issu l'empereur Olybrius. Son père, Flavius Manlius Boetius, est nommé consul en 487 et meurt peu après. Boèce est ensuite élevé par Quintus Aurelius Symmaque dont il épouse la fille, Rusticiana[1].

Il passe son enfance à Rome pendant le règne d'Odoacre, et reçoit une bonne éducation, notamment en grec. Il devient un ami intime de Théodoric le Grand, roi des Ostrogoths, et est nommé consul en 510. Ses travaux sont consacrés à traduire en latin les œuvres complètes d'Aristote avec commentaire, ainsi que celles de Platon, puis d'effectuer une « restauration de leurs idées en une unique harmonie. » Il effectue ainsi la traduction de l’Organon d'Aristote accompagné de gloses grecques. Il traduit également l'Isagogè de Porphyre de Tyr, une introduction à la logique aristotélicienne avec un double commentaire[1]. Boèce compose également De differentiis topicis, un livre soulignant les différences entre les Topiques de Cicéron et ceux d'Aristote[2].

Il met ensuite en pratique son étude de la logique dans quatre opuscules sur la Trinité et la nature du Christ, et contre Nestorius et Eutychès. En utilisant la terminologie des catégories d'Aristote, il décrit l'unité de Dieu en termes de substance, et les trois personnes divines en termes de relation. Il cherche également à donner une définition orthodoxe du Christ en déployant les notions précises de « substance », de « nature » et de « personne[1]. »

En 520, Boèce devient magister officiorum sous le règne de Théodoric. Ses deux fils sont nommés consuls en 522. Mais sa bonne fortune ne dure pas. Suite à un schisme avorté entre Rome et l'église de Constantinople, Boèce et plusieurs sénateurs sont suspectés de communiquer avec l'empereur byzantin Justin. Ce dernier est orthodoxe, tandis que Théodoric est arien. Boèce défend ouvertement le sénateur Albinus, et par la suite est accusé d'avoir écrit à l'empereur Justin contre le règne de Théodoric. Cette charge, aggravée par une accusation de magie, le conduit à la prison de Pavie. C'est pendant cette période d'isolement qu'il écrit la Consolation de la philosophie. Ses biens sont confisqués, et après une longue période de détention, il est finalement mis à mort en 524[1], une décennie avant le grand changement climatique de 535-536 qui va faire régresser durablement l'Europe.

Saint et martyr[modifier | modifier le code]

Consolation de la philosophie, édition publiée à Gand en 1485.
Boèce enseignant, manuscrit de La Consolation de la philosophie, 1385.

Quelques siècles après sa mort, Boèce est considéré comme un saint et un martyr. Son ouvrage sur la Trinité montre sa lutte active contre l'arianisme de Théodoric. Bien que reconnu traditionnellement comme un saint, le philosophe romain ne fut pas canonisé. En 996, l'empereur Othon III ordonne le placement de sa dépouille dans la crypte de la basilique San Pietro in Ciel d'Oro à Pavie[1]. Gerbert d'Aurillac inscrit sur son tombeau une épitaphe dans laquelle il vante les talents, les vertus civiques et le patriotisme de l'illustre Romain. En 1861, Boèce est encore célébré à Pavie, à Milan, et à Brescia, le 23 octobre, jour de la fête de Saint-Sévérin[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Boèce fut l'écrivain, le poète et le philosophe le plus distingué de son temps. "Il a joué un rôle décisif dans la transmission de l'héritage de la philosophie antique à l'Occident médiéval et moderne". Par ses traductions en latin, "il a créé une langue philosophique latine, technique et précise" et "initié le Moyen Age à l'exégèse savante des œuvres d'Aristote"[4].

Il fut surnommé l'« instituteur » de l'Occident latin et le « premier des scolastiques. » Ses écrits ont inspiré Alcuin, Jean Scot Érigène, les écoles d'Auxerre et de Reims au IXe siècle, les commentateurs de l'école de Chartres au XIIe siècle, et Thomas d'Aquin au XIIIe siècle[5]. Aussi Dante Alighieri dans le Convivio : « Boèce et Cicéron m'initièrent dans l'amour, c'est-à-dire dans l'étude, de cette très-noble Dame, la Philosophie[6]. » Et dans la Divine Comédie :

« En elle se réjouit de la vue du souverain bien, l'âme sainte qui montre à nu le monde trompeur à celui qui veut bien la consulter. Le corps d'où elle fut chassée repose à Cieldauro, et elle du martyre et de l'exil est venue vers cette paix céleste. »

— Dante Alighieri, Divine Comédie, Paradis, X, 124 et s., traduction d'Auguste Brizeux, 1843.

Le célèbre philosophe Pierre Abélard considère Boèce comme le philosophe romain le plus important[7] et écrivit un commentaire sur le De differentiis topicis. Au XIIIe siècle, les Topiques de Pierre d'Espagne proviennent du De differentiis topicis[8]. Au cours du même siècle dans l'Empire byzantin, Manuel Holobolos fournit une traduction annotée en grec du même traité[9]. Au XIVe siècle, les écrits logiques de Boèce sont cités par Guillaume d'Ockham et chez Albert de Saxe leur influence est clairement visible[8]. Au XVe siècle, le philosophe Laurent Valla décrit Boèce comme le dernier des Romains et le premier des scolastiques[10].

Quand Cassiodore fonde le monastère de Vivarium en Campanie, il y installe également sa bibliothèque romaine, comprenant les œuvres de Boèce sur les arts libéraux. Il compose une liste de lecture, les Institutions, pour l'éducation des moines. Ainsi la littérature aristocratique romaine entre dans la tradition monastique. La logique de Boèce domine l'instruction du clergé médiéval et l'étude des tribunaux et des cloîtres. Ses traductions et ses commentaires, notamment des Catégories d'Aristote et du traité De l'interprétation deviennent des textes fondamentaux de la scolastique médiévale[1]. Les premiers scolastiques possèdent grâce à Boèce un manuel complet de logique exposant toute la doctrine d'Aristote en langue latine[2]. Un passage de son commentaire sur Porphyre de Tyr est à l'origine de la querelle des universaux[1]. Boèce forgea le terme de « quadrivium », ou quadruple voie vers la connaissance, comprenant l'arithmétique, la géométrie, la musique et l'astronomie. Ce terme routier d'origine romaine trouve son analogue dans le « trivium », comprenant la grammaire, la dialectique et la rhétorique[11].

D'après Alain de Libera, Boèce fut un adversaire des idées proféssées par Nestorius et Eutychès. Il fut un partisan de « l'orthodoxie religieuse » et « rédigea un ensemble de traités de théologie catholique, qui ont profondément imprégné l'ensemble de la pensée médiévale[12]. »

Œuvres principales de Boèce[modifier | modifier le code]

  • Traités théologiques (512-523) : comprend De Fide Catholica, Contra Eutychen et Nestorium, De Hebdomadibus, Utrum Pater, et De Trinitate. Traduit par Hélène Merle, « Sagesses Chrétiennes », Éditions du Cerf, 1991. Traduit par Axel Tisserand, Garnier-Flammarion, 1999. [lire en ligne]
  • L’Institution arithmétique : dans ce livre Boèce reprend l'Introduction à l'arithmétique de Nicomaque de Gérase, sous forme de paraphrase libre plutôt que de traduction rigoureuse. Le grand nombre de manuscrits témoigne de l'importance de ce livre dans l'enseignement du Moyen Âge et de la Renaissance[14]. Traduit par Jean-Yves Guillaumin, Les Belles Lettres, 1995.
  • L’Institution musicale (510) : un des premiers ouvrages de musique imprimés à Venise à la fin du XVe siècle. Il permit aux érudits médiévaux du IXe siècle de comprendre la musique grecque[15]. Dans ce livre, Boèce introduit la classification tripartite de la musique[16] : la musica mundana, ou musique des sphères et du monde, la musica humana, ou harmonie du corps humain et de l'esprit, la musica instrumentalis, ou musique instrumentale. L'écrivain Guido d'Arezzo souligne toutefois que le livre de Boèce, à cause de son caractère spéculatif, « n'est pas profitable aux chanteurs, mais seulement aux philosophes[17]. » Deux ouvrages de Boèce sur les arts libéraux, une traduction d'Euclide sur la géométrie, et de Ptolémée sur l'astronomie, ont été perdus[18],[19],[20]. Traduction française : Traité de la musique, traduit par Christian Meyer, Brepols, 2005.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études sur Boèce[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Pierre Courcelle :
    • La Consolation de philosophie dans la tradition littéraire : Antécédents et postérité de Boèce, Paris, 1967 ;
    • Les Lettres grecques en Occident de Macrobe à Cassiodore, Paris, de Boccard, 1948.
  • Pierre Hadot, Boèce, in Encyclopaedia universalis, 1984.
  • John Marenbon, Le Temps, l'Éternité et la Prescience de Boèce à Thomas d'Aquin, Vrin, 2005.
  • Bernard Quilliet, La Tradition humaniste, Fayard, 2002 (ISBN 2-213-61243-9).
  • Axel Tisserand, Pars theologica : Logique et théologique chez Boèce, Paris, Vrin, 2009.
  • (de) Menso Folkerts, "Boethius". Geometrie II. Ein Mathematisches Lehrbuch des Mittelalters, Weisbaden, 1970.
  • (en) John Marenbon, Boethius, Oxford University Press, 2003, coll. « Great Medieval Thinkers », XVI-252 pages (ISBN 0-19-513407-9).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Boethius », Encyclopædia Britannica, 1910-1911 et 2011.
  2. a et b Arnaud Mignon, Les origines de la scolastique et Hugues de Saint-Victor, Paris, 1895, p. 41-42 [lire en ligne]
  3. Louis Judicis de Mirandol (éd.) : Boèce, La consolation philosophique, Paris, 1861, p. XXIV-XXV [lire en ligne]
  4. Pierre Hadot, op. cité.
  5. Jacques Follon, « Pérennité de Boèce, philosophe et théologien », Revue Philosophique de Louvain n°86, 1992. p. 192-205 [lire en ligne]
  6. Paul Drouilhet de Sigalas, De l'art en Italie : Dante Alighieri et la Divine Comédie, Paris, 1852, p. 136 [lire en ligne]
  7. Pierre Abélard, Theologia Christiana 1,134.
  8. a et b Osmund Lewry, Boethian Logic in the Medieval West. In: Margaret Gibson (Hrsg.): Boethius. His Life, Thought and Influence, Oxford, 1981, p. 90–134.
  9. Sten Ebbesen, George Pachymeres and the Topics. In: Cahiers de l’Institut du Moyen Âge grec et latin n°66, 1996, p. 169–185.
  10. Boethius, Anicius Manlius Severinus, The Theological Tractates and The Consolation of Philosophy. Translated by H. F. Steward and E. K. Rand. Cambridge: The Project Gutenberg, 2004.
  11. Axel Tisserand, Pars theologica : Logique et théologique chez Boèce, Vrin, 2008, p. 31-32 [lire en ligne]
  12. Alain de Libera, La philosophie médiévale, Paris, PUF, Quadrige Manuels, 1993 ; rééd. 2004, « Boèce », p. 248-250. (ISBN 978-2-13-054319-0)
  13. Pour une introduction à ce texte de Chaucer, ainsi qu'une traduction intégrale en français avec notes, voir Florence Bourgne, "Boèce (Boece)", Les Contes de Canterbury et autres oeuvres, dir. André Crépin et al. Collection "Bouquins", Paris: Laffont, 2010, pp. 913-1056.
  14. Jean-Yves Guillaumin, « La structure du chapitre 1,4 de l'Institution Arithmétique de Boèce et le cours d'Ammonios sur Nicomaque », Revue d'histoire des sciences, 1994, Tome 47, n°2, p. 249-258 [lire en ligne]
  15. Boethius, Anicius Manlius Severinus. Fundamentals of Music. Translated, with Introduction and Notes by Calvin M. Bower. Edited by Claude V. Palisca. New Haven: Yale University Press, 1989.
  16. Thomas Christensen, The Cambridge History of Western Music Theory, Cambridge University Press, 2002, p. 146–, ISBN 978-0-521-62371-1
  17. Michael Bernhard: Überlieferung und Fortleben der antiken lateinischen Musiktheorie im Mittelalter. In: Frieder Zaminer (Hrsg.): Geschichte der Musiktheorie. Band 3, Darmstadt, 1990, p. 7–35.
  18. Michael Masi, The Liberal Arts and Gerardus Ruffus’ Commentary on the Boethian De Arithmetica, The Sixteenth Century Journal 10 : 24.
  19. B. Bakouche, "Boèce et le Timée", in A. Galonnier (éd.), Boèce ou la chaîne des savoirs. Actes du colloque international de la Fondation Singer-Polignac, Paris, 8-12 juin 1999, Louvain-la-Neuve/Paris, Éditions de l’Institut Supérieur de Philosophie/Éditions Peeters, 2003, p. 6 (citant Cassiodore).
  20. M. Lejbowicz, "Cassiodorii Euclides: Éléments de bibliographie boécienne", in A. Galonnier (éd.), Boèce ou la chaîne des savoirs. Actes du colloque international de la Fondation Singer-Polignac, Paris, 8-12 juin 1999, Louvain-la-Neuve/Paris, Éditions de l’Institut Supérieur de Philosophie/Éditions Peeters, 2003, pp. 302-303.

Liens externes[modifier | modifier le code]