Années 300

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

IIIe siècle | IVe siècle | Ve siècle

Années 280 | Années 290 | Années 300 | Années 310 | Années 320

300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309


Événements[modifier | modifier le code]

Le monde vers l'an 300
Les divers peuples germaniques grignotent progressivement les territoires des celtes historiques et entrent en contact avec les Romains, qui nomment cette terre la Germanie (d'après Tacite). Cette carte compare chronologiquement leur expansion, jusque 300, avec celle de l'Empire romain, jusque 117.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Religion et philosophie[modifier | modifier le code]


Art et culture[modifier | modifier le code]

  • Début de la période Kofun au Japon (fin en 710)[5]. Fin des sacrifices humains. Début de l’ère des tumuli mégalithiques (Kofun). Fondation de la principauté du Yamato.
    • Les Kofun sont des tumulus servant à ensevelir les chefs les plus importants. En forme de trous de serrure, ils atteignent au Ve siècle des dimensions importantes (jusqu’à 800 m de longueur).
    • Fresques tombales et objets excavés récemment semblent montrer une vigoureuse influence coréenne sur ce premier Japon : culturelle et même, selon certains, politique, sans que rien encore ne permette d’en décider avec certitude.
  • Fresques des catacombes des Giodani à Rome.

Architecture[modifier | modifier le code]

Arc de Galère, face est

Littérature[modifier | modifier le code]

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • Généralisation de l’impôt foncier dans l'empire romain, même en Italie[9].
  • Régime de contrainte corporative : pour assurer l’approvisionnement de Rome, Dioclétien oblige les bateliers (navicularii) à transporter gratuitement les marchandises fiscales et les déclare responsables de la livraison[10].
  • Diffusion de la culture inondée du riz au Japon, à l’exception de Hokkaidō.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Massé, Histoire économique et sociale du monde : De l'origine de l'Humanité au XXe siècle, vol. 1, Éditions L'Harmattan,‎ 2011 (ISBN 9782296133594, résumé)
  2. Musée Guimet, Chine : des chevaux et des hommes, Réunion des Musées nationaux,‎ 1995 (ISBN 9782711833344, résumé)
  3. Thomas Hobbes, Franck Lessay, De la liberté et de la nécessité, Vrin,‎ 1993 (ISBN 9782711621231, résumé)
  4. a et b Joseph-Rhéal Laurin, Orientations maîtresses des apologistes chrétiens de 270 à 361, Gregorian&Biblical BookShop,‎ 1954 (ISBN 9788876520396, résumé)
  5. Barbara Ann Kipfer, Encyclopedic dictionary of archaeology, Springer,‎ 2000 (ISBN 9780306461583, résumé)
  6. Charles Matson Odahl, Constantine and the Christian empire, Routledge,‎ 2004 (ISBN 9780415174855, résumé)
  7. Michel Soëtard, Valeurs dans le stoïcisme : du Portique à nos jours, Presses Univ. Septentrion,‎ 1993 (ISBN 9782859394523, résumé)
  8. David Herman, Manfred Jahn, Marie-Laure Ryan, Routledge encyclopedia of narrative theory, Taylor & Francis,‎ 2005 (ISBN 9780415282598, résumé)
  9. Université des sciences humaines de Strasbourg. Centre de recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antiques, La Géographie administrative et politique d'Alexandre à Mahomet, vol. 6, Brill Archive,‎ 1981 (résumé)
  10. Charles Victor Daremberg, Edmond Saglio, Dictionnaire des antiquites grecques et romaines, vol. 4, Paris, Hachette,‎ 1877-1919 (résumé)