Euric

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Euric
Euric
Euric
Titre
Roi des Wisigoths
466484
Prédécesseur Théodoric II
Successeur Alaric II
Biographie
Titre complet Roi des Wisigoths
Date de naissance vers 420
Lieu de naissance inconnu
Date de décès 484
Lieu de décès Champs Catalauniques
Père Théodoric Ier
Mère Amalaberge d'Ostrogothie
Conjoint Ragnahilde
Enfant(s) Alaric II roi des Wisigoths
Evochilde

Euric (v. 420-484), roi des Wisigoths de 466 à sa mort en 484.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du roi Théodoric et d'Amalaberge d'Ostrogothie, il devient roi après avoir assassiné son frère Théodoric II, au pouvoir depuis 453.

Un règne organisé[modifier | modifier le code]

Depuis sa capitale Toulouse, il envoie aussitôt des ambassadeurs chargés d'annoncer son avènement à l'empereur d'Orient Léon, aux rois suèves et vandales[1]. Il reçoit plusieurs ambassadeurs dont celui de Constantinople et celui du roi de Perse. Il est soutenu par le préfet du prétoire des Gaules, Arvand, dont une lettre, preuve de sa trahison envers l'Empire romain, interceptée par des émissaires romains, le condamne à mort. Il parle le grec, la langue gothique et le latin qu'il méprise et feint d'ignorer en demandant des interprètes lors de ses entretiens avec les ambassadeurs romains.

Sa cour est composée de Barbares mais aussi de Gallo-Romains comme Séronat son « premier ministre », Léon son jurisconsulte et porte-parole, ses courtisans comme Lampridius. Même parmi les militaires de haut rang, on trouve des membres de l'ancienne noblesse sénatoriale romaine comme les ducs Namatius, Victor ou Vincent.

Euric a pour résidence royale l'actuelle ville d'Aire-sur-l'Adour (Landes), ville très importante à l'époque pour sa situation stratégique.

La guerre d'Auvergne[modifier | modifier le code]

Il reste, dans son royaume, un bastion romain, le diocèse de Clermont dont Sidoine Apollinaire vient d'être nommé évêque. Sénorat prépare, en 469 et 470, l’armée gothique en organisant des routes vers l'Auvergne.

La puissance gothe inquiète ses voisins et c'est une coalition qui se ligue contre les Wisigoths. Euric étend sa domination jusqu'à la Loire, après la Bataille de Déols gagnée sur les Bretons (469).

Dès les premières victoires, le duc Victor est installé par Euric en Auvergne; c'est lui qui conduit les opérations militaires autour de Clermont. Les combats sont nombreux. En 474, après un long siège, Clermont tombe et l'Aquitaine Première est entièrement gothe: le royaume wisigothique atteint son apogée en Gaule au détriment de la domination romaine résiduelle.

Un royaume immense[modifier | modifier le code]

Les Suèves attaquent en Espagne des territoires contrôlés par les Goths ; en représailles, les Goths envahissent la Lusitanie (Astorga) et Coimbra perd ses défenses en 473. Les comtes Gauterit à Pampelune et Saragosse, Heldefred et Vincent à Tarragone et sur le littoral méditerranéen dominent une grande partie de la péninsule ibérique. Il s'empare quasiment de toute l'Espagne en 476 après la déposition du dernier empereur romain d'Occident, Romulus Augustule.

L'empereur Anthémiolus envoie une armée de mercenaires contre les Goths à Arles; son propre fils y est tué. Les Romains fuient et leurs alliés Burgondes sont aux abois. En 475, l'empereur Népos en personne rejoint Arles pour demander à Euric de cesser ses conquêtes.

Après 476, il conquiert Marseille et d'autres châteaux de la région.

Un roi arien[modifier | modifier le code]

Roi arien farouchement hostile à l'Église, il est souvent en violente opposition avec celle-ci et avec les catholiques qu'il persécute violemment, faisant détruire de nombreuses églises qu'il fait laisser à l'abandon, exilant les représentants de l'Église trop influents et trop hostiles à son autorité. Il organise les élections de nouveaux évêques comme le poste du métropolitain à Bourges, en 471, où le vote n'est plus laissé au seul choix de l'assemblée des évêques[2]

Toutefois, à Arles, cité conquise par ses troupes en 476 (ou 480), ses relations avec les représentants de l'Église n'ont pas laissé trace de tels actes de violence.

Euric meurt de causes naturelles, à Arles, peu de temps, semble-t-il, après l'évêque Léonce à la fin de 484. Alaric, son fils aîné et légitime, né de son union avec la noble Ragnahilde (princesse probablement burgonde), lui succède. Il a aussi une fille légitime Evochilde[3].

Le Codex Euricianus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Code d'Euric.

Il est l'un des premiers rois barbares à faire mettre par écrit les lois orales de son peuple, dans le Codex Euricianus (années 460-470).

Le code d'Euric, ou codex Euricianus, est un recueil des coutumes wisigothiques très influencé par le droit romain. Le droit espagnol en est très imprégné. Il remplace l’Édit de Théodoric II, son frère aîné.
Ce codex sera remplacé peu après par le Bréviaire d'Alaric, réalisé et promulgué sur ordre de son fils Alaric II en 506.

Quelques exemples de lois :

  • Pour le meurtre d'un homme dont l'âge est compris entre 20 et 50 ans, le meurtrier et sa famille devront payer 300 sous d'or;
  • Pour le meurtre d'un homme de 65 ans et plus, le tarif est revu à la baisse : seulement 100 sous : estimation toute pratique pour un peuple de guerriers.

Sources et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. selon Hidace.
  2. selon les Lettres (VII, 5, 8, 9) de Sidoine Apollinaire.
  3. http://gw.geneanet.org/loic15?lang=fr;pz=anais+marie+louise;nz=priou;ocz=0;p=euric+ier;n=des+wisigoths