Romulus Augustule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Romulus Augustule
Empereur romain d'Occident
Image illustrative de l'article Romulus Augustule
Pièce d'or à l'effigie de Romulus Augustule.
Règne
31 octobre 475 - 4 septembre 476 (~10 mois)
Période « Derniers empereurs »
Précédé par Julius Nepos
interrègne (2 mois)
Suivi de Fin de la succession impériale en Occident
Biographie
Décès après 476 (ap. 507 ? )
Castellum Lucullanum
Père Flavius Oreste
Liste des empereurs romains d'Occident
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romulus.

Romulus Augustule, ou en latin Flavius Romulus Augustus (vers 460 - 511 (?)), parfois appelé Romulus Augustulus, est le dernier empereur romain d'Occident, sa chute marquant la fin de l'Empire romain d'Occident. Il ne régna que 10 mois, réduit selon les sources à n'être qu'une « marionnette » manipulée par son père.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Flavius Romulus est Flavius Oreste, un politicien romain considéré comme descendant probable d'une tribu germanique de Pannonie. Il a servi Attila comme Notarius, secrétaire et diplomate[1]. Oreste est nommé Magister militum, « Maître des Soldats » par l'empereur d'Occident Julius Nepos en 475.

Le 28 août 475, un coup d'État dirigé par Oreste lui permet de s'emparer du pouvoir à Ravenne, qui depuis 402 est la capitale de l'Empire romain d'Occident. Julius Nepos doit s'enfuir en Dalmatie. Il continuera jusqu'à sa mort, en 480, à y porter la couronne, empereur en titre de l'Occident ; il est le dernier empereur reconnu par l'Empire romain d'Orient, et c'est donc en théorie le dernier empereur juridiquement parlant de la partie occidentale.

Oreste devient de facto maître de ce qui reste de l'Empire romain d'Occident, à l'exception de la Dalmatie et de la Gaule où les rois fédérés franc, wisigoth, burgonde refusent de reconnaître son autorité. Soit qu'il ne fût pas considéré comme éligible au trône, soit qu'il n'ait pas souhaité ajouter son nom à la liste des empereurs aux courts règnes des dernières années, soit qu'il ait mis à profit les leçons des années précédentes et qu'il ait préféré garder le contrôle de l'armée, et, par l'entremise de son fils, de la politique de l'Empire, il proclame en tout état de cause empereur son fils, le 31 octobre 475. Cette accession à l'Empire n'est pas reconnue par son « rival », l'empereur romain d'Orient, Zénon.

Flavius Romulus est un tout jeune adolescent au moment de son élévation à l'Empire, et il n'est qu'un pantin aux mains de son père Oreste. La principale difficulté pour Oreste est de s'assurer la fidélité des troupes barbares dont il a le commandement. C'est à cette fin qu'une monnaie d'or (solidi) a été émise à Rome, Milan, attestée aussi à Arles, et vraisemblablement Ravenne, d'où a été émise une monnaie d'argent. Malgré cela, quand en 475 Oreste refuse de donner des terres pour l'installation des Hérules, des Skires et des Torcilingi, cette décision engendre leur révolte sous le commandement du chef des Hérules, Odoacre. Oreste est capturé à Pavie le 28 août 476 et promptement exécuté.

Odoacre avance alors sur Ravenne, et capture la cité avec le jeune empereur. Romulus est forcé d'abdiquer le 4 septembre 476. Odoacre, en accord avec le Sénat romain, envoie alors les insignes impériaux et sa soumission à l'empereur d'Orient, Zénon, lequel les accepte et le gratifie en retour du titre de roi d'Italie. On considère aujourd'hui cet acte comme la fin de l'Empire romain d'Occident, même si légalement, la partie occidentale est réunifiée à la partie orientale par la soumission d'Odoacre. Dans les faits, c'est bien la fin de l'Empire romain en Occident, car Romulus Augustule n'a pas de successeur en Occident.

Pour les habitants de l'Italie en cette fin du Ve siècle, le changement de pouvoir n'est pas très choquant. Le sac de Rome par Alaric Ier en 410 par exemple a eu bien plus d'impact sur la mémoire collective. En réalité, le pouvoir romain était déjà passé depuis longtemps aux officiers barbares et à leurs contingents de mercenaires. La reconquête de l'Italie par Justinien fut bien plus dévastatrice.

Romulus Auguste est souvent connu sous le surnom péjoratif de Romulus Augustulus, bien qu'il ait officiellement régné sous le nom de Romulus Augustus. Le suffixe latin -ulus est un diminutif, et le terme Augustulus signifie « petit auguste », dans le sens de peu d'importance. Le surnom Augustus (« Auguste ») convenait mal à un si jeune adolescent.

À la différence de bien des abdications de ses prédécesseurs, celle de Romulus Augustule semble avoir été bénéfique pour lui. Selon une légende[2], la jeunesse et la beauté du prince lui permettent d'échapper à l'assassinat par Odoacre, qui fait preuve de pitié et l'envoie en Campanie afin qu'il y vive en paix avec sa famille. La même légende dit qu'une pension lui est octroyée. On pense, d'après une missive [3],[4] concernant un certain Romulus et sa mère, que cette pension est encore payée par Théodoric le Grand en 507 et même en 511. Il ne semble pas que Romulus Augustule ait vu la reconquête de Rome par les troupes de Justinien.

Sa légitimité en tant que dernier empereur romain est régulièrement remise en question. Il n'a en effet jamais été reconnu comme empereur par Zénon, l'empereur romain d'Orient, qui continuera à reconnaître Julius Nepos comme empereur légitime jusqu'à sa mort en 480. Mais malgré tout, la plupart du temps, c'est bien Romulus Augustule qui est considéré comme le dernier empereur romain en Occident.

Ironiquement, les deux plus importants personnages de l'histoire romaine sont réunis dans le nom de ce jeune garçon : la vanité de son père Oreste lui avait fait baptiser Romulus son fils, comme Romulus, le fondateur de l'Urbs, et son accession au trône lui conféra le cognomen de Augustus, surnom qu'Octave avait reçu après être devenu le premier empereur romain. De plus l'histoire a fait que Rome a commencé, et s'est terminée, avec un Romulus.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Romulus Augustule est le principal protagoniste de la pièce de Friedrich Dürrenmatt Romulus der Große (« Romulus le Grand »), qui traite des derniers jours du règne du jeune prince.

C'est également l'un des personnages principaux du livre de Valerio Manfredi, La Dernière Légion, adapté au cinéma en 2007 par le réalisateur Doug Lefler, où c'est Thomas Sangster qui tient le rôle de Romulus Augustule. Le personnage du livre se confond avec le personnage de légende Ambrosius Aurelianus et avec celui d’Uther Pendragon, père du Roi Arthur.

Il est cité dans l'épisode "Le Dernier Empereur" du Livre I de la série Kaamelott, comme étant probablement le dernier empereur de l'Empire Romain d’Occident.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Edward Gibbon, The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, vol.3, 1781, ré-éd. par David Womersley, Penguin Books, Londres, 1994. Vol. 3, p. 312. (ISBN 713991240[à vérifier : isbn invalide])
  2. Il s'agit de l'Anonyme Valesianus II, 8,38.
  3. « De Imperatoribus Romanis »
  4. Cette lettre est citée par l'écrivain latin Cassiodore (v.485-v.580) dans ses Varie III,XXXV.cf.Georges-André Morin, la Fin de l'Empire romain d'Occident, 375-476, Monaco, Ed. du Rocher, 2007, π.404.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Romulus Augustule dans le film La Dernière Légion : Thomas Sangster

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]